ASSIMILATION SOCIALE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Caractéristiques principales du processus d'assimilation sociale

Il y a interaction constante entre les candidats à l'assimilation et la société d'accueil. Pour le candidat, le processus d'assimilation sociale consiste à inscrire, dans une situation nouvelle, le rôle qu'il s'est assigné. Il doit donc passer par des phases successives et étroitement liées les unes aux autres. Premièrement, il lui faut acquérir de nouveaux moyens, apprendre à user de mécanismes sociaux nouveaux : langage, technique, orientation écologique, etc., faute de quoi il ne survivrait pas longtemps dans ce milieu nouveau. Deuxièmement, il doit apprendre à tenir une série de rôles inédits dans une société qui s'est presque toujours élargie. Troisièmement, il lui sera nécessaire de reconstruire et de former à nouveau l'idée qu'il se fait de lui-même, de la place qu'il occupe. Il acquerra un nouveau système de valeurs et il l'expérimentera sur le théâtre où il doit se produire à présent.

Ainsi cette prise de contact amorce-t-elle la transformation des groupes tels qu'ils étaient au moment de leur arrivée ainsi que de leur complexe de relations sociales. C'est par la création d'un réseau de relations dans la structure sociale du pays d'accueil que le comportement des personnes ou des groupes candidats se trouve « institutionnalisé ». Leurs aspirations peuvent concorder avec ce qu'ils attendent du pays d'accueil et avec ce qu'il attend d'eux.

L'aspect premier, l'aspect fondamental de ce premier contact, c'est le développement de valeurs et d'aspirations compatibles avec les valeurs et les attitudes de la société d'accueil et susceptibles de trouver leur réalisation en son sein. Un second aspect de ce processus, c'est la création de nouveaux canaux de communication avec la société et d'orientation vers une sphère plus large d'activités, donc une extension de la participation sociale. Les principaux critères de cette extension sont : développement de la solidarité entre candidats à l'assimilation et société d'accueil, intensification du sentiment d'identification avec ses valeurs ultimes et ses symboles, du sentiment d'appartenance, du désir de participer, développement des activités institutionnelles et confraternelles des candidats en association avec les activités propres de la société d'accueil ainsi renouvelée, tendance des candidats à constituer au sein de la structure sociale des « groupes de référence » élargis (classes sociales nouvelles, par exemple, groupes professionnels nouveaux), développement de relations sociales suivies avec des membres « plus anciens » de l'ordre établi, dont la conséquence est la fondation de nouveaux groupes primaires – mixtes cette fois.

C'est seulement lorsque ces divers canaux de communication entre les groupes primaires des candidats à l'assimilation et la société d'accueil auront pris corps et fonctionneront sans à-coups que l'on pourra parler d'institutionnalisation de leur comportement.

On ne saurait attacher trop d'importance à l'établissement de ces canaux. Ils s'incarnent en la personne des chefs, des « leaders » (que leur autorité soit officielle ou officieuse), à qui la transformation de la communauté migratrice a permis de s'affirmer ; du contact avec la société d'accueil naîtra un nouveau type de chef.

Pour résumer : le candidat à l'assimilation doit apprendre un rôle inédit, les valeurs des groupes élémentaires doivent subir une mutation, ces groupes doivent élargir leur participation aux activités essentielles de la société qui les reçoit. Si le processus se déroule de façon harmonieuse, la conception que le candidat a de lui-même, son image et son système de valeurs se structurent en un système cohérent qui lui permet de devenir membre à part entière de la société nouvelle.

Il n'est que trop connu, malheureusement, que ce processus ne se déroule pas toujours harmonieusement.

Pour acquérir ce statut qui consacrera la réussite de sa tentative d'assimilation, le candidat doit être accepté par la société d'accueil et sa participation admise.

Analysons à présent les choses du point de vue de la société qui le reçoit. Dans quelles conditions l'absorbera-t-elle pleinement ? Il est bien évident que l'irruption d'un grand nombre d'individus va exercer une pression sur les structures existante [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ASSIMILATION SOCIALE  » est également traité dans :

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Danièle LAVALLÉE, 
  • Catherine LEFORT
  •  • 18 056 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le pouvoir d'assimilation »  : […] De tels mélanges ne sont pas sans susciter de grandes difficultés. Même entre les Blancs issus du même continent, les rapports ne sont pas toujours aisés. Les origines diverses se marquent à travers les paysages américains. Il n'est pas difficile de reconnaître à New York les rues où vivent les Italiens, les Irlandais... Cette ville est non seulement une des plus peuplées du monde, mais c'est aus […] Lire la suite

CHICAGO ÉCOLE DE, sociologie

  • Écrit par 
  • Christian TOPALOV
  •  • 3 208 mots

Dans le chapitre « Les grandes enquêtes sur Chicago »  : […] L'union de la théorie écologique et de l'observation empirique de la grande ville put s'opérer à Chicago grâce à l'impulsion donnée aux sciences sociales par les fonds de la fondation Rockefeller à partir de 1923. Les administrateurs de celle-ci et les dirigeants de l'université partageaient la conviction que l'enseignement de ces disciplines restait trop individuel et livresque. Pour en faire de […] Lire la suite

COMMUNAUTÉ

  • Écrit par 
  • Stéphanie MOREL
  •  • 1 424 mots

Dans le chapitre « Communauté et citoyenneté »  : […] Porter un regard sur la genèse, l'évolution et la mise en application du concept de citoyenneté dans les États modernes permet de rendre compte de la tension permanente entre universalisme et particularismes, et de la difficulté d'organiser la communauté nationale. La citoyenneté universelle « à la française » repose sur le postulat d'un dédoublement théorique de l'individu qui, en tant que cito […] Lire la suite

INTÉGRATION, sociologie

  • Écrit par 
  • Gilles FERREOL
  •  • 1 272 mots

De la thèse d'Émile Durkheim, De la division du travail social (1893), aux Formes élémentaires de la vie religieuse (1912), le terme intégration – qui désigne, dans son acception la plus générale, l'opération consistant à adjoindre un élément à d'autres, afin de former une totalité – est au cœur du lexique durkheimien et se rattache à la problématique du lien social. Celle-ci met l'accent sur l […] Lire la suite

IRAN - Société et cultures

  • Écrit par 
  • Christian BROMBERGER
  •  • 8 913 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Une mosaïque de cultures cimentées par une commune appartenance nationale »  : […] La diversité culturelle de l'Iran tient tout à la fois à la juxtaposition de milieux géographiques très contrastés (terres humides et palustres du littoral caspien, plateau aride ponctué d'oasis, grandes cuvettes désertiques du Dasht-e Kavir et du Dasht-e Lut, chaîne montagneuse du Zagros...) et à une histoire faite d'invasions successives qui ont inégalement marqué les différentes régions du pays […] Lire la suite

PSYCHOLOGIE INTERCULTURELLE

  • Écrit par 
  • Serge GUIMOND
  •  • 2 351 mots

Dans le chapitre « La psychologie interculturelle »  : […] Lorsque les questions examinées par les chercheurs concernent les phénomènes liés au contact entre les membres de différentes cultures, on parle de psychologie interculturelle au sens restreint. L’acculturation est alors le phénomène au centre des recherches. Le concept d’acculturation désigne tous les changements (psychologiques, culturels, etc.) induits par des contacts entre des personnes d’or […] Lire la suite

TRIBALISME

  • Écrit par 
  • Jean COPANS
  •  • 4 412 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les tribalismes originels »  : […] Paradoxalement, le tribalisme originel est le moins décrit et le moins bien défini des tribalismes. Il faut rappeler que les particularismes tribaux mis en avant dans les utilisations courantes n'ont rien de traditionnel et de précolonial : ils sont tribaux dans la mesure où ils ont été suscités au sein des groupes ethniques et où leur langage est, formellement du moins, celui des structures appar […] Lire la suite

WIRTH LOUIS (1897-1952)

  • Écrit par 
  • Yves GRAFMEYER
  •  • 681 mots

Né dans une famille de juifs ruraux de Rhénanie, Louis Wirth émigre aux États-Unis à l'âge de quatorze ans. Il suit à l'université de Chicago les enseignements de Thomas, Park et Burgess, et rédige en 1925 sa thèse ( The Ghetto ) qui devient un classique de la sociologie américaine. Dans le sillage de ses maîtres, il s'affirme très vite comme l'un des principaux chefs de file de l'école dite de l' […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Shmuel Noah EISENSTADT, « ASSIMILATION SOCIALE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/assimilation-sociale/