AUXINES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Origine et découverte

Les premières observations suggérant la présence d'une substance chimique modifiant la croissance de la plante en réponse à un éclairement unilatéral datent de la fin du xixe siècle. Charles Darwin (1809-1882) et son fils Francis (1848-1925) publient en 1881, dans The Power of Movement in Plants, le fruit de leurs observations et de leurs expériences sur les coléoptiles de Phalaris canariensis L. (alpiste des Canaries, famille des Poaceae ou Graminées), tentant de comprendre comment les plantes se courbent et s'orientent en direction d'une source lumineuse. Ainsi, ils observent que le sommet du coléoptile perçoit la lumière mais que la région de courbure se situe quelques millimètres en dessous. Ils constatent de plus que, si le sommet du coléoptile est coupé ou masqué par un capuchon opaque, aucune courbure ne se produit. Ils en concluent qu'un signal de croissance est produit au sommet du coléoptile, voyage jusqu'à la zone de croissance et fait que celle-ci est plus rapide sur la face ombrée du coléoptile que sur sa face illuminée. En 1913, Peter Boysen-Jensen (1883-1959) découvre que le signal de croissance peut traverser de la gélatine mais pas un matériel imperméable comme une feuille de mica. En 1919, Árpád Paál accumule les premières preuves que le signal de croissance est de nature chimique. En 1926, Fritz W. Went (1903-1990) montre que la substance de croissance active provenant de pointes de coléoptile d'avoine peut diffuser dans un bloc d'agar et conserver son effet de stimulation de la croissance des coléoptiles. À partir de cette observation, il met au point un essai biologique s'appuyant sur la mesure de l'angle de courbure de coléoptile d'avoine après dépôt d'un bloc d'agar sur une moitié du coléoptile. Ce test, dit « test Avena » (fig. 1), vise à mettre en évidence et à quantifier l'activité biologique de cette substance de croissance qu'il nomme auxine (du grec auxein, « augmenter, croître »). Au milieu des années 1930, les biochimistes Fritz Kögl ( [...]

Test Avena

Test Avena

Dessin

Différentes étapes du test Avena La partie supérieure du coléoptile est sectionnée (1) et transposée sur des blocs de gélose (2) dans lesquels l'auxine diffuse. Le bloc de gélose ainsi préparé, posé asymétriquement sur le coléoptile décapité (3), provoque une courbure (4) ; elle... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher


Médias de l’article

Phototropisme

Phototropisme
Crédits : Cathlyn Melloan/ Stone/ Getty Images

photographie

Test Avena

Test Avena
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Auxines : structure chimique

Auxines : structure chimique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

AIA : structure de trois composés

AIA : structure de trois composés
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  AUXINES  » est également traité dans :

PREMIÈRE HORMONE VÉGÉTALE : L'AUXINE

  • Écrit par 
  • Claude LANCE
  •  • 211 mots

En isolant, en 1928, à partir du coléoptile d'avoine (gaine entourant les jeunes feuilles au début de la germination), une substance (ultérieurement nommée auxine et identifiée à l'acide β-indolylacétique ou AIA) qui est capable de promouvoir l'élongation de cet organe, Fritz W. Went (1903-1990) a ouvert la voie à l'étude des facteurs chimiques (hormones végétales) qui conditionnent la croissance […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/premiere-hormone-vegetale-l-auxine/#i_6842

COMMUNICATION CELLULAIRE

  • Écrit par 
  • Yves COMBARNOUS
  •  • 6 579 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Contrôle du développement et de la reproduction »  : […] Les phytohormones (hormones végétales) participent au développement des différents organes des plantes puis à la coordination de leurs fonctions ainsi qu’aux communications avec d’autres organismes. Ainsi l’auxine, les cytokinines, l’acide abscissique (ABA), les brassinostéroïdes, l’éthylène, les gibbérellines, l’acide jasmonique, les strigolactones, le florigène et peut-être d’autres encore part […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/communication-cellulaire/#i_6842

CROISSANCE, biologie

  • Écrit par 
  • André MAYRAT, 
  • Raphaël RAPPAPORT, 
  • Paul ROLLIN
  • , Universalis
  •  • 14 744 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Substances régulatrices »  : […] Il ne s'agit pas de substances macrotrophiques mais de composés agissant à faibles doses et indispensables à la croissance. Ces substances ( vitamines, hormones) ne sont pas nécessairement synthétisées par tous les végétaux et, pour un même végétal, par tous les organes. Prise dans son ensemble, une plante supérieure est autotrophe aux vitamines B 1 , B 2 , B 6 , C et PP, qui entrent généralement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/croissance-biologie/#i_6842

DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement végétal

  • Écrit par 
  • Georges DUCREUX, 
  • Hervé LE GUYADER, 
  • Jean-Claude ROLAND
  •  • 19 202 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Facteurs de régulation »  : […] Fondamentalement, la possibilité de reprogrammation et le retour à la totipotence prouvent sans ambiguïté qu'il n'y a pas d'altération du matériel génétique pendant la différenciation mais bien mise en jeu de systèmes de répression – dérépression temporaires. Les lots de gènes silencieux gardent bien leur capacité de transcription et peuvent l'exprimer si les conditions changent. Parmi les candida […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/developpement-biologie-le-developpement-vegetal/#i_6842

FRUITS

  • Écrit par 
  • Jean-Luc REGNARD, 
  • Roger ULRICH
  • , Universalis
  •  • 7 953 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le sort du fruit : déhiscence et chute »  : […] Le sort du fruit mûr varie d'une espèce à une autre : il se décompose sur pied, tombe (nombreux fruits charnus et akènes), se disjoint en articles (gousse d' Hedysarum , fig. 1 ), ou le péricarpe s'ouvre en libérant les graines (capsules diverses). Quelques plantes enfouissent leurs fruits (arachide, linaire cymbalaire). Les fruits charnus et les fruits secs à graine unique sont généralement indé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fruits/#i_6842

PHYTOHORMONES ou HORMONES VÉGÉTALES

  • Écrit par 
  • Robert BOURIQUET
  •  • 2 779 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Interrelations hormonales »  : […] Les cultures de tissus, dont l'histoire est étroitement liée à celle des hormones végétales, ont permis l'étude des substances de croissance, leur mode d'action et leurs interactions. Aussi, selon la dose utilisée, les manifestations de l'auxine seront diverses : à faible concentration, elle stimule la multiplication des cellules cambiales ; à dose plus élevée, elle a des propriétés rhizogènes ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phytohormones-hormones-vegetales/#i_6842

RÉSERVES PHYSIOLOGIQUES - Réserves végétales

  • Écrit par 
  • Jacques MIÈGE
  •  • 8 610 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Contrôle de l'utilisation des réserves »  : […] La mobilisation des réserves est liée à la réhumidification des graines. Avec celle-ci s'instaure un métabolisme actif qui est révélé par une respiration intense et une synthèse de nouvelles protéines servant à la croissance de la jeune plantule. Ces phénomènes débutent avec l'intervention d'enzymes dont l'action est déclenchée par des commandes hormonales venant en général de l'embryon. Ils ont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reserves-physiologiques-reserves-vegetales/#i_6842

TROPISMES VÉGÉTAUX

  • Écrit par 
  • K. V. THIMANN
  •  • 3 978 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Mécanismes »  : […] Quel est le récepteur du stimulus géotropique ? F. Noll, en 1892, observant chez les Invertébrés la présence de particules denses qui se déplacent sous l'action de la pesanteur, suggéra que les plantes pouvaient posséder de semblables particules. En 1900, B. Nemeč identifia ces particules dans les racines aux grains d'amidon ou aux cristaux contenus dans les cellules de la coiffe, et G. Haberlandt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tropismes-vegetaux/#i_6842

TUMEURS ET GALLES VÉGÉTALES

  • Écrit par 
  • Jean ROUSSAUX
  •  • 6 453 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Tissus anergiés »  : […] On sait depuis longtemps que des tissus végétaux maintenus en culture in vitro sur des milieux contenant des hormones de croissance (cytokinines, auxines) subissent des modifications physiologiques profondes et peuvent ensuite proliférer de manière autonome. Ces tissus sont dits habitués ou anergiés. Ainsi, des tissus de vigne vierge cultivés en présence d'auxine, élément initialement indispensab […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tumeurs-et-galles-vegetales/#i_6842

Voir aussi

Pour citer l’article

Catherine PERROT-RECHENMANN, « AUXINES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/auxines/