VERRE ART DU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La verrerie antique avant l'invention du soufflage

Il convient de faire le point sur les recherches en cours pour remonter aux origines de l'industrie du verre, problème qui préoccupe depuis quelques décennies historiens, archéologues, chimistes et même philologues.

Premiers objets

Pour le moment, il semble établi qu'on a trouvé en Égypte ainsi qu'en Mésopotamie, des récipients, vraiment en verre, datant de la fin du xvie ou du début du xve siècle avant J.-C.

Il est plus difficile de se prononcer à propos de périodes plus anciennes qui ont laissé des perles, des amulettes ou autres menus objets que les archéologues ont attribués aux verriers, et qui auraient pu être fabriqués par d'autres artisans à partir de matières assez voisines du verre par leurs constituants (silice, chaux). Des chimistes ont fait remarquer, à ce propos, que les frontières pouvaient être vite franchies entre le verre et ce qu'on appelle la glaçure, la couverte, la fritte, la faïence égyptienne, etc.

Or, il se peut qu'en cours de fabrication certains de ces matériaux se soient transformés accidentellement en verre. Il ne faut donc pas confondre ce genre de verre avec du verre fait intentionnellement.

En examinant quarante-deux de ces objets anciens, censés être en verre – des perles pour la plupart –, H. C. Beck (Glass Before 1500 B.C.) a pensé que dix-sept seulement d'entre eux sont réellement en verre ; la datation de ces objets s'échelonne de 2500 à 2000 avant J.-C. ; H. Frankfort a signalé, en outre, un fragment de baguette en verre, trouvé à Eshnuna, et qui daterait de 2500 avant J.-C.

Il importe de souligner qu'il s'agit toujours de petits objets isolés qui peuvent ne pas avoir été trouvés dans leur contexte d'origine, et dont la fabrication n'exigeait pas une technique très avancée.

Premiers récipients en verre (du IIe millénaire à notre ère)

Le procédé de fabrication des récipients en verre, avant le soufflage, est connu grâce à la découverte, par Flinders Petrie, des ruines d'une fabrique de verre à Tell-el-Amarna, au temps d'Aménophis IV (vers 1400 av. J.-C.). Cette description, publiée par Petrie (Les Arts et métiers de l'Ancienne Égypte, 1925), a permis de mettre fin à bien des affirmations téméraires faisant, entre autres, remonter à la plus haute antiquité le soufflage du verre à la canne. Elle ne résout du reste pas tous les problèmes. Certains verriers ont en effet tenté de réaliser des objets de verre en suivant la description de Petrie et n'y sont pas parvenus. Il y avait donc probablement, en outre, certains tours de main, voire d'autres secrets.

Voici ce texte capital concernant le premier mode de travail du verre, par coulée autour d'un noyau de sable ou de céramique, détruit ensuite par émiettement (d'où son nom de sand core en anglais) :

« Pour faire le corps même du vase, on choisissait d'abord un mandrin de cuivre légèrement conique de l'épaisseur du col. À l'extrémité de ce mandrin, on modelait, en pâte siliceuse, un modèle de la dimension et de la forme du vase projeté. Ce modèle était maintenu au mandrin au moyen de chiffons, dont on voit parfaitement la trace, ainsi que des liens sur la surface inférieure de certains vases retrouvés. On mettait une première fois au four afin de chauffer et de donner à la pâte une certaine consistance. Ensuite commençait le travail du verre. On l'étendait en couches répétées et égales qu'on réchauffait aussi souvent qu'il était nécessaire, de manière à rendre la surface aussi unie que possible. On décorait ensuite au moyen de fils de verre de couleurs diverses que l'ouvrier entremêlait à son gré en ayant soin toutefois de rouler, de temps à autre, le tout sur une surface bien polie, de manière à faire pénétrer les fils de couleur dans la première couche de verre et à obtenir ainsi une surface unie sans aspérités. Les anses et le pied se travaillaient séparément et étaient appliqués au moyen de verre en fusion. On laissait refroidir jusqu'à ce que le mandrin en cuivre fût suffisamment contracté pour être retiré sans effort. La pâte tendre, finalement débarrassée de son support, se réduisait alors facilement en miettes et pouvait sortir par le goulot en renversant le vase. Il est à remarquer qu'on ne recourait jamais ni au frottement ni au polissage ; la surface extérieure restait telle qu'elle sortait de la fusion. On employait un procédé semblable pour la fabrication des perles. »

Ce mode de fabrication est apparu à peu près simultanément – vers la fin du xvie siècle avant J.-C. – en Égypte et en Mésopotamie ; on ne sait qui en est l'inventeur, peut-être un troisième pays. Petrie pensait qu'en Égypte le verre avait tout d'abord été importé. Par ailleurs, certaines découvertes faites en Mésopotamie montrent bien qu'on avait jusqu'ici sous-estimé l'éventualité de fabrications verrières dans ce pays, du fait peut-être que les fouilles n'y avaient pas été menées avec assez de soin, du fait aussi que le verre s'y conserve moins bien qu'en Égypte. Les types de récipients fabriqués dans ces deux pays, et qui imitent les modèles d'autres industries – celle de la céramique notamment –, n'y étaient pas, en tout cas à première vue, très différents.

Vase en verre, Égypte

Photographie : Vase en verre, Égypte

Vase en verre. XVIIIe-XXe dynastie. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

Des archéologues ont émis l'hypothèse selon laquelle l'Égypte aurait emprunté au Proche-Orient – à la suite des conquêtes entreprises sous le règne de Thoutmès III (1504-1450) – ses techniques de fabrication du verre. Ils expliquent également par des événements historiques (invasion des Peuples de la mer) le fait qu'après une période florissante les productions verrières mésopotamienne et égyptienne semblent avoir été interrompues duxiie auixe siècle. Tandis que ce temps mort se prolonge apparemment en Égypte jusqu'à l'époque ptolémaïque, une renaissance apparaît en Asie (Mésopotamie et côte syrienne) et s'étend, après le viie siècle, à Rhodes, à Chypre, à la Grèce et à l'Italie.

Le déclin de l'industrie verrière mésopotamienne, vers la fin du ive siècle, aurait été provoqué par les conquêtes d'Alexandre, de même que le réveil, à la même époque, de l'industrie égyptienne, entre autres à Alexandrie. Ce centre et celui de la Syrie auraient été les plus actifs durant les derniers siècles avant notre ère, préparant ainsi un terrain particulièrement favorable aux industriels du verre qui devaient par la suite s'installer en Occident.

Les flacons réalisés à partir d'un noyau ne dépassaient guère une vingtaine de centimètres et servaient vraisemblablement à l'emballage d'onguents. Leur diffusion dans le monde antique est attribuée, généralement, au commerce phénicien. Quant aux formes, elles ont évolué en même temps que celles de la céramique dont elles dépendaient étroitement (elles sont connues sous les noms de : alabastre, amphorisque, aryballe, œnochoæ, unguentaria, etc.).

Autres objets

Avant l'invention du soufflage, la fabrication de certains objets en verre a né [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Médias de l’article

Vase en verre, Égypte

Vase en verre, Égypte
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Bol côtelé en verre moulé

Bol côtelé en verre moulé
Crédits : Founders Society purchase, Cleo and Lester Gruber Fund, Bridgeman Images

photographie

Fond de verre doré, art chrétien primitif

Fond de verre doré, art chrétien primitif
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Notre-Dame de la Belle-Verrière

Notre-Dame de la Belle-Verrière
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : secrétaire général du Comité des industries du verre du Marché commun

Classification

Autres références

«  VERRE ART DU  » est également traité dans :

ARTISANAT

  • Écrit par 
  • Denis CHEVALLIER, 
  • Louis LERETAILLE
  • , Universalis
  •  • 7 093 mots

Dans le chapitre « Les maîtres d'art »  : […] Du staffeur-stucateur, indispensable pour restaurer certains monuments historiques, au fabricant de fleurs artificielles, en passant par le restaurateur d'automates ou l'imagier au pochoir, la nomenclature des métiers d'art comprend plus de deux cents spécialités, souvent difficiles à classer. La S.E.M.A., organisme qui a en charge la documentation sur ces métiers, donne dans sa nomenclature la dé […] Lire la suite

ART NOUVEAU

  • Écrit par 
  • Françoise AUBRY
  •  • 8 797 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « États-Unis »  : […] John La Farge et Louis Comfort Tiffany mettent au point dans les années 1880 une nouvelle sorte de verre opalescent, coloré par des oxydes métalliques, qui provoquera une renaissance de l'art du vitrail aux États-Unis et en Europe. Tiffany profitera du développement de l'éclairage électrique pour créer des abat-jour en vitrail pour lampes. En 1894, il met au point le verre « favrile » , irisé c […] Lire la suite

BEGRĀM

  • Écrit par 
  • Jeannine AUBOYER
  •  • 987 mots

Dans le chapitre « Objets d'art »  : […] Cette découverte était la preuve éclatante de la réalité du commerce « international », qui faisait la richesse des actuelles régions afghanes jusqu'à la mainmise de l'Iran sassanide sur le réseau des pistes caravanières et que l'on ne connaissait jusqu'alors que par des témoignages littéraires et par quelques rares spécimens isolés. Les sujets reproduits par moulage en plâtre sont tout à fait cl […] Lire la suite

BYZANCE - Les arts

  • Écrit par 
  • Catherine JOLIVET-LÉVY, 
  • Jean-Pierre SODINI
  •  • 13 618 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La verrerie »  : […] Les Byzantins n'ignorèrent pas la verrerie de luxe, comme en témoignent plusieurs objets du trésor de Saint-Marc et, en particulier, un vase de verre pourpre décoré de figures mythologiques, très représentatif de la renaissance macédonienne. Ils fabriquèrent également des vitraux, dont on a retrouvé quelques fragments dans les églises de Constantinople (Kariye Camii, Zeyrek Camii). […] Lire la suite

CERNUSCHI MUSÉE, Paris

  • Écrit par 
  • Alain THOTE
  •  • 1 468 mots

Dans le chapitre « Autour du grand Buddha »  : […] Dans son hôtel particulier, Henri Cernuschi avait fait aménager une immense salle de réception où il offrait à la vue de ses hôtes ses bronzes, disposés sous la protection d’un grand Buddha acquis dans un faubourg de Tōkyō. L’ordonnancement initial de cette salle, respecté lors de la création du musée, fut modifié plusieurs fois par la suite selon la mode muséographique du moment. La sculpture du […] Lire la suite

DAMAS

  • Écrit par 
  • Nikita ELISSÉEFF, 
  • Éric VERDEIL
  •  • 3 392 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le verre »  : […] La renommée de Damas repose en grande partie sur la production de certains arts appliqués. L'introduction de l'émaillerie et de la dorure dans la fabrication du verre au xii e  siècle donna un regain d'activité à cette industrie installée d'abord à Tyr puis, après 1291, à Damas où elle prospéra jusqu'à la fin du xiv e  siècle. Sous les Mamelouks, l'école de Damas, dont l'Égypte est un important cl […] Lire la suite

ÉCONOMUSÉES

  • Écrit par 
  • Denis CHEVALLIER
  •  • 2 496 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La conservation active des techniques en Europe : un état des lieux »  : […] La prise de conscience de la disparition d'un certain nombre de techniques et de savoirs indispensables à la création artisanale et artistique, ainsi que la prise de conscience des potentialités économiques que représente le marché des produits traditionnels ont engendré dans de nombreux pays d'Europe des initiatives publiques ou privées pour leur sauvegarde et leur mise en valeur. Quatre catégori […] Lire la suite

GALLÉ ÉMILE (1846-1904)

  • Écrit par 
  • Jeanne GIACOMOTTI
  •  • 474 mots
  •  • 2 médias

Né à Nancy où son père possédait une gobeleterie, Émile Gallé fonde une école d'art appliqué à l'industrie, célèbre sous le nom d'École de Nancy, qui a joué un rôle prépondérant dans la diffusion du « style 1900 ». De 1862 à 1866, Émile Gallé séjourne en Allemagne et fait son apprentissage de verrier dans les fabriques de Meisenthal. En 1870, il collabore à la réorganisation de la faïencerie de Sa […] Lire la suite

GAULE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE, 
  • Jean-Jacques HATT
  •  • 26 412 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les industries »  : […] Il est paradoxal de constater combien précaires et mal construites sont les installations industrielles, alors que c'est de l'industrie que l'économie gauloise tire ses plus larges profits. L' artisanat est pratiqué dans les faubourgs suburbains ou dans les bourgades artisanales spécialisées, souvent établies le long des routes. Les ateliers et les demeures voisines sont la plupart du temps en boi […] Lire la suite

GLOZEL, site archéologique

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 1 990 mots

Dans le chapitre « Verriers et créateurs »  : […] La première est qu'actuellement rien ne vient confirmer l'hypothèse d'un Glozel préhistorique. Aucune datation physico-chimique antérieure aux derniers siècles avant notre ère n'a été obtenue ; aucun objet glozelien ne ressemble aux dizaines de milliers d'objets livrés par l'ensemble des sites préhistoriques français ; en plus de soixante-quinze ans, aucun autre site glozelien n'a été découvert en […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

James BARRELET, « VERRE ART DU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/art-du-verre/