ARTHAŚĀSTRA (attribué à Kautilya)Fiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une science des moyens

Exempt de toute considération de principes moraux ou religieux, ce traité affirme la primauté de l'artha, lequel est posé non seulement comme étant la condition de possibilité des observances socio-religieuses (dharma), mais encore comme devant l'emporter sur elles. Il postule que les fins spécifiques du pouvoir sont politiques et économiques, le but suprême étant le salut du royaume par l'adéquation des moyens aux fins en évitant les effets pervers. Cet art de gouverner, étrangement moderne, prône une politique systématique de maximisation de la puissance politique. Dès lors que la spécificité du champ économico-politique se voit pleinement reconnue, les objectifs du roi ressortissent à un mixte de richesse et de puissance politique. Le roi est par définition un « homme désireux de conquérir » (vijigī.su). Aussi doit-il rechercher systématiquement les moyens de la puissance politique pour se procurer les richesses nécessaires à des conquêtes infinies.

L'ouvrage développe une analyse beaucoup plus approfondie qu'en Occident des éléments constitutifs de la puissance royale, selon sept facteurs de puissance, organiquement interdépendants : 1. le souverain (svāmī) ; 2. les officiers du royaume et les fonctionnaires (amātya) ; 3. le territoire et la population (janapada), c'est-à-dire le pays avec ses habitants ; 4. les forteresses (durga) avec la ville fortifiée centrale ; 5. le Trésor (kośa), c'est-à-dire les finances publiques ; 6. la force coercitive (da.n.da), c'est-à-dire l'armée ; 7. l'allié extérieur héréditaire (mitra).

La principale fonction assignée au roi en tant que bras séculier du Dharma est l'exercice de l'autorité coercitive, autrement dit l'art de dispenser adéquatement les châtiments (ni trop ni trop peu), faute de quoi la société serait menacée de faire retour à l'entremangerie universelle régissant l'état de nature, conformément à la « loi des poissons » – matsya-nyāy [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

François CHENET, « ARTHAŚĀSTRA (attribué à Kautilya) - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/arthasastra-attribue-a-kautilya/