AUTO SACRAMENTAL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Symbiose avec la « comedia »

Un tel théâtre aurait pu être pris en main par des amateurs pieux ranimant chaque printemps des pièces traditionnelles, sans interférences avec la comedia profane qui conquiert alors sa place permanente dans les divertissements urbains. Or, on vit au contraire les comédiens professionnels s'emparer des autos sacramentales et en faire le pivot de leur activité annuelle. Les théâtres fixes (corrales) qui s'installaient vers 1585, notamment à Madrid, étaient loués aux troupes par les hôpitaux ; leurs recettes, acquittant cette sorte de « droit des pauvres », liaient le monde du spectacle à la bienfaisance : grande force dans la lutte contre les rigoristes, quand ceux-ci réclamaient l'interdiction des comedias qu'ils taxaient d'immoralité. Les autos sacramentales vinrent offrir aux compagnies théâtrales, en même temps qu'une justification religieuse, une base économique d'existence.

En effet, les municipalités des grandes villes, voulant rivaliser de splendeur dans la célébration de la Fête-Dieu, se disputent le concours des troupes d'acteurs les plus renommées en même temps qu'elles commandent aux meilleurs poètes des autos qu'on veut originaux autant que fervents. Ces pièces deviennent la raison d'être ou du moins le prétexte de contrats annuels qui assurent à un imprésario un financement de son entreprise, à une population urbaine des spectacles à la mesure de sa richesse et de ses goûts. Si la ville garantit à une troupe une somme de 200 ducats ou plus pour qu'elle joue les autos nouveaux plusieurs fois le jour de la fête (devant la Cour ou les autorités, devant le peuple des rues), si elle fait les frais des installations fixes ou mobiles (chars) nécessaires à ces représentations, l'imprésario s'engage à habiller sa troupe de beaux costumes neufs, et la relâche du carême lui permettra de faire répéter les comédies, également nouvelles, qui, de Pâques à la Fête-Dieu, jalonneront pour les amateurs une brillante saison de théâtre profane. Les comédiens peuvent ensuite, pour accroître leurs gains, faire des tournées dans des villes de secon [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, membre de l'Institut, administrateur honoraire du Collège de France

Classification

Autres références

«  AUTO SACRAMENTAL  » est également traité dans :

CALDERÓN DE LA BARCA PEDRO (1600-1681)

  • Écrit par 
  • Charles Vincent AUBRUN
  •  • 2 459 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les « autos sacramentales » »  : […] Les autos sacramentales sont, sous la plume de Calderón, des pièces allégoriques de plus de mille vers, que l'on représentait le jour de la Fête-Dieu dans les rues des villes et des villages et dont le dénouement implique l'intervention divine matérialisée par l'Eucharistie. Le poète part de n'importe quelle donnée : de circonstance, biblique, mythologique ou de pure fantaisie. Il constitue en pe […] Lire la suite

COMEDIA, Espagne

  • Écrit par 
  • Charles Vincent AUBRUN
  •  • 2 606 mots

Dans le chapitre « Le déclin »  : […] De 1644 à 1650, c'est l'éclipse. Les malheurs de l'État, la défaite de Rocroi et les deuils de la famille royale fanent soudain la belle floraison du théâtre, interdit par décret. Lorsque les spectacles reprennent, Calderón, entré dans les ordres, est commis, avec un courtisan et un metteur en scène italien, aux divertissements de la Cour. Il donne alors dans la comédie lyrique, une sorte d'opéra […] Lire la suite

ENCINA JUAN DEL (1469-1529)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 447 mots

Poète, compositeur et auteur dramatique, Juan del Encina est le premier dramaturge important dans l'histoire du théâtre espagnol, dont il est souvent appelé le patriarche. Il fait ses études à Salamanque, où il remplira par la suite la charge du maître de chapelle de la cathédrale. En 1492, il entre au service du second duc d'Albe comme poète, musicien et dramaturge attaché à la maison. Il se rend […] Lire la suite

GARCÍA VICTOR (1934-1982)

  • Écrit par 
  • Colette GODARD
  •  • 799 mots

Victor García était argentin, mais contrairement à ses compatriotes du groupe TSE et à Jorge Lavelli, il n'était pas un enfant des villes. Né à Tucumán, il est élevé dans une ferme isolée, à deux mille kilomètres de Buenos Aires. Sa vie et son œuvre sont marquées par une sorte de sauvagerie masochiste due au refus viscéral des masques sociaux, par un paganisme diffus et sacrilège. Il fait ses étud […] Lire la suite

MIRA DE AMESCUA ANTONIO (1574?-1644)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 373 mots

Dramaturge espagnol né à Guadix (province de Grenade), Mira de Amescua est ordonné prêtre en 1610. En 1616 il accompagne le duc de Lemos à Naples, puis est chapelain à Grenade. Il néglige sa vocation ecclésiastique au profit de sa vocation littéraire. Chapelain à Madrid il fréquente Góngora, Lope de Vega, Tirso de Molina. Sa réputation est grande. Il meurt à Guadix où il avait obtenu une place d'a […] Lire la suite

ROJAS Y ZORRILLA FRANCISCO DE (1607-1648)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 449 mots

L'un des principaux dramaturges de l'époque de Calderón. Plusieurs de ses pièces furent jouées au palais royal. Rojas y Zorrilla a écrit quelque soixante-dix comedias et une quinzaine d' autos sacramentales dont El Rico Avariento ( Le Riche Avare ) et La Viña de Nabot ( La Vigne de Nabhot ). Ses principales qualités sont : le sens du tragique et des coups de théâtre, la vis comica , l'intuitio […] Lire la suite

TIMONEDA JOAN (1518?-1583)

  • Écrit par 
  • Bernard GILLE
  •  • 645 mots

Né à Valence, ce tanneur, devenu libraire vers 1547, se fait connaître à partir de 1553 en éditant ses œuvres ou celles de ses amis. À sa mort, il jouit d'une confortable aisance dont témoigne son testament. Cette biographie embourgeoisée et sa culture d'autodidacte boulimique ont pu conduire certains historiens à le qualifier d'« honnête boutiquier » ou de « vulgarisateur de profession » (H. Méri […] Lire la suite

TIRSO DE MOLINA (1580 env.-1648)

  • Écrit par 
  • Pierre GUENOUN
  •  • 1 717 mots

Dans le chapitre « Aspects généraux du théâtre de Tirso »  : […] Ce théâtre qui constitue par ses dimensions et par sa richesse le cœur même de l'œuvre de Tirso ne nous est que partiellement parvenu. Sur les quatre cents pièces que Gabriel Téllez aurait écrites, on a conservé quelque quatre-vingts comedias , dont plus de cinquante sont incontestablement de sa main et bon nombre d'autres probablement de lui, sans compter cinq autos sacramentales dont la paterni […] Lire la suite

VICENTE GIL (1465 env.-env. 1537)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 1 187 mots

Dans le chapitre « Les œuvres religieuses »  : […] La première pièce, Le Monologue du bouvier ( El Monólogo do vaqueiro ), fut représentée en 1502 devant la reine Marie de Portugal, fille des Rois Catholiques d'Espagne. D'abord dans le prolongement des églogues de Juan del Encina et de Lucas Fernández, les premières courtes scènes religieuses de Vicente, l' Auto dos Reyes Magos ou l' Auto pastoril castellano , s'enrichissent par la suite d'éléme […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marcel BATAILLON, « AUTO SACRAMENTAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/auto-sacramental/