PUNIQUE ART

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les innovations puniques

L'art punique innove aussi, et de façon spécifique mais finalement conforme à l'esprit ancestral. Reprenant une formule préexistante – phénicienne ou non d'ailleurs –, il la soumet à d'infinies reproductions ou variations lui imprimant par là même son sceau.

L'estampille punique marque ainsi les ex-voto – cippes et stèles – recueillis dans les tophets, enceintes sacrées à ciel ouvert qui protègent des couches successives d'urnes cinéraires de nourrissons morts naturellement ou, peut-être, immolés aux dieux. Les cippes (des viie-vie au ive s.), qui ont quelques équivalents en Phénicie, abondent dans les sanctuaires puniques. Leur genre y est renouvelé par des variantes du type phénicien, des créations originales (cippes-trônes notamment) et une symbolique inédite. Les stèles (fin ve-ive au iie s.), qu'annonce le modèle cintré oriental, se distinguent en général de celui-ci par un sommet pointu flanqué ou non d'acrotères et une iconographie à valeur symbolique extrêmement variée ; elles foisonnent à Carthage.

Contrairement à la plupart de celles qui sont moulées, les statuettes tournées – votives (vie-ier s. av. J.-C.) – portent aussi l'empreinte punique. Étranges avec leur tête difforme, leur tronc ovoïde ou campaniforme au sexe souligné et leurs bras en forme de boudins, elles se présentent comme les variantes de prototypes venus du Proche-Orient. Le parti pris de simplification qui les caractérise témoigne d'une seule volonté de suggestion : en attirant l'attention (du dieu ?) sur une partie du corps, elles expriment sans doute une prière.

De principe oriental aussi mais d'usage surtout funéraire, les masques et protomes humains de terre cuite connaissent des développements autonomes dans l'Occident phénico-punique. Les masques, qui proviennent sans doute d'une même source, représentent des Silènes, des acteurs ou des grotesques. À la fois précoces (viie s.) et variés, ces derniers, qui sont peut-être apotropaïques, ont les traits accusés par une grimaçante hilarité, des scarifications, des verrues et des rehauts de peinture. Les autres, qu'ont respectivement inspirés, à partir des ve-ive et iiie-iie siècles, mythologie et théâtre grecs, ont des oreilles pointues ou une bouche béante. Féminins et fardés pour la plupart, les protomes (vie-iie s.) sont assez stéréotypés. C'est que la référence égyptienne, matérialisée par la forme du klaft (coiffe à bandeau frontal et pans latéraux dégageant les oreilles), n'y est jamais abandonnée. Seul varie au gré des modes venues de Phénicie, d'Égypte, d'Ionie, de Rhodes, le traitement de la perruque (cercles, cannelures, etc.), du visage (volume, sourire, etc.), de la parure (de nez, de cou, d'oreilles).

Les rasoirs de bronze retrouvés dans les tombes, et dont Carthage est le principal manufacturier, évoluent vers une définition qui atteint son plein épanouissement pendant la période du ive au iie siècle. Dès le ve siècle, ils perdent leur allure de couteaux. Ils prennent alors la forme, sans doute empruntée à des précédents égéens ou nilotiques, de hachettes plates martelées – noires ou dorées – à pédoncule en col de cygne, à tranchant opposé arrondi et à bélière ou trou de fixation latéral. Ils se couvrent de décors gravés au pointillé ou au trait, dont les thèmes sont puisés dans le patrimoine iconographique des autres arts mineurs puniques ou empruntés au monnayage grec : scènes de libation, Isis nourricière, Hermès...

Sont également représentatifs de l'art punique qui n'en crée pas la formule mais la vulgarise et la marque de son empreinte, les coquilles d'œufs d'autruches décorées. Ces pièces, qui sont plus ou moins prisées (vie et iiie s. surtout), se présentent entières, décalottées, sectionnées par le milieu (coupes) ou en fragments. La couleur rouge, considérée comme vivifiante, y domine sous forme d'enduit intérieur ou de dessins extérieurs. Les coupes sont peintes de motifs géométriques et végétaux surtout, et les fragments, de visages sommaires, fardés, aux yeux immenses. L'Espagne en a fourni les plus nombreux exemplaires, l'Afrique du Nord les plus importants centres de fabrication.

Les amulettes, sceaux et bijoux que rapproche une commune vertu talismanique sont d'abord caractérisés par leur profusion. Peut-être produites par Carthage, les amulettes authentiquement puniques sont le plus souvent faites – assez médiocrement – de pâte de verre émaillée et composent des colliers où, à côté de reproductions de mains, de pieds, de phallus, de masques, de perles, de coquillages, etc., dominent les effigies et attributs de divinités directement empruntées à la vallée du Nil. Quand ils ne sont pas importés d'Égypte ou de Phénicie, les scarabées, symboles de régénération servant d'amulettes ou de sceaux, sont produits par une industrie de haut niveau très active en Sardaigne aux ve, ive et iiie siècles. Le plus souvent taillés dans le jaspe et parfois montés en pendentifs, ils arborent une iconographie aux styles variés, dont les références restent les aires culturelles habituelles auxquelles s'ajoutent, après le ve siècle, l'Étrurie et la Grande Grèce. Quant aux bijoux dont les artisans de Tharros, particulièrement actifs et imaginatifs, rivalisent avec ceux de Carthage pour alimenter le marché méditerranéen, ils sont encore façonnés selon les techniques anciennes, mais ils se diversifient considérablement. Des solutions originales y sont apportées, qui mettent en œuvre or, argent ou pierres semi-précieuses et aboutissent à d'indéniables réussites esthétiques : étuis porte-amulette à protomé animal, pendants d'oreilles ornithomorphes, anneaux à bandeau ouvragé, bagues à chaton mobile, etc.

Les monnaies, émises d'abord en Sicile (milieu du ve s.), sont au début en or et électrum, puis en argent, bronze ou potin, un autre alliage. Souvent élégantes, elles présentent des types assez peu variés. L'un des plus communs porte au droit une tête de Coré et, au revers, un cheval parfois associé à un palmier.

Sur un plan plus général, enfin, on notera que la symbolique punique, dont tous les artistes reproduisent à l'envi les thèmes et les figures, ne propose guère de schémas inédits. C'est pourtant elle qui, se faisant une spécialité de l'abstraction – en multipliant les symboles ésotériques (« bouteille », losange, etc.) ou en s'exprimant par synecdoque (main levée, animal de sacrifice, colonne de temple) –, fournit le plus sûr et le plus illustre de tous les labels puniques : le signe dit « de Tanit ». Composé d'un triangle sommé d'une barre horizontale supportant elle-même un cercle, ce symbole de sens impénétrable est en effet omniprésent dans l'art punique dès le ive siècle (tombes, pavements, ex-voto, bijoux, etc.).

En définitive, l'art punique, savoir-faire d'artisan plutôt que d'artiste dans la grande majorité des ca [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PUNIQUE ART  » est également traité dans :

CARTHAGE

  • Écrit par 
  • Abdel Majid ENNABLI, 
  • Liliane ENNABLI, 
  • Gilbert-Charles PICARD
  • , Universalis
  •  • 9 850 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les ruines de Kart Hadasht »  : […] La ville de la période hellénistique était, d'après Tite-Live, entourée d'une enceinte fortifiée de 34 kilomètres de longueur. Il n'en reste que des blocs épars le long du front de mer et un fossé appartenant aux défenses extérieures qui barraient l'isthme à hauteur de Chott Bahira. Les deux lagunes qui s'étendent aujourd'hui parallèlement au rivage entre Douar ech Chott et Le Kram sont sans doute […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Urbanisme et architecture

  • Écrit par 
  • Roland MARTIN
  •  • 4 725 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'évolution du IVe siècle »  : […] Les événements politiques et militaires qui suivirent la violente intrusion des Carthaginois de 409-408 avant J.-C. provoquent de profondes transformations dans les divers aspects des cités grecques de Sicile. Sélinonte, Himère, Agrigente, Camarina subissent de graves destructions ; les populations sont réduites ou déportées. Seules Syracuse et les cités de la partie orientale sont préservées. Il […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Hélène BENICHOU-SAFAR, « PUNIQUE ART », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/art-punique/