A.E.L.E. (Association européenne de libre-échange)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est avec une certaine appréhension que la Grande-Bretagne assiste à l'élaboration (1955-1956) et à la signature (1957) des traités de Rome. Comme vis-à-vis de la Communauté européenne du charbon et de l'acier, elle observe au départ une attitude réservée. Les « pères » de la Communauté économique européenne ne font pas mystère du but final : une union politique. Une fois les dangers politiques et économiques reconnus, le ton britannique monte : les Six sont accusés d'organiser un nouveau Blocus continental, de creuser un nouveau fossé en Europe. Ces arguments étant peu crédibles — aux États-Unis notamment —, la Grande-Bretagne propose la formation d'une zone de libre-échange englobant tous les pays de l'Europe libre. Des négociations sont ouvertes sur ce thème au sein d'un comité Maudling, mais elles n'aboutissent pas ; sans désemparer, Londres met en chantier une association plus restreinte de libre-échange par l'intermédiaire de la Suède. Le 20 novembre 1959, les ministres de l'Autriche, du Danemark, de la Norvège, du Portugal, de la Suède, de la Suisse et du Royaume-Uni paraphent à Stockholm une convention instituant l'Association européenne de libre-échange (A.E.L.E.). Les sept pays du groupe de Stockholm espèrent fermement que l'A.E.L.E. sera le prélude à l'association de tous les pays européens.

A.E.L.E. (Association européenne de libre-échange)

Dessin : A.E.L.E. (Association européenne de libre-échange)

Islande, Liechtenstein, Norvège, Suisse. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La « construction européenne » (1945-2004)

Vidéo : La « construction européenne » (1945-2004)

Déjà très en vogue dans les milieux pacifistes de l'entre-deux-guerres, l'idée d'une Europe unie et solidaire resurgit avec force dans les années qui suivent la capitulation allemande de 1945.Dans le contexte de la reconstruction, les premières bases d'une union sont jetées en avril 1948... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

L'A.E.L.E. n'est pas une zone économiquement organisée : aucun plan de production, aucune harmonisation de la production ne sont prévus. Contrairement à la C.E.E., aucune politique agricole commune n'est envisagée, l'objectif de l'association étant « de faciliter une expansion des échanges qui assure une réciprocité raisonnable aux États membres dont l'économie dépend dans une large mesure de l'exportation des produits agricoles ». Des accords sur l'agriculture pourront être pris entre des États membres, qui seront tenus d'en informer le Conseil. L'A.E.L.E. est donc un simple champ de concurrence internationale, au sein duquel des règles sont prévues pour éviter que soit faussée cette concurrence. Une structure extrêmement simple suffit à l'A.E.L.E. : un conseil composé de représentants des États membres statue à l'unanimité ; il est assisté de comités et peut avoir un rôle de médiation lorsqu'un pays membre estime ne pas recevoir tout le bénéfice qu'il est en droit d'attendre de l'association.

Trois pays vont rejoindre l'A.E.L.E. : en 1960, la principauté de Liechtenstein, qui formait une union douanière avec la Suisse, signe un protocole qui la fait entrer dans la zone de libre-échange ; en 1961, la Finlande s'associe à l'A.E.L.E. sans y adhérer, un conseil mixte étant créé pour examiner les problèmes particuliers posés par les relations entre la Finlande et l'A.E.L.E. ; en 1969, le conseil de l'A.E.L.E. accepte la demande d'adhésion de l'Islande, qui ratifiera son entrée en 1970. Mais le relatif succès de l'A.E.L.E. ne suffit pas à masquer l'évidente attirance qu'exerce la C.E.E. sur l'État membre le plus important : le Royaume-Uni. Après l'échec de la première candidature anglaise à l'adhésion à la C.E.E., le principe de jeter un pont entre les deux associations est accepté, malgré les réserves des Nordiques. La Grande-Bretagne et le Danemark ont quitté l'A.E.L.E. le 1er janvier 1973 pour rejoindre la C.E.E., suivis, en 1986, du Portugal. En 1995, l'adhésion à l'Union européenne de l'Autriche, de la Finlande et de la Suède consacre l'échec de l'A.E.L.E. en tant que modèle alternatif d'organisation européenne.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

A.E.L.E. (Association européenne de libre-échange)

A.E.L.E. (Association européenne de libre-échange)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

La « construction européenne » (1945-2004)

La « construction européenne » (1945-2004)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  A.E.L.E. (Association européenne de libre-échange)  » est également traité dans :

ÉCONOMIE MONDIALE - 1991 : une économie convalescente

  • Écrit par 
  • Tristan DOELNITZ
  •  • 8 560 mots

Dans le chapitre « Un nouvel espace pour l'Europe de l'Ouest »  : […] En 1991, deux événements particulièrement importants ont marqué l'Europe de l'Ouest : la signature par les douze États membres de la C.E.E. de deux nouveaux traités instituant l'Union économique et monétaire (U.E.M.) et l'Union politique européenne (U.P.E.) ; l'accord entre la C.E.E. et l'Association européenne de libre-échange (A.E.L.E.) créant l'Espace économique européen (E.E.E.). Dans sa défin […] Lire la suite

SUÈDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Michel CABOURET, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Georges CHABOT, 
  • Jean-Claude MAITROT, 
  • Jean-Pierre MOUSSON-LESTANG, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN, 
  • Jean PARENT
  • , Universalis
  •  • 35 817 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « L'après-guerre : la Suède au temps des blocs (1945-1976) »  : […] Le retour de la paix ne justifiait plus un gouvernement de coalition nationale. Dès l'été de 1945, Per Albin Hansson remania son gouvernement, qui devint social-démocrate homogène. Ce gouvernement resta aux affaires jusqu'en 1951 sous la conduite de Per Albin Hansson jusqu'à sa mort en octobre 1946, puis sous celle de Tage Erlander (1946-1969). Ce quart de siècle vit la domination presque sans par […] Lire la suite

ZONE DE LIBRE-ÉCHANGE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul HUET
  •  • 488 mots

Différentes formes d'association entre États ont été tentées pour favoriser les échanges internationaux en réalisant, selon l'ambition des objectifs, soit une simple zone de libre-échange, soit une union douanière, soit une union économique. La zone de libre-échange, la moins contraignante des trois formules, consiste seulement à supprimer les droits de douane, c'est-à-dire toute restriction quant […] Lire la suite

Les derniers événements

2 mai 1992 C.E.E. – A.E.L.E. Signature du traité fondant l'Espace économique européen

Au terme de trois ans de négociations, les douze pays de la Communauté économique européenne et les sept pays membres de l'Association européenne de libre-échange (Autriche, Finlande, Islande, Liechtenstein, Norvège, Suède, Suisse) signent à Porto le traité fondant l'Espace économique européen (E.E.E.). Une fois ratifié, ce texte donnera naissance au plus vaste marché économique de la planète, avec 380 millions d'habitants et une part supérieure à 40 p. […] Lire la suite

22 octobre 1991 C.E.E. – A.E.L.E. Création d'un Espace économique européen entre la C.E.E. et l'A.E.L.E.

À terme, cet accord devrait déboucher sur un élargissement du Marché commun, plusieurs pays membres de l'A.E.L.E. (Autriche, Suède, Finlande, Suisse) souhaitant adhérer à la C.E.E.  […] Lire la suite

10 août 1987 Suède – Suisse. Accord entre Brown Boveri et Cie et A.S.E.A. dans la construction électrique

, confirme la volonté des pays membres de l'Association européenne de libre-échange (A.E.L.E.) de s'organiser en vue de s'adapter aux conditions nouvelles qui seront celles du marché européen en 1992. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacqueline DEMALDENT, « A.E.L.E. (Association européenne de libre-échange) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/association-europeenne-de-libre-echange/