SANDER AUGUST (1876-1964)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le portrait documentaire

August Sander est né à Herdorf, près de Cologne, en 1876. Il connaît la mine où son père travaillait déjà comme charpentier et où il découvre sa passion pour la photographie, ayant eu fortuitement l'occasion d'assister le photographe Schemeck. Il se lie avec le photographe Jung au cours de son service militaire, après quoi il entame un apprentissage itinérant qui le mène de Magdebourg à Berlin, Chemnitz et Dresde. Il suit un enseignement complet en peinture à l'Académie de cette dernière ville, se marie en 1902 et aura trois enfants. Après avoir été initié au style de la photographie picturale, Sander ouvre en 1904 son studio à Linz (Autriche), sur le Danube et s'essaie aux photographies bichromatées. La photographie industrielle et architecturale lui assure des moyens d'existence, tandis que le portrait d'art lui vaut toutes sortes de prix. C’est par ces portraits expressifs et individualisés de la bourgeoisie qu'il obtient quelque célébrité. En 1910, il retourne définitivement dans sa région natale, à Lindenthal près de Cologne, avec sa famille, ouvre un nouvel « atelier d'art pour photographies familières » et parcourt, en quête de portraits à réaliser, la région du Westerland où vivent de nombreux paysans.

Pendant la guerre de 1914-1918, August Sander est affecté aux services photographiques, puis, de retour dans sa région après la guerre, il exerce le métier de photographe itinérant. Dans un style nouveau, conformément au goût émergeant pour les « portraits historiques » ou « sociologiques », Sander essaie de saisir l'identité allemande dans sa diversité. Cette forme de travail et une rencontre avec les peintres « progressistes allemands », avec H. Hœrle et F. W. Seiwert en particulier, l'amènent à concevoir ce vaste projet d'une sociologie en images de l'Allemagne. Désormais, chaque jour, il photographie, rassemble, organise, va rechercher ses anciens négatifs, réutilise toutes ses archives, accumule un fichier de « têtes » et de « personnages » « simples et naturels », de plus en plus énorme et systématique. En 1927, il expose une pre [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : enseignant-chercheur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  SANDER AUGUST (1876-1964)  » est également traité dans :

AUGUST SANDER. PERSÉCUTÉS / PERSÉCUTEURS, DES HOMMES DU XXe SIÈCLE (exposition)

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF
  •  • 1 029 mots

En circonscrivant l’exposition August Sander. Persécutés / persécuteurs, des Hommes du xxe siècle (8 mars-15 novembre 2018) aux victimes et aux acteurs des persécutions nazies, le Mémorial de la Shoah apporte un éclairage inédit à la production phot […] Lire la suite

AUGUST SANDER, VOIR, OBSERVER ET PENSER (exposition)

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF
  •  • 920 mots

Reconnu comme un des grands maîtres du portrait social, August Sander a également imposé sa signature dans les domaines du paysage et de la photographie de nature. À travers une centaine d'épreuves, l'exposition de la Fondation Henri Cartier-Bresson à Paris (9 septembre-20 décembre 2009) proposait u […] Lire la suite

NOUVELLE OBJECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Lionel RICHARD
  •  • 2 142 mots

Dans le chapitre « L'objet et la technique »  : […] À la suite de difficultés matérielles et politiques – la ville de Mannheim était située en Rhénanie, alors sous occupation militaire française –, Hartlaub ne put mettre sur pied son exposition qu'en 1925, du 14 juin au 13 septembre. À l'exception d'un Suisse, Niklaus Stoecklin, les trente-deux peintres retenus par lui étaient allemands. Pour la plupart, ils étaient assez bien connus : Max Beckman […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Philippe DUBOIS, « SANDER AUGUST - (1876-1964) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/august-sander/