AUXINES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homéostasie de l'auxine

Les réponses contrôlées par l'auxine dépendent de sa concentration locale dans un tissu donné, à un instant donné. Les ajustements constants de concentrations en auxine résultent de l'équilibre entre plusieurs processus, à savoir biosynthèse, conjugaison, compartimentation, dégradation et transport à courtes ou longues distances.

Biosynthèse de l'AIA

Chez les plantes supérieures, les étapes conduisant à la synthèse de l'AIA ne sont pas encore toutes élucidées. Ce n'est que depuis les années 1980 que des éléments précis concernant les voies de biosynthèse de l'AIA commencent à émerger. Les données viennent pour une part d'analyses biochimiques utilisant des marquages isotopiques qui ont permis l'identification de composés intermédiaires de synthèse, et d'autre part d'approches génétiques amenant au clonage de gènes codant des enzymes de biosynthèse de l'AIA.

Les données biochimiques supportent l'hypothèse de deux voies distinctes de biosynthèse, l'une dépendant du tryptophane et l'autre non. Elles dérivent toutefois toutes les deux de l'anthranilate, précurseur du tryptophane, mais la voie indépendante du tryptophane dériverait directement de l'indole-3-glycérol-phosphate ou de l'indole, tous deux précurseurs du tryptophane. En ce début de xxie siècle, seuls des gènes codant certaines enzymes de biosynthèse de la voie dépendant du tryptophane ont été identifiés.

La synthèse d'AIA se produit plutôt dans les tissus jeunes, en particulier dans les très jeunes feuilles, mais aussi dans les cotylédons et les racines. Sur la plante modèle Arabidopsis thaliana (L.) Heynh. (arabette des dames, famille des Brassicaceae ou Crucifères), la distribution et la biosynthèse de l'AIA ont été étudiées au cours du développement végétatif de la plante. Les très jeunes feuilles, de moins de 0,5 mm de long, renferment environ 250 pg d'AIA par milligramme de poids frais et leur capacité de synthèse est très élevée. Le contenu en AIA de feuilles ayant terminé leur croissance est plus de cent fois inférieur et leur capacité de synthèse a considérablement décru.

L'auxine est également synthétisée par des micro-organismes, parmi lesquels de nombreuses bactéries du sol, phytopathogènes (Agrobacterium ou Pseudomonas) ou non (Rhizobium). Différentes voies, dépendantes ou non du tryptophane, ont été rapportées selon les micro-organismes. La production d'auxine par les bactéries phytopathogènes interfère avec le métabolisme des hormones de la plante infectée. La formation de tumeurs, correspondant à une prolifération cellulaire accrue consécutive à l'infection par certains pathogènes, est une réponse à l'accroissement de concentration en auxine produite par les bactéries.

Métabolisme

Le métabolisme de l'AIA recouvre des processus d'oxydation et de conjugaison qui modifient soit le noyau indole soit la chaîne latérale et causent la perte de l'activité biologique. Certaines formes de conjugaison font partie du catabolisme de l'AIA, dans la mesure où les conjugués formés ne peuvent être retransformés en AIA actif.

Le catabolisme décarboxylatif de l'AIA implique aussi bien des modifications du noyau indole que de la chaîne latérale. Ces réactions complexes sont catalysées par une variété d'enzymes de la classe des peroxydases, généralement appelées des AIA-oxydases. Les produits de dégradation sont peu abondants dans les extraits de plantes et il reste difficile d'évaluer l'importance relative de la dégradation par décarboxylation. L'autre voie de catabolisme de l'AIA est l'oxydation sans décarboxylation du noyau aromatique. L'oxydation intervient soit directement sur l'AIA libre soit sur un conjugué aspartate (AIAsp). Ces deux mécanismes coexistent et leur importance varie selon les plantes.

Pendant la conjugaison, la chaîne latérale est modifiée ; deux types de conjugués peuvent être formés : des conjugués de type ester, où le groupement carboxyle de la chaîne latérale est lié par un pont oxygène à des sucres (par exemple du glucose) ou des polyols cycliques (comme l'inositol) ; ou des conjugués de type amide où le groupement carboxyle forme une liaison amide avec des acides aminés (-Ala, -Glu, -Leu, -Asp) ou des polypeptides.

La conjugaison de l'AIA est un moyen efficace de contrôler la concentration intracellulaire en AIA libre dans les cellules. Lors d'un traitement de cellules en culture par une source exogène d'AIA, une part importante de l'AIA intracellulaire est en quelque sorte « neutralisée » par l'accumulation de conjugués. Ce mécanisme est très rapide. Certaines auxines synthétiques peuvent également être rapidement conjuguées, comme le 1-ANA. En revanche, d'autres auxines synthétiques, comme par exemple le 2,4-D, ne sont que très difficilement métabolisées.

Transport de l'auxine

L'AIA est un acide faible dont le pKa est d'environ 4,8. L'équilibre entre la forme protonée AIAH et la forme anionique AIA évolue donc en fonction du pH environnant. Ainsi, à pH neutre ou basique, la forme anionique l'emporte alors qu'à pH acide, l'équilibre se déplace en faveur de la forme protonée. Celle-ci est lipophile et facilement diffusible au travers de la membrane plasmique alors que l'anion ne diffuse pas. Le pH moyen de l'espace apoplastique (espace extracellulaire compris entre la membrane plasmique et la paroi) est d'environ 5,5. Dans ces conditions, une fraction significative de l'AIA est sous forme protonée, ce qui favorise son entrée dans la cellule, à la faveur du gradient de pH. Dans le cytosol dont le pH est d'environ 7,4, l'AIAH est aussitôt dissocié en AIA et H+.

L'AIA est aussi transporté au travers de la membrane plasmique par des transporteurs sélectifs, qui contrôlent soit son entrée (transporteurs d'influx), soit sa sortie (transporteurs d'efflux). Les protéines impliquées dans le transport d'influx, identifiées par des études génétiques, appartiennent à une famille de perméases aux acides aminés, nommées AUX1/LAX, du nom des mutants d'Arabidopsis thaliana isolés initialement aux1 (auxin resistant 1) et lax (like aux1). Les transporteurs d'influx ne sont pas présents dans toutes les cellules et semblent être associés au chargement de l'AIA vers le phloème, et à des redistributions localisées d'AIA nécessaires à la croissance et au développement des plantes (par exemple la formation des racines latérales ou le gravitropisme). Le transport d'efflux de l'AIA apparaît plus complexe et fait intervenir plusieurs types de protéines. Ces transporteurs d'efflux jouent un rôle essentiel dans le contrôle de l'homéostasie, l'établissement de gradients de concentration localisés et le transport à longue distance de l'AIA, des lieux de synthèse situés dans la région apicale vers les racines. La capacité de redistribution de l'AIA, étroitement liée à l'activité et à la localisation [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Phototropisme

Phototropisme
Crédits : Cathlyn Melloan/ Stone/ Getty Images

photographie

Test Avena

Test Avena
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Auxines : structure chimique

Auxines : structure chimique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

AIA : structure de trois composés

AIA : structure de trois composés
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  AUXINES  » est également traité dans :

PREMIÈRE HORMONE VÉGÉTALE : L'AUXINE

  • Écrit par 
  • Claude LANCE
  •  • 211 mots

En isolant, en 1928, à partir du coléoptile d'avoine (gaine entourant les jeunes feuilles au début de la germination), une substance (ultérieurement nommée auxine et identifiée à l'acide β-indolylacétique ou AIA) qui est capable de promouvoir l'élongation de cet organe, Fritz W. Went (1903-1990) a ouvert la voie à l'étude des facteurs chimiques (hormones végétales) qui conditionnent la croissance […] Lire la suite

COMMUNICATION CELLULAIRE

  • Écrit par 
  • Yves COMBARNOUS
  •  • 6 582 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Contrôle du développement et de la reproduction »  : […] Les phytohormones (hormones végétales) participent au développement des différents organes des plantes puis à la coordination de leurs fonctions ainsi qu’aux communications avec d’autres organismes. Ainsi l’auxine, les cytokinines, l’acide abscissique (ABA), les brassinostéroïdes, l’éthylène, les gibbérellines, l’acide jasmonique, les strigolactones, le florigène et peut-être d’autres encore part […] Lire la suite

CROISSANCE, biologie

  • Écrit par 
  • André MAYRAT, 
  • Raphaël RAPPAPORT, 
  • Paul ROLLIN
  • , Universalis
  •  • 14 748 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Substances régulatrices »  : […] Il ne s'agit pas de substances macrotrophiques mais de composés agissant à faibles doses et indispensables à la croissance. Ces substances ( vitamines, hormones) ne sont pas nécessairement synthétisées par tous les végétaux et, pour un même végétal, par tous les organes. Prise dans son ensemble, une plante supérieure est autotrophe aux vitamines B 1 , B 2 , B 6 , C et PP, qui entrent généralement […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement végétal

  • Écrit par 
  • Georges DUCREUX, 
  • Hervé LE GUYADER, 
  • Jean-Claude ROLAND
  •  • 19 209 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Facteurs de régulation »  : […] Fondamentalement, la possibilité de reprogrammation et le retour à la totipotence prouvent sans ambiguïté qu'il n'y a pas d'altération du matériel génétique pendant la différenciation mais bien mise en jeu de systèmes de répression – dérépression temporaires. Les lots de gènes silencieux gardent bien leur capacité de transcription et peuvent l'exprimer si les conditions changent. Parmi les candida […] Lire la suite

FRUITS

  • Écrit par 
  • Jean-Luc REGNARD, 
  • Roger ULRICH
  • , Universalis
  •  • 7 958 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le sort du fruit : déhiscence et chute »  : […] Le sort du fruit mûr varie d'une espèce à une autre : il se décompose sur pied, tombe (nombreux fruits charnus et akènes), se disjoint en articles (gousse d' Hedysarum , fig. 1 ), ou le péricarpe s'ouvre en libérant les graines (capsules diverses). Quelques plantes enfouissent leurs fruits (arachide, linaire cymbalaire). Les fruits charnus et les fruits secs à graine unique sont généralement indé […] Lire la suite

PHYTOHORMONES ou HORMONES VÉGÉTALES

  • Écrit par 
  • Robert BOURIQUET
  •  • 2 779 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Interrelations hormonales »  : […] Les cultures de tissus, dont l'histoire est étroitement liée à celle des hormones végétales, ont permis l'étude des substances de croissance, leur mode d'action et leurs interactions. Aussi, selon la dose utilisée, les manifestations de l'auxine seront diverses : à faible concentration, elle stimule la multiplication des cellules cambiales ; à dose plus élevée, elle a des propriétés rhizogènes ; […] Lire la suite

RÉSERVES PHYSIOLOGIQUES - Réserves végétales

  • Écrit par 
  • Jacques MIÈGE
  •  • 8 615 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Contrôle de l'utilisation des réserves »  : […] La mobilisation des réserves est liée à la réhumidification des graines. Avec celle-ci s'instaure un métabolisme actif qui est révélé par une respiration intense et une synthèse de nouvelles protéines servant à la croissance de la jeune plantule. Ces phénomènes débutent avec l'intervention d'enzymes dont l'action est déclenchée par des commandes hormonales venant en général de l'embryon. Ils ont […] Lire la suite

TROPISMES VÉGÉTAUX

  • Écrit par 
  • K. V. THIMANN
  •  • 3 980 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Mécanismes »  : […] Quel est le récepteur du stimulus géotropique ? F. Noll, en 1892, observant chez les Invertébrés la présence de particules denses qui se déplacent sous l'action de la pesanteur, suggéra que les plantes pouvaient posséder de semblables particules. En 1900, B. Nemeč identifia ces particules dans les racines aux grains d'amidon ou aux cristaux contenus dans les cellules de la coiffe, et G. Haberlandt […] Lire la suite

TUMEURS ET GALLES VÉGÉTALES

  • Écrit par 
  • Jean ROUSSAUX
  •  • 6 456 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Tissus anergiés »  : […] On sait depuis longtemps que des tissus végétaux maintenus en culture in vitro sur des milieux contenant des hormones de croissance (cytokinines, auxines) subissent des modifications physiologiques profondes et peuvent ensuite proliférer de manière autonome. Ces tissus sont dits habitués ou anergiés. Ainsi, des tissus de vigne vierge cultivés en présence d'auxine, élément initialement indispensab […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Catherine PERROT-RECHENMANN, « AUXINES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/auxines/