ATOME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Historique

Les origines philosophiques de la notion d'atome

La notion d'atome a été formulée pour la première fois par les philosophes de la Grèce ancienne. On l'attribue à Empédocle, Démocrite, Leucippe, puis Épicure. Leurs conceptions d'une structure atomique de la matière ne procédaient pas d'observations ni d'expériences scientifiques au sens actuel, mais d'intuitions. Leur représentation de l'univers physique était fondée sur l'hypothèse que les corps sont constitués de particules très légères, invisibles et indivisibles. Cette doctrine a été diffusée au ier siècle avant J.-C. par Lucrèce, dans son De natura rerum. Il y déclare : « Les corps, ce sont d'une part les principes simples des choses, les atomes, et d'autre part les composés, formés par ces éléments premiers. Pour ceux-ci, il n'est aucune force qui puisse les détruire ; à toute atteinte leur solidité résiste... Au reste, si l'on n'admet pas dans la nature un dernier terme de petitesse, les corps les plus petits seront composés d'une infinité de parties, puisque chaque moitié aura toujours une moitié et cela à l'infini. Quelle différence y aurait-il alors entre l'univers même et le plus petit corps ? On n'en pourrait point établir ; car si infiniment étendu qu'on suppose l'univers, les corps les plus petits seraient eux aussi composés d'une infinité de parties. La droite raison se révolte contre cette conséquence et n'admet pas que l'esprit y adhère ; aussi faut-il t'avouer vaincu et reconnaître qu'il existe des particules irréductibles à toute division et qui vont jusqu'au dernier degré de la petitesse ; et, puisqu'elles existent, tu dois reconnaître aussi qu'elles sont solides et éternelles. »

Atome et chimie

Ce n'est que deux mille ans après ces énoncés qu'une théorie atomique fut scientifiquement formulée. La théorie atomique moderne est née des efforts de Dalton au début du xixe siècle pour interpréter les phénomènes quantitatifs de la chimie.

Les notions d'atomes et de molécules se sont imposées pour réunir en une théorie cohérente plusieurs lois expérimentales : loi de la conservation de la masse dans les processus chimiques, de Lavoisier ; loi des proportions définies ; loi des proportions multiples ; loi de Gay-Lussac.

Due à Proust, la loi des proportions définies énonce que les masses des éléments d'un composé chimique sont dans un rapport constant. Si, par exemple, m(H) est la masse de l'atome d'hydrogène, m(O) la masse de l'atome d'oxygène et si la molécule d'eau est constituée de p atomes d'hydrogène et q atomes d'oxygène, la loi de Proust permet d'écrire :

puisque 2,016 grammes d'hydrogène se combinent avec 16 grammes d'oxygène pour produire de l'eau.

La loi des proportions multiples exprime que, si deux éléments sont capables d'entrer en réaction et de former plusieurs composés, les masses d'un de ces éléments qui se combinent à une même masse de l'autre élément sont dans des rapports simples égaux à des fractions rationnelles. L'étude détaillée des composés justiciables de cette loi a permis la détermination des nombres d'atomes, tels que p et q dans la molécule de l'eau.

La loi de Gay-Lussac s'applique uniquement aux corps qui entrent en réaction à l'état gazeux ; elle énonce que les volumes des gaz qui réagissent sont dans un rapport simple. C'est ainsi qu'on a déterminé la composition de plusieurs molécules ; on a pu montrer, par exemple, que le modèle de Dalton pour la molécule d'eau, HO, n'est pas acceptable ; elle est, en fait, formée de deux atomes d'hydrogène et d'un atome d'oxygène.

Pour interpréter les réactions chimiques communes il n'est pas besoin de considérer la structure interne des atomes ; les réactions sont décrites par l'échange d'atomes entre les molécules ; l'atome a ainsi conservé son caractère de « particule irréductible à toute division » dans les théories chimiques du xixe siècle.

Cependant, de nombreux physiciens recourent à une description atomique de la matière pour élaborer la théorie cinétique des gaz et poser les bases de la mécanique statistique classique. On supposait certes que les particules [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Médias de l’article

Composants de base de l'atome

Composants de base de l'atome
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Modélisation de l'atome d'uranium

Modélisation de l'atome d'uranium
Crédits : DeAgostini/Getty Images

photographie

Max Planck

Max Planck
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Énergie du photon

Énergie du photon
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 15 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur de physique nucléaire, université Louis-Pasteur, directeur du groupe physique théorique et hautes énergies du Centre de recherche nucléaire de Strasbourg

Classification

Autres références

«  ATOME  » est également traité dans :

DESCRIPTION DE L'ATOME

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 104 mots

Ernest Rutherford (1871-1937) propose en 1911 un modèle planétaire de l'atome. L'interprétation des résultats expérimentaux obtenus par ses collaborateurs Hans Geiger et Ernest Marsden sur la déviation violente des rayons α une mince feuille d'or lui permet de comprendre qu'un atome est constitué d'un noyau ext […] Lire la suite

AGRÉGATS, physico-chimie

  • Écrit par 
  • Jean FARGES, 
  • Rémi JULLIEN
  •  • 1 611 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Agrégats atomiques et moléculaires »  : […] En laboratoire, les agrégats sont produits de diverses manières : condensation d'un gaz par détente, impact d'ions ou d'un faisceau laser sur une surface, évaporation thermique. Ensuite, ils peuvent être déposés sur un support, mais le plus souvent ils sont entraînés par un flux gazeux (ou accélérés, s'ils sont chargés) et dirigés vers une enceinte où on les étudie « en vol ». Parmi les nombreuses […] Lire la suite

ALLIAGES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude GACHON
  •  • 7 352 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Modélisation des alliages »  : […] Le problème permanent des métallurgistes est l'impossibilité, encore quasi totale, de prévoir théoriquement et économiquement un diagramme d'équilibres de phases. Les diagrammes connus ont tous été établis d'abord expérimentalement, en mettant les composants en contact et en suivant leur évolution au moyen de techniques diverses. L'exemple de la figure , dans laquelle les pointillés traduisent l' […] Lire la suite

BOHR ATOME DE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 370 mots
  •  • 1 média

Deux ans après avoir soutenu sa thèse sur la théorie électronique des métaux, le physicien danois Niels Bohr (1885-1962) écrit en 1913 trois articles fondamentaux qui révolutionnent la compréhension de la structure de la matière. Le premier, paru le 5 avril dans le Philosophical Magazine , est titré « Sur la constitution des atomes et des molécules ». Bohr prend pour point de départ la découvert […] Lire la suite

ATOME HABILLÉ

  • Écrit par 
  • Bernard CAGNAC
  •  • 425 mots

La théorie de l'« atome habillé » est une méthode de mécanique quantique permettant de calculer de manière simple et facile à interpréter les phénomènes qui se produisent lorsqu'un atome interagit avec un champ électromagnétique très intense résonnant ou voisin d'une résonance (la résonance est le cas où l'énergie d'un photon h ν est égale à la différence d'énergie E 2  — E 1 entre deux états de […] Lire la suite

ATOMIQUE PHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Philippe BOUYER, 
  • Georges LÉVI
  •  • 6 703 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La nouvelle physique atomique »  : […] Depuis le début du xx e  siècle, la physique quantique n'a cessé de surprendre, d'intriguer et d'émerveiller. Elle permet, entre autres, de réconcilier les descriptions ondulatoires et corpusculaires, irréductiblement contradictoires en physique classique. Depuis le début du xxi e  siècle, les physiciens savent désormais manipuler les atomes pour utiliser cette dualité. Ils parviennent à capturer […] Lire la suite

ATOMIQUE THÉORIE

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 1 433 mots

Dans le chapitre « Les conjectures de Dalton »  : […] La première conjecture, riche d'une longue tradition, remontant aux philosophes de l'Antiquité, tels qu'Épicure ou Lucrèce, pose la matière comme faite d'atomes. La deuxième conjecture est l'indiscernabilité de ces corpuscules. Les atomes d'un même élément sont tous identiques, mais les éléments se distinguent les uns des autres par des atomes différents. Les atomes de fer, par exemple, diffèrent […] Lire la suite

ATOMISME

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 1 362 mots
  •  • 4 médias

Deux mille ans avant la naissance de la théorie atomique moderne, des penseurs grecs ont forgé la notion d'atome pour désigner les éléments premiers, insécables et indestructibles dont se compose toute réalité. La tradition voit dans Leucippe l'ancêtre mythique d'une philosophie qui, au v e  siècle avant J.-C., tente de concilier l'être un et immobile des Eléates (Parménide, Xénophane, Zénon) a […] Lire la suite

BANDES D'ÉNERGIE THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • Daniel CALÉCKI
  •  • 949 mots

Dans un atome isolé, les électrons se répartissent, en obéissant au principe de Pauli, entre des niveaux d'énergie bien déterminés, pratiquement sans largeur. Quand on rapproche par la pensée N atomes (avec N  ∼ 10 23 ) pour construire un solide et qu'on oublie l'interaction entre les atomes, on est en droit de dire que chaque niveau atomique d'énergie ε i donne naissance à N niveaux équivalents […] Lire la suite

BASES DE LA THÉORIE ATOMIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 200 mots
  •  • 1 média

Le physicien et chimiste anglais John Dalton (1766-1844) expose en 1808 l'hypothèse atomique dans son ouvrage A New System of Chemical Philosophy . Il y écrit que « du rapport des poids dans la masse du composé, on peut déduire les poids relatifs des particules ultimes, ou atomes, des corps, et avec cette donnée, le poids et le nombre de ces atomes vont se montrer dans d'autres combinaisons ». Dal […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

15-19 novembre 2011 France. Accord électoral et programmatique entre les socialistes et les écologistes

100 de la part de l'atome dans la production d'électricité et la fermeture échelonnée de vingt-quatre réacteurs sur cinquante-huit d'ici à 2025. Les dossiers relatifs au réacteur de troisième génération E.P.R. (European Pressurized Reactor) en construction à Flamanville (Manche) et au projet de construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), près de Nantes, sont exclus de l'accord. […] Lire la suite

Pour citer l’article

José LEITE LOPES, « ATOME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/atome/