RENOIR AUGUSTE (1841-1919)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Pierre-Auguste Renoir, F. Bazille

Pierre-Auguste Renoir, F. Bazille
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Paul Durand-Ruel, A. Renoir

Paul Durand-Ruel, A. Renoir
Crédits : Archives Durand-Ruel/ Durand-Ruel & Cie

photographie

Jeune Femme à la voilette, A. Renoir

Jeune Femme à la voilette, A. Renoir
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Femme au parasol dans un jardin, A. Renoir

Femme au parasol dans un jardin, A. Renoir
Crédits : AKG

photographie

Tous les médias


Les débuts

Auguste Renoir est né à Limoges, sixième et avant-dernier enfant de Léonard Renoir, tailleur, et de Marguerite Merlet, couturière ; son grand-père paternel, François Renoir, était sabotier : milieu d'artisans modestes, possédant cette intelligence de la main qui va bien au-delà du métier, et incite au goût des belles choses. En 1844, la famille s'était installée à Paris, non loin du Louvre d'abord, puis dans le quartier du Marais. Après l'école, à treize ans, Renoir qui aimait le dessin fut mis en apprentissage chez un peintre sur porcelaine. Quatre années plus tard, l'impression mécanique remplaçant peu à peu le travail manuel, il dut gagner sa vie en décorant des éventails, puis des stores. Ayant amassé quelque argent, il put bientôt se consacrer à la peinture, devenue sa passion, et allait copier au Louvre, où ses parents l'avaient souvent mené. Il avait été attiré tout de suite par Rubens, et par les peintres français du xviiie siècle. « À Watteau et Boucher j'ajoutai Fragonard, surtout les portraits de femmes. Ces bourgeoises de Fragonard !... Distinguées sans cesser d'être bonnes filles. » En mars 1862, il se présentait et était admis à l'école des Beaux-Arts, et s'inscrivait en octobre de la même année à l'académie Gleyre, où il rencontra Claude Monet, Alfred Sisley, Frédéric Bazille. Ce dernier admirait beaucoup Courbet, et aussi Édouard Manet qui l'avait reçu dans son atelier. « Tu comprends, lui dit Bazille, Manet est aussi important pour nous que Cimabue et Giotto pour les Italiens du Quattrocento. Parce que c'est la Renaissance qui est en train de venir. Et il faut que nous en soyons. » À l'exemple de ces peintres, il était nécessaire de s'affranchir des sujets d'autrefois : « Les grandes compositions classiques, c'est fini. Le spectacle de la vie quotidienne est plus passionnant. »

Renoir, désormais, est pris dans le mouvement. Au début de l'année suivante, en 1863, [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  RENOIR AUGUSTE (1841-1919)  » est également traité dans :

BAZILLE FRÉDÉRIC (1841-1870)

  • Écrit par 
  • Alain MADELEINE-PERDRILLAT
  •  • 2 468 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une carrière d'à peine sept ans »  : […] Né en 1841 à Montpellier, dans un milieu protestant fortuné et cultivé (son père, propriétaire terrien et éleveur, fut sénateur de l'Hérault), Frédéric Bazille put très tôt découvrir chez un voisin ami de sa famille, le célèbre collectionneur Alfred Bruyas, d'importantes œuvres des plus grands maîtres français de l'époque : Corot, Delacroix, Couture, Théodore Rousseau, Courbet... et l'on peut supp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frederic-bazille/#i_11988

CHABRIER EMMANUEL (1841-1894)

  • Écrit par 
  • Roger DELAGE
  •  • 2 466 mots

Dans le chapitre « Un musicien français »  : […] On remarquera que Chabrier ne s'intéressa jamais aux grandes formes musicales romantiques. Il ne fut attiré ni par la symphonie ni par aucun des nombreux aspects de la musique de chambre. Cet ami de Franck et de ses disciples ne se laissa pas distraire de sa « vocation ». Il revêtit allégrement ces habits apparemment désuets que sont la romance, les courtes pièces de piano, l'opérette, l'opéra-co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emmanuel-chabrier/#i_11988

CLAUDE MONET ET L'IMPRESSIONNISME - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 560 mots

1862-1863 Monet, à Paris, se lie avec Bazille, Renoir et sans doute Sisley qui fréquentent comme lui l'atelier de Gleyre : c'est un des groupes d'artistes à l'origine du mouvement impressionniste. 1865 Monet commence Le Déjeuner sur l'herbe (fragments au musée d'Orsay), abandonné inachevé l'année suivante. C'est son pre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-monet-et-l-impressionnisme-reperes-chronologiques/#i_11988

ENCADREMENT DES ŒUVRES, histoire de l'art occidental

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 2 364 mots

Dans le chapitre « Cadres impressionnistes et contemporains »  : […] Manet, si l'on en croit les Souvenirs de son ami Antonin Proust (1913), aurait pensé que « sans le cadre, la peinture perd cent pour cent ». Le cadre est le signe de l'achèvement de l'œuvre. Pour Degas, « le cadre est le maquereau de la peinture ; il la met en valeur mais ne doit jamais briller à ses dépens ». Degas, refusant les cadres dorés trop goûtés par les collectionn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/encadrement-des-oeuvres-histoire-de-l-art-occidental/#i_11988

IMPRESSIONNISME

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU
  •  • 9 461 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « L'évolution de Renoir »  : […] De telles divergences se manifestent donc dans l'impressionnisme en tant qu'école. D'autres se manifestent dans la carrière même de certains impressionnistes en tant que personnalités individuelles. C'est ainsi que Renoir qui aura, à ses débuts, donné les images les plus éclatantes, chatoyantes, prestigieuses de la fête impressionniste, se convertit au dessin. La « cassure », comme il le rapporte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/impressionnisme/#i_11988

RENOIR JEAN

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 2 376 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La théorie du bouchon »  : […] Second fils du peintre Pierre-Auguste Renoir, Jean Renoir est né à Paris, sur la butte Montmartre, le 15 septembre 1894. Son enfance se déroule dans l'entourage des peintres impressionnistes, à Paris ou aux Collettes, près de Cagnes. L'enfant côtoie les sensuels modèles de son père. C'est l'un d'eux, Gabrielle Renard, qui lui fait découvrir Guignol, les mélodrames et les contes d'Andersen. D'abord […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-renoir/#i_11988

SALONS, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Bruno FOUCART
  •  • 4 108 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'Académie et ses procès »  : […] « Crispée dans le respect et la défense de la tradition, méprisant tout ce qui ne répondait pas aux canons de la grande peinture, l'Académie a laissé progresser en dehors d'elle un réseau commercial animé par les marchands et un moyen d'information, la critique d'art » (Raymonde Moulin). L'analyse est juste, mais le phénomène, patent depuis l'entrée en scène des impressionnistes, ne doit pas faire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/salons-histoire-de-l-art/#i_11988

Voir aussi

Pour citer l’article

Antoine TERRASSE, « RENOIR AUGUSTE - (1841-1919) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/auguste-renoir/