ART (notions de base)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Plaisir et jugement esthétique

L’individu-artiste a précédé l’individu-spectateur, auquel la philosophie ne s’intéressera qu’à partir du xviiie siècle. Il appartiendra à David Hume (1711-1776) de se pencher le premier sur la difficile question du goût. S’interrogeant sur les raisons qui nous amènent à juger belle une œuvre que d’autres jugeront médiocre, Hume est le premier à prendre à bras-le-corps la dimension subjective propre au jugement esthétique. Selon lui, tous nos jugements s’enracinent non dans des idées générales, qui sont de pures fictions, mais dans des impressions propres à chacun. Qu’il s’agisse de jugements moraux ou de jugements esthétiques, « notre approbation est comprise dans le plaisir immédiat que ceux-ci nous apportent ».

Mais si Hume a raison, quelle différence y a-t-il entre l’appréciation d’un bon plat et l’appréciation d’une peinture ? Au subjectivisme absolu de Hume, Emmanuel Kant (1724-1804) opposera de puissants arguments redonnant au jugement esthétique sa spécificité, sans renoncer pour autant à la part ineffaçable de la subjectivité.

Dans sa troisième Critique, la Critique de la faculté de juger (1790), Kant part à la recherche des caractéristiques du jugement esthétique. Qu’est-ce que le spectateur (ou l’auditeur s’il s’agit de musique) a présent à l’esprit quand il affirme que ce qu’il voit ou entend est « beau » ? En premier lieu, contrairement au jugement culinaire découlant du seul plaisir éprouvé par l’individu appréciant le plat qui lui est servi, le jugement esthétique est étranger à tout intérêt personnel. « Est beau ce qui est l’objet d’une satisfaction désintéressée », écrit Kant.

En second lieu, le propre du jugement esthétique est sa prétention à valoir pour tout homme, quel qu’il soit. Si, autour d’une table, mon voisin déclare ne pas aimer le foie gras qui vient de lui être servi, cela m’indiffère, voire me r [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages





Écrit par :

  • : professeur agrégé de l'Université, docteur d'État ès lettres, professeur de khâgne

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Philippe GRANAROLO, « ART (notions de base) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-notions-de-base/