KHMER ART

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Caractères généraux de l'art khmer

D'inspiration religieuse jusque dans ses réalisations utilitaires, l'art pré-angkorien et angkorien est essentiellement brahmanique (surtout śhivaïte). Alors peu attesté, le bouddhisme (Mahāyāna) s'impose momentanément avec le règne de Jayavarman VII (1181-env. 1218). À la fin du xiiie siècle, l'adoption, définitive, du bouddhisme Theravāda amènera un changement radical des traditions architecturales.

Ganasha, dieu à tête d'éléphant

Diaporama : Ganasha, dieu à tête d'éléphant

ART KHMER, époque préangkorienne, VIIe-VIIIe siècle, Ganasha, dieu à tête d'éléphant, grès. Hauteur : 0,74 m. Musée national, Phnom Penh. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

L'architecture

À partir de la tour-sanctuaire couverte d'étages plus ou moins nombreux (prasat), les Khmers ont composé dès les viie et viiie siècles (Sambor Prei Kuk, groupe sud) des ensembles géométriquement ordonnés complexes, ceints de murs concentriques et de fossés. Vers la fin du viiisiècle apparaîtraient les premiers sanctuaires édifiés sur pyramides à gradins (Prasat Ak Yum). Ce type, dit temple-montagne, développé, enrichi de salles annexes puis de galeries caractérisera les fondations les plus importantes de la plupart des souverains angkoriens. Moins fréquents, répondant à d'autres conceptions, mais aussi remarquables, sont les grands temples de plans axés édifiés en plaine (Prasat Thom de Koh Ker) ou à flanc de collines (Prah Vihear). Le Mahāyāna impose une adaptation de l'architecture traditionnelle, et les grandes fondations de Jayavarman VII se caractériseront surtout par un symbolisme qui, inspiré par la cosmologie, leur confère une originalité unique (Angkor Thom, le Bàyon, Neak Pean, etc.). C'est aussi la fin des grands programmes de construction. Le Theravāda, tout en faisant d'Angkor Vat le centre bouddhique du royaume, délaisse la construction « classique » et n'édifie plus que des monastères (dits pagodes) apparentés à ceux de la Thaïlande et du Laos.

Le Bayon (Angkor Thom), E. Haas

Photographie : Le Bayon (Angkor Thom), E. Haas

Les visages monumentaux du Bayon, temple central d'Angkor Thom (XIe-XIIe s.) au Cambodge. 

Crédits : Ernst Haas/ Getty Images

Afficher

Bouddha (Angkor Vat), E. Haas

Photographie : Bouddha (Angkor Vat), E. Haas

Éclairée par-dessous, une statue de Bouddha dans le sanctuaire d'Angkor Vat, à Angkor, l'ancienne capitale du Cambodge. Photographie de Ernst Haas. 

Crédits : Ernst Haas/ Ernst Haas/ Getty Images

Afficher

Les sanctuaires, d'abord édifiés en brique (liaisonnées avec un liant végétal leur assurant une exceptionnelle cohésion), n'utilisent le grès que pour les cadres de baies et les linteaux décoratifs. À partir de la fin du ixe siècle, la construction en grès (blocs rodés assemblés à joints vifs, chaînés par ancrages ou, au xie s., par des poutres en doublure) s'impose progressivement. Seules des conditions locales particulières ont conduit à utiliser la latérite ou à maintenir l'usage de la brique aux xie et xiie siècles. Tombant en désuétude vers le xive siècle, la construction « classique » ne sera définitivement abandonnée qu'à la fin du xvie siècle.

Fronton orné de neuf nymphes célestes, les Apsaras

Diaporama : Fronton orné de neuf nymphes célestes, les Apsaras

ART KHMER, époque angkorienne, fin XIIe-début XIIIe siècle, Registre inférieur de fronton orné de neuf nymphes célestes, les Apsaras, grès. Largeur : 2,76 m. Musée national des arts asiatiques - Guimet, Paris. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Le décor architectural

Relativement sobre, sa qualité et l'évolution sensible de ses principaux éléments (composition des linteaux décoratifs et des colonnettes des portes) ont permis d'établir la chronologie, relative, de l'art khmer à partir de la définition de styles (Ph. Stern et disciples). Si les linteaux décoratifs et les frontons caractérisent le décor khmer, l'importance accordée à la composition et à l'ornementation des accès des grands temples doit être aussi soulignée. Elle a conduit à la réalisation de sculptures qui peuvent être regardées comme les créations khmères les plus décoratives : lions (et quelquefois Gaṇa, déité de rang inférieur appartenant à la suite de Śiva) gardiens d'échiffres et, surtout, balustrades terminées par des Nāga polycéphales, être mythique mi-homme mi-serpent (ou des Garuḍa, oiseau mythique ennemi des serpents, fin du xiie s.) d'une superbe stylisation.

Mythe de l'origine du linga et sacre d'un roi

Diaporama : Mythe de l'origine du linga et sacre d'un roi

ART KHMER, époque préangkorienne, seconde moitié du VIIe siècle, Linteau historié : en haut, le mythe de l'origine du linga; en bas, le sacre d'un roi, grès. Musée national, Phnom Penh. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Blustrade-naga, Preah Khan, Cambodge

Photographie : Blustrade-naga, Preah Khan, Cambodge

Au premier plan figure une balustrade-naga en grès dont l'extrémité est terminée par une sculpture en ronde bosse. Celle-ci représente l'oiseau mythique Garuda, monture de Visnu, chevauchant un Naga, être mi-homme mi-serpent. Cette iconographie à valeur prophylactique est caractéristique... 

Crédits : Jacques SIERPINSKI/ Gamma-Rapho/ Getty Images

Afficher

La statuaire

La plupart des idoles ont été exécutées en pierre (grès surtout), mais le bronze (parfois à forte teneur d'argent) a été aussi largement utilisé dès le viie siècle. Le bois semble avoir été réservé à certaines images du Bouddha (viiie s. et à partir du xiiie s. env.). Les statues des viie et viiie siècles, souvent dotées pour les consolider d'étais et d'arcs de soutien, fort variées dans leur iconographie, comptent souvent parmi les plus belles de tout l'art khmer. Vers les débuts du ixe siècle apparaissent les premières rondes-bosses intégrales. Favorisant, par souci de solidité, une recherche de frontalité et d'hiératisme, elles imposeront souvent à l'art angkorien une froideur à laquelle sauront échapper certaines écoles (ainsi, dynamisme de Koh Ker, douceur sensuelle de Banteay Srei, souriante bienveillance des figures de l'époque du Bàyon).

Personnage féminin agenouillé

Diaporama : Personnage féminin agenouillé

ART KHMER, époque angkorienne, première moitié du XIIe siècle, Personnage féminin agenouillé, support de miroir ou d'écran, bronze. Hauteur : 0,39 m. Musée national, Phnom Penh. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Tête de Brahma

Diaporama : Tête de Brahma

ART KHMER, époque angkorienne, premier quart du Xe siècle, Tête de Brahma, grès. Hauteur : 0,46 m. Musée national des arts asiatiques - Guimet, Paris. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Bronzes cultuels et orfèvrerie révèlent une très grande maîtrise technique et portent les qualités manifestées par le décor architectural à sa perfection (abouts de timons, crochets de litières, conques pour eau lustrale, parures d'idoles, etc.).

Céramique et peinture

La [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Médias de l’article

Tête du Buddha, art Khmer, époque préangkorienne

Tête du Buddha, art Khmer, époque préangkorienne
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Sites khmers

Sites khmers
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Devi (la Déesse) coiffée de la jata

Devi (la Déesse) coiffée de la jata
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Angkor Vat, Cambodge

Angkor Vat, Cambodge
Crédits : Jerry Alexander/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Afficher les 21 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite des universités (Paris-III), ancien membre de l'École française d'Extrême-Orient
  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (sciences historiques et philologiques)

Classification

Autres références

«  KHMER ART  » est également traité dans :

ANGKOR

  • Écrit par 
  • Bruno DAGENS, 
  • Claude JACQUES, 
  • Albert LE BONHEUR
  •  • 4 580 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Destination des monuments »  : […] Les monuments khmers qui ont subsisté, parce qu'ils furent construits en matériaux durables, sont des sanctuaires. Entre 900 et 1220 furent édifiés à Angkor des temples çivaïtes (les temples-montagnes, qui abritent le lịnga -palladium du royaume), des sanctuaires vichnouites (dont le principal est Angkor Vat ), des ensembles bouddhiques (principalement sous le règne de Jayavarman VII ). La toléra […] Lire la suite

ASIE DU SUD-EST (art et archéologie) - Les grands empires

  • Écrit par 
  • Bernard Philippe GROSLIER
  •  • 4 128 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La maîtrise du milieu, base du pouvoir »  : […] Influences fécondes, génie propre de quelques peuples, espaces géographiques propices, encore a-t-il fallu que des États s'organisent et réussissent. Ce ne fut pas partout le cas : ainsi, apparemment favorables, les deltas de la Salouen et du Ménam n'ont pratiquement pas abrité d'empires. Et l'on constate que chacune des puissances qui s'est finalement développée ne l'a fait que lorsqu'elle s'est […] Lire la suite

BODHISATTVA AVALOKITEŚVARA, art kmer (Thaïlande)

  • Écrit par 
  • Bruno DAGENS
  •  • 170 mots

Ayant renoncé à acquérir le statut de Buddha pour mieux conduire les êtres au salut, Avalokiteśvara est l'intercesseur par excellence dans le bouddhisme du Grand Véhicule (Mahāyāna), dont la diffusion à travers toute l'Asie a été accompagnée de celle de son image. Ici, utilisant les qualités plastiques du bronze qui laisse d'ailleurs une autre liberté que la pierre, le sculpteur khmer – tout en re […] Lire la suite

CHAMPA ou CAMPĀ

  • Écrit par 
  • Albert LE BONHEUR
  •  • 4 658 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le style du Binh-dinh (XIe-XIIIe s.) et la décadence ultérieure »  : […] Une longue transition (fin du x e  siècle et partie du xi e  ?), mène du style de Mi-son A 1 à celui du Binh-dinh (appelé, pour la sculpture, style de Thâp-mâm) : le décor architectural se simplifie et s'alourdit tout à la fois (pilastres non décorés, multiplication et amenuisement « en fer de lance » des fleurons, amortissements d'angle n'évoquant plus qu'une superstructure d'édifice. Les princip […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 163 mots
  •  • 62 médias

Dans le chapitre « Les matériaux et l'évolution des techniques »  : […] Peu coûteuse, docile à la pression des doigts, l'argile s'est de tout temps prêtée à merveille aux productions de l'art populaire et, de nos jours encore, c'est aux potiers qu'il appartient en Inde de façonner des images éphémères pour les cultes domestiques et les fêtes. Une abondante moisson de statuettes de terre cuite a été recueillie sur les sites où se développèrent les cultures villageoise […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - L'expansion de l'art indien

  • Écrit par 
  • Bernard Philippe GROSLIER
  •  • 5 221 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Formes, ou substance ? »  : […] Jusqu'à nos jours, la Birmanie, la Thaïlande, le Laos, le Cambodge (depuis le xiv e  s. au moins) restent des pays bouddhistes. Sous le glacis, transparent parfois, Java se retrouve hindouiste, et Bali l'est très ouvertement . Dans tous ces pays, la cosmogonie, la métempsycose, l'ordre moral, les sciences traditionnelles et notamment le calendrier, le rituel royal, l'art sont indiens d'origine. Da […] Lire la suite

JAYAVARMAN VII, art kmer (Cambodge)

  • Écrit par 
  • Bruno DAGENS
  •  • 179 mots
  •  • 1 média

Très tôt dans le Cambodge ancien les dieux ont volontiers pris le visage du souverain, cependant il faut attendre Jayavarman VII, le grand restaurateur du royaume khmer après l'invasion chame de 1177, pour que l'effigie du roi en tant que telle gagne droit de cité et devienne l'un des instruments d'une politique de reconstruction nationale fondée sur une personnalisation prononcée du pouvoir. Repr […] Lire la suite

MONUMENTS DE JAYAVARMAN VII - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Bruno DAGENS
  •  • 186 mots

1177 Sac d’Angkor par les Chams. 1181 Sacre de Jayavarman VII, début de la construction du temple-montagne (temple d’État) du Bayon et des fortifications – remparts, portes et douves – de la ville d’Angkor Thom au centre de laquelle il se dresse. 1186 Inauguration du temple hors-les-murs de Ta Prohm, dédié au guru et à la mère du roi. Cette date est donnée par la stèle de fondation. 1186 C’est […] Lire la suite

PAGAN

  • Écrit par 
  • Bernard Philippe GROSLIER
  •  • 2 216 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le creuset de l'art birman »  : […] On se reportera à l'article birmanie -Arts et Archéologie qui analyse l'évolution des arts de Pagan. Il convient ici de montrer les fondements de cet épanouissement. Une histoire détaillée de la ville est impossible. La chronologie exacte des édifices n'est pas établie avec suffisamment de détails pour permettre de tracer les contours successifs de la cité. De la maison paysanne au palais, en pass […] Lire la suite

THAÏLANDE

  • Écrit par 
  • Jean BOISSELIER, 
  • Achille DAUPHIN-MEUNIER, 
  • Christian LECHERVY, 
  • Christian TAILLARD, 
  • Solange THIERRY
  • , Universalis
  •  • 24 714 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « L'art de Lopburi (env. viie-xive s.) »  : […] On ne fait généralement débuter l'école de Lopburi qu'au xi e  siècle, avec l'expansion khmère (règne de Sūryavarman I er ), mais s'il est exact que, jusqu'à ce moment, le site de Lopburi échappe à l'autorité d'Angkor, l'influence culturelle khmère s'y fait déjà nettement sentir. Bien plus, si l'on admet avec les historiens de l'art que l'expression définit un art khmer ou khmérisant ayant pris n […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean BOISSELIER, Claude JACQUES, « KHMER ART », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/art-khmer/