PUNIQUE ART

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'art punique s'exprime dans les œuvres produites par des Phéniciens d'Occident, les Puniques, et retrouvées à Carthage, dans ses colonies et dans toutes les agglomérations contrôlées par elle, touchées par ses marchandises ou gagnées à ses modes : en Afrique du Nord, Tripolitaine, Sardaigne, Sicile, Espagne...

À Carthage, où il ne montre aucune solution de continuité avec l'art phénicien, l'art punique est difficile à cerner à ses débuts. Ailleurs, il peut être appréhendé à partir de 550 avant J.-C. environ, quand la cité africaine relayant Tyr devient, en Méditerranée, le centre des initiatives et du rayonnement ; mais il se superpose souvent alors à l'art ancestral dont il est malaisé de le distinguer. En tout cas, reflet d'une civilisation qui meurt en 146 avant J.-C., il s'éteint avec elle mais non sans avoir suscité des prolongements à l'époque romaine dans la culture néo-punique.

Pour l'apprécier, la punicologie en plein essor bénéficie des vestiges d'une métropole saccagée par les Romains, des substructures remarquablement conservées d'une cité provinciale, Kerkouane en Tunisie, et d'innombrables sites côtiers inégalement préservés. Mais l'essentiel de la documentation provient du domaine funéraire.

L'héritage phénicien

L'héritage phénicien a une très large part dans l'art des Puniques. Mais ces derniers ayant manifestement redéfini leurs options commerciales pour mieux les adapter à la conjoncture méditerranéenne ont renoncé, du même coup, à une partie du savoir-faire ancien. Les figurines de bronze ne se réduisent plus désormais qu'à quelques unités, les coupes de métal ouvragé ont disparu, comme les appliques de meuble en ivoire sculpté, et le délicat façonnage de l'ivoire – remplacé le plus souvent par l'os dans des spatules, des flacons, des appliques de cercueil décorées, etc. – n'est plus guère rappelé que par la production sarde qui offre des pièces originales et de qualité (perroquet, tête d [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PUNIQUE ART  » est également traité dans :

CARTHAGE

  • Écrit par 
  • Abdel Majid ENNABLI, 
  • Liliane ENNABLI, 
  • Gilbert-Charles PICARD
  • , Universalis
  •  • 9 848 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les ruines de Kart Hadasht »  : […] La ville de la période hellénistique était, d'après Tite-Live, entourée d'une enceinte fortifiée de 34 kilomètres de longueur. Il n'en reste que des blocs épars le long du front de mer et un fossé appartenant aux défenses extérieures qui barraient l'isthme à hauteur de Chott Bahira. Les deux lagunes qui s'étendent aujourd'hui parallèlement au rivage entre Douar ech Chott et Le Kram sont sans doute […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carthage/#i_1358

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Urbanisme et architecture

  • Écrit par 
  • Roland MARTIN
  •  • 4 722 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'évolution du IVe siècle »  : […] Les événements politiques et militaires qui suivirent la violente intrusion des Carthaginois de 409-408 avant J.-C. provoquent de profondes transformations dans les divers aspects des cités grecques de Sicile. Sélinonte, Himère, Agrigente, Camarina subissent de graves destructions ; les populations sont réduites ou déportées. Seules Syracuse et les cités de la partie orientale sont préservées. Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-urbanisme-et-architecture/#i_1358

Voir aussi

AMULETTE    ANTIQUITÉ architecture    ANTIQUITÉ sculpture    BRIQUE & PIERRE architecture    CIPPE    ARCHITECTURE CIVILE Antiquité    EX-VOTO    RASOIR DE BRONZE    SCARABÉE art    SCEAU    STÈLE    SYMBOLE DANS L'ART    TALISMAN    SIGNE DE TANIT    TERRE CUITE poterie    TERRE CUITE sculpture    TOMBE    TOPHET    VASES

Pour citer l’article

Hélène BENICHOU-SAFAR, « PUNIQUE ART », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-punique/