AUSTRALOPITHECUS ANAMENSIS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Définition de l’espèce Australopithecus anamensis et sa place au sein des hominidés

En 1995, tout le matériel fut attribué à une nouvelle espèce, Australopithecus anamensis (signifiant « australopithèque du lac »). Celle-ci est aujourd’hui connue entre 4,2 à 3,9 Ma environ au Kenya et en Éthiopie (site d’Asa-Issie dans le Middle Awash). Elle est représentée par des parties de mâchoires (avec des dents), des os des membres et un fragment d’os temporal. Ce qui est particulièrement intéressant est que les mâchoires présentent des caractères que l'on retrouve chez certains spécimens d'Australopithecus afarensis de Hadar (comme Lucy) en Éthiopie, ou de Laetoli en Tanzanie, et que le squelette postcrânien est plutôt humain. Bien qu’apparemment il soit meilleur bipède qu’Australopithecus afarensis, quelques caractères du poignet et la longueur de l’avant-bras suggèreraient une capacité au grimper selon certains. Cette espèce apparaît donc humaine par le squelette postcrânien et moins humaine par ses dents.

La position d’Australopithecus anamensis dans l’arbre phylétique des hominidés est encore peu claire. Est-ce un descendant d’Ardipithecus – un des premiers hominidés potentiels découverts en Éthiopie et dont l’espèce la plus récente est vieille de 4,4 Ma environ – comme certains l’ont supposé ? Dans ce cas, 200 000 ans seulement séparent les deux groupes. Est-ce une durée suffisante pour modifier aussi fortement le squelette locomoteur, la bipédie d’Australopithecus anamensis étant bien plus humaine que celle d‘Ardipithecus ? Est-ce plutôt l’ancêtre des Australopithecus afarensis ? De nombreux paléontologues considèrent Australopithecus anamensis comme un ancêtre de tous les autres australopithèques et de l'homme. Mais cette espèce, au squelette locomoteur plus humain que celui d’Australopithecus afarensis, pourrait aussi être considérée comme un témoignage ancien de la lignée exclusivement humaine, et ce dès 4 Ma. Toutefois, il ne faut pas oublier qu’i [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur de première classe au Muséum national d'histoire naturelle, Paris

Classification


Autres références

«  AUSTRALOPITHECUS ANAMENSIS  » est également traité dans :

HOMINIDÉS

  • Écrit par 
  • Brigitte SENUT
  •  • 9 525 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « « Australopithecus anamensis » »  : […] Cette espèce, découverte par Meave Leakey et Alan Walker en 1995, sur les sites kenyans de Kanapoi et d'Allia Bay serait vieille de 4,4 à 3,2 Ma environ. Elle est représentée par des fragments de mâchoires et des os des membres, dont un récolté dans les années 1960 par Bryan Patterson et son équipe. Ce qui est particulièrement intéressant est que les mâchoires présentent des caractères que l'on r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hominides/#i_55819

LEAKEY LES

  • Écrit par 
  • Herbert THOMAS
  •  • 2 796 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'héritage et la tradition familiale : Meave Leakey et sa fille Louise »  : […] Lorsque Richard Leakey quitta la direction du Musée national du Kenya en 1989, sa femme Meave, qui était, depuis quelques années déjà, à la tête du département de paléontologie, dut assumer à son tour la coordination des fouilles paléontologiques dans le bassin du lac Turkana, à laquelle, plus tard, elle associera leur fille Louise. Durant les trente-cinq années d'exploration de cette région, le b […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-leakey/#i_55819

Voir aussi

Pour citer l’article

Brigitte SENUT, « AUSTRALOPITHECUS ANAMENSIS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/australopithecus-anamensis/