ASTROPARTICULES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les rayons cosmiques de très haute énergie

Les rayons cosmiques font l'objet de mesures intensives depuis le milieu du xxe siècle et l'on sait que leur spectre en énergie diminue suivant une loi de puissance décroissante pour atteindre un flux de une particule par kilomètre carré et par siècle à l'énergie de 1020 électronvolts. Des détecteurs au sol de grande surface observent les cascades de particules – appelées grandes gerbes – qui se développent dans l'atmosphère. Il peut paraître paradoxal que, malgré cette longue période d'observation, les origines et la composition chimique des rayons cosmiques soient encore imparfaitement comprises. En particulier, la partie du spectre dit d'ultra-haute énergie, peuplée d'une centaine de gerbes d'énergie supérieure à 4 × 1019 électronvolts, reste une énigme. On attend dans ce domaine une chute du flux engendrée par l'opacité de l'Univers due aux collisions des rayons cosmiques sur les photons du fond cosmologique à 2,7 K. Quelques événements ont été observés au-delà de cette coupure, impliquant que leur source est assez proche afin que des collisions n'aient pu survenir pendant la propagation. Par ailleurs, l'énergie mesurée est telle que la déflexion par le champ magnétique intergalactique est suffisamment faible pour permettre de repérer la localisation de leur source. À ce jour, aucune des hypothèses avancées sur leur nature n'est cependant pleinement satisfaisante.

L'exploration de ce domaine nécessite un immense réseau de détecteurs, comme l'observatoire Pierre-Auger, implanté en Argentine, et qui collecte des données depuis 2005. Un premier instrument constitué d'une grille de 1 600 détecteurs espacés de 1,5 km les uns des autres couvre la surface d'un département français (3 000 km2). Chacun d'eux comporte une cuve de 12 mètres cubes remplie d'eau qui détecte au moyen de trois photomultiplicateurs la lumière Tcherenkov produite par les particules chargées de la gerbe cosmique (figure). Alors que les détecteurs individuels sont simples dans leur principe, l'instrument dans son ensemble fait appel à des techniques peu c [...]

Représentation schématique de la détection d'une gerbe atmosphérique d'ultra-haute énergie par le détecteur hybride Auger

Représentation schématique de la détection d'une gerbe atmosphérique d'ultra-haute énergie par le détecteur hybride Auger

Dessin

Représentation schématique de la détection d'une gerbe atmosphérique d'ultra-haute énergie par le détecteur hybride Auger. Le détecteur «œil de mouche» capte par nuit sombre la lumière de fluorescence émise dans l'atmosphère par la gerbe géante au moyen d'une mosaïque de... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : conseiller scientifique au Collège de France (physique corpusculaire et cosmologie)

Classification


Autres références

«  ASTROPARTICULES  » est également traité dans :

ANTARES, télescope sous-marin à neutrinos

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 307 mots

Antares, premier télescope sous-marin à neutrinos, est installé au large de La Seyne-sur-Mer (Var). Depuis juin 2008, les 12 lignes de détection d'Antares scrutent par 2 500 mètres de fond le passage de neutrinos d'origine cosmique. Couvrant une surface de 10 hectares, ce détecteur est un ensemble de mille photomultiplicateurs répartis sur 12 lignes verticales hautes de 350 mètres et espacées d'e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antares-telescope-sous-marin-a-neutrinos/#i_32662

PARTICULES ÉLÉMENTAIRES - Fermions

  • Écrit par 
  • Jean-Eudes AUGUSTIN, 
  • Michel PATY, 
  • Bernard PIRE
  •  • 16 242 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Détection des neutrinos stellaires et cosmiques »  : […] La très grande transparence de la matière aux neutrinos, résultant de leur extrême pouvoir de pénétration, en ferait, si on savait les détecter de manière significative, des sondes particulièrement intéressantes des processus solaires ou cosmiques relatifs à des régions généralement opaques aux rayonnements lumineux, X ou γ. En effet, la plupart de ces processus s'accompagnent d'une émission cons […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/particules-elementaires-fermions/#i_32662

RAYONNEMENT COSMIQUE - Rayons cosmiques

  • Écrit par 
  • Lydie KOCH-MIRAMOND, 
  • Bernard PIRE
  •  • 6 237 mots
  •  • 8 médias

Les rayons cosmiques sont des noyaux atomiques et des particules élémentaires qui voyagent dans l'espace à des vitesses voisines de celle de la lumière. Certains d'entre eux s'approchent suffisamment de la Terre pour être détectés par des instruments placés dans des satellites en orbite terrestre ou dans des sondes spatiales. D'autres pénètrent dans l'atmosphère terrestre, entrent en collision av […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rayonnement-cosmique-rayons-cosmiques/#i_32662

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre BAREYRE, « ASTROPARTICULES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/astroparticules/