ASIE (Géographie humaine et régionale)Dynamiques régionales

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Asie orientale

La partie orientale et nord-orientale de l'Asie est la plus difficile à identifier du continent eurasiatique. Le pays le plus vaste, le plus peuplé et le plus ancien de cet ensemble, la Chine, s'est toujours considéré au centre de l'écoumène, ni à l'est ni au nord-est de quelque chose, fût-ce un continent. En outre, pour ce « Pays du milieu » (Zhongguo), le nord-est de l'Asie désigne les provinces qui correspondent à l'ancienne Mandchourie. Ses voisins (Corée, Japon, Vietnam, Tibet, Mongolie) ont historiquement reconnu, à des degrés divers, la centralité chinoise et sa puissance. Ils ont tous intégré sa civilisation. Ils ont aussi revendiqué leur autonomie, face à la Chine et face aux colonisations occidentales, avec, dans les deux cas, un certain succès.

La Corée est traditionnellement nommée le « Pays de l'Orient » (en chinois Dongguo, en coréen Dongkuk) par les Chinois. Prise en tenaille entre les deux grands voisins chinois et japonais, ses monarchies ont versé le tribut à l'Empire chinois jusqu'à la fin du xixe siècle, puis le pays est colonisé par le Japon (1910, officiellement protectorat dès 1905) et accède à l'indépendance (1945) avant d'être séparée en deux États – communiste au nord, démocratique au sud – à l'issue d'une guerre (1950-1953) à la fois civile et internationale.

Le Japon, « Pays de l'origine du soleil » dont le nom traduit un compromis entre une situation périphérique, encore plus loin à l'est de la Corée, et l'affirmation d'un symbole autocentré, la source de Lumière, a historiquement évité toute invasion par la Chine, comme par l'Occident, excepté l'occupation américaine de 1945 à 1952. Mais il n'en a pas moins été imprégné de civilisation chinoise puis occidentale, sur fond de culture animiste (shintō) et bouddhiste. Se pensant désormais comme une sorte d'avant-garde de l'Occident, par sa modernité, son industrialisation, son avance technologique, son alliance avec les États-Unis, il pourrait tout aussi bien être qualifié d'Extrême-Occident que d'Extrême-Orient.

Quant à la Mongolie qui fut jadis au centre du plus grand empire que la Terre ait porté, étendu de la péninsule coréenne au Danube, elle est devenue une sorte de marge improbable de la mondialisation.

Dans cette partie de l'Asie se trouvent aussi les grandes puissances nucléaires, comme la Russie au nord, en Sibérie, ou les États-Unis à l'est, dans l'océan Pacifique. Leur antagonisme au cours de la dite guerre froide (1945-1989) marque encore la région avec les partitions coréenne et chinoise (république populaire de Chine et république de Chine, c'est-à-dire Taïwan).

Choisir une dénomination pour cette région, c'est donc déjà prendre parti. C'est avouer un positionnement géopolitique, à l'instar d'un Extrême-Orient identifié par certains observateurs européens tout au long du xxe siècle, ou bien d'une Asie du Nord-Est définie par le Pentagone à partir de 1945 pour la distinguer de l'Asie du Sud-Est. Une solution consiste à considérer le temps long de la civilisation sinisée, et à se projeter dans un futur relativement proche. C'est ce qu'a fait Léon Vandermeersh en évoquant le « nouveau monde sinisé » (1986). La référence à une culture ancestrale commune est à la fois séduisante car justifiée, et limitée car chacun des pays peut se targuer d'une originalité et même d'une modernité différente. Elle est également risquée, car le pari d'un réel rapprochement entre les différents pays et acteurs de la zone est loin d'être gagné. Si on peut la considérer comme la seule issue pacifique ou réaliste, les dirigeants actuels sont loin d'en être convaincus, et les peuples sont encore imprégnés de nationalisme. Or, sans eux, toute idée d'Union asiatique orientale n'est qu'une chimère.

Parler d'Asie orientale est fondé puisqu'il s'agit bien du côté oriental du continent eurasiatique et que le terme d'Asie lui-même, bien que d'origine européenne, a été adopté par les Chinois, les Japonais et les Coréens. Mais cette appellation s'est étendue à l'ensemble de la façade Pacifique de l'Asie, à la suite de l'intégration économique des pays littoraux au cours du dernier quart du xxe siècle. Désormais, elle comprend donc également l'Asie du Sud-Est. Sur le plan géoéconomique, les flux de biens ou de personnes sont toutefois bien plus importants entre la Chine, le Japon et la Corée qu'avec l'Asie du Sud-Est. Il est donc tou [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 37 pages

Médias de l’article

Moyen-Orient : production et flux pétroliers

Moyen-Orient : production et flux pétroliers
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Asie centrale : activité pétrolière

Asie centrale : activité pétrolière
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Désert du Turkménistan

Désert du Turkménistan
Crédits : Reza/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Asie centrale : aires linguistiques

Asie centrale : aires linguistiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 10 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ASIE  » est également traité dans :

ASIE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Louis DUBERTRET, 
  • Guy MENNESSIER
  • , Universalis
  •  • 7 907 mots

L'Asie représente l'ensemble continental le plus important à la surface du globe ; l'Europe en constitue l'extrémité occidentale On emploie d'ailleurs communément le terme Eurasie pour nommer géologiquement ce vaste ensemble continental. Sa connaissance apparaît donc fondamentale du point de vue géologique, mais demeure malheureusement fragmentaire, certaines régions restant encore relativement pe […] Lire la suite

ASIE (Structure et milieu) - Géographie physique

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Jean DELVERT, 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 34 837 mots
  •  • 8 médias

L'Asie est le plus vaste des continents : 44 millions de kilomètres carrés. Elle s'étend sur 75 degrés de latitude et, en tenant compte des îles, sur 92 degrés (de la Severnaïa Zemlia, ou Terre du Nord, 810 de latitude nord, à l'île Roti, 110 de latitude sud) ; elle couvre 164 degrés de longitude du cap Baba en Asie […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 23 140 mots
  •  • 4 médias

Les bouleversements géopolitiques intervenus au cours du xxe siècle poussent la géographie à redéfinir le monde. En effet, le découpage en grands ensembles spatiaux correspondant peu ou prou aux masses continentales, auquel les savants, surtout européens, ont contribué depuis le xvi […] Lire la suite

AGRICULTURE - Histoire des agricultures jusqu'au XIXe siècle

  • Écrit par 
  • Marcel MAZOYER, 
  • Laurence ROUDART
  •  • 6 078 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les rizicultures hydrauliques des régions tropicales humides »  : […] Deux millénaires environ après les premières civilisations hydro-agricoles des régions arides, c'est-à-dire vers 3 000 B.P., les civilisations hydrorizicoles d'Asie des moussons ont commencé à se développer. Fondées sur des aménagements hydrauliques différents de ceux des zones précédentes mais de même envergure, elles ont donné lieu à des formes d'organisation sociale et politique comparables. […] Lire la suite

AGRICULTURE - Histoire des agricultures depuis le XXe siècle

  • Écrit par 
  • Marcel MAZOYER, 
  • Laurence ROUDART
  •  • 9 956 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La révolution verte dans certains pays en développement »  : […] Dans certains pays en développement, d'Asie surtout (Inde, Pakistan, Indonésie, Philippines, Thaïlande...), la révolution verte fut lancée dans le contexte de la guerre froide, en étant largement financée par des fonds publics de pays occidentaux et des fonds privés de grandes fondations (Rockefeller, Ford, Kellogg...). Au départ, le principal objectif était d'accroître considérablement la produ […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Danièle LAVALLÉE, 
  • Catherine LEFORT
  •  • 18 056 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'hématologie et l'histoire du peuplement »  : […] Aucun anthropoïde actuel ou fossile qui puisse être ancêtre ou cousin d'un rameau humain n'a jamais été découvert en Amérique, où les plus anciens restes humains retrouvés ne remontent guère au-delà de 10 000 ou 11 000 ans et appartiennent presque tous à la variété mongoloïde de Homo sapiens sapiens , aucun ne présentant de traits néandertaloïdes. Ce qui semble bien indiquer que l'homme américain […] Lire la suite

ATLANTIQUE HISTOIRE DE L'OCÉAN

  • Écrit par 
  • Jacques GODECHOT, 
  • Clément THIBAUD
  •  • 13 638 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'Atlantique depuis le début du XXe siècle »  : […] L'Atlantique joue encore pleinement, au xx e  siècle, son rôle de trait d'union entre les trois continents qui le bordent. Mais si son importance stratégique et politique se maintient au cours des deux Guerres mondiales et lors de la guerre froide, le réveil économique du monde asiatique, du Japon à la Chine et à l'Inde, rééquilibre progressivement, après les années 1960, les échanges à l'échelle […] Lire la suite

BANGLADESH

  • Écrit par 
  • Alice BAILLAT
  •  • 8 391 mots
  •  • 9 médias

Le Bangladesh est un État d’Asie du Sud d’une superficie de 144 000 kilomètres carrés – soit environ le quart de celle de la France ; il rassemble environ 160 millions d’habitants selon le recensement de 2011 et compte parmi les pays les plus pauvres de la planète. Le Bangladesh est souvent méconnu, sauf pour ses calamités naturelles et sa main-d’œuvre à très bon marché. Enclavé dans l’Inde, à l’ […] Lire la suite

BHOUTAN

  • Écrit par 
  • Benoît CAILMAIL, 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Alain LAMBALLE, 
  • Chantal MASSONAUD
  •  • 7 362 mots
  •  • 6 médias

Le Bhoutan est un royaume (depuis 1907) de l' Himalaya oriental, isolé dans les montagnes et enclavé entre deux grandes puissances, l'Inde et la Chine . Grand comme la Suisse (environ 47 000 km 2 ), il était, selon le premier recensement officiel effectué en 2005, peuplé de 672 000 habitants (60 p. 100 d'origine tibétaine et 35 p. 100 d'origine népalaise), avec une densité de 17 habitants/km 2 e […] Lire la suite

BOUDDHISME (Histoire) - Le renouveau contemporain

  • Écrit par 
  • Heinz BECHERT
  •  • 1 915 mots

Le bouddhisme fut, dès la fin du I er millénaire de l'ère chrétienne, chassé de bien des régions d'Asie centrale et d'Asie du Sud-Est par l'expansion de l'islam. Sous la colonisation et au temps de la prééminence mondiale des puissances européennes, il sembla perdre encore davantage de son importance. S'opposant à cette évolution, apparurent au xviii e et au xix e  siècle dans des régions non en […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Manuelle FRANCK, Bernard HOURCADE, Georges MUTIN, Philippe PELLETIER, Jean-Luc RACINE, « ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/asie-geographie-humaine-et-regionale-dynamiques-regionales/