MAGDALÉNIEN ART

Médias de l’article

Mammouth gravé sur ivoire

Mammouth gravé sur ivoire
Crédits : P. Paillet, Collections Muséum national d'Histoire naturelle

photographie

Grotte d'Altamira

Grotte d'Altamira
Crédits : Robert Frerck, Tony Stone Images/ Getty

photographie

Pushkari (Ukraine)

Pushkari (Ukraine)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Plaque réprésentant un renne, art magdalénien

Plaque réprésentant un renne, art magdalénien
Crédits : The Bridgeman Art Library/ Getty

photographie


Du bestiaire au symbole

Dans ses formes monumentales comme dans ses formes les plus petites, le bestiaire magdalénien se caractérise par une tendance figurative tournée vers le naturel. Les peintres et les graveurs magdaléniens ont recherché une fidélité visuelle à la nature, souvent attachée à des détails anatomiques, comme la figuration du clapet anal de certains mammouths ou des sourcils et des poils à l'intérieur des oreilles de bison. Pour exprimer les volumes, les attitudes et les mouvements des animaux – essentiellement des chevaux et des bisons, souvent des cerfs, des rennes, des bouquetins, des mammouths, plus rarement des félins et des ours, des rhinocéros et des mégacéros, des oiseaux, des poissons –, ils ont mis au point des conventions figuratives, réinventées bien plus tard, comme la perspective, soulignant par exemple le décalage des membres ou des oreilles sur des silhouettes vues de profil. Dans cet art, l'animal est roi. Sur les parois, ce sont les animaux qui structurent les dispositifs, qui définissent des liaisons symboliques, entre eux et avec une multitude de dessins géométriques, les signes.

Plaque réprésentant un renne, art magdalénien

Plaque réprésentant un renne, art magdalénien

photographie

Plaque en calcaire gravée d'un renne. Art magdalénien. Vers 12000 avant J.-C. Pierre. Fitzwilliam Museum, University of Cambridge, Grande-Bretagne. 

Crédits : The Bridgeman Art Library/ Getty

Afficher

Les signes offrent une grande diversité de formes, des plus élémentaires – comme le point, le tiret, isolés, en paire, en alignement ou en nappe – aux plus complexes comme des quadrangulaires externes. Les signes élémentaires sont les plus courants et abondent dans l'art mobilier et pariétal des Magdaléniens. Les plus complexes, tels les rectangles cloisonnés d'Altamira et du Castillo, sont rares, propres à quelques sites ou ensembles mobiliers ; certains sont uniques, comme un signe en as de pique dans la grotte du Portel (Ariège). Ils sont l'expression identitaire des sociétés qui les produisent. Cela permet de distinguer des provinces dans l'art magdalénien (cantabrique, basque, pyrénéenne, périgourdine) et en leur sein des territoires dont les signes sont une des marques les plus patentes. Les liaisons spatiales établies entre des signes de différents types et avec les figurations animales de diverses espèces définissent des séquences, répétitives ou différenciées. Ce sont des formes graphiquement codées d'expression de significations, engendrées par leurs microcultures originelles, et de communication, soit définitivement immobilisée sur une paroi monumentale, soit transmissible à distance dans le cas des objets. L'art magdalénien, spectaculairement animalier, est donc profondément symbolique.

[...]

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : docteur ès lettres et sciences humaines, professeur de classe exceptionnelle au Muséum national d'histoire naturelle, Paris

Classification


Autres références

«  MAGDALÉNIEN ART  » est également traité dans :

ALTAMIRA

  • Écrit par 
  • Marie-Thérèse BOINAIS, 
  • Universalis
  •  • 610 mots
  •  • 2 médias

La grotte d'Altamira, près de Santillana del Mar (Cantabrie), est la plus célèbre de toutes les grottes ornées d'Espagne : peu de grottes découvertes ultérieurement peuvent rivaliser avec ses peintures pariétales, chef-d'œuvre de l'art paléolithique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/altamira/#i_47772

ART PRÉHISTORIQUE EUROPÉEN - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 413 mots

— 17000-— 14000 Solutréen récent et Magdalénien ancien (style III de Leroi-Gourhan). L'art se caractérise alors par sa diversification stylistique : peintures de Lascaux (Dordogne) ou de Pech-Merle (Lot). Il existe aussi des frises sculptées, comme au Roc-de-Sers (Charente) et un art gravé de plein […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-prehistorique-europeen-reperes-chronologiques/#i_47772

GROTTES ORNÉES, préhistoire

  • Écrit par 
  • Denis VIALOU
  •  • 1 998 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les sites ornés paléolithiques »  : […] 28 000 ans à 22 000 en Allemagne, France et Espagne, puis l'Epigravettien (25 000-18 000) en Italie ; le Solutréen vers 22 000-18 000 ans dans toute la péninsule ibérique et en France au sud de la Loire et à l'ouest du Rhône ; le Magdalénien (18 000-12 000) sur un territoire un peu plus vaste que celui de leurs prédécesseurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grottes-ornees-prehistoire/#i_47772

GROTTES PRÉHISTORIQUES DATATION DES

  • Écrit par 
  • Denis VIALOU
  •  • 2 996 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Datations pariétales et imprécision chronologique »  : […] recettes, dont une comparable à celle qui a été prélevée sur des ossements peints du Magdalénien supérieur dans la grotte d'habitat de la Vache, non loin de Niaux. Les chercheurs ont conclu à l'hétérogénéité du dispositif pariétal auparavant attribué au seul Magdalénien moyen, mais les cinq datations pariétales obtenues ensuite sur deux bisons et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/datation-des-grottes-prehistoriques/#i_47772

LASCAUX

  • Écrit par 
  • Patrick PAILLET, 
  • Denis VIALOU
  •  • 4 848 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Architecture naturelle et dispositif pariétal »  : […] Cette architecture naturelle remarquablement symétrique fut magnifiquement utilisée par les artistes magdaléniens. Aux séquences linéaires de figures exécutées sur des parois planes subverticales de galeries amples, Nef et fond du Diverticule axial, s'opposent les assemblages issus des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lascaux/#i_47772

MADELEINE ABRI DE LA, site préhistorique

  • Écrit par 
  • Patrick PAILLET
  •  • 934 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le mammouth gravé de la Madeleine »  : […] En mai 1864, Édouard Lartet et deux autres paléontologistes, découvrent cinq fragments d'ivoire gravés. Une portion de défense de mammouth de 25 cm de longueur est immédiatement reconstituée et la gravure interprétée comme une représentation de mammouth. L'animal est le symbole des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abri-de-la-madeleine-site-prehistorique/#i_47772

MARCHE GROTTE DE LA

  • Écrit par 
  • Marie-Thérèse BOINAIS
  •  • 422 mots

Située sur le talus nord de la rivière du Petit-Moulin, à Lussac-les-Châteaux, dans la Vienne, la grotte de la Marche a été découverte en 1937 et fouillée par son inventeur Léon Péricard, minotier local, avec la collaboration de Stéphane Lwoff et de quelques visiteurs venus de façon irrégulière, puis plus tard, en 1957-1958, par Louis Pradel. Elle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grotte-de-la-marche/#i_47772

MARGOT GROTTE

  • Écrit par 
  • Romain PIGEAUD
  •  • 1 412 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un sanctuaire de l'art paléolithique »  : […] résiduelles) sont attribuées à la période gravettienne (environ 25 000 ans), et les gravures, fines et détaillées, au Magdalénien final (environ 12 000 ans). Parmi elles, la présence de quatre chevaux complets, de six rhinocéros laineux, de deux oiseaux et de deux anthropomorphes fait de la grotte Margot un témoignage majeur de l'art paléolithique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grotte-margot/#i_47772

NIAUX GROTTE DE

  • Écrit par 
  • Marie-Thérèse BOINAIS
  •  • 514 mots
  •  • 1 média

Haut lieu de la préhistoire, la grotte de Niaux sur le Vicdessos (près de Foix dans l'Ariège) renferme l'un des plus importants ensembles de représentations magdaléniennes. Cette immense cavité d'accès assez difficile était connue depuis longtemps lorsque, en 1906, le commandant Molard comprit que les tracés ornant ses parois étaient préhistoriques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grotte-de-niaux/#i_47772

PRÉHISTORIQUE ART

  • Écrit par 
  • Laurence DENÈS, 
  • Jean-Loïc LE QUELLEC, 
  • Michel ORLIAC, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Denis VIALOU
  •  • 27 701 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Contenus et constructions symboliques »  : […] hybrides, ou monstrueuses, les animaux figurés sont à l'image des animaux réels ; les artistes magdaléniens ont même régulièrement donné à leurs bêtes des attitudes ou des allures conformes à ce qu'ils voyaient dans la nature : la proximité des hommes du Paléolithique supérieur avec les animaux est manifeste et témoigne de la place fondamentale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-prehistorique/#i_47772

Voir aussi

Pour citer l’article

Denis VIALOU, « MAGDALÉNIEN ART », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-magdalenien/