FIGURATIF ART

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Langage, écriture et figuration

Il ne fait pourtant guère de doute que les plus anciennes œuvres de l'art figuratif résultent de conventions organisées par le langage. L'apparition du graphisme, voici quelque trente-cinq millénaires, signe celle de l'homo sapiens. Les toutes premières figurations connues, schématiques à l'extrême et abstraites, sont la marque de rapports originaux entre les motricités techniques et verbales. Les traces les plus lointaines du symbolisme graphique exhibent le plus souvent une distribution rythmique de signes. Il est tentant d'y voir plutôt que de douteuses « marques de chasse », la transposition symbolique de rythmes techniques, en acte dans la fabrication des outils et le traitement de la matière, sinon le schéma mnémonique d'un cérémonial figuratif. Ce sont en effet des rythmes qui sont d'abord représentés avant les formes les plus pauvres où l'on puisse reconnaître le commencement du réalisme figuratif. Les premières images, telles qu'elles apparaissent aux environs de 30 000 ans avant notre ère, se réduisent à un petit nombre de stéréotypes où quelques détails signifiants permettent, avec plus ou moins de bonheur, d'identifier l'objet figuré. L'affinité formelle des premiers essais de figuration avec certains systèmes d'écriture atteste leur relation au langage ; celle-ci ne fera que se diversifier et se compliquer à mesure que croîtra l'habileté technique du graveur et du peintre, cependant que se succéderont et se superposeront les styles.

Le rapport que soutient l'art au langage et à la pensée discursive ne se complique peut-être jamais tant qu'à l'époque maniériste, lorsque les œuvres ne sont déchiffrables qu'à la faveur d'une docte herméneutique. Dans maintes compositions apologétiques, des programmes sophistiqués, dus à de beaux esprits, nourrissent la figuration. Il arrive que l'œuvre, supportant plusieurs interprétations concurrentes, étouffe dans son développement discursif l'idée même qui l'avait motivée. Certaines imageries de fastes et de triomphes, conçues pour célébrer des no [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  FIGURATIF ART  » est également traité dans :

ABSTRAIT ART

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 6 698 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'art abstrait et la modernité »  : […] L'avant-gardisme triomphant considérait chaque rupture comme un pas en avant irrévocable, aussitôt transformé en conquête définitive. Dans le droit-fil de cet état d'esprit, les militants de l'abstraction croient la création figurative périmée à jamais : après Kandinsky ou Mondrian, nul ne saurait être de son temps s'il recourt à la représentation. Tout retour à la figuration d'un artiste abstrai […] Lire la suite

ARMÉNIE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre ALEM, 
  • Françoise ARDILLIER-CARRAS, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Sirarpie DER NERSESSIAN, 
  • Kegham FENERDJIAN, 
  • Marguerite LEUWERS-HALADJIAN, 
  • Kegham TOROSSIAN
  •  • 23 738 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Sculpture »  : […] L'architecture de pierre se prêtait admirablement au décor sculpté qui orne les linteaux et les tympans, les arcs qui encadrent les fenêtres, et les écoinçons des arcatures aveugles. Il faut noter particulièrement les représentations figuratives, l'Arménie étant, avec la Géorgie, le pays où de telles sculptures se sont développées plus que partout ailleurs à cette époque. À côté des thèmes religi […] Lire la suite

ART (Le discours sur l'art) - Sémiologie de l'art

  • Écrit par 
  • Louis MARIN
  •  • 3 561 mots

Dans le chapitre « La lecture du tableau »  : […] On prendra comme exemple privilégié l'objet pictural : le tableau est un texte figuratif et un système de lecture. Il se voit globalement, comme une totalité qui implique non seulement un point de vue qu'éventuellement un code perspectif peut déterminer, mais aussi le retranchement de l'espace du tableau, de l'espace existentiel, comme un espace autre qui se constitue en un lieu « utopique ». C […] Lire la suite

ART (Aspects culturels) - L'objet culturel

  • Écrit par 
  • Jean-Louis FERRIER
  •  • 6 281 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'objet de civilisation contemporain. Delaunay »  : […] L'art moderne, une fois encore, fera comprendre de quoi il s'agit exactement. Lorsque, dans les premières années du xx e  siècle, le public et la critique reprochent aux peintres cubistes de « déformer » et que M. Jules-Louis Breton va même jusqu'à alerter le Parlement, les cubistes rétorquent que tous leurs efforts visent, au contraire, à « former » ; ils livrent un « gigantesque combat avec l'o […] Lire la suite

ART & THÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • Georges DIDI-HUBERMAN
  •  • 6 769 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'histoire et le mystère »  : […] Entre l'espoir d'une mémoire retrouvée et la crainte de s'oublier dans les séductions propres à l'image : c'est toute l'histoire de l'art religieux qui pourrait se raconter à partir de cette grande oscillation inquiète. Les peintres de la Renaissance faisaient-ils autre chose qu'enraciner un culte légitime à peindre de si beaux Saint Sébastien  ? ces corps impassibles et rayonnants malgré l'attein […] Lire la suite

BALKENHOL STEPHAN (1957- )

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA
  •  • 869 mots

Le sculpteur Stephan Balkenhol, né en 1957 à Fritzlar (Hesse) en Allemagne, fait partie de la nouvelle génération d'artistes allemands qui tient à prolonger certains éléments d'un art de figuration tout en se démarquant nettement de ses aînés néo-expressionnistes (Georg Baselitz, Jörg Immendorf, A. R. Penck), qui recouraient à une certaine sauvagerie, à des formes primitives et violentes. Ainsi, l […] Lire la suite

CREMONINI LEONARDO (1925-2010)

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 1 015 mots

Ce Bolognais né en 1925, fils d'un cheminot qui pratiquait la peinture par amour de l'art, n'a pas été baptisé Leonardo par hasard : il fut initié aux techniques picturales dès son enfance. Encouragé par toute sa famille, il lia très tôt le plaisir de peindre à la contemplation des horizons. Son père ayant été muté en Calabre en 1936, le souvenir de deux années passées près de la mer devait l'émer […] Lire la suite

DESGRANDCHAMPS MARC (1960- )

  • Écrit par 
  • Erik VERHAGEN
  •  • 762 mots
  •  • 1 média

Né en 1960 à Sallanches (Haute-Savoie), Marc Desgrandchamps est une figure majeure de la scène picturale contemporaine . Il entreprend à la fin des années 1970 des études d’arts plastiques à Aix-en-Provence, les poursuit à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris, puis s’installe à Lyon en 1984. Il expose une première fois, avec Vincent Corpet et Pierre Moignard, à la Maison de la cult […] Lire la suite

ESTHÉTIQUE - Esthétique et philosophie

  • Écrit par 
  • Mikel DUFRENNE
  •  • 7 348 mots

Dans le chapitre « Structure et sens »  : […] Mais il faut en venir à l'œuvre même ; elle sollicite moins l'intelligence que la sensibilité, le plaisir ; comment la rendre – presque malgré elle – intelligible, et comment en faire l'objet d'un discours rigoureux ? C'est ici que se propose la notion de structure qui, bien avant de connaître la fortune que l'on sait, a été pratiquée par de nombreux esthéticiens comme Viollet-le-Duc, Lalo, Étien […] Lire la suite

FÊTE, arts et architecture

  • Écrit par 
  • Georges FRÉCHET
  •  • 1 104 mots
  •  • 1 média

Dans ses Fastes , Ovide, le maître de l'amour, mais aussi le plus religieux des poètes latins, fait se répondre l'immutabilité de la cérémonie et la permanence du mythe qui en est souvent le prétexte. La fête constitue presque toujours la répétition d'une autre fête. C'est un arrêt du temps, mais elle suit le temps. L'étymologie latine du mot renvoie aux jours festi ou feriati , décrétés par les […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques GUILLERME, « FIGURATIF ART », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/art-figuratif/