AUTRICHE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique d'Autriche (AT)
Chef de l'ÉtatAlexander Van der Bellen (depuis le 26 janvier 2017)
Chef du gouvernementAlexander Schallenberg (depuis le 11 octobre 2021)
CapitaleVienne
Langue officielleallemand
Unité monétaireeuro (EUR)
Population8 949 000 (estim. 2021)
Superficie (km2)83 883

La littérature autrichienne

Les structures politiques et sociales qui ont marqué d'une façon indélébile la littérature autrichienne se sont cristallisées à l'époque de la guerre de Trente Ans. Ces structures (absolutisme monarchique, prédominance d'une aristocratie cosmopolite, recatholicisation systématique) rendent compte de certaines constantes de la civilisation autrichienne, entre autres de la primauté des arts ostentatoires, c'est-à-dire, pour ce qui est des lettres, des genres parlés et en particulier du théâtre. L'importance, en Autriche, du drame musical, de l'oratorio et du lied s'explique ainsi. La permanence de schémas catholiques est également frappante : ordre providentiel reconnaissable dans l'univers, et jusque dans la hiérarchie politique et sociale, d'où dérive une morale foncièrement antisubjectiviste. Ce n'est que dans la seconde moitié du xixe siècle qu'une nouvelle conjoncture rend possible la naissance d'une littérature d'un type nouveau.

La littérature de l'âge baroque

Rares sont les « Autrichiens » qui, au xviie siècle, s'illustrent dans les lettres « allemandes », et pourtant cette époque voit l'apogée de l'école silésienne – en un pays sous suzeraineté habsbourgeoise, mais resté en grande partie protestant. Deux noms sont à citer : celui de Johann Beer (1655-1700), le plus grand des romanciers « baroques » allemands après Grimmelshausen (originaire de Haute-Autriche, il fit carrière dans le Nord protestant), et celui du moine augustin Abraham a Sancta Clara (de son nom véritable Ulrich Megerle, 1646-1709), originaire de l'Autriche « antérieure » alémanique, prédicateur de la cour mais qui sut également toucher le public populaire par sa verve extraordinaire.

Sous l'empereur Léopold Ier, l'opéra italien prend racine à Vienne, et pour longtemps. Mozart mettra encore en musique des textes italiens ; des poeti cesarei italiens, dont Métastase, fourniront à la cour, jusqu'au début du xixe siècle, des libretti et des poèmes de circonstance. De leur côté, les Jésuites organisent leurs ludi caesarei, à l'occasion desquels on représente devant l'empereur de somptueuses tragédies en latin.

À la fin du siècle, Joseph Anton Stranitzky (1676 env.-1725) commence à démarquer en allemand des livrets d'opéra et des drames héroïques ; il y insère des scènes grotesques, où il paraît lui-même sous le masque de Hanswurst pour ironiser sur les grands sentiments et les discours des personnages de haut rang. Grâce à Stranitzky et à la tradition du théâtre populaire dont il est le fondateur, certains schémas dramatiques baroques sont transmis aux générations futures.

La littérature du siècle joséphiste

Le renouveau de la littérature de langue allemande, vers le milieu du xviiie siècle, est intimement lié aux réformes destinées à moderniser l'État des Habsbourg. La politique de centralisation augmente le rôle et le prestige des fonctionnaires germanophones, c'est-à-dire de la classe qui, dans ce pays, tient lieu de bourgeoisie. Pendant plus d'un siècle encore, c'est cette classe qui fournit à la littérature son public, ses auteurs et son idéologie, dont l'aboutissement est une idolâtrie de l'État et du prince. Proches du pouvoir, ces fonctionnaires héritent des goûts de la haute noblesse, en particulier de sa prédilection pour le théâtre et la musique. En même temps, ils se mettent à l'école des auteurs du nord de l'Allemagne et harmonisent leurs enseignements avec les traditions locales.

En dehors du théâtre, cette littérature n'a le plus souvent qu'un intérêt anecdotique et documentaire. Restent cependant lisibles la Travestie de l'Énéide de l'ex-jésuite, franc-maçon et « jacobin » Alois Blumauer (1755-1798), le Melchior Striegel de Joseph Franz Ratschky (1756-1810), une épopée burlesque qui transfère, pour s'en moquer sans méchanceté, les événements révolutionnaires parisiens dans une petite bourgade de la province autrichienne, les épopées romanesques de Johann Baptist von Alxinger (1755-1797), qui s'inspire de l'Oberon de Wieland, mais remplace l'ironie et la fantaisie poétique de celui-ci par la gravité d'un philanthrope militant.

Le théâtre populaire jusqu'à Nestroy

Le théâtre populaire baroque continue à prospérer ; jusqu'au début du xixe siècle, la technique de l'improvisation est toujours pratiquée. Le dernier Kasperle, Johann La Roche, ne meurt qu'en 1806. Une évolution est à noter cependant : Philipp Haffner (1731-1764) combine l'ancienne farce et la féerie avec la comédie littéraire, française ou italienne. Karl Friedrich Hensler (1759-1825) amalgame le drame bourgeois sentimental et le drame de chevalerie. Emanuel Schikaneder (1751-1812), auteur du livret de La Flûte enchantée, Joachim Perinet (1763-1816), Ferdinand Kringsteiner surtout (1775-1810) inventent le tableau de mœurs « local », vériste et grotesque à la fois. Dans cette Lokalposse, cette « farce viennoise » enrichie d'éléments fantastiques et parodiques, s'illustrent les trois grands devanciers de Raimund : Joseph Alois Gleich (1778-1841), Karl Meisl (1773-1852) et Adolf Bäuerle (1786-1859).

L'acteur Ferdinand Raimund (1790-1836) commence sa carrière d'écrivain en imitant Gleich et Meisl. Mais ses pièces sont mieux écrites et mieux composées et elles sont empreintes d'une poésie très personnelle. C'est grâce à la vertu et à la bonté naturelles des personnages, et non plus par l'intervention d'une fée ou d'un « esprit », que l'ordre est rétabli dans ce monde comme dans celui d'en haut.

Johann Nepomuk Nestroy (1801-1862) ne croit plus aux miracles de la bonté. Ses féeries sont en fait des antiféeries ; elles réfutent l'idée d'harmonie universelle à laquelle Raimund s'accrochait encore. Pour les gredins endurcis de Nestroy, il n'y a plus d'amendement ni de rédemption : au mieux, ils se muent en philosophes sceptiques et plus souvent cyniques. Nestroy reste sans illusions, même quand la férocité de la satire le cède à l'ironie du sage. Ses innombrables pièces (féeries, farces, vaudevilles, mélodrames) abondent en maximes, en apophtegmes, d'une vigueur et parfois d'une poésie inimitables.

Le théâtre noble

Sur la scène du Burgtheater, que Joseph II fonda en 1776 pour promouvoir la littérature dramatique « nationale », c'est-à-dire de langue allemande, ne furent donnés d'abord, à côté des opéras, que de médiocres comédies, des drames bourgeois ou des drames de chevalerie.

Les drames de Heinrich Joseph von Collin (1771-1811), de facture classique, marqués à la fois par l'influence de Métastase et par celle des Weimariens, illustrent l'idéologie joséphiste du strict dévouement à l'État, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 51 pages

Médias de l’article

Autriche : carte physique

Autriche : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Autriche : drapeau

Autriche : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Autriche : organisation de l'espace

Autriche : organisation de l'espace
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Salzbourg, Autriche

Salzbourg, Autriche
Crédits : W. Buss/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Afficher les 20 médias de l'article


Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de l'Université, docteur ès lettres, professeur à l'université de Munich
  • : professeur émérite à l'université de Paris-IV-Sorbonne
  • : maître de conférences à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne
  • : maître de conférences en géographie
  • : professeur émérite des Universités
  • : professeur émérite d'histoire contemporaine à l'université de Rouen

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

5-16 août 2021 Union européenne – Afghanistan. Suspension des expulsions vers l'Afghanistan.

l’Autriche, adressent un courrier à la Commission européenne, lui demandant « d’engager un dialogue intensifié avec les partenaires afghans sur toutes les questions migratoires urgentes, y compris une coopération rapide et efficace en matière de retour » et indiquant que « l’arrêt des retours envoie un mauvais signal et est susceptible de motiver encore […] Lire la suite

1er-23 juillet 2021 Union européenne. Début d'approbation des plans de relance post-Covid-19.

Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, France, Grèce, Italie, Lettonie, Luxembourg, Portugal, Slovaquie). Le 22, Eurostat indique que, à la fin du premier trimestre 2021, la dette publique européenne a dépassé pour la première fois le montant du PIB des Vingt-Sept, à 100,5 %, en raison de la baisse des recettes et de l’augmentation des dépenses liées […] Lire la suite

11 mars 2021 Hongrie – Pologne – Union européenne. Recours de Budapest et Varsovie devant la Cour de justice.

Autriche) en avaient fait une condition de leur ralliement au principe d’un endettement commun pour financer le plan de relance de 750 milliards d’euros adopté en décembre 2020 en vue de faire face aux effets économiques de la pandémie de Covid-19. […] Lire la suite

4 février 2021 Belgique. Condamnation d'un ancien diplomate iranien pour terrorisme.

Autriche, Assadollah Assadi, à vingt ans de prison pour « tentative d’assassinat à caractère terroriste » et « participation à un groupe terroriste », pour avoir coordonné un projet d’attentat contre une réunion du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), un mouvement d’opposition au régime de Téhéran, à Villepinte (Seine-Saint-Denis), en […] Lire la suite

5-16 novembre 2020 Union européenne. Veto de la Hongrie et de la Pologne au lien entre plan de relance européen et respect de l'État de droit.

Autriche, Danemark – ont fait de cette référence une condition de leur soutien à un plan de relance fondé sur un emprunt commun. Le 16, la Hongrie et la Pologne mettent leur menace à exécution, rejetant le budget pluriannuel 2021-2027, ainsi que le dispositif permettant à la Commission de s’endetter pour financer le plan de relance. Budapest et Varsovie […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roger BAUER, Jean BÉRENGER, Annie DELOBEZ, Christophe GAUCHON, Félix KREISSLER, Paul PASTEUR, « AUTRICHE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/autriche/