ASTÉRIDES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Astéride : squelette

Astéride : squelette
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Astéride : bras

Astéride : bras
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Pédicellaires

Pédicellaires
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Système aquifère

Système aquifère
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias


Anatomie : distinction entre Astérides et Ophiurides

Le corps des Astérides, aplati selon l'axe de symétrie, a la forme d'une étoile à cinq branches, parfois plus  ; celle-ci est constituée d'un disque central où s'ouvre la bouche (face orale ou ventrale) et à partir duquel rayonnent les bras. Contrairement à ce que l'on observe chez les Ophiures, la limite entre le disque et les bras n'est pas nette (certaines espèces ont même une silhouette pentagonale et semblent dépourvues de bras : Sphaeriomaster) ; les bras sont peu mobiles et, en particulier, incapables de mouvements latéraux. La face inférieure des bras est creusée d'une gouttière longitudinale (ou radiale) où est logé le complexe radial, c'est-à-dire ruban nerveux, lacune hémale et canal ambulacraire. Cette gouttière est largement ouverte chez les Astérides mais protégée latéralement par des épines ; elle est fermée par une plaque calcaire chez les Ophiures. Le disque, diversement ornementé, porte sur sa face aborale et en position interradiale, une plaque spéciale, d'aspect granuleux et percée de multiples pores microscopiques, la madréporite. La face aborale du disque porte en outre les orifices génitaux en position interradiale et l'anus lorsqu'il existe. Chez les Ophiures, madréporite(s) et fentes génitales s'ouvrent sur la face ventrale ; l'anus est absent.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

  • : professeur de biologie marine à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification


Autres références

«  ASTÉRIDES  » est également traité dans :

ÉCHINODERMES

  • Écrit par 
  • Geneviève TERMIER, 
  • Henri TERMIER, 
  • Andrée TÉTRY
  •  • 6 662 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Classification des Échinodermes »  : […] L'embranchement des Échinodermes a été divisé en deux sous-embranchements : 1) Les Pelmatozoaires (pelmat, à l'extrémité d'une tige ; zoaire, animal). Ils comprennent des Échinodermes primitifs fixés par un pédoncule aboral à l'état larvaire et fort souvent à l'état adulte. La bouche se trouve sur la même face que l'anus, entourée d'un cercle de bras. Ils ne possèdent pas d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/echinodermes/#i_16516

Voir aussi

Pour citer l’article

Yves TURQUIER, « ASTÉRIDES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/asterides/