ART (Aspects esthétiques)Le beau

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La beauté injuriée

« Un soir, j'ai assis la beauté sur mes genoux. – Et je l'ai trouvée amère. – Et je l'ai injuriée. » Cette phrase d'Arthur Rimbaud (1854-1891), dans Une saison en enfer en 1873, pourrait constituer le manifeste de la modernité en matière de beauté.

Le changement de paradigme, qui fait « découvrir » le champ de la sensibilité esthétique et considérer l'art du point de vue de cette sensibilité, implique inévitablement non seulement la « sentimentalisation » de la beauté, son « esthétisation » au sens d'un devenir-esthétique, mais également sa mise en concurrence avec d'autres expériences sensibles, y compris celles qui n'ont pas de rapport avec elle, qui la contredisent ou la bafouent, plus ou moins ouvertement et violemment. Baudelaire ne sait pas si la beauté, « qui rend l'univers moins hideux et les instants moins lourds » (Les Fleurs du mal), vient du ciel profond ou des gouffres de l'enfer. Rimbaud, dix ans plus tard, insulte la beauté devenue amère.

L'art du xixe siècle, dès qu'il rompt avec le néo-classicisme, à partir du tournant marqué par Füssli et Goya, s'adresse à une sensibilité qui est émue aussi bien par le beau que par le laid, le cauchemardesque, le fantastique, le choquant ou le sublime. Il se produit alors un curieux dédoublement. D'un côté, la quête romantique du chef-d'œuvre, qui accomplirait une fois pour toutes l'art, conduit à fétichiser les canons classiques ou néo-classiques, par exemple ceux de l'antique ou de Raphaël ; elle préside à l'institutionnalisation de la formation artistique et à la mise en place d'une hiérarchie des « Beaux-Arts ». D'un autre côté, cet académisme classiciste est constamment battu en brèche par les recherches, les innovations et les provocations. Géricault peint des cadavres ou des naufragés, Delacroix des massacres, Courbet des sujets trivialement réalistes ou agressivement érotiques. L'époque des Beaux-Arts et des premiers musées est aussi celle des arts « qui ne sont plus beaux ». Vers le milieu du siècle, la rupture s'accomplit. Quand elle est exposée en 1865, l'Olympia d'Édouard Manet est assimilée à une célébration scandaleuse de la laideur.

Au xxe siècle, le rythme des innovations s'accélère. En 1907, Picasso déforme et tord les corps de ses Demoiselles d'Avignon. Le cubisme généralise les atteintes à la figure et à l'ordre de la perspective. Les papiers collés introduisent la banalité et la trivialité des matériaux quotidiens parmi les éléments de la représentation. Le mouvement Dada, à partir des années 1916-1917, pulvérise toutes les conventions, à commencer par le bon goût et la beauté. La violence que connaît le xxe siècle n'est pas pour rien dans cette montée de l'horreur, de la désarticulation, du massacre. Au début des années 1950, Willem De Kooning désarticule ses Women (1950-1953) vociférantes, tandis que Francis Bacon peint des boucheries sanguinolentes. Une sculpture polychrome de Jeff Koons, en 1988, sous le titre Ushering into Banality (Faire entrer la banalité), montre trois angelots peu catholiques faisant escorte à un porc. Au même moment, l'artiste se met en scène avec sa femme dans des tableaux et des sculptures pornographiques. Ce qui est, au sens étymologique du grec ancien, laid et honteux, se trouve désormais placé au centre de l'art. Seul, peut-être, le surréalisme se sera soucié de la beauté, mais en renouvelant la notion de celle-ci. On connaît l'injonction d'André Breton (1896-1966) dans L'Amour fou (1937) : « La beauté convulsive sera érotique-voilée, explosante-fixe, magique-circonstancielle ou ne sera pas. » De l'ordre de la nature, on est passé à la magie, à la pyrotechnie. Le désir réapparaît, mais le Bien manque clairement.

Par ailleurs, les théories de l'art reflètent dès le xixe siècle le même divorce entre le Beau, et le Bien et les mêmes réticences vis-à-vis du Beau. Kant faisait de l'ordre de l'art un analogue de l'ordre éthique. Après lui, même cette analogie disparaît au profit d'une autonomisation du [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Platon - Athènes

Platon - Athènes
Crédits : AKG-images

photographie

Saint Thomas d'Aquin, Juste de Gand

Saint Thomas d'Aquin, Juste de Gand
Crédits : Erich Lessing/ AKG-images

photographie

Gottfried Wilhelm Leibniz

Gottfried Wilhelm Leibniz
Crédits : AKG-images

photographie

John Locke

John Locke
Crédits : AKG-images

photographie

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur de philosophie à l'université de Rouen, membre de l'Institut universitaire de France

Classification

Autres références

«  ART  » est également traité dans :

ART (Aspects esthétiques) - La contemplation esthétique

  • Écrit par 
  • Didier DELEULE
  •  • 3 639 mots

La fortune philosophique de la notion de catharsis est liée essentiellement à une phrase de la Poétique d'Aristote : « La tragédie est l'imitation d'une action de caractère élevé et complète, d'une certaine étendue, dans un langage relevé d'assaisonnements d'une espèce particulière suivant les diverses parties, imitat […] Lire la suite

ART (Le discours sur l'art) - L'histoire de l'art

  • Écrit par 
  • André CHASTEL
  •  • 4 730 mots

Comme toute histoire, l'histoire de l'art a commencé par la Fable. Dans la plupart des civilisations, un mythe expose l'origine des techniques et des formes traditionnelles : dans le monde grec, le récit de Dédale sert d'introduction à toute l'architecture, celui de Pygmalion aux pouvoirs de la sculpture. À ces fables antiques, on peut rattacher une tendance encore vivace durant tout le Moyen Âge, […] Lire la suite

ART (Le discours sur l'art) - Iconologie

  • Écrit par 
  • Jan BIALOSTOCKI
  •  • 4 344 mots

Du xvie au xixe siècle on entend par iconologie la « science des images » qui donne des règles pour la représentation figurée des idées abstraites et morales. L'œuvre fondamentale qui a introduit ce concept est le livre de Cesare Ripa : Iconologia, […] Lire la suite

ART (Le discours sur l'art) - Sémiologie de l'art

  • Écrit par 
  • Louis MARIN
  •  • 3 561 mots

Une sémiologie de l'art engage son existence et la nature de ses fondements dans sa prétention à la scientificité : dans la mesure où elle est langage de quelque chose (du visible) qui n'est peut-être pas langage, ou, en tout cas, qui l'est autrement ; dans la mesure aussi où elle est langage sur ce qui doit nécessa […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - L'œuvre

  • Écrit par 
  • Thierry DUFRÊNE
  •  • 2 297 mots
  •  • 4 médias

Parler d'œuvre aujourd'hui ne va pas sans difficulté. Certes, les œuvres d'art sont là : le Tadj Mahall, la tour Eiffel, la Vue de Delft par Vermeer, Guernica de Picasso, L'Homme qui marche de Giacometti, incontestables, objectives, plus sûrs témoins du passé que les actions des hommes ou leurs paroles, qui, elles, ont besoin de la mémoir […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - L'anonymat dans l'art

  • Écrit par 
  • Jean-René GABORIT
  •  • 1 099 mots
  •  • 4 médias

Un grand nombre d'œuvres d'art comportent une indication plus ou moins développée, explicite et visible qui permet d'en identifier l'auteur. Cette indication peut prendre la forme d'une signature, d'un monogramme, d'une inscription, parfois d'un cachet, d'une estampille, d'un poinçon ou d'une marque, plus exceptionnellement d'un signe conventionnel ou symboli […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - La signature des œuvres d'art

  • Écrit par 
  • Marie-José MONDZAIN-BAUDINET
  •  • 1 043 mots
  •  • 1 média

Avec le titre et la dédicace, la signature est l'un des « textes » fondamentaux qui encadrent l'œuvre et la présentent au spectateur. Elle ancre l'objet dans l'histoire individuelle aussi bien que collective et, par conséquent, elle est un repère non arbitraire pour la fondation du jugement esthétique. Cependant, la signature occupe une situation singuliè […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - L'attribution

  • Écrit par 
  • Enrico CASTELNUOVO
  •  • 6 556 mots
  •  • 1 média

Rapport toujours variable entre le présent et le passé, l'attribution est l'opération typique de l'historien de l'art, elle traduit ses réactions devant le texte, elle est jugement historique effectif. Réduite à ses termes essentiels, elle consiste dans le fait d'assigner, d'« attribuer » la paternité d'une œuvre anonyme à un artiste déterminé. Ses résultats varient évidemment selon les idées que […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - La reproduction en art

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 2 030 mots
  •  • 4 médias

Tributaire de l'évolution des techniques et des mentalités, la notion de « reproduction », en art, implique une ressemblance entre deux objets, mais elle ne requiert pas leur similitude. Il existe en effet plusieurs sortes de reproductions. Les copies et les répliques de peintures ou les moulages de sculptures diffèrent peu de leurs modèles, tandis que les gravures ou les photographies ne peuvent […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - Le faux en art

  • Écrit par 
  • Germain BAZIN
  •  • 6 714 mots

Le faux est un phénomène propre aux civilisations évoluées. Il est incompatible avec les cultures primitives, où tout acte mensonger, de nature à déchirer le tissu sans couture des relations magiques entre l'homme et le monde, pourrait déchaîner la foudre sur la tribu du coupable. Le faux est lié à la notion de profit ; l'idée de tromper sur la marchandise a dû naître quand les échanges de biens, […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Yves MICHAUD, « ART (Aspects esthétiques) - Le beau », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/art-aspects-esthetiques-le-beau/