AVANT-GARDE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Art

Terme d'origine militaire, « avant-garde » désigne les soldats qui, marchant en avant des troupes pour assurer leur progression, sont aussi les premiers exposés. Prise de risque et courage ne seront pas absents des batailles symboliques menées en art lorsque le mot se verra étendu aux productions culturelles, précisément dans un ouvrage de Claude Henri de Saint-Simon, l'un des promoteurs des idées socialistes : Opinions littéraires, philosophiques et industrielles, publié à Paris en 1825.

Dans un dialogue entre un artiste, un industriel et un scientifique, l'auteur fait dire au premier : « C'est nous, artistes, qui vous servirons d'avant-garde : la puissance des arts est en effet la plus immédiate et la plus rapide. Nous avons des armes de toute espèce : quand nous voulons répandre des idées neuves parmi les hommes, nous les inscrivons sur le marbre ou sur la toile... Quelle plus belle destinée pour les arts que d'exercer sur la société une puissance positive, un véritable sacerdoce et de s'élancer en avant de toutes les facultés intellectuelles, à l'époque de leur plus grand développement ! »

En 1845, le fouriériste Gabriel-Désiré Laverdant, publie De la mission de l'art et du rôle des artistes (extrait des 2e et 3e livraisons de La Phalange, revue de la science sociale), et met l'art au service du politique. Dans un tout autre champ, Michel Bakounine, théoricien du socialisme libertaire, fait paraître durant les années 1870 en Suisse un périodique intitulé L'Avant-garde.

Art, social et politique

Dans ces éléments se trouvent d'emblée réunies l'idée d'une émancipation de la société par l'art et celle de la capacité qu'a ce dernier de répondre rapidement à toute situation nouvelle. L'art n'influe pas seulement sur des situations sociales ou politiques : il engendre aussi des formes aux contenus sociopolitiques. Mais si l'avant-garde en art maintiendra longtemps sa dimension guerrière, révolutionnaire ou militante, dès le milieu du xixe siècle apparaissent des conceptions antagonistes quant à ce qu'il faut considérer comme étant avant-gardiste ou non, au sein même de l'avant-garde.

Il s'avère en effet que certaines œuvres minorent les questions d'ordre social ou politique, sans pour autant cesser de manifester une inventivité plastique et une originalité qui garantissent leur qualité. Elles sont défendues par des auteurs très différents, de Théodore Duret (Critique d'avant-garde, 1885 ; nouv. éd., 1998) à Clement Greenberg (« Avant-garde et kitsch », 1939 ; repris en français in Art et culture. Essais critiques, 1989). D'autres œuvres peuvent inversement se trouver à l'avant-garde politiquement, moralement et socialement, alors qu'elles demeurent conventionnelles du point de vue artistique, et n'ont aucune incidence sur l'histoire des formes. D'autres enfin sont soit aussi intéressantes plastiquement qu'engagées d'un point de vue sociopolitique – par exemple celles de Gustave Courbet autour des années 1860, de Hans Haacke ou du groupe Art & Language pour les trente dernières années).

Autonomie de l'art

Si l'on songe que l'idée d'avant-garde artistique apparaît au moment même où le romantisme donne naissance à la théorie de l'autonomie de l'art, dès lors se trouve scellée une dialectique complexe où s'entremêlent qualité des œuvres et engagement, forme et contenu, invention et redites – toutes sortes de catégories qui continuent d'évoluer à partir d'un point commun : celui de la rupture et de l'innovation. Refaire ce que l'on a déjà vu, le détourner, même, le citer, peut passer à un moment donné pour un acte avant-gardiste.

À cet égard, les derniers feux dans l'inexorable avancée d'un front artistique furent ceux du mouvement lancé en 1979 par le critique d'art italien Achille Bonito Oliva sous le nom de Trans-avant-garde. Réunissant notamment Sandro Chia, Francesco Clemente, Enzo Cucchi et Mimmo Paladino, la Trans-avant-garde bénéficia d'un déploiement international aussi fougueux qu'éphémère. Contre certains courants et artistes trop engagés socio-politiquement, le mouvement revendiquait l'autonomie des œuvres, refusant le progrès en art comme il récusait son déroulement linéaire. Contre l'idée d'évolution prônée par le modernisme, il optait pour l'indéfini, la dissémination, le discontinu, et prônait le retour à des formes passées, dans un éclectisme en phase avec le postmodernisme contemporain. De cette nouvelle version de l'art pour l'art était bannie toute idée d'un art engagé, mais non celle, tout aussi héroïque, de l'artiste libre et indépendant. En 1982, Bonito Oliva l'affirme : « La Trans-avant-garde est maintenant l'unique avant-garde possible. »

Or, plus d'un siècle après son apparition dans les débats esthétiques, force est de constater aujourd'hui que le concept d'avant-garde n'est plus opérant. Si sa naissance est repérable dans l'histoire des idées, il est plus difficile d'en fixer l'abandon, généralement situé vers le milieu des années 1970, puisqu'il est peu à peu supplanté par le postmodernisme, et surtout par l'« art contemporain ». Aussi peut-on observer que, depuis une vingtaine d'années, lorsqu'il est fait référence à l'avant-garde, il s'agit presque exclusivement des avant-gardes historiques, ou bien de l'avant-garde américaine ou européenne d'après la Seconde Guerre mondiale – mais très rarement de l'art actuel, ou de ce qui pourrait donner un avant-goût de la création à venir.

Avant-garde et art contemporain

Pourtant, si le terme n'est plus utilisé désormais que comme une appellation historique, le fait qu'il soit remplacé par l'expression d'art contemporain démontre le besoin de situer certaines productions artistiques à la pointe des expérimentations. Pour caractériser cet ultime surgissement, inédit et fulgurant, on a récemment forgé la notion d'« extrême contemporain ».

Le maintien d'un ancrage dans le présent, ou dans une période immédiatement proche, peut laisser de côté certaines caractéristiques du terme traditionnel d'avant-garde – telles que l'originalité à tout prix, l'héroïsme, ou l'idée que l'art guide politiquement les masses et constitue une avancée sociale. Cependant, certains artistes contemporains recourent encore à des formes, renouvelées, d'émancipation et de critique issues d'anciens projets avant-gardistes. Structurellement, l'art contemporain bute sur les mêmes questionnements qu'autrefois l'avant-garde, puisqu'il s'agit toujours de déterminer ce qui est essentiel dans une époque (maintenant), ou ce qui en est exclu (car passé [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages

Médias de l’article

Marinetti

Marinetti
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Vladimir Maïakovski

Vladimir Maïakovski
Crédits : Ullstein Bild/ AKG

photographie

Bertolt Brecht

Bertolt Brecht
Crédits : Fred Stein Archive/ Archive Photos/ Getty Images

photographie

Beckett

Beckett
Crédits : Rosemarie Clausen/ Ullstein Bild/ Getty Images

photographie

Afficher les 14 médias de l'article


Écrit par :

  • : conservateur en chef, chargée de mission pour l'art contemporain au musée du Louvre
  • : agrégée de lettres modernes, maître de conférences à l'université de Paris-I
  • : ancien critique à Sud-Ouest et à Contact Variété, professeur d'improvisation et d'histoire de la musique
  • : professeur en esthétique à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, critique d'art
  • : maître de conférences en arts du spectacle à l'université de Strasbourg-II-Marc-Bloch

Classification

Autres références

«  AVANT-GARDE  » est également traité dans :

ABSTRAIT ART

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 6 699 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'art abstrait et la modernité »  : […] L'avant-gardisme triomphant considérait chaque rupture comme un pas en avant irrévocable, aussitôt transformé en conquête définitive. Dans le droit-fil de cet état d'esprit, les militants de l'abstraction croient la création figurative périmée à jamais : après Kandinsky ou Mondrian, nul ne saurait être de son temps s'il recourt à la représentation. Tout retour à la figuration d'un artiste abstrai […] Lire la suite

ABSTRAITS DE HANOVRE

  • Écrit par 
  • Isabelle EWIG
  •  • 2 600 mots
  •  • 1 média

Centre des avant-gardes internationales au cours des années 1920, Berlin vit l'abstraction géométrique s'épanouir grâce à la présence de nombreux artistes venus d'U.R.S.S. comme El Lissitzky ou d'Europe centrale comme László Moholy-Nagy ou Naum Gabo. Mais bien d'autres villes allemandes prirent part à cet engouement : on rappellera les rôles de Weimar et Dessau avec le Bauhaus, de Stuttgart avec W […] Lire la suite

ADAMI VALERIO (1935- )

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 857 mots

Peintre italien, né en 1935 à Bologne, installé à Paris en 1970, Adami a entretenu dès ses débuts des rapports étroits avec les écrivains et les artistes de l'avant-garde internationale parisienne. Élève de l'académie Brera de Milan, il expose dès 1957 ses premiers tableaux, influencés par Matta. Bien que très vite effacée par la mise en place de formes nettes, inspirées par des photographies qu'i […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Peinture

  • Écrit par 
  • Jacques CARRÉ, 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 8 177 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Du réalisme académique au colorisme préraphaélite (1830-1914) »  : […] La peinture victorienne, il faut en convenir, offre le plus souvent le spectacle de l' académisme le plus figé. Le réalisme minutieux de la plupart des peintres les plus appréciés à l'époque est mis au service d'un moralisme conventionnel ou d'un pittoresque de pacotille. Les panoramas bibliques de John Martin (1789-1854) tiennent du grand guignol, et les scènes de foule de William Powell Frith ( […] Lire la suite

ANTI-ART

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 3 052 mots

Dans le chapitre « L'anti-art et ses avatars »  : […] Le destin de l'anti-art ne traduit pas, depuis, cette violence extrême. Au fur et à mesure que l'art d' avant-garde a été accepté, classé, valorisé financièrement par les critiques, les musées et les marchands, l'anti-art est devenu l'épiphénomène de l'art. Si Breton n'y a jamais fait appel, s'il a même contribué à perpétuer à sa manière la vocation subversive de l'art proprement dit, son ami Mar […] Lire la suite

ARCHIPENKO ALEXANDRE (1887-1964)

  • Écrit par 
  • Viviane MARKHAM
  •  • 337 mots

Artiste américain d'origine ukrainienne. Après un passage à l'école d'art de Kiev, sa ville natale, où, de 1902 à 1905, il étudie la peinture puis la sculpture, et un séjour à Moscou, où il poursuit ses études, Archipenko s'installe à Paris en 1908. L'enseignement académique de l'École des beaux-arts le rebute très rapidement et il choisit d'étudier seul les antiques du Louvre. Dès 1910, il partic […] Lire la suite

ART (Aspects culturels) - Public et art

  • Écrit par 
  • Nathalie HEINICH
  •  • 6 254 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Quel art pour le public ? »  : […] Une telle problématique peut paraître, cependant, fort éloignée des préoccupations des créateurs, qui par définition ne peuvent s'adresser au « non-public » et n'ont pas besoin de lui : on est là au point de distance maximal non seulement entre le public et l'art, mais aussi entre les artistes et les destinataires de leurs œuvres. On constate, en fait, que l'étendue du public et la proximité avec […] Lire la suite

ART (Aspects culturels) - Le marché de l'art

  • Écrit par 
  • Raymonde MOULIN, 
  • Alain QUEMIN
  •  • 6 233 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La crise du marché et l'anomie esthétique »  : […] La crise de l'ensemble du marché de l'art date de 1975. Elle est liée à la conjoncture économique générale, mais n'atteint pas de la même manière les différents secteurs du marché. Moins vulnérable que celui de l'art rigoureusement contemporain, le marché des œuvres entrées dans l'histoire connaît cependant ses propres difficultés. La raréfaction de l'offre accentue la compétition interne entre le […] Lire la suite

ART CONTEMPORAIN

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD, 
  • Raymonde MOULIN
  •  • 12 402 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La vocation spéculative de l'art contemporain »  : […] Si tous les marchés artistiques représentent des contextes où règne l'incertitude sur la valeur des œuvres, ils ne le sont pas au même degré. Les œuvres classées, qu'il s'agisse des œuvres anciennes ou « modernes classiques », constituent un corpus fini, objectivé par le temps, par l'histoire et par le consensus social résultant d'opérations multiples et successives de sélection et de ratification […] Lire la suite

ARTE POVERA

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 1 648 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'artiste guérillero »  : […] La préface à l'exposition de septembre l967, organisée à la galerie La Bertesca à Gênes, est considérée comme l'acte de naissance officiel du mouvement. Si le discours théorique concernant l'Arte povera s'est élaboré au fil des expositions, les propos de Celant évitent tout ce qui tendrait à enfermer les artistes dans un cadre trop rigide. Le critique y fait référence au cinéma de Warhol et à cel […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

9 août 2021 Climat. Rapport du GIEC.

avant la tenue à Glasgow de la vingt-sixième conférence des parties à la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP 26). Le document établit pour la première fois que le rôle des activités humaines dans le réchauffement climatique est « sans équivoque » – le GIEC le considérait seulement comme « extrêmement probable » dans […] Lire la suite

1er-16 juillet 2021 France. Mise en examen du garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti.

garde des Sceaux ». La veille, le président Emmanuel Macron avait rappelé « le droit à la présomption d’innocence » du ministre de la Justice. […] Lire la suite

17-24 mars 2021 France. Polémique autour des réunions non mixtes racisées à l'UNEF.

avant-garde de l’islamo-gauchisme » et de « mouvement clairement antirépublicain ». D’autres élus des Républicains, du Rassemblement national et de la majorité, mais aussi des organisations juives critiqueront le syndicat étudiant. Le 19, le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer estime que ces réunions sont « racistes » et que ceux […] Lire la suite

6-9 février 2021 Chine. Fin de la mission de l'OMS à Wuhan.

garde contre le coronavirus apparu à Wuhan et avait été pour cela accusé de propager de fausses informations, avant d’être réhabilité. Le 9, la mission sur les origines du SARS-CoV-2, mandatée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et la Chine, présente ses conclusions. Elle juge « extrêmement improbable » l’hypothèse d’une fuite provenant d […] Lire la suite

1er-22 janvier 2021 États-Unis. Assaut du Capitole et investiture du président Joe Biden.

avant que les forces de l’ordre n’interviennent. Donald Trump se résout finalement à diffuser une vidéo dans laquelle il demande à ses partisans de « rentrer chez [eux] en paix », après avoir affirmé comprendre leur « souffrance » et déclaré qu’il les « aimait ». La foule est évacuée dans la soirée. Le bilan de l’émeute s’élève à cinq morts, dont un […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-Laure BERNADAC, Nicole BRENEZ, Antoine GARRIGUES, Jacinto LAGEIRA, Olivier NEVEUX, « AVANT-GARDE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/avant-garde/