GUERRE ART DE LA

ARMÉE - Doctrines et tactiques

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 7 992 mots
  •  • 3 médias

La guerre est devenue au cours des siècles l'affrontement de groupes organisés dotés de moyens de défense et d'attaque de plus en plus perfectionnés. Le champ clos de jadis se transforme en champ de bataille, puis en théâtre d'opération terrestre, maritime, enfin aérien. À mesure que la lutte s'étend dans l'espace apparaît la dissociation entre la tactique (art de combiner les moyens militaires a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/armee-doctrines-et-tactiques/#i_42146

ARMÉE - Pouvoir et société

  • Écrit par 
  • Pierre DABEZIES
  •  • 16 276 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La spécificité militaire »  : […] On voit pourquoi il arrive à l'armée d'être un État dans l'État et au soldat, à la fois fort de ses fonctions éminentes et rivé à un cadre particulier par des liens extrêmement puissants, de se sentir, hors de son milieu, comme un étranger. Encore ne peut-on en rester là. De la mission de défense de la collectivité et, en simplifiant, de combat ne découlent pas seulement des fonctions inattendues, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/armee-pouvoir-et-societe/#i_42146

BOUVINES BATAILLE DE (1214)

  • Écrit par 
  • Georges DUBY
  •  • 402 mots

Bouvines est une bataille, c'est-à-dire, selon les conceptions du temps, un duel où deux concurrents décident de s'engager, seul à seul ou accompagnés de leurs amis, afin de forcer le jugement de Dieu et de trancher définitivement une querelle. Procédure exceptionnelle alors, un acte quasi liturgique, nettement distinct des harcèlements de la guerre auxquels il met un terme généralement pour de lo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bataille-de-bouvines/#i_42146

BREITENFELD BATAILLE DE (1631)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BOIS
  •  • 212 mots

Tournant décisif dans la guerre de Trente Ans, la victoire de Gustave-Adolphe II sur l'armée impériale à Breitenfeld, au nord de Leipzig, le 17 septembre 1631, marque pour la première fois la supériorité suédoise dans la conduite des batailles. À Tilly, qui a disposé son infanterie « à l'espagnole » en dix-sept carrés de 1 500 à 2 000 piquiers et mousquetaires, protégée par 26 canons, avec aux ail […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bataille-de-breitenfeld/#i_42146

CÔTES DE FER

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 332 mots

Surnom donné, semblerait-il, par le prince Rupert aux cavaliers de Cromwell qui venaient de le défaire à la bataille de Marston Moor en 1644. Les Côtes de fer trouvent leur origine dans le recrutement, en 1643, par Cromwell d'une force de cavalerie de l'Association orientale des comtés de Norfolk, Suffolk, Essex, Cambridge et Hertford ; cette force, mise à la disposition du Parlement, constituera […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cotes-de-fer/#i_42146

FONTENOY BATAILLE DE (1745)

  • Écrit par 
  • Pierre GOBERT
  •  • 511 mots

Fait d'armes le plus éclatant de la guerre de Succession d'Autriche, la bataille de Fontenoy est typique de la guerre en dentelles. L'armée française, commandée par le maréchal de Saxe alors hydropique mais resté plein d'ardeur, doit agir dans les Pays-Bas contre l'armée des Coalisés commandée par le duc de Cumberland, fils de George II. Avec ses 75 000 hommes, Maurice de Saxe investit Tournai, qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bataille-de-fontenoy/#i_42146

FRANCE CAMPAGNE DE (1814)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 558 mots

Avant-dernière et, pour certains, la plus belle des campagnes de Napoléon, la campagne de France a fait l'objet d'études détaillées de Jomini et de Clausewitz qui ont analysé toutes les opérations de ce modèle de la « guerre de mouvement ». Lorsque la France est envahie en 1814, deux armées alliées totalisant 250 000 hommes jouent un rôle décisif : l'armée du général prussien Blücher et celle du g […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/campagne-de-france-1814/#i_42146

GÉNIE MILITAIRE

  • Écrit par 
  • Patrice VENTURA
  •  • 5 746 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La composante combat »  : […] Elle regroupe huit régiments où différentes spécialités sont présentes : quatre régiments de combat blindés dont un d’aide au déploiement lourd, un régiment de combat mécanisé, un régiment parachutiste et deux régiments de légion étrangère. L'ensemble de ces formations relève du commandement des forces terrestres, basé à Lille. Le génie dispose également d'un régiment du génie de l'air qui relève […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/genie-militaire/#i_42146

GUÉRILLA

  • Écrit par 
  • Pierre DABEZIES
  •  • 8 190 mots
  •  • 5 médias

« Petite guerre », dont le vocable tient à l'insurrection populaire espagnole dressée de 1808 à 1813 contre les forces d'occupation napoléoniennes, la guérilla est, en première approche, une lutte armée du faible contre le fort, menée par des bandes ou des éléments légers qui s'efforcent de surprendre, de déséquilibrer, d'user l'adversaire, de le priver de sa liberté d'action et ainsi de sa supéri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerilla/#i_42146

GUERRE ÉCLAIR, all. BLITZKRIEG

  • Écrit par 
  • Pierre GOBERT
  •  • 315 mots
  •  • 1 média

Le vendredi 10 mai 1940 au lever du jour, quatre-vingts divisions allemandes déferlent sur la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg . Des parachutistes s'emparent des points stratégiques tandis que l'aviation pilonne les Pays-Bas qui capitulent le 13 mai. Léopold III de Belgique tente de rassembler ses troupes endormies dans la neutralité. Les généraux Gamelin et Georges font manœuvrer les troupes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-eclair-blitzkrieg/#i_42146

MALPLAQUET BATAILLE DE (1709)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BOIS
  •  • 180 mots
  •  • 1 média

Le 11 septembre 1709, La bataille de Malplaquet, entre les 65 000 Français de Villars et les 75 000 alliés de Marlborough et du prince Eugène, est indécise, mais elle sauve la France d'une invasion. C'est la confrontation, sur un front de 5 kilomètres à la frontière des Pays-Bas, de deux lignes d'infanterie de faible profondeur, donc sans véritable force de choc, et immobilisées par leur trop long […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bataille-de-malplaquet/#i_42146

MOLLWITZ BATAILLE DE (1741)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BOIS
  •  • 194 mots
  •  • 1 média

Au début de la guerre de Succession d’Autriche, Frédéric II attaque l’armée de Wilhelm Reinhard Neipperg, à Mollwitz (Silésie), le 10 avril 1741. Il étrenne, dans l’ordonnance de ses troupes, un agencement spécial, dotant l’infanterie, déployée en ordre mince (3 rangs) au centre, de petits canons de trois livres devant chaque bataillon, et intercalant deux bataillons de grenadiers dans les escadro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bataille-de-mollwitz/#i_42146

ROCROI BATAILLE DE (1643)

  • Écrit par 
  • Pierre GOBERT
  •  • 403 mots

Célèbre bataille opposant l'armée française, commandée par le jeune duc d'Enghien (le futur Grand Condé), à l'armée de don Francisco de Mello, en majorité espagnole mais comprenant des unités wallonnes, allemandes et italiennes. Les coalisés, qui mettent en ligne 17 000 fantassins et 8 000 cavaliers, assiègent Rocroi, place forte des Ardennes, que les Français, avec 15 000 fantassins et 6 000 cava […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bataille-de-rocroi/#i_42146

ROMMEL ERWIN (1891-1944)

  • Écrit par 
  • André BRISSAUD
  •  • 1 030 mots
  •  • 2 médias

Wurtembergeois, Erwin Rommel est fils d'un professeur de Heidenheim ; il entre comme cadet au 6 e  bataillon du 124 e  régiment d'infanterie, à Weingarten, et reçoit en 1912 le brevet de lieutenant. Il se couvre de gloire pendant la Première Guerre mondiale et il est décoré de l'ordre « Pour le Mérite ». Sympathisant du national-socialisme il prend […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erwin-rommel/#i_42146

SCHNORCHEL ou SCHNORCKEL

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 397 mots

L'apparition du schnorchel sur les sous-marins allemands (1944) marque une étape de la lutte que se livrent avec acharnement Alliés et Allemands dans l'océan Atlantique. Après les éclatants succès des U-boote en 1942 et au début de 1943, un renversement de la situation s'opère brutalement en avril 1943 grâce à l'emploi de porte-avions d'escorte qui comblent le vide de l'Atlantique central, et à l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/schnorchel-schnorckel/#i_42146

STRATÉGIE ET TACTIQUE

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 3 632 mots

Dans le chapitre « Le vocabulaire militaire »  : […] La différence entre les deux aspects – stratégie et tactique – de la conduite de la guerre est mise en relief par la résolution des gouvernements alliés prise lors de la conférence de Beauvais, le 3 avril 1918 : « Le général Foch est chargé par les gouvernements britannique, français et américain de coordonner l'action des armées alliées sur le front occidental ; il lui est conféré à cet effet to […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/strategie-et-tactique/#i_42146

SUDOMER BATAILLE DE (1420)

  • Écrit par 
  • Pascal LE PAUTREMAT
  •  • 227 mots
  •  • 1 média

Le 25 mars 1420 en Bohême, près du village de Mladìjovice, quelque 2 500 nobles de l'empereur d'Allemagne et roi de Hongrie Sigismond de Luxembourg, tentent de venir à bout de 400 hussites taborites, premiers éléments populaires d'une armée réputée pour sa discipline et son extrême rigueur religieuse. Commandés par le Tchèque Jan Žižka de Trocnov (1370-1424), les hussites disposent de 12 chariots […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bataille-de-sudomer/#i_42146

TURENNE HENRI DE LA TOUR D'AUVERGNE vicomte de (1611-1675)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 1 435 mots

Sans doute le plus grand homme de guerre qu'ait produit la France avant Napoléon. Taciturne et souvent bourru, Turenne cachait mal, sous une apparence de froideur une chaude humanité qui le faisait adorer de ses hommes. Stoïque dans les revers comme réservé dans les victoires, ambitieux uniquement de la gloire, généreux au point de payer ses soldats en puisant dans sa propre fortune, il était dési […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/turenne-henri-de-la-tour-d-auvergne-vicomte-de/#i_42146

VAUBAN SÉBASTIEN LE PRESTRE DE (1633-1707)

  • Écrit par 
  • Catherine BRISAC
  •  • 2 142 mots

Dans le chapitre « Vauban, ingénieur militaire »  : […] Mettant à profit les acquis de ses prédécesseurs, notamment ceux de Blaise de Pagan (1604-1655), Vauban perfectionne les méthodes d'attaque et de défense des places. Il veut à tout prix éviter les pertes en hommes en réduisant la durée des sièges. Et, pour ce faire, il s'inspire des moyens alors utilisés par l'armée ottomane pour investir une place et conçoit un système de tranchées souterraines […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vauban-sebastien-le-prestre-de/#i_42146


Affichage 

Bataille d'Austerlitz

photographie

Plan de la bataille d'Austerlitz, dite « des trois empereurs », le 2 décembre 1805, jour anniversaire du sacre de Napoléon L'arrivée en renfort de Davout en début de matinée permit à l'aile droite française de soutenir le choc de l'offensive austro-russe 

Crédits : Roger-Viollet

Afficher

Bataille de Malplaquet

photographie

Le dispositif en ligne mince des Français (en habit blanc) à Malplaquet, petit village au situé sud de Mons, le 11 septembre 1709 Leur résistance face à l'armée des coalisés (Anglais, Hollandais, Portugais) supérieure en nombre permit de stabiliser une situation compromise dans le Nord... 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Bataille de Mollwitz

photographie

Gravure d'époque représentant l'ordre et les mouvements de bataille à Mollwitz, le 10 avril 1741 (les lignes prussiennes sont en haut, précédées de leur artillerie) La tentative d'invasion de la Silésie faillit tourner au désastre pour Frédéric II, sauvé in extremis par la discipline de... 

Crédits : AKG

Afficher

Chroniques de Froissart

photographie

Les soldats anglais utilisaient des tours de siège mobiles, en bois, pour dominer les remparts des villes qu'ils assiégeaient, lors de la guerre de Cent Ans Enluminure des Chroniques de Jean Froissart rédigées entre 1370 et 1400 

Crédits : Rischgitz/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Premiers canons

photographie

Ville assiégée par l'armée du roi de France, au XIVe siècle Dangereux pour leurs servants, lourds et peu efficaces, les canons de l'époque, appelés bombardes, sont avant tout des armes de siège Enluminure tirée des Chroniques de Jean Froissart, rédigées entre 1370 et 1400 British Library,... 

Crédits : British Library/ AKG

Afficher

Bataille d'Austerlitz
Crédits : Roger-Viollet

photographie

Bataille de Malplaquet
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Bataille de Mollwitz
Crédits : AKG

photographie

Chroniques de Froissart
Crédits : Rischgitz/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Premiers canons
Crédits : British Library/ AKG

photographie