SCHLEGEL AUGUST WILHELM VON (1767-1845)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Génétique

Toute sa vie, Schlegel se passionnera pour l'archéologie du savoir. Dans ses Considérations sur la civilisation en général et sur l'origine et la décadence des religions (1805), il s'interroge sur l'accès de l'humanité à la culture. Il y a dans ses travaux le projet d'une « histoire naturelle » décrivant les stades de l'évolution créatrice où le poétique s'incarne successivement à un degré chaque fois plus élevé. Le travail des langues par le climat et les institutions ne cesse de le préoccuper, cette géolinguistique culminera en 1814 – date à laquelle il se consacre aux études romanes et à l'indologie ; de 1820 à 1830 il édite la Bibliothèque indienne. Et surtout, quand bien même la théorie de l'art insiste sur « ce qui doit être réalisé » selon les principes absolus du Beau, Schlegel critique sévèrement l'anecdotisme confus en histoire de l'art ; lui repère des phases autonomes et différenciées où la progression de l'humanité s'avère. C'est le classicisme grec où prédominent l'harmonie naturelle et l'équilibre des forces. À l'opposé, « c'est par roman, romance, qu'on appelait les nouveaux dialectes nés d'un mélange du latin avec les langues des conquérants », le romantisme naît précisément au Moyen Âge d'une conjonction de la germanité héroïque et du christianisme romain, mixité qui fonde en lui une tension à l'infini. Pour Schlegel cependant, cette dichotomie n'empêche pas qu'on trouve à la fin du cycle grec des éléments de romantisme et que l'imitation moderne du classicisme, certes vigoureusement combattue par lui dans la Comparaison entre la « Phèdre » de Racine et celle d'Euripide (1807), soit, par exemple chez Goethe, susceptible d'accomplissement.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SCHLEGEL AUGUST WILHELM VON (1767-1845)  » est également traité dans :

ATHENÄUM, revue littéraire

  • Écrit par 
  • Pierre GRAPPIN
  •  • 769 mots

La singularité de la revue Athenäum , qui a paru de 1798 à 1800, est d'avoir été constituée expressément pour servir d'organe à une école littéraire en cours de formation, celle des romantiques allemands du groupe d'Iéna. C'est là, autour des frères August et Friedrich von Schlegel, que se trouvèrent réunis, dans les années où la revue parut, le poète Tieck et, venu de la Thuringe proche, Novalis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/athenaum-revue-litteraire/#i_84658

DRAME - Drame romantique

  • Écrit par 
  • Anne UBERSFELD
  •  • 4 631 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les théories »  : […] La théorie du drame romantique connaît son début en Allemagne en plein xviii e siècle avec Lessing et sa Dramaturgie de Hambourg ( Laocoon , 1766) qui annonce d'abord le drame bourgeois. Ces textes décisifs marquent une rupture violente avec les idéaux du classicisme français et sont un plaidoyer énergique pour la liberté dans l'art et pour la vérité du contenu et du style, contre les convention […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/drame-drame-romantique/#i_84658

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel KORINMAN, « SCHLEGEL AUGUST WILHELM VON - (1767-1845) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/august-wilhelm-von-schlegel/