PUNIQUE ART

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les innovations puniques

L'art punique innove aussi, et de façon spécifique mais finalement conforme à l'esprit ancestral. Reprenant une formule préexistante – phénicienne ou non d'ailleurs –, il la soumet à d'infinies reproductions ou variations lui imprimant par là même son sceau.

L'estampille punique marque ainsi les ex-voto – cippes et stèles – recueillis dans les tophets, enceintes sacrées à ciel ouvert qui protègent des couches successives d'urnes cinéraires de nourrissons morts naturellement ou, peut-être, immolés aux dieux. Les cippes (des viie-vie au ive s.), qui ont quelques équivalents en Phénicie, abondent dans les sanctuaires puniques. Leur genre y est renouvelé par des variantes du type phénicien, des créations originales (cippes-trônes notamment) et une symbolique inédite. Les stèles (fin ve-ive au iie s.), qu'annonce le modèle cintré oriental, se distinguent en général de celui-ci par un sommet pointu flanqué ou non d'acrotères et une iconographie à valeur symbolique extrêmement variée ; elles foisonnent à Carthage.

Contrairement à la plupart de celles qui sont moulées, les statuettes tournées – votives (vie-ier s. av. J.-C.) – portent aussi l'empreinte punique. Étranges avec leur tête difforme, leur tronc ovoïde ou campaniforme au sexe souligné et leurs bras en forme de boudins, elles se présentent comme les variantes de prototypes venus du Proche-Orient. Le parti pris de simplification qui les caractérise témoigne d'une seule volonté de suggestion : en attirant l'attention (du dieu ?) sur une partie du corps, elles expriment sans doute une prière.

De principe oriental aussi mais d'usage surtout funéraire, les masques et protomes humains de terre cuite connaissent des développements autonomes dans l'Occident phénico-punique. Les masques, qui proviennent sans doute d'une même source, représentent des Silènes, des acteurs ou des grotesques. À la fois précoces (viie s.) et variés, ces derniers, qui sont peut-être apotropaïques, ont les traits accusés par une grimaçante hilar [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  PUNIQUE ART  » est également traité dans :

CARTHAGE

  • Écrit par 
  • Abdel Majid ENNABLI, 
  • Liliane ENNABLI, 
  • Gilbert-Charles PICARD
  • , Universalis
  •  • 9 848 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les ruines de Kart Hadasht »  : […] La ville de la période hellénistique était, d'après Tite-Live, entourée d'une enceinte fortifiée de 34 kilomètres de longueur. Il n'en reste que des blocs épars le long du front de mer et un fossé appartenant aux défenses extérieures qui barraient l'isthme à hauteur de Chott Bahira. Les deux lagunes qui s'étendent aujourd'hui parallèlement au rivage entre Douar ech Chott et Le Kram sont sans doute […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carthage/#i_1358

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Urbanisme et architecture

  • Écrit par 
  • Roland MARTIN
  •  • 4 722 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'évolution du IVe siècle »  : […] Les événements politiques et militaires qui suivirent la violente intrusion des Carthaginois de 409-408 avant J.-C. provoquent de profondes transformations dans les divers aspects des cités grecques de Sicile. Sélinonte, Himère, Agrigente, Camarina subissent de graves destructions ; les populations sont réduites ou déportées. Seules Syracuse et les cités de la partie orientale sont préservées. Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-urbanisme-et-architecture/#i_1358

Voir aussi

AMULETTE    CIPPE    EX-VOTO    RASOIR DE BRONZE    SCARABÉE art    SCEAU    STÈLE    SYMBOLE DANS L'ART    TALISMAN    SIGNE DE TANIT    TERRE CUITE sculpture    TOPHET

Pour citer l’article

Hélène BENICHOU-SAFAR, « PUNIQUE ART », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-punique/