DUPONT AURÉLIE (1973- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une danseuse à la technique implacable

Née à Paris le 15 janvier 1973, d’un père professeur et chercheur en médecine et d’une mère infirmière, Aurélie Dupont, enfant timide et très réservée, rêve de devenir pianiste concertiste. Mais ses parents ne l’encouragent pas dans cette voie, peut-être pour lui éviter de se refermer davantage sur elle-même. Comme ses deux sœurs (la cadette fera notamment carrière au Ballet national de Marseille et au Ballet de l’Opéra de Lyon), elle se tourne alors vers la danse. Elle s’initie à cet art à l’âge de neuf ans avec Claudine Anglard-Cavret, qui, repérant ses dons, la présente à l’ancienne étoile Liane Daydé. Celle-ci la prépare au concours d’entrée de l’école de danse de l’Opéra de Paris, où elle est admise en 1983, à l’âge de dix ans, après seulement trois mois d’apprentissage.

Tenace et travailleuse, Aurélie Dupont intègre à l’âge de seize ans le corps de ballet. C’est un soulagement, tant le système pédagogique de l’école de danse est demeuré pour elle un souvenir douloureux. Elle doit sa réussite à un acharnement perfectionniste et se révèle une des danseuses dont la technique est la plus accomplie. Elle dira plus tard que cette virtuosité hors du commun lui a permis de préserver une sensibilité et une fragilité enfouies, mais aussi d’atteindre son but. En effet, depuis son entrée dans la compagnie, elle s’imagine au sommet. Elle se présente en 1992 au Concours international de Varna (Bulgarie) et obtient la médaille d’or. Elle est nommée première danseuse en 1996. Angelin Preljocaj lui offre le duo L’Annonciation en 1996, avant de créer avec elle Casanova, en 1998.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  DUPONT AURÉLIE (1973- )  » est également traité dans :

LEGRIS MANUEL (1964- )

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DIÉNIS, 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 204 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une carrière très internationale »  : […] Manuel Legris enchaîne les créations et les prises de rôle avec sa compagnie, mais aussi les invitations qui le font connaître à l'étranger. Il assure le succès d' Arepo de Maurice Béjart (1986), de In the Middle Somewhat Elevated de William Forsythe (1987) ou de Sylvia de John Neumeier (1997). Kenneth MacMillan, Twyla Tharp, Jiř […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manuel-legris/#i_56516

Pour citer l’article

Agnès IZRINE, « DUPONT AURÉLIE (1973- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/aurelie-dupont/