AUTO SACRAMENTAL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Règne de l'allégorie

Cette symbiose du théâtre sacré et du théâtre profane a valu au genre eucharistique un grand éclat littéraire et des moyens techniques inespérés pour des spectacles de plein air. À des dramaturges qui étaient presque tous des prêtres, la « quadruple interprétation » traditionnelle de l'Écriture offrait maintes « figures » toutes faites pour représenter le don divin de l'eucharistie : les « pains de proposition » de la loi de Moïse, la manne, nourriture céleste des Hébreux dans le désert, autant d'applications de l'histoire sainte à l'hostie que les sermons avaient rendues familières. Restait à leur donner vie dramatique et lyrique. Les moralités allégoriques, dont la tradition était déjà ancienne, pouvaient facilement devenir « sacramentelles » au dénouement. Lope de Vega, dans un de ses autos de jeunesse, Le Voyage de l'Âme, reprend un vieux thème avec son symbole connu, le navire. Quand, à la fin, l'Âme s'embarque sur la nef de pénitence avec le Christ, elle sait que celui-ci est non seulement « guide » mais « pain vivant » pour la traversée. Les poètes apprennent à manier un monde d'abstraction dont le catéchisme enseignait les noms et qu'ils vont pouvoir personnifier : les vertus, les vices, les ennemis de l'âme (diable, monde et chair), les puissances de l'âme ou facultés (raison, entendement, mémoire, volonté). Même les entités résumant le monde matériel (les quatre éléments : terre, eau, air et feu, les quatre saisons) pouvaient devenir personnages du drame.

Volonté, puissance capricieuse, était un rôle pour le gracioso ou bouffon de la troupe. L'Âme était une dama. De même que les comédies profanes étaient bâties pour donner des emplois aux acteurs et actrices dont l'imprésario disposait, l'art de l'auto tablait sur des assimilations obligées entre des emplois stéréotypés (barbons, dames et galants, valets comiques) et les figures sacrées ou allégoriques. Celles-ci formaient, comme ceux-là, des couples accordés ou des paires antagonistes. Les caractères s'apparentaient d'un domaine à l'autre, les costumes étaient les mêmes. Aussi la tent [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, membre de l'Institut, administrateur honoraire du Collège de France

Classification


Autres références

«  AUTO SACRAMENTAL  » est également traité dans :

CALDERÓN DE LA BARCA PEDRO (1600-1681)

  • Écrit par 
  • Charles Vincent AUBRUN
  •  • 2 459 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les « autos sacramentales » »  : […] Les autos sacramentales sont, sous la plume de Calderón, des pièces allégoriques de plus de mille vers, que l'on représentait le jour de la Fête-Dieu dans les rues des villes et des villages et dont le dénouement implique l'intervention divine matérialisée par l'Eucharistie. Le poète part de n'importe quelle donnée : de circonstance, biblique, mythologique ou de pure fantaisi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pedro-calderon-de-la-barca/#i_1063

COMEDIA, Espagne

  • Écrit par 
  • Charles Vincent AUBRUN
  •  • 2 606 mots

Dans le chapitre « Le déclin »  : […] De 1644 à 1650, c'est l'éclipse. Les malheurs de l'État, la défaite de Rocroi et les deuils de la famille royale fanent soudain la belle floraison du théâtre, interdit par décret. Lorsque les spectacles reprennent, Calderón, entré dans les ordres, est commis, avec un courtisan et un metteur en scène italien, aux divertissements de la Cour. Il donne alors dans la comédie lyrique, une sorte d'opéra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedia-espagne/#i_1063

ENCINA JUAN DEL (1469-1529)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 447 mots

Poète, compositeur et auteur dramatique, Juan del Encina est le premier dramaturge important dans l'histoire du théâtre espagnol, dont il est souvent appelé le patriarche. Il fait ses études à Salamanque, où il remplira par la suite la charge du maître de chapelle de la cathédrale. En 1492, il entre au service du second duc d'Albe comme poète, musicien et dramaturge attaché à la maison. Il se rend […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-del-encina/#i_1063

GARCÍA VICTOR (1934-1982)

  • Écrit par 
  • Colette GODARD
  •  • 799 mots

Victor García était argentin, mais contrairement à ses compatriotes du groupe TSE et à Jorge Lavelli, il n'était pas un enfant des villes. Né à Tucumán, il est élevé dans une ferme isolée, à deux mille kilomètres de Buenos Aires. Sa vie et son œuvre sont marquées par une sorte de sauvagerie masochiste due au refus viscéral des masques sociaux, par un paganisme diffus et sacrilège. Il fait ses étud […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/victor-garcia/#i_1063

MIRA DE AMESCUA ANTONIO (1574?-1644)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 373 mots

Dramaturge espagnol né à Guadix (province de Grenade), Mira de Amescua est ordonné prêtre en 1610. En 1616 il accompagne le duc de Lemos à Naples, puis est chapelain à Grenade. Il néglige sa vocation ecclésiastique au profit de sa vocation littéraire. Chapelain à Madrid il fréquente Góngora, Lope de Vega, Tirso de Molina. Sa réputation est grande. Il meurt à Guadix où il avait obtenu une place d'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonio-mira-de-amescua/#i_1063

ROJAS Y ZORRILLA FRANCISCO DE (1607-1648)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 449 mots

L'un des principaux dramaturges de l'époque de Calderón. Plusieurs de ses pièces furent jouées au palais royal. Rojas y Zorrilla a écrit quelque soixante-dix comedias et une quinzaine d' autos sacramentales dont El Rico Avariento ( Le Riche Avare ) et La Viña de Nabot ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francisco-de-rojas-y-zorrilla/#i_1063

TIMONEDA JOAN (1518?-1583)

  • Écrit par 
  • Bernard GILLE
  •  • 645 mots

Né à Valence, ce tanneur, devenu libraire vers 1547, se fait connaître à partir de 1553 en éditant ses œuvres ou celles de ses amis. À sa mort, il jouit d'une confortable aisance dont témoigne son testament. Cette biographie embourgeoisée et sa culture d'autodidacte boulimique ont pu conduire certains historiens à le qualifier d'« honnête boutiquier » ou de « vulgarisateur de profession » (H. Méri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joan-timoneda/#i_1063

TIRSO DE MOLINA (1580 env.-1648)

  • Écrit par 
  • Pierre GUENOUN
  •  • 1 717 mots

Dans le chapitre « Aspects généraux du théâtre de Tirso »  : […] Ce théâtre qui constitue par ses dimensions et par sa richesse le cœur même de l'œuvre de Tirso ne nous est que partiellement parvenu. Sur les quatre cents pièces que Gabriel Téllez aurait écrites, on a conservé quelque quatre-vingts comedias , dont plus de cinquante sont incontestablement de sa main et bon nombre d'autres probablement de lui, sans compter cinq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tirso-de-molina/#i_1063

VICENTE GIL (1465 env.-env. 1537)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 1 187 mots

Dans le chapitre « Les œuvres religieuses »  : […] La première pièce, Le Monologue du bouvier ( El Monólogo do vaqueiro ), fut représentée en 1502 devant la reine Marie de Portugal, fille des Rois Catholiques d'Espagne. D'abord dans le prolongement des églogues de Juan del Encina et de Lucas Fernández, les premières courtes scènes religieuses de Vicente, l' Auto dos Reyes Magos ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gil-vicente/#i_1063

Voir aussi

Pour citer l’article

Marcel BATAILLON, « AUTO SACRAMENTAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/auto-sacramental/