ATTENTION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Aperçu historique

Dès l’Antiquité, les philosophes ont noté que l’esprit permet de voir les choses plus clairement ou au contraire de ne plus les remarquer. De même, Descartes note qu’une idée apparaît plus claire et distincte quand l’attention se dirige vers elle. Au xixe siècle, David Ferrier, un neurophysiologiste anglais, note le rôle des régions préfrontales du cerveau dans l’attention, dont le développement est nécessaire aux capacités intellectuelles et de réflexion de l’individu. À la même époque, la psychologie s’intéresse à l’attention avec une approche introspective de l’expérience subjective de l’individu et de son contrôle volontaire.

Après 1940, de nouvelles expériences se développent. Donald Broadbent montre que l’attention opère comme un filtre grâce auquel seule l’information sélectionnée arrive à notre conscience, tandis que les autres sont ignorées. Cette opération de filtrage serait rendue nécessaire du fait des ressources limitées de notre système cognitif. D’autres chercheurs montrent que la motivation augmente l’attention, alors que des tâches longues et ennuyeuses la diminuent.

Les théories du traitement du signal, les approches cognitives et, plus récemment, les travaux en neurosciences ont privilégié l’étude des phénomènes attentionnels dans des situations expérimentales simples portant sur la détection de signaux sensoriels visuels (flashs lumineux) ou auditifs (sons simples). On voit cependant apparaître des recherches nouvelles à propos du rôle de l’attention dans des activités cognitives plus complexes comme le langage, le raisonnement ou les interactions sociales.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur des Universités, université Paris-V-René-Descartes

Classification


Autres références

«  ATTENTION  » est également traité dans :

ATTENTION TROUBLES DE L'

  • Écrit par 
  • Éric SIÉROFF
  •  • 1 021 mots

Les études récentes d’imagerie cérébrale fonctionnelle montrent que l’attention fait intervenir plusieurs régions du cerveau qui interagissent fortement entre elles, formant un véritable réseau. Les régions préfrontales interviennent dans le contrôle de l’attention. Les régions postérieures, comme les lobes pariétaux, interviennent dans l’orientation et la sélection notamment spatiale. Des structu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troubles-de-l-attention/#i_94420

APPRENTISSAGE IMPLICITE

  • Écrit par 
  • Pierre PERRUCHET
  •  • 1 086 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le rôle de l’attention »  : […] Si les questions posées et le cadre théorique des recherches sur l’apprentissage implicite ont beaucoup changé en trente ans, et bien que des controverses importantes subsistent, il est un point qui fait l’objet d’un quasi-consensus depuis l’origine : l’apprentissage implicite requiert que l’ attention soit portée sur les éléments pertinents de l’environnement. Toutes les recherches ont montré que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apprentissage-implicite/#i_94420

BROADBENT DONALD (1926-1993)

  • Écrit par 
  • Daniel GAONAC'H
  •  • 393 mots

Donald Broadbent, né en 1926, est un psychologue britannique, qui a enseigné la psychologie expérimentale successivement dans les universités de Cambridge et d’Oxford. Il explique sa vocation pour la psychologie à travers son engagement (à dix-sept ans) dans la Royal Air Force pendant la Seconde Guerre mondiale : il y observe que les difficultés de communication sont plus souvent liées à des facte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/donald-broadbent/#i_94420

CERVEAU ET FONCTIONNEMENT EXÉCUTIF

  • Écrit par 
  • Fabienne COLLETTE
  •  • 1 079 mots

Dans le chapitre « Les études initiales : l’importance du lobe frontal ? »  : […] Le cortex préfrontal a été initialement considéré comme le soubassement du fonctionnement exécutif. En effet, de nombreux patients cérébro-lésés présentant une atteinte sélective de certaines de ces fonctions à la suite d’une lésion située au niveau des régions frontales ont été décrits. Sur cette base, différents processus ont été identifiés, tels que les capacités de planification, d’inhibition […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cerveau-et-fonctionnement-executif/#i_94420

CERVEAU ET MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Séverine SAMSON
  •  • 1 025 mots

Identifier les zones du cerveau qui traitent la musique et préciser leur rôle respectif dans la perception, la mémoire, les émotions et la pratique musicale font l’objet de nombreux travaux en neuroscience de la musique. C’est à partir de l’observation des patients présentant des lésions cérébrales et des études en neuro-imagerie que les scientifiques ont réussi à apporter des preuves solides con […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cerveau-et-musique/#i_94420

CONDILLAC ÉTIENNE BONNOT DE (1714-1780)

  • Écrit par 
  • Pierre TROTIGNON
  •  • 1 140 mots

Dans le chapitre « La sensation universellement explicative »  : […] Ayant ainsi fait du langage l'opérateur universel des idées réflexives, Condillac est amené à rejeter la dualité des principes que l'on trouve chez Locke : mis à part le langage, qui est d'institution, il ne reste qu'une source naturelle dans nos connaissances et facultés : la sensation. De la sensation, par dérivation et aussi par composition entre des sensations d'origine différente, Condillac d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/condillac-etienne-bonnot-de/#i_94420

EMDR (eye movement desensitization and reprocessing)

  • Écrit par 
  • Cyril TARQUINIO
  •  • 2 812 mots
  •  • 1 média

C’est à Francine Shapiro que l’on doit la découverte et le développement de la psychothérapie EMDR ( e ye m ovement d esensitization and r eprocessing   ou, en français, « désensibilisation et retraitement par les mouvements oculaires »). Cette découverte se fit un peu par hasard en 1987 : alors qu’elle se promenait dans un parc, elle s’aperçut, en suivant des yeux un vol d’oiseaux et en opéra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emdr/#i_94420

EXPLICATIONS PROXIMALES ET ULTIMES DES COMPORTEMENTS

  • Écrit par 
  • Patrick BONIN
  •  • 1 017 mots

Traditionnellement, les recherches en psychologie cognitive portent sur le « comment » des comportements : comment apprenons-nous ? comment parlons-nous ? La psychologie évolutionniste propose non seulement des explications – dites proximales – à ces questions mais, aussi et surtout, elle cherche à comprendre le « pourquoi » des comportements – des explications dites ultimes. Ces deux types d'exp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/explications-proximales-et-ultimes-des-comportements/#i_94420

INHIBITION (psychologie)

  • Écrit par 
  • Olivier HOUDÉ
  •  • 1 320 mots
  •  • 1 média

L’inhibition est une forme de contrôle qui nous permet de résister aux habitudes ou automatismes, aux tentations, distractions ou interférences. L’idée selon laquelle l’inhibition est un processus central de l’adaptation n’est pas nouvelle dans les sciences de l’esprit et du cerveau, mais elle a connu un regain général d’intérêt en psychologie cognitive depuis les années 1990. La capacité d’inhibi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inhibition-psychologie-cognitive/#i_94420

NEISSER ULRIC (1928-2012)

  • Écrit par 
  • Daniel GAONAC'H
  •  • 366 mots

Né en 1928 en Allemagne, Ulric Neisser a rejoint les États-Unis avec sa famille en 1933. Il soutient une thèse de doctorat en psychophysique à Harvard en 1956, et enseigne ensuite dans plusieurs grandes universités américaines. La publication de son ouvrage Cognitive Psychology , en 1967, est considérée comme un des éléments fondateurs de la psychologie cognitive. Neisser postule qu’on peut rendre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ulric-neisser/#i_94420

NEUROSCIENCES COGNITIVES ET SOMMEIL

  • Écrit par 
  • Philippe PEIGNEUX
  •  • 1 393 mots

Dans le chapitre « Sommeil et efficience cognitive »  : […] Les études de privation de sommeil corroborent l’expérience quotidienne en démontrant que l’on ne peut restreindre ou éliminer le sommeil sans produire des effets indésirables tant au niveau cognitif que neurophysiologique. La privation de sommeil aiguë (nuit blanche) est associée à des chutes parfois spectaculaires de la performance cognitive pendant la journée suivante. Principalement, les fonc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neurosciences-cognitives-et-sommeil/#i_94420

NEUROSCIENCES COGNITIVES ET DOULEUR

  • Écrit par 
  • Valery LEGRAIN
  •  • 1 405 mots

Dans le chapitre « Attention et « hyperattention » à la douleur »  : […] Détourner son attention d’un stimulus nociceptif peut diminuer la douleur provoquée. Inversement, focaliser son attention sur ce stimulus peut l’amplifier. La recherche sur la douleur approche le concept d’attention selon une perspective motivationnelle : si un stimulus nociceptif est souvent suffisamment saillant pour capturer automatiquement notre attention, nous portons également volontairemen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neurosciences-cognitives-et-douleur/#i_94420

APPRENTISSAGE AVEC LE NUMÉRIQUE

  • Écrit par 
  • André TRICOT
  •  • 1 341 mots

En moins d’un demi-siècle, les logiciels et les supports numériques ont profondément modifié de nombreux aspects de notre vie quotidienne. Dans le domaine des apprentissages académiques et de la formation professionnelle, ces modifications ont commencé au milieu des années 1980. Dans un premier temps, on s’est plutôt intéressé à l’apprentissage de l’informatique elle-même, notamment de la program […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apprentissage-avec-le-numerique/#i_94420

PERCEPTION

  • Écrit par 
  • Paolo BARTOLOMEO
  •  • 3 892 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Attention et perception »  : […] Nos surfaces sensorielles ne sont pas homogènes : par exemple, dans la rétine de l’œil il y a une toute petite partie centrale, la fovéa, qui est bien plus sensible que la périphérie rétinienne. Quand nous voyons quelque chose à la périphérie de notre champ visuel, nous avons besoin de bouger nos yeux pour centrer l’image sur cette région à haute résolution et reconnaître l’objet correspondant. U […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perception/#i_94420

PERCEPTION DU TEMPS

  • Écrit par 
  • Sylvie DROIT-VOLET
  •  • 1 776 mots

Dans le chapitre « Les propriétés de la perception du temps »  : […] On observe deux propriétés fondamentales dans le jugement prospectif du temps. Selon la première, l’estimation temporelle est en moyenne précise, de telle sorte que la durée subjective approche la durée de référence. Selon la seconde, la variabilité (déviation standard) du jugement temporel augmente avec la longueur de la durée à estimer. Autrement dit, plus la durée est longue, plus sa représenta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perception-du-temps/#i_94420

POSNER MICHAEL (1936- )

  • Écrit par 
  • Éric SIÉROFF
  •  • 381 mots

Psychologue américain spécialiste de l’attention. Michael I. Posner est né en 1936 à Cincinnati. Il accomplit ses études à Seattle, soutient sa thèse à l’université du Michigan à Ann Arbor, puis est recruté comme professeur à l’université d’Oregon en 1965, à Eugene. Il a reçu les plus hautes distinctions, dont la National Medal of Science en 2009, et est docteur honoris causa d’une dizaine d’un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michael-posner/#i_94420

PSYCHOLOGIE HISTOIRE DE LA

  • Écrit par 
  • Serge NICOLAS
  •  • 4 964 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Alfred Binet, psychologue de la mémoire, de l’attention et de l’intelligence »  : […] L’approche psychophysiologique de Charcot établissant un lien entre la neurologie et la psychologie se trouvait en opposition avec celle de Wundt centrée sur l’étude de sujets normaux entraînés aux procédures expérimentales de laboratoire. L’opposition des méthodes était manifeste et c’est le psychologue français Alfred Binet qui établira un lien entre ces deux écoles de pensée et initiera de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-de-la-psychologie/#i_94420

PSYCHOLOGIE CLINIQUE COMPORTEMENTALE ET COGNITIVE

  • Écrit par 
  • Martine BOUVARD
  •  • 2 567 mots

Dans le chapitre « La psychologie clinique cognitive »  : […] La psychologie clinique cognitive s’intéresse aux processus de pensée qui filtrent et organisent la perception de l’environnement. Ce courant s’est développé à partir des travaux d’Aaron T. Beck sur la thérapie cognitive de la dépression. Selon cet auteur, l’émotion est dépendante de la cognition ; plus exactement, l’émotion résulterait de l’interprétation des événements par l’individu en raison […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-clinique-comportementale-et-cognitive/#i_94420

PSYCHOLOGIE DES ÉMOTIONS

  • Écrit par 
  • David SANDER
  •  • 5 817 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L’émotion favorise-t-elle la connaissance ? »  : […] L’opposition entre cognition et émotion a souvent dominé la recherche, et le fonctionnement cognitif a été typiquement étudié séparément des processus émotionnels considérés comme néfastes au bon fonctionnement de l’esprit. Cependant, les recherches expérimentales suggèrent des effets positifs de l’émotion sur de nombreuses activités cognitives telles que la perception, l’attention, la mémoire et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-des-emotions/#i_94420

PSYCHOLOGIE ET JUSTICE

  • Écrit par 
  • Fanny VERKAMPT
  •  • 4 415 mots

Dans le chapitre « Quand l’événement est chargé en émotions »  : […] Un des facteurs indissociables des événements criminels est l’émotion vécue par le témoin. Or, une émotion particulièrement forte vécue au moment des faits a des effets néfastes sur la mémorisation des détails du crime comme sur l’identification ultérieure de son auteur. Une illustration de l’influence d’une émotion aiguë sur la qualité des témoignages est un phénomène appelé « effet de focalisat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-et-justice/#i_94420

PSYCHOPATHOLOGIE COGNITIVE

  • Écrit par 
  • Martial VAN DER LINDEN
  •  • 2 365 mots

Dans le chapitre « Les croyances dysfonctionnelles  »  : […] Les croyances dysfonctionnelles sont constituées d’un ensemble complexe d’associations entre concepts, stockées en mémoire à long terme et qui influencent le fonctionnement cognitif, affectif et relationnel. Par exemple, en raison d’expériences précoces et de facteurs de personnalité, les personnes ayant reçu un diagnostic d’anxiété sociale ont développé des croyances problématiques sur elles-mêm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychopathologie-cognitive/#i_94420

PSYCHOTHÉRAPIE ET ÉMOTION

  • Écrit par 
  • Pierre PHILIPPOT
  •  • 2 064 mots

Dans le chapitre « Les interventions psychothérapeutiques par et sur l’émotion »  : […] Deux principaux courants définissent la psychothérapie des émotions. Le premier, la thérapie centrée sur l’émotion (TCE) initiée par Leslie Greenberg, est enraciné dans les thérapies humanistes et centré sur la personne. Le second est issu des évolutions des années 2010 des thérapies comportementales et cognitives et a été synthétisé par Barlow. La TCE propose une approche structurée en deux temp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychotherapie-et-emotion/#i_94420

PSYCHOLOGIE DU SPORT

  • Écrit par 
  • Christophe GERNIGON
  •  • 1 571 mots

Dans le chapitre « La psychologie de la performance motrice ou sportive »  : […] Le développement d’une habileté motrice puis le succès de son expression dans un contexte de performance sportive résultent de nombreux processus qui concernent tant l’apprentissage que les conditions psychologiques du contrôle de cette habileté en conditions exigeantes. En ce qui concerne l’acquisition des habiletés motrices, deux approches s’opposent au plan théorique : l’une, cognitiviste, pla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-du-sport/#i_94420

SURCHARGE COGNITIVE

  • Écrit par 
  • André TRICOT
  •  • 1 335 mots
  •  • 1 média

La surcharge cognitive correspond à un état mental où un individu est engagé dans la réalisation d’une tâche extrêmement exigeante pour lui : il ne dispose pas des ressources cognitives suffisantes à une mise en œuvre aisée de cette tâche. Par analogie avec une tâche physique, qui peut être exigeante pour un individu mais pas au point de le faire renoncer d’emblée, une tâche cognitive peut présen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surcharge-cognitive/#i_94420

TEST PSYCHOLOGIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques GRÉGOIRE
  •  • 7 013 mots

Dans le chapitre « Les tests des fonctions cognitives »  : […] Les tests d’intelligence sont les plus anciens instruments de mesure des fonctions cognitives supérieures. Le premier test d’intelligence a été publié en 1905 par Alfred Binet dans le but d’identifier les enfants souffrant d’un retard intellectuel et susceptibles de bénéficier d’un enseignement adapté. Il s’agit d’une échelle de développement organisée en niveaux d’âge. À chaque niveau correspond […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/test-psychologique/#i_94420

VIEILLISSEMENT COGNITIF

  • Écrit par 
  • Patrick LEMAIRE
  •  • 1 060 mots

La psychologie du vieillissement cognitif est cette partie de la psychologie qui cherche à comprendre comment évoluent nos capacités intellectuelles au fur et à mesure que nous avançons en âge. Les recherches essaient de caractériser le vieillissement dit « normal », mais aussi le vieillissement pathologique (par ex. la maladie d’Alzheimer). Les chercheurs travaillant sur le vieillissement cognit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vieillissement-cognitif/#i_94420

VIEILLISSEMENT DE LA MÉMOIRE

  • Écrit par 
  • Francis EUSTACHE
  •  • 2 124 mots

Dans le chapitre « Mémoire de travail  »  : […] La réduction de l’empan endroit (rappeler immédiatement une petite liste d’items dans le même ordre que celui proposé par l’examinateur) avec l’âge est débattue, les effets de celui-ci étant inexistants ou minimes dans certaines études, mais réels lorsque l’échantillon est important ou comporte des personnes très âgées. L’administrateur central de la mémoire de travail évalué à l’aide de tâches n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vieillissement-de-la-memoire/#i_94420

VIGILANCE

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 118 mots

Aptitude du cerveau à répondre activement aux situations inopinées, en rapport avec la capacité d'attention dont le sujet est capable. Cette fonction est d'importance considérable dans tout travail répétitif et dans les tâches monotones, comme celles de conduire un véhicule. Elle est donc testée en médecine ergonomique. La vigilance implique un éveil cérébral souvent contrarié par la nécessité du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vigilance/#i_94420

Voir aussi

Pour citer l’article

Éric SIÉROFF, « ATTENTION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/attention/