ART NOUVEAU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La naissance d'un style

Selon Émile Gallé, la nature « prête à l'artiste bien d'autres choses que les lombrics et ténias, les pseudo-varechs et les vermicelles affolés dont on a pensé faire avec beaucoup de talent, à l'occasion de 1900, un berceau où abriter le xxe siècle » (Le Mobilier contemporain orné d'après la nature). Dans ce texte paru en 1900, une date que l'on utilise souvent pour définir le style Art nouveau, le créateur lorrain dénonce l'usage immodéré de l'arabesque dont les combinaisons décoratives caractérisaient l'Art nouveau naissant chez Victor Horta en Belgique ou Hector Guimard en France. Chez les créateurs les plus talentueux, cette ligne exprime la vitalité, la puissance germinative de la plante, elle anime les structures architecturales, le mobilier, les objets. Moins bien venue, elle constitue des décors parasites qui n'obéissent à aucune logique. Or, depuis le milieu du xixe siècle, de nombreux théoriciens s'étaient penchés sur le rapport entre le décor et la structure. La question était urgente, car avec la production massive d'objets que permettait l'industrialisation, il fallait fournir aux machines une quantité toujours croissante de modèles. Il était aisé de recourir à la copie des styles du passé, le répertoire étant inépuisable, de l'Égypte ancienne au rococo.

La Girandole Coloquintes, É. Gallé

Photographie : La Girandole Coloquintes, É. Gallé

Émile Gallé, «La Girandole Coloquintes», 1902, 130 cm × 220 cm. Musée de l'École de Nancy. 

Crédits : C. Philippot/ Musée de l'Ecole de Nancy

Afficher

Le style néo-gothique connaît lui aussi une grande vogue, malgré les difficultés que représente son application à l'architecture domestique. Il est prôné par Eugène Viollet-le-Duc qui exercera une influence sur tous les protagonistes de l'Art nouveau par ses écrits, notamment le Dictionnaire raisonné de l'architecture française du XIe au XVIe siècle (1854-1868) et les Entretiens sur l'architecture (1863 et 1872). Architecte, restaurateur de monuments anciens, créateur d'ensembles décoratifs pour les châteaux d'Eu et de Pierrefonds, Viollet-le-Duc avait établi quelques principes fondamentaux : l'honnêteté dans l'usage des matériaux (utilisés dans leur état naturel), l'adoption d'un ornement subordonné à la structure, l'usage de matériaux contemporains (le fer, la fonte, le verre), l'emprunt de formes dans la nature. Le Vaudois Eugène Grasset (1845-1917), monté à Paris en 1871, constitue un maillon important de la chaîne qui conduit de Viollet-le-Duc à l'Art nouveau : le mobilier qu'il dessine pour le photograveur Charles Gillot (1880-1885, musée des Arts décoratifs, Paris) évoque à première vue la Renaissance. Mais un examen plus attentif fait découvrir une profusion d'ornements empruntés à la flore et à la faune. En 1897, Grasset rédige l'introduction du beau recueil des planches de Maurice Pillard-Verneuil (1869-1942) sur L'Animal dans la décoration (1897), publié presque en même temps que son propre ouvrage La Plante et ses applications ornementales (1896).

Ces albums, qui allaient servir la diffusion de l'Art nouveau, s'inscrivent dans la lignée des recueils qui proposaient des compilations systématiques d'ornements en provenance du monde entier, comme la Grammar of Ornament (1856) d'Owen Jones ou L'Ornement polychrome (1869) d'Auguste Racinet. Dans l'ouvrage d'Owen Jones figurait une planche de Christopher Dresser (1834-1904) montrant comment on pouvait manipuler une plante pour en tirer un ornement construit. En 1862, Dresser publie un traité théorique The Art of Decorative Design qui exercera une grande influence. Il est le premier d'une lignée d'Art Botanists qui alliaient une connaissance scientifique de la nature à la capacité de composer un décor bien éloigné des effusions sentimentales du décor naturaliste victorien. Il monte son propre studio de design et, après avoir travaillé pour plusieurs manufactures, ouvre un magasin d'objets à caractère artistique à Londres, l'Art Furnishers' Alliance. Dresser anticipait ainsi la vogue des magasins d'art de la fin du siècle comme La Maison d'Art (1894) de Bruxelles, L'Art nouveau (1895) de Bing et la Maison moderne (1899) de Meier-Graefe à Paris. Il fera faillite très rapidement (1881-1883), et une grande partie de son stock sera repris par les Magasins Liberty. Le nom de [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Médias de l’article

La Girandole Coloquintes, É. Gallé

La Girandole Coloquintes, É. Gallé
Crédits : C. Philippot/ Musée de l'Ecole de Nancy

photographie

Vase à couvercle au décor japonisant, É. Gallé

Vase à couvercle au décor japonisant, É. Gallé
Crédits : Sotheby's/ AKG

photographie

Chaise par Charles Rennie Mackintosh

Chaise par Charles Rennie Mackintosh
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Maison d'Ernst-Ludwig, Darmstadt, J. M. Olbrich

Maison d'Ernst-Ludwig, Darmstadt, J. M. Olbrich
Crédits : Hilbich/ AKG

photographie

Afficher les 23 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ART NOUVEAU  » est également traité dans :

JUGENDSTIL

  • Écrit par 
  • Robert L. DELEVOY
  •  • 237 mots

Terme allemand dérivé du périodique Jugend fondé à Munich en 1896, « Jugendstil » est utilisé pour désigner l'art néo-baroque des années 1900, lui-même différemment qualifié selon les pays d'Europe où il se développe : Art nouveau, style Guimard (selon les entrées décoratives dessinées par l'architecte […] Lire la suite

MODERN STYLE

  • Écrit par 
  • Roger-Henri GUERRAND
  •  • 509 mots
  •  • 1 média

L'expression « modern style » ou « art nouveau » désigne un courant artistique né au tournant des xixe et xxe siècle en Europe, où il s'épanouit sous des noms différents selon les pays : Jugendstil en Allemagne, Sezessionstil en Autriche, Nieuwe Kunst […] Lire la suite

SÉCESSION, mouvement artistique

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS
  •  • 1 227 mots
  •  • 3 médias

Né tardivement par rapport à ses homologues européens, le style sécession, version autrichienne de l'Art nouveau, se cristallise autour d'une vingtaine d'artistes (J. Engelhart, J. Hoffmann, G. Klimt, M. Kurzweil, C. Moll, K. Moser, F. von Myrbach, J. Olbrich et A. Roller entre autres), qui unissent leurs forces contre le Künstlerhaus — vaste association […] Lire la suite

AFFICHE

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 6 822 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « L'Art nouveau »  : […] La tendance allant vers une simplification des formes et, partant, vers une plus grande efficacité, est toutefois contrebalancée par les surcharges ornementales de l'Art nouveau, mouvement qui se cristallise sur le plan mondial à la fin du xix e  siècle, et entend se manifester dans tous les domaines des arts majeurs et appliqués. Alfons Mucha, qui réalise à partir de 1894 des affiches de théâtr […] Lire la suite

ART DÉCO STYLE

  • Écrit par 
  • Christian BONNEFOI
  •  • 1 057 mots
  •  • 2 médias

En ce début de l'ère industrielle, Bonnard et Toulouse-Lautrec dessinent des affiches, Gauguin signe des céramiques, les arts appliqués s'imposent sur la scène artistique. L'Art nouveau gagne peu à peu chaque secteur de la création, négligeant d'ajuster ses normes esthétiques aux exigences désormais fonctionnelles. À Vienne, Adolf Loos dénonce ce délire ornemental ( Ornament und Ver brechen , 1908 […] Lire la suite

BASILE ERNESTO (1857-1932)

  • Écrit par 
  • Roger-Henri GUERRAND
  •  • 387 mots

Né à Palerme, fils d'un architecte célèbre en tant qu'homme politique et constructeur du théâtre Massimo (1878), Ernesto Basile dispose très tôt de nombreuses facilités. Ayant succédé à son père comme professeur à l'Académie royale des Beaux-Arts de Palerme, il en deviendra le directeur à quarante ans. Au moment de l'Exposition internationale d'Art décoratif moderne de Turin en 1902, c'est déjà un […] Lire la suite

BIGOT ALEXANDRE (1862-1927)

  • Écrit par 
  • Marie-Cécile FOREST
  •  • 960 mots

Alexandre Bigot naît à Mer, dans le Loir-et-Cher, le 5 novembre 1862, de parents vignerons. Licencié en physique en 1884, il devient, en 1887, professeur à l'École alsacienne. Il passe son doctorat en 1890 avec une thèse sur les dérivés de la glycérine. À l'Exposition universelle de 1889, il s'enthousiasme pour les céramiques orientales. En 1890, Eugène Carriès lui demande des conseils techniques […] Lire la suite

BIJOUX

  • Écrit par 
  • Sophie BARATTE, 
  • Catherine METZGER, 
  • Évelyne POSSÉMÉ, 
  • Elisabeth TABURET-DELAHAYE, 
  • Christiane ZIEGLER
  • , Universalis
  •  • 6 090 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Temps modernes (XVIIe-XIXe siècles) »  : […] L'histoire du bijou moderne commence au xvii e  siècle, au moment où le développement de la taille du diamant introduit une nouvelle technique qui influe sur la forme des bijoux et la façon de les porter. Au début du xvii e  siècle, les tailles du diamant en « rose »  ; ou en « table » sont les seules connues, et elles sont associées à l'or ou à l'argent émaillé dans la joaillerie. La taille des d […] Lire la suite

BODSON FERNAND (1877-1966)

  • Écrit par 
  • Roger-Henri GUERRAND
  •  • 391 mots

Le rôle de pionniers des architectes belges dans la genèse de l'Art nouveau européen ainsi que dans la réaction qui suivit, à la veille de 1914 — nouvelles tendances à la géométrisation, retour à la ligne droite avec l'Art déco — est bien connu. Mais la puissante stature d'Antoine Pompe (1873-1980) a quelque peu éclipsé celle de son ami Fernand Bodson, le fondateur des premières revues belges cons […] Lire la suite

BUGATTI CARLO (1856-1940) & REMBRANDT (1884-1916)

  • Écrit par 
  • Roger-Henri GUERRAND
  •  • 592 mots

Né à Milan d'un père qui essaya toute sa vie de prouver le mouvement perpétuel, Carlo Bugatti suivit d'abord les cours de l'Académie Brera, puis s'inscrivit à l'École des beaux-arts de Paris. Il s'intéresse d'abord à l'architecture avant de se tourner vers le mobilier avec une volonté d'exotisme sans précédent ni suite dans le décor intérieur européen. Sa source d'inspiration se situe incontestabl […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

5-8 octobre 2021 France – Afrique. Rapport et sommet sur les relations Afrique-France.

Celui-ci liste les « différends à apurer » – relations économiques, politique migratoire, interventions militaires… – et énonce diverses propositions comme la reconnaissance des « racines africaines de la France », la création d’une « maison des mondes africains et des diasporas », le déploiement d’un « campus nomade », la relance du processus de restitution des œuvres d’art d’origine africaine et l’instauration d’une commission chargée d’écrire « une nouvelle histoire des relations entre l’Afrique et la France, à travers des yeux africains ». […] Lire la suite

23 septembre - 21 octobre 2020 Canada. Polémique à la suite de la suspension d'une professeure ayant prononcé le « mot en n ».

Le 23, l’université d’Ottawa suspend temporairement une professeure d’histoire de l’art, Verushka Lieutenant-Duval, à la suite d’une plainte déposée par une étudiante qui s’est dite choquée par l’utilisation par celle-ci du « mot en n » – « nigger ». La professeure francophone évoquait dans son cours la réappropriation par des communautés minoritaires de certains mots comme « queer » ou « nigger », qui étaient à l’origine péjoratifs. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Françoise AUBRY, « ART NOUVEAU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/art-nouveau/