AUTELS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'autel et le sacré

L'autel est d'abord la table du dieu. C'est aussi le véhicule du sacrifice, qui doit obligatoirement s'y dérouler pour parvenir à la divinité. Cette fonction détermine même la forme des autels creux dont il a été fait mention. Dans certains cultes populaires chinois, l'érection d'un autel est le moyen de faire descendre le dieu du ciel, mais cette conviction n'est absente d'aucune croyance religieuse. C'est donc un intermédiaire entre l'homme et la divinité, leur point de rencontre.

Ce pouvoir, ce statut découlent de la consécration en vertu de laquelle la divinité prend possession de la table du sacrifice. Ce rite s'est pratiqué de longue date puisqu'il est mentionné dans le Lévitique. Il s'observe chez les Nagô où il présente déjà, malgré le caractère rudimentaire de l'autel, une certaine complexité : aspersions de sang, onctions précédées la veille par le transport en procession des objets liturgiques, portés par une jeune fille impubère.

La présence sacrée se manifeste par le feu qui brûle perpétuellement sur l'autel, ou à côté, chez les peuples qui pratiquent l'holocauste, et souvent par un luminaire permanent. Mais les droits de la divinité s'expriment surtout par l'inviolabilité de la table du sacrifice : chez les Hébreux, comme chez les Grecs ou les Latins, l'offense faite au suppliant, fût-il coupable ou esclave, l'était au dieu.

De par sa nature, l'autel sanctifie tout ce qui le touche, comme le précise le Lévitique. À partir d'un certain point de l'évolution, les rapports de la table et du sacrifice s'inversent. Malgré l'antériorité du second, c'est le caractère sacré de la première qui se communique à lui et le rend propre à l'offrande. Pour la même raison, il intervient à l'occasion d'autres actes cultuels, par exemple l'ordination, et pas seulement chez les chrétiens orthodoxes, mais aussi chez les bouddhistes. Le trône-autel consacre roi celui qui s'y assied, même illégalement, comme l'atteste un épisode des Jataka. Un souvenir de ce pouvoir subsiste [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  AUTELS  » est également traité dans :

AUTEL D'OR DE VOLVINIUS, Milan

  • Écrit par 
  • Christophe MOREAU
  •  • 264 mots

Vers 840, l'évêque de Milan, Angilbert II, commande au maître orfèvre, Volvinius, un autel destiné à accueillir les reliques des saints Gervais et Protais, ainsi que celles de saint Ambroise auquel était consacrée sa cathédrale (l'autel est conservé dans l'église Saint-Ambroise, Milan). L'imposant ouvrage, d'une longueur de 2,20 mètres pour une profondeur de 1,22 mètre et une hauteur de 85 centimè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autel-d-or-de-volvinius/#i_4170

DESIDERIO DA SETTIGNANO (av. 1430-1464)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 483 mots

Fils d'un tailleur de pierre, Desiderio est cité comme maître sculpteur dans un acte de 1453. Ses affinités avec Donatello sont évidentes mais, de 1432 à 1453, celui-ci est à Rome et à Padoue : c'est donc par des sculptures que l'influence de Donatello a pu s'exercer sur Desiderio, qui a certainement travaillé près de Bernardo Rossellino à Florence. L'évolution de Desiderio doit être retracée à pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/desiderio-da-settignano/#i_4170

ÉGLISE, architecture

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 8 040 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le triomphe de la société laïque »  : […] Il est encore difficile de porter un jugement sur les conséquences du dernier concile de l'Église catholique, qui porte le nom de Vatican II (1962-1965). Il paraît déjà, dans le domaine de l'architecture catholique, être aussi déterminant que l'édit de Milan, le césaro-papisme carolingien, la réforme grégorienne et les conciles de Latran IV (1215) et de Trente (1545-1563). Les décisions qui y ont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglise-architecture/#i_4170

ICONOSTASE

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 1 215 mots
  •  • 1 média

Pour les contemporains, l'iconostase évoque cet imposant dressoir d'images saintes qui, dans les communautés orthodoxes de souche gréco-byzantine, isole le fidèle de l'espace sacré par excellence, le sanctuaire. Dans l'usage originel, eikonostasion définissait le support, sur pied ou en console, d'une icône privilégiée, disposée en avant de l'entrée du chœur. Le meuble exist […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/iconostase/#i_4170

INDE (Arts et culture) - L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 132 mots
  •  • 62 médias

Dans le chapitre « L'autel védique »  : […] Le sacrifice constituait à l'époque védique l'acte religieux par excellence. Sur la « trame » de sa liturgie complexe, on prétendait renouveler sans fin la création et assurer l'accord permanent des hommes et des « puissances » divinisées. Aux moments désignés par les astrologues se déroulait une série d'opérations préparatoires : fabrication des briques destinées à l'autel ; choix, purification […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-l-art/#i_4170

JUBÉ

  • Écrit par 
  • Maryse BIDEAULT
  •  • 449 mots

Venant du premier mot de la prière « Jube, Domine, benedicere » qui était chantée avant les leçons, le terme « jubé » est utilisé pour désigner une clôture transversale de bois ou plus souvent de pierre qui ferme le chœur d'une église, généralement entre les deux piles orientales de la croisée du transept. Cette clôture est percée d'une ou de plusieurs portes et souvent couronnée d'une tribune à l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jube/#i_4170

MÉROVINGIENS

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG, 
  • Patrick PÉRIN
  •  • 15 048 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le décor architectural »  : […] Si le décor architectural des petits sanctuaires ruraux nous échappe presque totalement (il était peut-être pour l'essentiel en bois), celui des sanctuaires urbains et des grands monastères des campagnes nous est relativement bien connu, aussi bien par les monuments encore intacts que par les découvertes archéologiques. Comme l'illustre magnifiquement le baptistère de Poitiers (édifice du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/merovingiens/#i_4170

MOSAN ART

  • Écrit par 
  • Philippe VERDIER
  •  • 3 578 mots

Dans le chapitre « Nicolas de Verdun »  : […] Dans la génération suivante, Nicolas de Verdun réalisa dans le programme de l' autel- ambon de Klosterneuburg la somme de la méthode typologique. Les plaques avec leurs figures gravées et niellées de bleu et de rouge se détachent, comme dans les émaux allemands, sur un fond d'émail bleu qui, ici, constitue l'enveloppe atmosphérique d'un dessin essentiellement conçu dans un sens plastique ; elles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-mosan/#i_4170

ORFÈVRERIE CAROLINGIENNE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christophe MOREAU
  •  • 472 mots

397 Mort de saint Ambroise né à Trèves en 339 et élu évêque de Milan en 373. 780-799 Reliquaire de l'évêque Altheus offert par l'évêque à sa cathédrale, Sion, où il est conservé. Les dessins des émaux se rapprochent de certaines figures de l'autel milanais. Première moitié du ix e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orfevrerie-carolingienne-reperes-chronologiques/#i_4170

OTTONIEN ART

  • Écrit par 
  • Florentine MÜTHERICH
  •  • 3 497 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Orfèvrerie et arts mineurs »  : […] Dans le domaine de l'orfèvrerie, l'art ottonien a produit des œuvres qui comptent parmi les témoignages les plus éclatants du Moyen Âge. Aujourd'hui encore, les trésors des églises de Quedlinburg et d'Hildesheim, d'Essen, d'Aix-la-Chapelle et de Trèves, de Bamberg et de Ratisbonne ainsi que les merveilles du trésor impérial conservé à la Hofburg de Vienne en apportent la preuve. Les croix, les re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-ottonien/#i_4170

PALA, art

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 172 mots

Terme italien, désignant traditionnellement les tableaux d'autel, aussi bien les ensembles composés de plusieurs éléments ( Pala de Treviglio , par Bernardo Butinone et Bernardo Zenale ; Pala Griffoni , de Francesco del Cossa et Ercole de' Roberti) que les panneaux simples : Pala des Montefeltre , de Piero della Francesca (env. 1472 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pala-art/#i_4170

PAREMENT D'AUTEL & ANTEPENDIUM

  • Écrit par 
  • Maryse BIDEAULT
  •  • 256 mots

Au sens large, le parement d'autel désigne tout type d'ornement placé sur le devant de la table d'autel pour le masquer et pour le décorer. Au sens strict, l'expression désigne un ornement de drap (soie, satin ou velours) enrichi de broderies ou de peintures. Le parement de Narbonne, conservé au musée du Louvre, est une grande pièce rectangulaire de soie blanche peinte en grisaille. Cette œuvre, q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parement-d-autel-et-antependium/#i_4170

PERGAME

  • Écrit par 
  • Pierre GROS, 
  • Roland MARTIN
  •  • 2 886 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le Grand Autel »  : […] L'une des pièces essentielles du dispositif politico-religieux était assurément le Grand Autel. Étroitement lié au sanctuaire d'Athéna, car établi sur une terrasse inférieure toute proche de celui-ci, il représente sans aucun doute la fondation la plus importante du règne d'Eumène. Bien qu'il conserve la forme traditionnelle des autels à offrandes dont l'Ionie fournit de nombreux exemples depuis l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pergame/#i_4170

PERGAME - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 164 mots

vii e  siècle avant J.-C. Plus anciennes traces d'occupation sur la colline de l'acropole. — 330-— 320 Fondation du sanctuaire d'Athéna sur l'acropole. — 300-— 250 Remparts sans tours délimitant « la ville de Philétairos » (21 hectares), au sud de l'acropole. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pergame-reperes-chronologiques/#i_4170

POZZO ANDREA (1642-1709)

  • Écrit par 
  • Germain BAZIN
  •  • 1 993 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'architecte »  : […] Il est difficile de séparer chez Pozzo le peintre de l'architecte. Son œuvre d'architecte est fort bien connue, grâce à son traité de perspective publié à Rome en 1693 et 1700 ( Perspectiva pictorum et architectorum ), dans lequel il a reproduit ses principales créations. Sa formation d'architecte est encore plus obscure que sa formation de peintre. C'est d'ailleurs en tant q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andrea-pozzo/#i_4170

PRÉDELLE

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 563 mots

Panneau inférieur du tableau d'autel, divisé en plusieurs compartiments peints ou sculptés, la prédelle est un élément important du retable, spécialement en Italie ou dans les régions influencées par l'art italien . Les vicissitudes subies par les œuvres d'art au cours des siècles, le mépris — ou l'intérêt — qu'elles ont suscité, ont amené le démembrement de nombreux retables dont les panneaux ont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/predelle/#i_4170

RETABLE

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 1 110 mots
  •  • 3 médias

À l'origine, le retable était un simple rebord situé à l'arrière de l'autel où l'on posait les objets liturgiques. Puis l'habitude se développa d'y placer des reliques et des images vénérables. Le retable devient, au Moyen Âge, un véritable écran de pierre, de bois sculpté ou de matières précieuses — or, argent, émail — dont le plus somptueux exemple est la Pala d'Oro à Sain […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/retable/#i_4170

ROMAN ART

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 20 510 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Le décor peint de l'autel »  : […] Au décor coloré des absides romanes s'ajoute un ensemble de panneaux peints à la détrempe, plus directement attachés à l'autel. C'est en Catalogne qu'on peut le mieux les étudier, car c'est ce pays qui en conserve le plus grand nombre. Le plus souvent, la partie inférieure de l'autel était dissimulée par un parement consacré à divers thèmes religieux. Il s'agit communément du Christ en majesté, e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-roman/#i_4170

SANCTUAIRE, Grèce hellénistique et Rome antique

  • Écrit par 
  • Pierre GROS, 
  • John SCHEID
  •  • 8 290 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le temple romain et les espaces qu'il domine »  : […] Les particularités impliquées dans la notion de templum ne sont pas sans conséquences sur l'organisation des temples proprement dits. D'abord de nombreux sanctuaires extra-urbains, particulièrement dans le Latium, semblent avoir eu pour origine un bois cultuel, un lucus , où l'on retrouve le rôle des arbres dans la définition des aires sacrées ; la présence de plantations rég […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sanctuaire-grece-hellenistique-et-rome-antique/#i_4170

SCANDINAVIE

  • Écrit par 
  • Martin Edvard BLINDHEIM, 
  • Régis BOYER, 
  • Georges CHABOT, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Nicole PÉRIN, 
  • Jean-Michel QUENARDEL
  •  • 22 094 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Art du métal, orfèvrerie et sculpture en ronde bosse »  : […] À partir des années mille, les Scandinaves surent travailler et dorer le métal : girouettes en cuivre doré et, à partir de 1150 environ, autels dorés. Composés de devants d'autels et parfois de retables et de crucifix, ces autels appartiennent tous au Danemark, sauf le magnifique ensemble de Broddetorp en Suède et un devant d'autel incomplet de Selje en Norvège. Les plus anciens datent de 1150 en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/scandinavie/#i_4170

VITTORIA ALESSANDRO (1525-1608)

  • Écrit par 
  • Jean-René GABORIT
  •  • 347 mots

Originaire de Trente, Alessandro Vittoria reçut dans cette ville sa première formation artistique, probablement auprès de Vincenzo et de Giovanni Gerolamo Grandi. De 1543 à 1547, il travailla dans l'atelier de Jacopo Sansovino à Venise et, malgré quelques séjours à Vicence (1547 et 1576), à Padoue (1555) et à Brescia (1576), c'est à Venise que va se dérouler la majeure partie de sa longue carrière […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alessandro-vittoria/#i_4170

Pour citer l’article

Louis LÉVY, « AUTELS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/autels/