ART (L'art et son objet)L'œuvre

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'œuvre qui vient

L'art moderne et l'art contemporain ont transformé la notion d'œuvre. Si les prémices d'une crise sont repérables dès le xixe siècle, c'est le siècle suivant qui développe le processus, avec un acmé dans les années 1960-1970, où les artistes refusent de qualifier d'« œuvre » leur production, préférant parler de « pièce », d'« objet spécifique », de « travail », de « proposition » ou d'« action ». Duchamp avait voulu faire « des œuvres qui ne soient pas d'art », le Belge Marcel Broodthaers expose désormais ses œuvres avec la légende : « Ceci n'est pas un objet d'art » (ainsi dans l'exposition de la « Section des figures » de son musée d'Art moderne, département des Aigles, à la Kunsthalle de Düsseldorf en 1972).

L'attaque menée contre l'œuvre, passant par l'éclipse du terme, n'était pas de pure forme. Il s'agissait d'un différend plus profond, celui de la remise en cause des conventions qui régissaient depuis longtemps notre appréciation de ce qu'est l'art, telle l'exigence, pour produire des œuvres, d'un savoir-faire, d'un métier, tel le sentiment qu'une œuvre est un produit fini, parachevé, telle encore la distinction entre les œuvres d'art, vouées à la délectation du public, et les autres productions humaines, ou encore la séparation par l'œuvre de l'artiste et du public.

Qu'un savoir-faire ne soit pas l'unique voie vers l'œuvre, le ready-made en a fait la démonstration. Objet manufacturé, il est choisi par l'artiste et élevé, comme l'a dit Duchamp, « à la dignité d'œuvre d'art », en tant qu'une œuvre qui ne serait pas d'art, mais à égale dignité avec elle. Andy Warhol, Roy Lichtenstein ont manipulé des images des mass media dont ils n'étaient pas les auteurs ; les affichistes, les nouveaux réalistes Arman, César ont recyclé des déchets de la vie urbaine, Donald Judd et les minimalistes ont fait usiner leurs matériaux, Walter De Maria, représentant du land art, ou les artistes de l'Arte povera ont transporté dans la galerie d'art des matériaux bruts. L'art moderne et contemporain, par ses emprunts au quotidien le plus banal (dans les papiers collés de Braque et Picasso, les collages de Kurt Schwitters), par la promotion de l'objet (les ready-mades duchampiens, le Nouveau Réalisme) et par la prise à partie du public au cours de performances par les actionnistes viennois, dans les productions attentatoires d'un Piero Manzoni ou de Gilbert & George, a non pas nié le savoir-faire, comme certains intellectuels ont pu le penser, mais rappelé qu'il ne saurait suffire à faire l'œuvre véritable.

Désormais, celle-ci peut être un processus. En accordant autant de prix à l'esquisse, aimantée par la vision idéale de l'artiste, qu'à l'état final, le romantisme amorçait déjà le déplacement de l'intérêt artistique, de l'œuvre finalement produite vers l'ensemble du processus de création. Avec l'action painting de Jackson Pollock, n'est-ce pas le processus créatif qui devient l'œuvre ? De plus, celle-ci ne s'inscrit plus forcément dans un support matériel durable : les artistes du happening, de la performance, du body art ne laissent derrière eux que des vestiges et surtout des documents (photographies, films). L'art éphémère conjugue intensité in praesentia et sillage mémoriel : l'Hommage à New York (1960) de Tinguely s'est autodétruit, seulement maintenu dans le travail du souvenir, nourri par les textes et les enregistrements. Le rituel créatif selon Fluxus (à partir de 1961), plus encore que les happenings d'Allan Kaprow, finit par être soluble dans la vie. Enfin, si l'artiste exprime son idée de l'art dans l'œuvre, cette dernière ne devient-elle pas, comme chez l'artiste conceptuel Joseph Kosuth, une « proposition », au sein d'un « commentaire » par nature infini ?

Ce qu'Umberto Eco a appelé L'Œuvre ouverte (1962) est d'une autre nature : il s'agit d'œuvres dont le déploiement peut être infini, à partir d'un principe générateur de base admettant des variations multiples, et où l'intervention du hasard et la participation du spectateur constituent autant de possibilités de modulation. Enfin, dépassant la problématique de l'art, au tout début des années 1960, Yves Klein commet les éléments eux-mêmes, pluie, vent, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

La tour Eiffel

La tour Eiffel
Crédits : Medioimages/ Photodisc/ Getty Images

photographie

Le dernier atelier de Piet Mondrian à New York

Le dernier atelier de Piet Mondrian à New York
Crédits : 2000 Kunsthaus Zurich, Suisse, the Estate of Fritz Glarner, all rights reserved. © Mondrian/Holzman Trust 

photographie

Bernd et Hilla Becher

Bernd et Hilla Becher
Crédits : Graziano Arici/ Age Fotostock

photographie

Châteaux d'eau, Bernd & Hilla Becher

Châteaux d'eau, Bernd & Hilla Becher
Crédits : B. et H. Becher

photographie

Afficher les 4 médias de l'article

Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art contemporain à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  ART  » est également traité dans :

ART (Aspects esthétiques) - Le beau

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD
  •  • 5 573 mots
  •  • 6 médias

Que ce soit en musique, dans les arts visuels, en littérature, au théâtre, l'art du xxe siècle – celui que nous considérons comme « moderne » – se montra agressif et provocant. Il a fait peu de cas de la beauté, au point que celle-ci devint parfois la marque des productions académiques.Nous constatons, à l'inver […] Lire la suite

ART (Aspects esthétiques) - La contemplation esthétique

  • Écrit par 
  • Didier DELEULE
  •  • 3 639 mots

La fortune philosophique de la notion de catharsis est liée essentiellement à une phrase de la Poétique d'Aristote : « La tragédie est l'imitation d'une action de caractère élevé et complète, d'une certaine étendue, dans un langage relevé d'assaisonnements d'une espèce particulière suivant les diverses parties, imitat […] Lire la suite

ART (Le discours sur l'art) - L'histoire de l'art

  • Écrit par 
  • André CHASTEL
  •  • 4 730 mots

Comme toute histoire, l'histoire de l'art a commencé par la Fable. Dans la plupart des civilisations, un mythe expose l'origine des techniques et des formes traditionnelles : dans le monde grec, le récit de Dédale sert d'introduction à toute l'architecture, celui de Pygmalion aux pouvoirs de la sculpture. À ces fables antiques, on peut rattacher une tendance encore vivace durant tout le Moyen Âge, […] Lire la suite

ART (Le discours sur l'art) - Iconologie

  • Écrit par 
  • Jan BIALOSTOCKI
  •  • 4 344 mots

Du xvie au xixe siècle on entend par iconologie la « science des images » qui donne des règles pour la représentation figurée des idées abstraites et morales. L'œuvre fondamentale qui a introduit ce concept est le livre de Cesare Ripa : Iconologia, […] Lire la suite

ART (Le discours sur l'art) - Sémiologie de l'art

  • Écrit par 
  • Louis MARIN
  •  • 3 561 mots

Une sémiologie de l'art engage son existence et la nature de ses fondements dans sa prétention à la scientificité : dans la mesure où elle est langage de quelque chose (du visible) qui n'est peut-être pas langage, ou, en tout cas, qui l'est autrement ; dans la mesure aussi où elle est langage sur ce qui doit nécessa […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - L'anonymat dans l'art

  • Écrit par 
  • Jean-René GABORIT
  •  • 1 099 mots
  •  • 4 médias

Un grand nombre d'œuvres d'art comportent une indication plus ou moins développée, explicite et visible qui permet d'en identifier l'auteur. Cette indication peut prendre la forme d'une signature, d'un monogramme, d'une inscription, parfois d'un cachet, d'une estampille, d'un poinçon ou d'une marque, plus exceptionnellement d'un signe conventionnel ou symboli […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - La signature des œuvres d'art

  • Écrit par 
  • Marie-José MONDZAIN-BAUDINET
  •  • 1 043 mots
  •  • 1 média

Avec le titre et la dédicace, la signature est l'un des « textes » fondamentaux qui encadrent l'œuvre et la présentent au spectateur. Elle ancre l'objet dans l'histoire individuelle aussi bien que collective et, par conséquent, elle est un repère non arbitraire pour la fondation du jugement esthétique. Cependant, la signature occupe une situation singuliè […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - L'attribution

  • Écrit par 
  • Enrico CASTELNUOVO
  •  • 6 556 mots
  •  • 1 média

Rapport toujours variable entre le présent et le passé, l'attribution est l'opération typique de l'historien de l'art, elle traduit ses réactions devant le texte, elle est jugement historique effectif. Réduite à ses termes essentiels, elle consiste dans le fait d'assigner, d'« attribuer » la paternité d'une œuvre anonyme à un artiste déterminé. Ses résultats varient évidemment selon les idées que […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - La reproduction en art

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 2 030 mots
  •  • 4 médias

Tributaire de l'évolution des techniques et des mentalités, la notion de « reproduction », en art, implique une ressemblance entre deux objets, mais elle ne requiert pas leur similitude. Il existe en effet plusieurs sortes de reproductions. Les copies et les répliques de peintures ou les moulages de sculptures diffèrent peu de leurs modèles, tandis que les gravures ou les photographies ne peuvent […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - Le faux en art

  • Écrit par 
  • Germain BAZIN
  •  • 6 714 mots

Le faux est un phénomène propre aux civilisations évoluées. Il est incompatible avec les cultures primitives, où tout acte mensonger, de nature à déchirer le tissu sans couture des relations magiques entre l'homme et le monde, pourrait déchaîner la foudre sur la tribu du coupable. Le faux est lié à la notion de profit ; l'idée de tromper sur la marchandise a dû naître quand les échanges de biens, […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

10 septembre 1981 Espagne. Arrivée du « Guernica » de Picasso à Madrid

L'installation de l'œuvre à Madrid cause une certaine amertume au Pays basque, où l'on estime qu'elle revenait de droit à la ville de Guernica. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Thierry DUFRÊNE, « ART (L'art et son objet) - L'œuvre », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/art-l-art-et-son-objet-l-oeuvre/