STELLAIRES ASSOCIATIONS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Structure des associations OB

Les étoiles O et B

Les étoiles O sont les étoiles dont la température superficielle est la plus élevée : celle-ci atteint 50 000 degrés dans le cas d'une étoile O3, 17 000 dans le cas d'une étoile B2. À ces températures, l'étoile a la possibilité d'ioniser la matière qui l'entoure (principalement constituée d'hydrogène), pour former ce que l'on appelle une région HII. Cette propriété joue un rôle fondamental dans l'étude des associations OB.

La masse et la luminosité des étoiles O et B varient très vite en fonction du type spectral (tabl. 1) : une étoile O9, par exemple, a une masse d'environ 15 M (M : masse du Soleil) au début de sa vie ; une étoile O3 a une masse probablement supérieure à 120 M. Les luminosités correspondantes sont considérables, respectivement de l'ordre de 104 L (L : luminosité solaire) et... 107 L. À titre de comparaison, on pense que les étoiles les moins massives n'atteignent que 0,05 M et que leur luminosité est de 3 . 10—4 L.

Étoiles les plus lumineuses de la Galaxie

Tableau : Étoiles les plus lumineuses de la Galaxie

Tableau

Les seize étoiles les plus lumineuses de la Galaxie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

On comprend que, dans ces conditions, les durées de vie des étoiles soient une fonction très sensible de leur masse : on estime que la durée de vie d'une étoile de 60 M est de 4 millions d'années seulement, ce qui est extrêmement court par rapport à la durée de vie du Soleil ou par rapport à celle des étoiles les moins massives, où elle atteint plusieurs centaines de milliards d'années pour 0,05 M, soit plus de dix fois l'âge estimé de l'Univers, autant dire l'éternité...

Durée de vie des étoiles

Tableau : Durée de vie des étoiles

Tableau

Durée de vie (tsp) des étoiles massives sur la séquence principale (combustion de l'hydrogène), en incluant de nouvelles déterminations de perte de masse et le phénomène de surconvection dans les régions centrales. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

L'évolution des étoiles massives

En réalité, la durée de vie qui vient d'être évoquée est le temps que les étoiles passent sur la séquence principale, c'est-à-dire dans cette bande du diagramme couleur-luminosité de Hertzsprung-Russell (où diagramme HR) où les étoiles passent presque toute leur vie, le temps de convertir entièrement l'hydrogène (dont elles sont constituées initialement) en hélium. La conversion de l'hélium en d'autres éléments (carbone, oxygène, azote, magnésium, silicium, etc.), au cours de la nucléosynthèse, prend compa [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Médias de l’article

Étoiles les plus lumineuses de la Galaxie

Étoiles les plus lumineuses de la Galaxie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Durée de vie des étoiles

Durée de vie des étoiles
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Diagramme de Hertzsprung-Russell

Diagramme de Hertzsprung-Russell
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Masse initiale et âge

Masse initiale et âge
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 12 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur ès sciences, ancien élève de l'École normale supérieure, physicien au Commissariat à l'énergie atomique

Classification

Autres références

«  STELLAIRES ASSOCIATIONS  » est également traité dans :

AMBARTZOUMIAN VIKTOR AMAZASPOVITCH (1908-1996)

  • Écrit par 
  • Jean AUDOUZE
  •  • 1 032 mots

Affirmer que la Terre et les êtres vivants sont « poussières d'étoiles », c’est faire référence aux théories sur la naissance et l'évolution des étoiles et sur leur interaction avec le milieu interstellaire dont elles sont issues et auquel elles restituent une partie de la matière qu'elles ont transformée. Ces théories ont un père : l’astrophysicien arménien Viktor Ambartzoumian, mort le 12 août […] Lire la suite

STELLAIRES AMAS

  • Écrit par 
  • André BOISCHOT
  •  • 1 756 mots
  •  • 1 média

Un amas stellaire est un groupe d'étoiles physiquement liées par la gravitation, formées dans des conditions semblables en un temps relativement court, et évoluant dans les mêmes conditions. L'étude des amas fournit des renseignements de première importance sur la formation et l'évolution des étoiles. De plus, elle introduit à une théorie dynamique qui a permis d'expliquer la structure des amas et […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Thierry MONTMERLE, « STELLAIRES ASSOCIATIONS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/associations-stellaires/