ATELIER, art

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'ouvroir et la boutique. L'atelier artisanal

On trouve l'atelier tantôt indépendant d'une guilde ou d'une organisation corporative, tantôt, et le plus souvent, dans le cadre urbain ou rural de la corporation. Ce type d'atelier existe encore là où l'industrie n'a pas disloqué les formes archaïques du travail. La machine a vidé peu à peu ces ouvroirs, dispersant en les séparant artistes et artisans.

Comment se présente cet atelier ? Le type en est l'atelier européen du Moyen Âge, reflétant la pensée thomiste du travail et la structure féodale de la société. Cependant, qu'on l'examine à Athènes, en Perse, en Égypte ou en Europe, ce modèle d'atelier semble avoir existé partout avec la même structure et les caractères technologiques qui le conditionnent. Partout, il s'agit d'un local non distinct de l'habitation dont il est partie intégrante ou attenante. Il est à la fois lieu d'apprentissage, de production et de distribution. Il est dirigé par un maître qui est propriétaire de la matière première et des instruments de travail. L'équipe d'atelier est partout hiérarchisée selon un modèle unique : maître, apprenti et compagnon. Le compagnon ou valet ne se distingue du maître que par sa dépendance économique : artisan accompli, il ne possède pas d'atelier ni de boutique, il loue ses services. L'apprenti entre souvent dès l'âge de sept ans à l'atelier et sous contrat ; il y est logé, nourri et instruit. On lui apprend moyennant paiement toutes les techniques du métier. Si chaque atelier est spécialisé dans une branche de la production, par contre à l'intérieur d'un même atelier la spécialisation est un phénomène tardif et la division du travail ne correspond pas à des répartitions dans l'information, mais uniquement dans l'exécution. L'artisan doit savoir tout faire dans son atelier, mais dans l'exécution d'un ouvrage de commande on pourra lui confier une partie limitée du programme total. Cette polytechnie de l'artisan est attestée par les épreuves proposées lors des « chefs-d'œuvre » que l'apprenti doit exécuter, à partir du xive siècle, pour accéder au titre de maître : « Quiconque voudra tenir le mestier il conviendra qu'il le sache faire de tous points de soy sans conseil ou ayde d'autruy et qu'il soit à ce point examiné par les gardes du mestier » (Livre des métiers d'Étienne Boileau). L'obligation du chef-d'œuvre fut d'ailleurs une mesure d'ordre économique et un facteur de cloisonnement social. Par lui se ferma la classe des maîtres à toute une masse d'artisans qui non seulement ne jouissaient pas des dispenses attribuées aux fils de maîtres, mais surtout ne pouvaient payer les taxes et les banquets qui accompagnaient toute accession à la maîtrise.

C'est dans l'atelier que s'est sans doute noué ce rapport dialectique du Maître à l'Esclave. C'est pourquoi les corporations vinrent surimposer leurs structures et leurs contrôles aux ateliers : elles voulaient en maîtriser les abus, en fixer les statuts internes et les règles intercorporatives.

Le chef-d'œuvre avec toutes ses formalités d'accès à la maîtrise, ne comporte nullement cette atmosphère idéale qu'on lui prêta à partir du ixe siècle devant l'effroi qu'inspirait la société industrielle. Dans l'atelier médiéval, l'apprenti abordait la matière première à l'état brut, il confectionnait lui-même ses outils et ses instruments. Ce sont les mêmes exigences dans tous les ateliers de ce type. Il y a là une nécessité économique et technologique à la fois. Quant aux variétés d'ateliers elles-mêmes, elles recouvrent tous les métiers et sont hiérarchisées. Il est remarquable que cette hiérarchie, en Europe par exemple, témoigne d'une valorisation du métier en fonction de la richesse qu'il représente pour la vie économique. La situation de boucher ou d'orfèvre est infiniment plus avantageuse que celle de taillier ou d'ymaigier.

L'organisation féodale montre la soumission des métiers à l'Église, et, dans les métiers où l'on fabrique des objets esthétiques, la création a le statut d'une simple fabrication accomplie dans un esprit de glorification anonyme sous le contrôle autoritaire et financier du clergé.

La condition de l'artisan médiéval est infiniment étrangère à l'imagerie qu'on nous en propose souvent, étrangère aussi aux nostalgie [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Alexandre et Campaspe dans l'atelier d'Apelle, G. Tiepolo

Alexandre et Campaspe dans l'atelier d'Apelle, G. Tiepolo
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

L'Atelier, J. Vermeer

L'Atelier, J. Vermeer
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Réunion d'artistes dans l'atelier d'Isabey, L.L. Boilly

Réunion d'artistes dans l'atelier d'Isabey, L.L. Boilly
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Intérieur d'atelier, O. Tassaert

Intérieur d'atelier, O. Tassaert
Crédits : Art Media/ Print Collector/ Getty Images

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ATELIER, art  » est également traité dans :

AMAURY-DUVAL EUGÈNE EMMANUEL PINEU-DUVAL dit (1808-1885)

  • Écrit par 
  • Bruno FOUCART
  •  • 441 mots

Sans doute l'un des plus originaux et des mieux doués des élèves d'Ingres, Amaury-Duval se contenta d'une carrière honorable et discrète. Peintre à la production rare, appartenant par sa famille à l'intelligentsia parisienne (son père, membre de l'Institut, fondateur de la Décade philosophique , rédacteur du Mercure , était un remarquable érudit et historien archéologue), Amaury-Duval avait des qu […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - L'architecte

  • Écrit par 
  • Florent CHAMPY, 
  • Carol HEITZ, 
  • Roland MARTIN, 
  • Raymonde MOULIN, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 16 577 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La circularité académique : le mandarinat »  : […] Le système académique était fondé sur la circularité. Les membres de la section architecture de l'Académie des beaux-arts se recrutaient par cooptation. Au travers de l'École nationale supérieure des beaux-arts et de ses filiales régionales créées en 1903, l'Académie régnait sur l'enseignement, dans la mesure où elle attribuait les récompenses. Les Prix de Rome, architectes de droit des bâtiments […] Lire la suite

ART SACRÉ

  • Écrit par 
  • Françoise PERROT
  •  • 5 348 mots

Dans le chapitre « Maurice Denis et la théorisation de l'art religieux »  : […] Le xx e  siècle s'est ouvert, en France, sur la séparation des Églises et de l'État (1905), ce qui a ralenti les initiatives en matière d'art religieux pour deux décennies. Des artistes, évoluant le plus souvent au sein de groupes ou de mouvements divers, ont fait état d'une quête spirituelle, que plusieurs ont pensé retrouver dans l'art médiéval. C'est le cas de Maurice Denis (1870-1943) qui se r […] Lire la suite

L'ATELIER D'INGRES, Eugène Emmanuel Amaury-Duval - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 1 026 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Itinéraire d'un élève »  : […] Le récit, à la première personne, s'étend sur onze ans, de 1825 à 1836, prolongé par des anecdotes concernant la période ultérieure. Le plan est peu marqué, divisé en vingt-sept chapitres ponctués de dialogues, comme dans une conversation, le but étant de « faire connaître surtout les sentiments intimes et les préceptes du grand artiste ». À partir de 1825, jusqu'à son départ pour l'Italie en 1834 […] Lire la suite

AUBUSSON MANUFACTURES D'

  • Écrit par 
  • Nicole de REYNIES
  •  • 543 mots

L'existence d'ateliers de lissiers dans la ville d'Aubusson n'est attestée qu'à partir de 1531, date nettement postérieure à celle de l'établissement d'ateliers à Felletin, mais antérieure à celle de Bellegarde ; la production de ces villes voisines a les mêmes caractéristiques. Au milieu du xvii e siècle, l'industrie aubussonnaise étant en régression, Louis XIV offre à l'ensemble des ateliers pr […] Lire la suite

AUTEUR

  • Écrit par 
  • Alain BRUNN, 
  • François-René MARTIN
  • , Universalis
  •  • 3 116 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'individualisation de l'œuvre »  : […] L'activité même des historiens de l'art a toujours suivi le cours de cette individualisation de la production artistique, subissant aussi ses revirements, comme la « mort de l'auteur » annoncée par Roland Barthes, ou à l'inverse, son retour, dont Michel Foucault a mis à nu les implications pour les sciences humaines. La démarche attributionniste, longtemps centrale dans la discipline, consiste à […] Lire la suite

AUTOPORTRAIT, peinture

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 3 586 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le peintre noble et savant : l'autoportrait « en majesté » »  : […] Comme on l'a vu à propos de l'évolution du thème de saint Luc, le statut social et intellectuel de l'artiste et celui de la peinture sont au centre de la problématique de l'autoportrait, surtout à partir de la Renaissance où cet art, naguère « mécanique », accède pratiquement, avec les plus grands maîtres, au rang des « arts libéraux ». Formé comme un artisan dans une Allemagne encore médiévale, D […] Lire la suite

COULEURS, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Manlio BRUSATIN
  •  • 10 355 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Techniques et traités au Moyen Âge »  : […] L'introduction des tons de bleu en Occident et les premières indications techniques sur leur fabrication se trouvent dans un recueil de recettes artisanales, les Compositiones ad tingenda musiva ..., manuscrit probablement rédigé à l'époque de Charlemagne, découvert à Lucques et publié seulement au xviii e  siècle à Milan par Ludovico Antonio Muratori. Il s'agit là du texte résumant le mieux le d […] Lire la suite

DAVID JACQUES LOUIS (1748-1825)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 4 768 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le peintre de Napoléon »  : […] Avec Bonaparte, David trouva définitivement son grand homme, auquel il devait, jusqu'à sa mort, comme beaucoup d'autres Jacobins, vouer une fidèle admiration. Il n'entra vraiment en contact avec le général que vers 1797, souhaitant faire son portrait (ébauché et resté inachevé, Louvre), sortant enthousiasmé de leur première rencontre et disant à ses élèves (le mot est rapporté par Delécluze) : «  […] Lire la suite

DÉCOR DE LA NEF DE LA BASILIQUE SAINT-FRANÇOIS, Assise

  • Écrit par 
  • Christophe MOREAU
  •  • 228 mots

Vers la fin du xiii e  siècle à Assise l'ordre des franciscains voulait présenter aux yeux du public un cycle imagé retraçant la vie de leur saint fondateur. Ils virent en la personne de Giotto, qui avait déjà travaillé au décor de la basilique saint-François, avec son maître Cimabue, l'artiste répondant le mieux à leurs aspirations. Vers 1295, le maître florentin entreprend le décor à fresque sur […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marie-José MONDZAIN-BAUDINET, « ATELIER, art », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/atelier-art/