INFORMEL ART

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Le Chef-d'œuvre inconnu »

C'est ainsi que, pour Jean Paulhan, « la peinture informelle apparaît un certain jour de l'année 1910 : c'est lorsque Braque et Picasso se mettent à composer des portraits, où pas un homme de bon sens ne saurait distinguer des yeux, un nez ni une tête. Elle se poursuit, suivant des sens et des succès divers, avec Klee et l'école de l'art abstrait (que ses fondateurs, Kandinsky, Arps, Van Doesburg, préfèrent d'ailleurs appeler l'art concret) » (L'Art informel, p. 7). Pareille affirmation peut prêter à sourire ; et c'est bien ainsi que l'entendait Paulhan, lui qui demandait que l'on considérât les choses de l'art sans trop de sérieux : si le rire naît du refoulement, il doit accompagner la mise au jour du « refoulé » sur quoi travaille l'art moderne, laquelle ne saurait aller sans résistances. On dira que le parti de placer tout ce qui s'est fait en peinture depuis 1910 (et les cubistes) sous le signe de l'informel relève de la critique d'humeur plutôt que d'une position théorique : là où il y a cube (et cône, et cylindre), la forme ne garde-t-elle pas quelque chose de ses privilèges ? Mais le lien établi entre l'informel et l'abstrait (encore que peut-être pas sous sa forme la plus rigoureuse : Paulhan ignore curieusement Mondrian), et d'abord entre l'informel et la décision qui aura fait Braque et Picasso pulvériser la figure (à commencer par la figure humaine) jusqu'à la réduire à un jeu de facettes encore traversé de quelques références et indices reconnaissables, ce lien n'en a pas moins son sens : il est fait pour révéler la continuité profonde qui peut exister entre les démarches les plus diverses (et aussi les plus inégales) de la peinture moderne, continuité essentiellement fondée sur la question de la non-figuration, du refus de la figure et de la représentation. Le Portrait d'Ambroise Vollard par Picasso (1910) n'a pas pour référent un personnage dont il appartiendrait au spectateur de reconstruire l'apparence à partir des indices que lui offre le peintre ; il est au contraire le lieu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études

Classification


Autres références

«  INFORMEL ART  » est également traité dans :

ABSTRACTION LYRIQUE, peinture

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 195 mots

Expression d'origine discutée, l'abstraction lyrique apparut en France vers 1947 et sert à désigner toutes les formes d'abstraction qui ne relèvent pas de l'abstraction dite géométrique. C'est ainsi qu'on l'a appliquée à l' action painting de Pollock, de même qu'aux premiers travaux de peinture gestuelle de Mathieu, lui-même tributaire de l'œuvre de Wols. Par la suite, le terme s'est étendu à l'e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abstraction-lyrique-peinture/#i_18631

ACTIONNISME VIENNOIS

  • Écrit par 
  • Matthias SCHÄFER
  •  • 2 244 mots

Dans le chapitre « Porter la peinture dans la troisième dimension »  : […] Dès 1960, Günter Brus et Alfons Schilling abandonnent toute forme d'académisme dans leur art pour se consacrer à la « peinture d'action ». Ils posent la toile ou le papier sur le sol ou sur des murs et y appliquent, en plus de la peinture, des substances et objets divers qu'ils collent, cousent ou nouent. Ensuite, ils attaquent l'œuvre au couteau ou avec un fouet. Avec la disparition du chevalet, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/actionnisme-viennois/#i_18631

BURRI ALBERTO (1915-1995)

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 1 255 mots

Dans le chapitre « Une quête de la matière »  : […] Né en 1915, à Città di Castello, dans la province de Pérouse (Italie), Alberto Burri fut d'abord médecin. En 1941, lors de la Seconde Guerre mondiale, il est fait prisonnier par les Anglais, puis transféré dans le camp américain de Hereford, au Texas. En profond désaccord avec la situation politique italienne de l'époque, il reste aux États-Unis, s'isole et commence à peindre en autodidacte. Lorsq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alberto-burri/#i_18631

ESTHÉTIQUE - L'expérience esthétique

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 5 074 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'expérience comme totalité interne »  : […] Chronos , le temps de la mesure, renvoie, selon la Logique du sens de Gilles Deleuze, à la succession incessante des instants. Une œuvre musicale peut être jouée ou écoutée comme un pur défilé de sonorités : quand le montage ne parvient pas à « prendre », ce qui advient demeure indifférent. Au temps « pulsé » de la simple chronologie, Deleuze oppose le temps « lisse » du devenir pur, l' Aiôn d'H […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetique-l-experience-esthetique/#i_18631

FAUTRIER JEAN (1898-1964)

  • Écrit par 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 1 305 mots

Désigné en son temps comme l'un des pionniers de l'art « informel » – courant issu de l'abstraction lyrique et mis au jour en France, en 1951, par le critique Michel Tapié –, le peintre Jean Fautrier, qui fut aussi graveur et sculpteur, exprima en plusieurs occasions sa perplexité vis-à-vis de cette allégation, allant même jusqu'à mettre en doute la réalité d'un art « informel » spécifiquement mod […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-fautrier/#i_18631

GUTAÏ

  • Écrit par 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 1 396 mots

Le rôle du mouvement d'avant-garde japonais Gutaï (1954-1972) dans l'émergence de l'art contemporain demeure méconnu, malgré sa reconnaissance par le chantre français de l'art informel, Michel Tapié, dès 1957, puis par le promoteur américain du happening Allan Kaprow, en 1966. Par ailleurs, Gutaï a longtemps fait l'objet au Japon d'un remarquable dédain : ce groupe d'artistes, au sein duquel, dès […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gutai/#i_18631

NITSCH HERMANN (1938- )

  • Écrit par 
  • Matthias SCHÄFER
  •  • 1 024 mots

Dans le chapitre « Du tableau à l’action »  : […] Influencé par les acteurs de la peinture informelle tels que Markus Prachensky, Hans Hartung ou Georges Mathieu, Hermann Nitsch réalise sa première Malaktion (action avec de la peinture) à la fin de l’année 1960, dans son atelier viennois : un panneau en fibre de bois est apprêté en blanc, de la peinture rouge y est aspergée et versée, une éponge imbibée de peinture rouge est essorée au-dessus du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hermann-nitsch/#i_18631

Pour citer l’article

Hubert DAMISCH, « INFORMEL ART », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-informel/