ART & MATHÉMATIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Il semble bien que l'activité mathématique a toujours sous-tendu la création artistique, tout d'abord en ignorance de cause, puis intuitivement, enfin consciemment. Et, plus directement encore, à des fins heuristiques.

Dès les premiers essais de représentation de l'animal et du corps humain, l'homme a été aux prises avec l'idée simple de symétrie. Les premières représentations de l'animal concernent des espèces construites – en apparence – symétriquement par rapport à un plan. Il en est de même du corps humain. L'anatomie détruit cette vision qui n'est pas véritablement intégrée dans l'art avant les Temps modernes. Rapidement la notion de symétrie est – à l'époque historique – étendue à la composition elle-même. L'ordre de cette symétrie s'élève peu à peu, des variations s'y introduisent, assez nombreuses et profondes pour que, en première lecture, on en vienne à penser que les références à la notion de symétrie sont détruites. On parle alors, depuis la Renaissance, d'équilibre de la composition, ce qui affirme implicitement le rattachement général à l'univers de la symétrie mais cette notion ne pouvait être ni conçue ni exprimée avant que ne soit née l'idée d'utiliser les mathématiques pour bénéficier de leur pouvoir.

L'homme, d'autre part, est assujetti à des rythmes biologiques qui scandent son action. Le phénomène poétique oral est si directement lié à la respiration que Claudel a pu considérer l'alexandrin comme « trop court » et définir le vers véritable comme la chaîne linguistique sonore susceptible de s'inscrire exactement dans son cycle respiratoire personnel. Marche et respiration proposent l'idée de répétitivité et – liées – les notions de vitesse et d'accélération. Poésie et musique les intègrent.

On peut dire très schématiquement que l'inspiration des arts plastiques est principalement géométrique alors que celle de la musique est déjà sous-tendue par une pensée arithmétique, voire directement algébrique. Aussi la pensée musicale a-t-elle très vite atteint un niveau [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : Docteur d'Etat ès Lettres et Sciences Humaines, diplomé de l'Ecole des sciences politiques, diplômé d'études supérieures d'économie politique, producteur délégué à Radio-France (France Culture)

Classification

Autres références

«  ART & MATHÉMATIQUE  » est également traité dans :

ALGORITHMIQUE MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 392 mots
  •  • 1 média

Un algorithme est « une suite finie de règles à appliquer dans un ordre déterminé à un nombre fini de données pour arriver, sans indétermination, en un nombre fini d'étapes, à un certain résultat et cela indépendamment des données » (Michel Philippot). En mathématiques, l'algorithme d'Euclide (recherche du plus grand commun diviseur de deux nombres) figure parmi les exemples les plus célèbres. Et […] Lire la suite

ANATOMIE ARTISTIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 8 905 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Du réseau égyptien au canon de Polyclète »  : […] L'effigie est communément produite chez les Égyptiens dans une intention magique. Beaucoup de leurs images n'étaient pas faites pour la vue ; enfouies dans la nuit du sépulcre, leur mission était de capter et supporter une vie d'au-delà . De l'homme, une forme symbolique est conservée, libérée du temps et, par conséquent, de la représentation organique. Invariablement, la plastique égyptienne met […] Lire la suite

BARBAUD PIERRE (1911-1990)

  • Écrit par 
  • Brigitte MASSIN
  •  • 333 mots

Promoteur de la musique algorithmique, Pierre Barbaud aimait déclarer : « Je suis né un 10 octobre au xx e  siècle. »La musique algorithmique est un mode de composition au moyen de l'informatique sur les bases de la musique sérielle. La liberté créatrice du musicien se situe uniquement au départ de la composition dans le choix des données du possible proposées à celle-ci, les solutions fournies pa […] Lire la suite

BILL MAX (1908-1994)

  • Écrit par 
  • Serge LEMOINE
  • , Universalis
  •  • 1 437 mots

Dans le chapitre « Vers un art rationnel »  : […] Max Bill est né à Winterthur (canton de Zurich). Sa vocation est précoce : après des études à la Kunstgewerbeschule de Zurich de 1924 à 1927, années au cours desquelles il se rend à l'Exposition des arts décoratifs à Paris et assiste à une conférence donnée par Le Corbusier à Zurich, Max Bill décide d'apprendre l'architecture. Il a dix-neuf ans quand il entre en 1927 au Bauhaus de Dessau. Jusqu'en […] Lire la suite

CONCRET ART

  • Écrit par 
  • Arnauld PIERRE
  •  • 2 731 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Van Doesburg et le groupe « Art concret » »  : […] Les quatre artistes qui se rassemblent en 1930 autour de Theo Van Doesburg (Jean Hélion, Otto Carlsund, Léon Tutundjian et Marcel Wantz) adhèrent à un manifeste, intitulé « Base de la peinture concrète », publié dans le numéro unique d'une revue éponyme, Art concret . Les signataires, qui se placent sous l'exigence d'un « effort pour la clarté absolue », proclament notamment : « L'œuvre d'art d […] Lire la suite

HUREL PHILIPPE (1955- )

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 1 791 mots

Le compositeur français Philippe Hurel, né le 24 juillet 1955 à Domfront (Orne), accomplit des études de musicologie à l'université de Toulouse (1974-1979), puis entre au Conservatoire national supérieur de musique de Paris, où il se perfectionne en composition avec Betsy Jolas et Ivo Malec (1980-1983) et reçoit un prix de composition et d'analyse (1983). Membre de l'équipe de recherche musicale […] Lire la suite

LOHSE RICHARD-PAUL (1902-1988)

  • Écrit par 
  • Serge LEMOINE
  •  • 906 mots

Peintre, graphiste et théoricien suisse, Richard-Paul Lohse a été, avec Max Bill, Camille Graeser et Verena Loewensberg, le principal représentant de ce groupe d'artistes appelés «  concrets zurichois » qui ont approfondi dans le sens de la rigueur la peinture non figurative de tendance géométrique. Après une période de tâtonnements qui s'achève en 1935, les premiers tableaux de Lohse traduisent […] Lire la suite

PERSPECTIVE

  • Écrit par 
  • Marisa DALAI EMILIANI
  •  • 8 113 mots
  •  • 22 médias

Par sa situation au carrefour de la science, de la culture humaniste et de la pratique artistique, la perspective, comme tout autre thème interdisciplinaire, échappe à un traitement conceptuel univoque. Dans son acception technique, le terme moderne de perspective désigne un système particulier de projection sur un plan bidimensionnel des objets à trois dimensions et de leurs divers rapports spati […] Lire la suite

POZZO ANDREA (1642-1709)

  • Écrit par 
  • Germain BAZIN
  •  • 1 993 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le peintre »  : […] À la fin du xvi e  siècle, l' art de la quadratura , ou mise en perspective des images peintes sur les surfaces courbes des voûtes, s'élabore dans les écoles bolonaise et milanaise. Les artistes baroques utiliseront cette technique pour peupler les grands salons des palais et les nefs des églises de figures volant dans le paradis ou l'Olympe, et qui donnent au spectateur l'impression que le monume […] Lire la suite

PROPORTION

  • Écrit par 
  • Philippe BOUDON, 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 8 241 mots

Le terme proportion désigne un concept mathématique qui appartient à l'héritage grec et dont l'application s'étend à tous les savoirs quantifiables. « Cette partie, écrivait justement le père J. Prestet dans ses Élémens de mathématiques (1675), est si vaste, si féconde et ses usages ont une telle étendue dans la plupart des sciences qu'il n'y en a peu qui puisse estre expliquée sans elle. » En fa […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Georges CHARBONNIER, « ART & MATHÉMATIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/art-et-mathematique/