AVANT-GARDE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Musique

La notion d'avant-garde est difficile à définir. Par ce terme, les historiens entendent une manière bien précise de concevoir et de pratiquer l'art caractéristique du xxe siècle, privilégiant une approche novatrice et révolutionnaire, et refusant la tradition en termes de référence absolue. Il est possible de faire une distinction entre une avant-garde historique – située dans les trente premières années du xxe siècle et représentée par l'expressionnisme, le cubisme, le futurisme, l'art abstrait, le dadaïsme, le constructivisme et le surréalisme – et une avant-garde récente reprenant, à l'issue de la Seconde Guerre mondiale, les mêmes attitudes et ambitions en tentant d'en rénover les modes d'expression à travers l'art conceptuel, le minimalisme et l'art pauvre.

Si le terme avant-garde est né avec le xxe siècle, l'attitude de rupture avec le passé, la volonté de faire complètement nouveau existaient bien sûr auparavant. On parlera, dans ce cas, de modernité, de changement radical et non pas d'avant-garde, réservant le terme à l'attitude beaucoup plus radicale qu'il exprime au xxe siècle : non pas une simple rupture avec le passé mais plutôt, comme chez les futuristes, la volonté de le supprimer.

Les tendances modernistes avant la « seconda prattica »

Cette idée de modernité est liée à l'Italie au seuil du xviie siècle, à Claudio Monteverdi qui oppose, en 1605, dans son Cinquième Livre de madrigaux, la manière traditionnelle d'écrire, ou prima prattica – celle des grands contrapuntistes qui l'ont précédé –, à la nouvelle, moderne et audacieuse seconda prattica, à laquelle lui-même consacre désormais son œuvre. Monteverdi oriente ce concept tardif vers les époques antérieures, comme pour lui conférer un effet rétroactif. De ce compositeur, l'œuvre révèle une image multiple : elle nous livre l'homme attaché aux traditions, aux acquis de sa culture, ou au contraire l'esprit novateur, à la recherche de techniques capables d'exprimer ce « jamais dit » qui l'anime ; elle ne révèle en aucun cas la conscience qu'a l'artiste d'appartenir aux « anciens » ou aux « modernes ». C'est pourquoi les compositeurs, lorsqu'ils veulent s'expliquer sur leur appartenance volontaire à l'un ou l'autre groupe, le font par le truchement de la langue littéraire : traités, préfaces, avertissements aux lecteurs, correspondance, ouvrages polémiques sont autant d'expressions de la réflexion artistique, de lieux où l'artiste devient le théoricien de la création. Certaines époques sont riches en témoignages de ce type : le xiiie et le xive siècle, tout comme l'Italie de la fin du xvie siècle, dans laquelle s'inscrit le début de la polémique qui verra s'affronter le théoricien Giovanni Maria Artusi et Monteverdi.

Claudio Monteverdi

Photographie : Claudio Monteverdi

Le compositeur italien Claudio Monteverdi vers 1640. Portrait attribué à Bernardo Strozzi. Tiroler Landesmuseum Ferdinandeum, Innsbruck. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG-images

Afficher

Lorsque Philippe de Vitry termine son traité Ars nova, vers 1320, il manifeste à la fois une volonté de renouvellement par les moyens (notamment la notation) et la claire conscience d'accomplir un pas en avant, de proposer à ses contemporains un point de non-retour. Dans le même temps, Jacobus de Liège proclame dans son Speculum musice son attachement aux principes des décennies précédentes, à la perfection telle que l'avaient définie les théoriciens du xiiie siècle. On peut remarquer que les tenants de la modernité subissent souvent les pressions de leurs prédécesseurs. Le geste moderne est, par essence, nouveau, actuel, du temps de celui qui agit ; étant présent, il ne peut être passé et, à tort ou à raison, il a tendance à acquérir son identité par son opposition à ce passé, surtout au plus récent. Cette opposition, qui prend parfois l'allure d'un reniement violent, ne peut qu'engendrer la polémique.

Le xvie siècle français est riche en manifestations musicales de la modernité. La modernité musicale de cette époque se situe au-delà de la technique ; le contrepoint avait justement atteint ce degré d'achèvement qui imposa l'image de l'ars perfecta. C'est donc ailleurs que va souffler l'esprit du temps ; la modernité va quitter les sentiers soigneusement balisés de l'écriture contrapuntique pour emprunter des chemins encore inexplorés : ceux qui conduisent à l'expression.

C'est par leur attitude face au texte poétique (indifférence ou sensibilité) que Monteverdi définit les musicie [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Marinetti

Marinetti
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Vladimir Maïakovski

Vladimir Maïakovski
Crédits : Ullstein Bild/ AKG-images

photographie

Bertolt Brecht

Bertolt Brecht
Crédits : Fred Stein Archive/ Archive Photos/ Getty Images

photographie

Samuel Beckett

Samuel Beckett
Crédits : Rosemarie Clausen/ Ullstein Bild/ Getty Images

photographie

Afficher les 13 médias de l'article

Écrit par :

  • : conservateur en chef, chargée de mission pour l'art contemporain au musée du Louvre
  • : agrégée de lettres modernes, maître de conférences à l'université de Paris-I
  • : ancien critique à Sud-Ouest et à Contact Variété, professeur d'improvisation et d'histoire de la musique
  • : professeur en esthétique à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, critique d'art
  • : maître de conférences en arts du spectacle à l'université de Strasbourg-II-Marc-Bloch

Classification

Autres références

«  AVANT-GARDE  » est également traité dans :

ABSTRAIT ART

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 6 699 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'art abstrait et la modernité »  : […] L'avant-gardisme triomphant considérait chaque rupture comme un pas en avant irrévocable, aussitôt transformé en conquête définitive. Dans le droit-fil de cet état d'esprit, les militants de l'abstraction croient la création figurative périmée à jamais : après Kandinsky ou Mondrian, nul ne saurait être de son temps s'il recourt à la représentation. Tout retour à la figuration d'un artiste abstrai […] Lire la suite

ABSTRAITS DE HANOVRE

  • Écrit par 
  • Isabelle EWIG
  •  • 2 600 mots
  •  • 1 média

Centre des avant-gardes internationales au cours des années 1920, Berlin vit l'abstraction géométrique s'épanouir grâce à la présence de nombreux artistes venus d'U.R.S.S. comme El Lissitzky ou d'Europe centrale comme László Moholy-Nagy ou Naum Gabo. Mais bien d'autres villes allemandes prirent part à cet engouement : on rappellera les rôles de Weimar et Dessau avec le Bauhaus, de Stuttgart avec W […] Lire la suite

ADAMI VALERIO (1935- )

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 857 mots

Peintre italien, né en 1935 à Bologne, installé à Paris en 1970, Adami a entretenu dès ses débuts des rapports étroits avec les écrivains et les artistes de l'avant-garde internationale parisienne. Élève de l'académie Brera de Milan, il expose dès 1957 ses premiers tableaux, influencés par Matta. Bien que très vite effacée par la mise en place de formes nettes, inspirées par des photographies qu'i […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Peinture

  • Écrit par 
  • Jacques CARRÉ, 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 8 177 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Du réalisme académique au colorisme préraphaélite (1830-1914) »  : […] La peinture victorienne, il faut en convenir, offre le plus souvent le spectacle de l' académisme le plus figé. Le réalisme minutieux de la plupart des peintres les plus appréciés à l'époque est mis au service d'un moralisme conventionnel ou d'un pittoresque de pacotille. Les panoramas bibliques de John Martin (1789-1854) tiennent du grand guignol, et les scènes de foule de William Powell Frith ( […] Lire la suite

ANTI-ART

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 3 052 mots

Dans le chapitre « L'anti-art et ses avatars »  : […] Le destin de l'anti-art ne traduit pas, depuis, cette violence extrême. Au fur et à mesure que l'art d' avant-garde a été accepté, classé, valorisé financièrement par les critiques, les musées et les marchands, l'anti-art est devenu l'épiphénomène de l'art. Si Breton n'y a jamais fait appel, s'il a même contribué à perpétuer à sa manière la vocation subversive de l'art proprement dit, son ami Mar […] Lire la suite

ARCHIPENKO ALEXANDRE (1887-1964)

  • Écrit par 
  • Viviane MARKHAM
  •  • 337 mots

Artiste américain d'origine ukrainienne. Après un passage à l'école d'art de Kiev, sa ville natale, où, de 1902 à 1905, il étudie la peinture puis la sculpture, et un séjour à Moscou, où il poursuit ses études, Archipenko s'installe à Paris en 1908. L'enseignement académique de l'École des beaux-arts le rebute très rapidement et il choisit d'étudier seul les antiques du Louvre. Dès 1910, il partic […] Lire la suite

ART (Aspects culturels) - Public et art

  • Écrit par 
  • Nathalie HEINICH
  •  • 6 254 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Quel art pour le public ? »  : […] Une telle problématique peut paraître, cependant, fort éloignée des préoccupations des créateurs, qui par définition ne peuvent s'adresser au « non-public » et n'ont pas besoin de lui : on est là au point de distance maximal non seulement entre le public et l'art, mais aussi entre les artistes et les destinataires de leurs œuvres. On constate, en fait, que l'étendue du public et la proximité avec […] Lire la suite

ART (Aspects culturels) - Le marché de l'art

  • Écrit par 
  • Raymonde MOULIN, 
  • Alain QUEMIN
  •  • 6 233 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La crise du marché et l'anomie esthétique »  : […] La crise de l'ensemble du marché de l'art date de 1975. Elle est liée à la conjoncture économique générale, mais n'atteint pas de la même manière les différents secteurs du marché. Moins vulnérable que celui de l'art rigoureusement contemporain, le marché des œuvres entrées dans l'histoire connaît cependant ses propres difficultés. La raréfaction de l'offre accentue la compétition interne entre le […] Lire la suite

ART CONTEMPORAIN

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD, 
  • Raymonde MOULIN
  •  • 12 402 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La vocation spéculative de l'art contemporain »  : […] Si tous les marchés artistiques représentent des contextes où règne l'incertitude sur la valeur des œuvres, ils ne le sont pas au même degré. Les œuvres classées, qu'il s'agisse des œuvres anciennes ou « modernes classiques », constituent un corpus fini, objectivé par le temps, par l'histoire et par le consensus social résultant d'opérations multiples et successives de sélection et de ratification […] Lire la suite

ARTE POVERA

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 1 648 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'artiste guérillero »  : […] La préface à l'exposition de septembre l967, organisée à la galerie La Bertesca à Gênes, est considérée comme l'acte de naissance officiel du mouvement. Si le discours théorique concernant l'Arte povera s'est élaboré au fil des expositions, les propos de Celant évitent tout ce qui tendrait à enfermer les artistes dans un cadre trop rigide. Le critique y fait référence au cinéma de Warhol et à cel […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-31 mars 2022 Ukraine – Russie. Poursuite de la pression militaire russe et des soutiens occidentaux à l'Ukraine.

Elles emmènent des soldats ukrainiens de la Garde nationale en otages. Le 31 également, selon un décompte effectué par l’ONG Centre of Research on Energy and Clean Air, les pays de l’UE ont versé à la Russie, depuis le début de la guerre, au moins 14 milliards d’euros pour la fourniture de gaz et 7 milliards d’euros pour la fourniture de pétrole.  […] Lire la suite

1er-30 décembre 2021 Ukraine – Russie – États-Unis. Entretiens entre Washington et Moscou sur les tensions à la frontière ukrainienne.

Le président américain menace de réagir « de manière décisive si la Russie envahissait davantage l’Ukraine » ; son homologue russe met en garde contre le risque de « rupture complète des relations russo-américaines » en cas de « sanctions à grande échelle contre la Russie ». […] Lire la suite

15 décembre 2021 France. Mobilisation des personnels de justice.

Deux jours avant ces manifestations, le garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti avait rappelé, lors d’une conférence de presse, l’augmentation de plus de 30 % des crédits de son ministère sous le quinquennat d’Emmanuel Macron, et avait mis en garde contre « les tentations d’instrumentalisation dans un contexte préélectoral ». […] Lire la suite

9 août 2021 Climat. Rapport du GIEC.

Le GIEC met enfin en garde contre les risques d’emballement de certains phénomènes qu’entraînerait le franchissement de seuils critiques. Le secrétaire général de l’ONU António Guterres qualifie ce rapport de « code rouge pour l’humanité ». Les deuxième et troisième volets du rapport, relatifs à la vulnérabilité des sociétés et aux solutions pour réduire les gaz à effet de serre, doivent paraître en février et mars 2022, avant une synthèse attendue en septembre de la même année. […] Lire la suite

1er-16 juillet 2021 France. Mise en examen du garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti.

Le 1er, les magistrats de la Cour de justice de la République (CJR) perquisitionnent les locaux du ministère de la Justice dans le cadre de l’information judiciaire ouverte en janvier à l’encontre du garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti pour « prise illégale d’intérêts », sur plaintes de l’association anticorruption Anticor et des deux principaux syndicats de magistrats – l’Union syndicale des magistrats et le Syndicat de la magistrature. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-Laure BERNADAC, Nicole BRENEZ, Antoine GARRIGUES, Jacinto LAGEIRA, Olivier NEVEUX, « AVANT-GARDE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/avant-garde/