ARTILLERIE (HISTOIRE DE L')

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bombe, calibre, mobilité (1450-1730)

Après la totale anarchie des débuts, les siècles suivants vont s'efforcer de conduire rationnellement l'étude des perfectionnements techniques. Cependant, seuls les progrès dans la munition seront réguliers. Le projectile creux chargé de poudre, la bombe, augmentera en surface la trop faible efficacité linéaire du boulet plein. Pour le reste, une évolution hésitante marque la lutte permanente entre puissance et mobilité des matériels. De cette contradiction vont naître de grandes diversités de calibres, souvent empruntés par un pays à l'autre. Périodiquement, tel ou tel souverain tente, avec plus ou moins de bonheur, de les réglementer.

À partir de 1450, l'emploi de boulets de fer forgé ou d'airain devient courant. Bien que, dès 1500, le calibre soit exprimé par le poids des boulets, ceux-ci restent de forme irrégulière. Il faut attendre la fin du xve siècle pour obtenir des boulets de fonte et de fer plus homogènes et mieux calibrés. L'efficacité des pièces est encore augmentée, les pièces se chargeant à deux boulets. De même, pour mieux démâter les navires, on utilise les boulets ramés, ensemble de deux boulets reliés par une barre de fer de 50 centimètres à 1 mètre, ou les boulets enchaînés. Au xvie siècle, on tire à boulets rouges. Un tampon de foin, de chiffon ou de terre glaise, sec du côté de la charge propulsive, mouillé vers le boulet rougi au feu, isole la poudre et permet d'espérer que l'on pourra disposer d'un délai suffisant pour enflammer soi-même la charge.

Les premières bombes ont été réalisées dans les États allemands, mais c'est Jean Bureau, grand maître de l'artillerie de Charles VII, qui en perfectionnera la fabrication. Les premières seront utilisées en 1452 au siège de Bordeaux. Elles sont constituées par deux hémisphères de métal reliés après remplissage de poudre noire ; on les amorcera initialement avec une simple mèche de soufre et de salpêtre.

La bombe est introduite dans le tube à la main, mèche en avant. Puis le bombardier allume la mèche en enfonçant le bras dans le tube et, seulement après, enflamme la charge propulsive, d'où le nom de « tir à deux feux ». Lors du premier temps de cette manœuvre, la mèche pouvait être enfoncée dans la bombe ou bien allumée beaucoup trop près de celle-ci. Il n'y avait pas besoin de raté de charge pour obtenir des explosions prématurées ! La combustion étant fort inégale, la mèche pouvait s'éteindre sur la trajectoire. Si un bombardier craintif en plaçait une de trop grande longueur, il arrivait que l'ennemi la coupât avant l'explosion.

Aussi la plupart des pièces sont-elles mises hors d'usage par éclatement du tube. Un traité du canonnier du xve siècle recommandait au bombardier de craindre d'offenser Dieu plus que nul autre homme de guerre, car chaque fois qu'il fait jouer sa pièce, il est en danger d'être brûlé vif et de perdre la vie. C'est sans doute de cette époque que date la dévotion des artilleurs de tous pays à sainte Barbe. Par la suite, les perfectionnements de la bombe seront recherchés par une amélioration de l'amorçage. En 1566, les Allemands adoptent la forme d'un cylindre ouvert aux deux extrémités, l'un pour l'allumage, l'autre pour l'inflammation. Aucun réglage n'est encore possible et la chaleur de la combustion dans le cylindre provoque aussi des explosions prématurées. Inventée par les Hollandais et apportée en France par l'Anglais Malthus en 1674, la fusée est, dès la fin du xvie siècle, un cylindre de bois dont le canal axial est rempli de pulvérin. On perce l'orifice à la demande, avant de fixer l'ensemble sur la bombe avec de la colle et de la filasse.

Plus tard (fin du xviiie s.), on voit apparaître, aux côtés de la bombe, des munitions cylindriques à enveloppe de carton, de toile ou plus rarement de fer battu, remplies de grenaille de plomb. Vers 1690, la gargouge, résurgence des premiers guerros espagnols de Diego de Vera (1509), est un sachet de papier doublé de parchemin, ou de toile, contenant une quantité donnée de poudre propulsive. En 1697, l'Autrichien Geissler invente un dispositif d'amorçage pour la mise à feu.

Le pointage progresse parallèlement aux connaissances balistiques. Au début du xve siècle, seul le tir tendu est employé. Il n'y a d'ailleurs pas de mécanismes de pointage en hauteur. On ne peut que placer des coins de bois entre la tranche arrière du tube et la semelle d'appui de l'affût. La visée s'effectue avec la génératrice supérieure exte [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Médias de l’article

Premiers canons

Premiers canons
Crédits : British Library/ AKG

photographie

Canon conçu et fabriqué par la société Krupp

Canon conçu et fabriqué par la société Krupp
Crédits : DeAgostini/ Getty Images

photographie

Première Guerre mondiale, 1914-1918

Première Guerre mondiale, 1914-1918
Crédits : National Archives

vidéo

Bataille de la Somme

Bataille de la Somme
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : colonel, ancien élève de l'École polytechnique, professeur à l'École supérieure de guerre

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

4-23 avril 2006 Israël – Autorité palestinienne. Suspension des aides européenne et américaine au gouvernement palestinien

Le 9, le gouvernement israélien annonce son intention de poursuivre ses tirs d'artillerie et ses raids aériens sur la bande de Gaza, qui ont fait une quinzaine de morts en deux jours, des activistes pour la plupart, en réplique aux tirs de roquettes sur le sud d'Israël. Le 11, l'O.N.U. décide de limiter ses contacts avec le gouvernement palestinien. […] Lire la suite

Pour citer l’article

M. SCHMAUTZ, « ARTILLERIE (HISTOIRE DE L') », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/artillerie-histoire-de-l/