AVANT-GARDE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Littérature

Acte de refus intransigeant à l'égard de la société, de ses normes artistiques et politiques, les avant-gardes se caractérisent, entre autres, par leur mode d'apparition publique. Ne dédaignant pas les scandales, les manifestes et actions émanant de ces groupes sont polémiques, satiriques, provocateurs, parfois violemment agressifs. Ces actions d'éclat, plus ou moins motivées politiquement, peuvent n'avoir pour but qu'une « publicité » donnée aux « thèses » du mouvement : les futuristes italiens emmenés par Marinetti excelleront dans la mise en scène, par voies d'affiches ou de conférences, de leurs propos. L'une des constantes des mouvements d'avant-garde a toujours été, au sens fort de l'expression, de « faire événement », en brisant toute frontière traditionnelle entre « sphère esthétique » et existence.

Marinetti

Photographie : Marinetti

L'Italien Filippo Tommaso Marinetti (1876-1944), poète symboliste puis fondateur du futurisme, mouvement prônant la recherche de la modernité dans tous les domaines. Marinetti alla jusqu'à la glorification de la guerre et se rapprocha du fascisme. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Quelle révolution pour l'avant-garde ?

Le terme avant-garde ne peut être dissocié de la question politique. À ce titre, l'apport léniniste à la notion d'avant-garde tel qu'il s'exprime dans Que faire ? (1902) est déterminant. De fait, la question politique demeurera centrale (et problématique) pour nombre d'avant-gardes artistiques. Futuristes et constructivistes russes appartiennent résolument au « front gauche de l'art ». De son côté, le surréalisme ne renoncera jamais à la double volonté de « transformer la vie et de changer le monde », ce qui, après un bref passage contrarié au Parti communiste, amènera certains de ses membres (Benjamin Perret notamment) à se ranger au côté du trotskisme, tandis que d'autres rejoindront les rangs de l'anarchisme. Le renouveau de l'avant-garde auquel on assiste dans les années 1960 en France avec, entre autres, le groupe Tel Quel, s'inscrit dans une même perspective émancipatoire, après avoir été proche du Parti communiste. Car le refus radical de tout statisme conduit inévitablement à une attirance pour les processus révolutionnaires. Ces groupes postulent dès lors un lien insécable entre la « révolutionnarisation » des formes d'expression et celle des rapports sociaux. Reste qu'en soi le terme d'avant-garde ne dit rien sur la validité des options politiques défendues. Le soutien de F. T. Marinetti à Mussolini en est la preuve : obsédé par le mouvement, la célébration de la technique, de la violence et de la guerre, le futurisme italien a fini par rencontrer le fascisme.

En parallèle à de tels mouvements, un autre pan de l'avant-garde se distingue au contraire par son refus de toute implication politique. Dans le sillage de l'art pour l'art, initié par Théophile Gautier, il valorise alors son autonomie, privilégie la recherche formelle, et se défie de toute possible intrusion dans des espaces a priori non artistiques. Aussi hétérogènes soient-ils, ces travaux – en cela, similaires aux avant-gardes politiques-artistiques – mettent chaque fois en crise la question de la mimèsis tout à la fois dans son acception contextuelle (le type de représentation dominante) mais aussi essentielle – ce qui conduit les mouvances les plus radicales à contester la valeur de toute représentation.

De la poétique de la table rase au passé recomposé

Il est, de fait, difficile de cerner précisément toutes les formes d'expérimentation qu'une telle notion recouvre. Rétrospectivement, des mouvements comme le futurisme, le surréalisme, l'acméisme, le constructivisme – même si certains, ce qui est loin d'être innocent, se sont dégagés d'une telle appellation – peuvent être définis comme d'avant-garde. Mais la difficulté resurgit dès lors qu'on tente d'en préciser sinon les invariants, du moins les affinités, ou un socle solide de déterminations. L'avant-garde marque toujours un acte de rupture par rapport aux esthétiques dominantes d'une époque. Il convient dès lors de contextualiser les différentes formes qu'elle a pu prendre en fonction des critères nationaux et historiques. L'homme nouveau que célèbre le futurisme naît ainsi d'un rejet violent du passé, qu'il s'incarne dans la culture, la société ou les hommes. Reste qu'une telle volonté de rupture ne présuppose pas forcément une négation du passé. Si Dada, fondé par Tristan Tzara à Zurich en 1916, ou, pour des motifs dissemblables, les futuristes russes semblent faire table rase de toute histoire, les surréalistes ont à cœur de rechercher « l'or du temps » (André Breton) et d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages

Médias de l’article

Marinetti

Marinetti
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Vladimir Maïakovski

Vladimir Maïakovski
Crédits : Ullstein Bild/ AKG

photographie

Bertolt Brecht

Bertolt Brecht
Crédits : Fred Stein Archive/ Archive Photos/ Getty Images

photographie

Beckett

Beckett
Crédits : Rosemarie Clausen/ Ullstein Bild/ Getty Images

photographie

Afficher les 13 médias de l'article


Écrit par :

  • : conservateur en chef, chargée de mission pour l'art contemporain au musée du Louvre
  • : agrégée de lettres modernes, maître de conférences à l'université de Paris-I
  • : ancien critique à Sud-Ouest et à Contact Variété, professeur d'improvisation et d'histoire de la musique
  • : professeur en esthétique à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, critique d'art
  • : maître de conférences en arts du spectacle à l'université de Strasbourg-II-Marc-Bloch

Classification

Autres références

«  AVANT-GARDE  » est également traité dans :

ABSTRAIT ART

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 6 699 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'art abstrait et la modernité »  : […] L'avant-gardisme triomphant considérait chaque rupture comme un pas en avant irrévocable, aussitôt transformé en conquête définitive. Dans le droit-fil de cet état d'esprit, les militants de l'abstraction croient la création figurative périmée à jamais : après Kandinsky ou Mondrian, nul ne saurait être de son temps s'il recourt à la représentation. Tout retour à la figuration d'un artiste abstrai […] Lire la suite

ABSTRAITS DE HANOVRE

  • Écrit par 
  • Isabelle EWIG
  •  • 2 600 mots
  •  • 1 média

Centre des avant-gardes internationales au cours des années 1920, Berlin vit l'abstraction géométrique s'épanouir grâce à la présence de nombreux artistes venus d'U.R.S.S. comme El Lissitzky ou d'Europe centrale comme László Moholy-Nagy ou Naum Gabo. Mais bien d'autres villes allemandes prirent part à cet engouement : on rappellera les rôles de Weimar et Dessau avec le Bauhaus, de Stuttgart avec W […] Lire la suite

ADAMI VALERIO (1935- )

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 857 mots

Peintre italien, né en 1935 à Bologne, installé à Paris en 1970, Adami a entretenu dès ses débuts des rapports étroits avec les écrivains et les artistes de l'avant-garde internationale parisienne. Élève de l'académie Brera de Milan, il expose dès 1957 ses premiers tableaux, influencés par Matta. Bien que très vite effacée par la mise en place de formes nettes, inspirées par des photographies qu'i […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Peinture

  • Écrit par 
  • Jacques CARRÉ, 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 8 177 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Du réalisme académique au colorisme préraphaélite (1830-1914) »  : […] La peinture victorienne, il faut en convenir, offre le plus souvent le spectacle de l' académisme le plus figé. Le réalisme minutieux de la plupart des peintres les plus appréciés à l'époque est mis au service d'un moralisme conventionnel ou d'un pittoresque de pacotille. Les panoramas bibliques de John Martin (1789-1854) tiennent du grand guignol, et les scènes de foule de William Powell Frith ( […] Lire la suite

ANTI-ART

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 3 052 mots

Dans le chapitre « L'anti-art et ses avatars »  : […] Le destin de l'anti-art ne traduit pas, depuis, cette violence extrême. Au fur et à mesure que l'art d' avant-garde a été accepté, classé, valorisé financièrement par les critiques, les musées et les marchands, l'anti-art est devenu l'épiphénomène de l'art. Si Breton n'y a jamais fait appel, s'il a même contribué à perpétuer à sa manière la vocation subversive de l'art proprement dit, son ami Mar […] Lire la suite

ARCHIPENKO ALEXANDRE (1887-1964)

  • Écrit par 
  • Viviane MARKHAM
  •  • 337 mots

Artiste américain d'origine ukrainienne. Après un passage à l'école d'art de Kiev, sa ville natale, où, de 1902 à 1905, il étudie la peinture puis la sculpture, et un séjour à Moscou, où il poursuit ses études, Archipenko s'installe à Paris en 1908. L'enseignement académique de l'École des beaux-arts le rebute très rapidement et il choisit d'étudier seul les antiques du Louvre. Dès 1910, il partic […] Lire la suite

ART (Aspects culturels) - Public et art

  • Écrit par 
  • Nathalie HEINICH
  •  • 6 254 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Quel art pour le public ? »  : […] Une telle problématique peut paraître, cependant, fort éloignée des préoccupations des créateurs, qui par définition ne peuvent s'adresser au « non-public » et n'ont pas besoin de lui : on est là au point de distance maximal non seulement entre le public et l'art, mais aussi entre les artistes et les destinataires de leurs œuvres. On constate, en fait, que l'étendue du public et la proximité avec […] Lire la suite

ART (Aspects culturels) - Le marché de l'art

  • Écrit par 
  • Raymonde MOULIN, 
  • Alain QUEMIN
  •  • 6 233 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La crise du marché et l'anomie esthétique »  : […] La crise de l'ensemble du marché de l'art date de 1975. Elle est liée à la conjoncture économique générale, mais n'atteint pas de la même manière les différents secteurs du marché. Moins vulnérable que celui de l'art rigoureusement contemporain, le marché des œuvres entrées dans l'histoire connaît cependant ses propres difficultés. La raréfaction de l'offre accentue la compétition interne entre le […] Lire la suite

ART CONTEMPORAIN

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD, 
  • Raymonde MOULIN
  •  • 12 402 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La vocation spéculative de l'art contemporain »  : […] Si tous les marchés artistiques représentent des contextes où règne l'incertitude sur la valeur des œuvres, ils ne le sont pas au même degré. Les œuvres classées, qu'il s'agisse des œuvres anciennes ou « modernes classiques », constituent un corpus fini, objectivé par le temps, par l'histoire et par le consensus social résultant d'opérations multiples et successives de sélection et de ratification […] Lire la suite

ARTE POVERA

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 1 648 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'artiste guérillero »  : […] La préface à l'exposition de septembre l967, organisée à la galerie La Bertesca à Gênes, est considérée comme l'acte de naissance officiel du mouvement. Si le discours théorique concernant l'Arte povera s'est élaboré au fil des expositions, les propos de Celant évitent tout ce qui tendrait à enfermer les artistes dans un cadre trop rigide. Le critique y fait référence au cinéma de Warhol et à cel […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-30 décembre 2021 Ukraine – Russie – États-Unis. Entretiens entre Washington et Moscou sur les tensions à la frontière ukrainienne.

Le président américain menace de réagir « de manière décisive si la Russie envahissait davantage l’Ukraine » ; son homologue russe met en garde contre le risque de « rupture complète des relations russo-américaines » en cas de « sanctions à grande échelle contre la Russie ». […] Lire la suite

15 décembre 2021 France. Mobilisation des personnels de justice.

Deux jours avant ces manifestations, le garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti avait rappelé, lors d’une conférence de presse, l’augmentation de plus de 30 % des crédits de son ministère sous le quinquennat d’Emmanuel Macron, et avait mis en garde contre « les tentations d’instrumentalisation dans un contexte préélectoral ». […] Lire la suite

9 août 2021 Climat. Rapport du GIEC.

Le GIEC met enfin en garde contre les risques d’emballement de certains phénomènes qu’entraînerait le franchissement de seuils critiques. Le secrétaire général de l’ONU António Guterres qualifie ce rapport de « code rouge pour l’humanité ». Les deuxième et troisième volets du rapport, relatifs à la vulnérabilité des sociétés et aux solutions pour réduire les gaz à effet de serre, doivent paraître en février et mars 2022, avant une synthèse attendue en septembre de la même année. […] Lire la suite

1er-16 juillet 2021 France. Mise en examen du garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti.

Le 1er, les magistrats de la Cour de justice de la République (CJR) perquisitionnent les locaux du ministère de la Justice dans le cadre de l’information judiciaire ouverte en janvier à l’encontre du garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti pour « prise illégale d’intérêts », sur plaintes de l’association anticorruption Anticor et des deux principaux syndicats de magistrats – l’Union syndicale des magistrats et le Syndicat de la magistrature. […] Lire la suite

17-24 mars 2021 France. Polémique autour des réunions non mixtes racisées à l'UNEF.

Le député Éric Ciotti (LR) demande la dissolution de l’UNEF qu’il qualifie d’« avant-garde de l’islamo-gauchisme » et de « mouvement clairement antirépublicain ». D’autres élus des Républicains, du Rassemblement national et de la majorité, mais aussi des organisations juives critiqueront le syndicat étudiant. Le 19, le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer estime que ces réunions sont « racistes » et que ceux qui les défendent « nous mènent vers des choses qui ressemblent au fascisme ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-Laure BERNADAC, Nicole BRENEZ, Antoine GARRIGUES, Jacinto LAGEIRA, Olivier NEVEUX, « AVANT-GARDE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/avant-garde/