STRINDBERG AUGUST (1849-1912)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le grand secret

Ces années marquent un tournant décisif. Il approche de la quarantaine. Il est loin d'avoir achevé la quête passionnée et irritante de lui-même. Il a conscience de son génie et s'emporte contre les mesquineries d'une destinée contraire. Fait-il alors une crise de paranoïa comme on l'a parfois suggéré ? L'œuvre en tout cas s'épure et se fait violemment polémique. C'est au théâtre qu'il demande d'exprimer ses angoisses, en une série d'incomparables chefs-d'œuvre : Camarades (Kamraterna, 1888, d'abord écrit en 1886 sous le titre de Maraudeurs), l'extraordinaire Le Père (Fadern, 1887) où se consomme sur scène, comme à vue d'œil, la dissolution d'une personnalité sous des influences purement psychiques et subjectives – et ici, sans doute, peut-on parler d'exorcisme de la part de l'auteur –, et dont la dernière scène (le passage de la camisole de force) est d'une insoutenable intensité, Mademoiselle Julie (1888), la plus jouée de ses pièces, avec La Danse macabre, Créanciers (Fordringsägare, 1888), Paria (1889), La Plus Forte (Den starkare, 1889), Simoun (1889).

C'est qu'un pôle nouveau vient d'aimanter l'hypersensibilité de Strindberg : Nietzsche, avec lequel il correspond, et dont le « surhomme » convient beaucoup mieux à ses tropismes que la grisaille positiviste. Il sait par expérience qu'il existe une aristocratie de l'esprit, et croit que la plèbe hait instinctivement ce qui la dépasse. Voici donc l'influx nerveux en branle : certes, il doit exister une inégalité psychique entre les êtres humains, Darwin lui a appris que la vie n'est que lutte ; et quel champ plus propice à ces potentialités agonistiques que le creuset social, la vie du couple, les contingences matérielles ? Vivre, c'est donner libre et tragique carrière à la « lutte des cerveaux » (hjärnornas kamp) où « la plus forte » l'emporte infailliblement, où geint le « paria » incapable de se libérer du Lien, victime désignée, offerte du « meurtre psychique » (själamord) ou du « combat d'âmes ». Pendant un temps, ses œuvres ne seront plus, pour reprendre le titre de l'une d'elles, que Vivise [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite (langues, littératures et civilisation scandinaves) à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  STRINDBERG AUGUST (1849-1912)  » est également traité dans :

DANSE DE MORT (A. Strindberg)

  • Écrit par 
  • David LESCOT
  •  • 1 278 mots

En signant la mise en scène de Danse de mort (1900), Matthias Langhoff a fait en avril 1996 son entrée à la Comédie-Française, inscrivant du même coup la pièce d'August Strindberg au répertoire de la Maison de Molière. Double irru […] Lire la suite

LE SONGE, August Strindberg - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 758 mots

Dans l'ensemble de l'œuvre théâtrale diverse et géniale du grand dramaturge suédois August Strindberg (1849-1912), l'habitude est de retenir avant tout Le Songe (1901) : on aura rarement, semble-t-il, poussé plus loin la représentation sur scène de notre univers intérieur. […] Lire la suite

DRAME - Drame moderne

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SARRAZAC
  •  • 6 056 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Deuxième paradoxe : le personnage divisé »  : […] Des pièces de Pirandello, ce sont plutôt les personnages que l'auteur qui font figure de rénovateurs – évidemment « improvisés » – du théâtre de l'entre-deux-guerres. Dans Ce soir on improvise aussi bien que dans Six Personnages en quête d'auteur , on a l'impression que Pirandello est complètement solidaire du « chef de troupe » – ou du « directeur » – et des acteurs pour préserver, contre vents […] Lire la suite

NATURALISME

  • Écrit par 
  • Yves CHEVREL
  •  • 5 389 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un modèle pour le drame naturaliste ? »  : […] Le modèle du drame naturaliste, s'il existe, est à chercher hors de France. Le texte théorique le plus représentatif à ce sujet est certainement la Préface de Mademoiselle Julie (1888). August Strindberg, qui a sous-titré sa pièce “tragédie naturaliste”, y déclare d'ailleurs expressément que les “romans monographiques des frères Goncourt” constituent sa référence littéraire principale, mais il éb […] Lire la suite

SUÈDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Michel CABOURET, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Georges CHABOT, 
  • Jean-Claude MAITROT, 
  • Jean-Pierre MOUSSON-LESTANG, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN, 
  • Jean PARENT
  • , Universalis
  •  • 35 817 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Visages du romantisme »  : […] Parce que la Suède sort amoindrie des guerres napoléoniennes, que le classicisme y survit plus longtemps qu'ailleurs en Europe, que les centres de la vie intellectuelle se placent dans les villes universitaires de Lund et d'Uppsala et non plus à Stockholm, que le prestige de la France le cède à celui de l'Allemagne, un bouleversement se produit qui entraîne un sursaut de patriotisme et un réveil r […] Lire la suite

SYMBOLISME - Littérature

  • Écrit par 
  • Pierre CITTI
  •  • 11 890 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Réception du symbolisme en Europe »  : […] Vers 1890 en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Autriche, en Hollande, en Italie, deux attitudes partagent presque toujours les lettres : nous n'avons pas besoin du symbolisme des Français ; et nous aussi nous sommes symbolistes. Deux attitudes qui peuvent être simultanées : Gabriele D'Annunzio apparaît comme un jeune poète nouveau (c'est-à-dire marqué de modernité européenne et notamment français […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La dramaturgie

  • Écrit par 
  • Christian BIET, 
  • Hélène KUNTZ
  •  • 12 311 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'invention d'une dramaturgie du parcours »  : […] Chez Strindberg , le renouveau du théâtre procède au contraire d'une hypertrophie du personnage, placé au centre du Chemin de Damas  I et II (1898), que prolonge un troisième volet en 1901. Chronique de la vie de l'Inconnu, cette trilogie inaugure une esthétique du cheminement dramatique que Strindberg approfondit jusqu'à La Grand-Route (1910). Superposant la figure du Christ et celle de saint Pa […] Lire la suite

Pour citer l’article

Régis BOYER, « STRINDBERG AUGUST - (1849-1912) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/august-strindberg/