INFORMEL ART

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Action painting

La remarque de Pourbus vaudrait pour certaines des toiles peintes dans les dernières années de sa vie par l'Américain Jackson Pollock (1912-1955). Carrière à tous égards symptomatique que celle de ce peintre. Après avoir longtemps travaillé dans une ligne « européenne », celle de Picasso, de Miró, et de la peinture surréaliste, sinon de la grande peinture décorative mexicaine, Pollock a produit, au long des cinq ou six années (1947-1953) qui ont correspondu à l'émergence, sur la scène internationale, d'une peinture authentiquement américaine, un ensemble de toiles qui marquent l'apogée de la « peinture d'action » (action painting, suivant le mot imposé en 1952 par le critique américain Harold Rosenberg, dans un article retentissant de la revue Art News).

Le procédé du dripping (peut-être inventé par André Masson, mais que Pollock fut le premier à exploiter à grande échelle et de façon exclusive) veut que le peintre laisse couler ou projette la couleur liquide (le duco) sur d'immenses toiles étendues à même le sol, jusqu'à constituer des entrelacs d'une épaisseur et d'une ordonnance variables, façon d'écriture automatique démesurément agrandie, offerte à la perception plus qu'à l'imagination qui n'y trouve point d'aliment (« Quand je suis dans ma peinture, disait Pollock, je ne me rends pas compte de ce que je fais. Ce n'est qu'après une période de « mise au courant » que je vois où j'en suis [...] Je n'échoue que lorsque je perds le contact avec la peinture. Sinon l'harmonie est parfaite, les échanges aisés, et la peinture vient bien. »).

Lawrence Alloway a remarqué que les développements de l'art aux États-Unis font que le spectateur est devenu moins sensible à l'inscription fracassante du geste sur ces toiles qu'à l'effet de champ (field painting) qui naît de la distribution uniforme des tracés et de l'absence de tout « centre d'intérêt ». Entreprise peut-être intenable : sans doute n'est-il pas de meilleure illustration du Chef-d'œuvre inconnu que telle toile des années 1953 où se laisse surprendre, à travers le réseau serré des entrelacs, quelque chose comme l'écho d'une figure, corps ou visage.

L'action painting peut-elle être rattachée en quelque façon au courant désigné comme « informel » ? On observera que la critique d'art américaine – la seule à ce jour à avoir développé une problématique cohérente de l'art des dernières décennies – ignore jusqu'à ce terme, comme elle ignore la majeure partie de la production picturale de l'Europe d'après-guerre, exception faite pour quelques grandes entreprises individuelles comme celle de Jean Dubuffet ou de Victor Vasarely. À juste titre d'ailleurs, s'il est vrai qu'au moins pour un temps la capacité productrice de la peinture contemporaine paraît bien s'être déplacée de l'Europe vers les États-Unis. Mais le concept d'action painting, comme celui d'informel, s'il a une valeur théorique, est sans pertinence taxinomique : là où Pollock aura renoué avec le moment le plus radical du cubisme, celui désigné comme « analytique », les peintres dont les noms sont souvent associés au sien seront restés attachés soit à une notion somme toute traditionnelle de la figure (pour ce qui est de Willem De Kooning), soit à une conception encore architectonique de la « composition » (comme en témoignent les grandes structures en noir et blanc de Franz Kline). Avec Pollock, il semble au contraire que la linéarité qui aura imposé sa loi à la peinture figurative d'Occident se renonce dans et par son excès même : l'entrelacs tracé sur le sol se transforme en mur de peinture, et, par cette érection, une certaine notion de la forme, fondée sur la délinéation, la précellence du contour, est comme révoquée en doute. Déjà, dans ses notes sur Degas, Valéry observait la dissolution des figures qu'inaugure la projection sur le plan vertical de la toile du plan horizontal du sol. Et comment ne pas évoquer encore, devant les palimpsestes de Pollock, les exercices par l'informe auxquels s'appliquait le même Degas ; l'informe, c'est-à dire « ce dont les formes ne trouvent rien en nous qui permette de les remplacer par un acte de tracement ou de reconnaissance nets » (Valéry, Degas, danse, dessin).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études

Classification

Autres références

«  INFORMEL ART  » est également traité dans :

ABSTRACTION LYRIQUE, peinture

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 195 mots

Expression d'origine discutée, l'abstraction lyrique apparut en France vers 1947 et sert à désigner toutes les formes d'abstraction qui ne relèvent pas de l'abstraction dite géométrique. C'est ainsi qu'on l'a appliquée à l' action painting de Pollock, de même qu'aux premiers travaux de peinture gestuelle de Mathieu, lui-même tributaire de l'œuvre de Wols. Par la suite, le terme s'est étendu à l'e […] Lire la suite

ACTIONNISME VIENNOIS

  • Écrit par 
  • Matthias SCHÄFER
  •  • 2 244 mots

Dans le chapitre « Porter la peinture dans la troisième dimension »  : […] Dès 1960, Günter Brus et Alfons Schilling abandonnent toute forme d'académisme dans leur art pour se consacrer à la « peinture d'action ». Ils posent la toile ou le papier sur le sol ou sur des murs et y appliquent, en plus de la peinture, des substances et objets divers qu'ils collent, cousent ou nouent. Ensuite, ils attaquent l'œuvre au couteau ou avec un fouet. Avec la disparition du chevalet, […] Lire la suite

BURRI ALBERTO (1915-1995)

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 1 255 mots

Dans le chapitre « Une quête de la matière »  : […] Né en 1915, à Città di Castello, dans la province de Pérouse (Italie), Alberto Burri fut d'abord médecin. En 1941, lors de la Seconde Guerre mondiale, il est fait prisonnier par les Anglais, puis transféré dans le camp américain de Hereford, au Texas. En profond désaccord avec la situation politique italienne de l'époque, il reste aux États-Unis, s'isole et commence à peindre en autodidacte. Lorsq […] Lire la suite

ESTHÉTIQUE - L'expérience esthétique

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 5 076 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'expérience comme totalité interne »  : […] Chronos , le temps de la mesure, renvoie, selon la Logique du sens de Gilles Deleuze, à la succession incessante des instants. Une œuvre musicale peut être jouée ou écoutée comme un pur défilé de sonorités : quand le montage ne parvient pas à « prendre », ce qui advient demeure indifférent. Au temps « pulsé » de la simple chronologie, Deleuze oppose le temps « lisse » du devenir pur, l' Aiôn d'H […] Lire la suite

FAUTRIER JEAN (1898-1964)

  • Écrit par 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 1 305 mots

Désigné en son temps comme l'un des pionniers de l'art « informel » – courant issu de l'abstraction lyrique et mis au jour en France, en 1951, par le critique Michel Tapié –, le peintre Jean Fautrier, qui fut aussi graveur et sculpteur, exprima en plusieurs occasions sa perplexité vis-à-vis de cette allégation, allant même jusqu'à mettre en doute la réalité d'un art « informel » spécifiquement mod […] Lire la suite

GUTAÏ

  • Écrit par 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 1 396 mots

Le rôle du mouvement d'avant-garde japonais Gutaï (1954-1972) dans l'émergence de l'art contemporain demeure méconnu, malgré sa reconnaissance par le chantre français de l'art informel, Michel Tapié, dès 1957, puis par le promoteur américain du happening Allan Kaprow, en 1966. Par ailleurs, Gutaï a longtemps fait l'objet au Japon d'un remarquable dédain : ce groupe d'artistes, au sein duquel, dès […] Lire la suite

NITSCH HERMANN (1938- )

  • Écrit par 
  • Matthias SCHÄFER
  •  • 1 024 mots

Dans le chapitre « Du tableau à l’action »  : […] Influencé par les acteurs de la peinture informelle tels que Markus Prachensky, Hans Hartung ou Georges Mathieu, Hermann Nitsch réalise sa première Malaktion (action avec de la peinture) à la fin de l’année 1960, dans son atelier viennois : un panneau en fibre de bois est apprêté en blanc, de la peinture rouge y est aspergée et versée, une éponge imbibée de peinture rouge est essorée au-dessus du […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Hubert DAMISCH, « INFORMEL ART », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/art-informel/