ART (Aspects esthétiques)La contemplation esthétique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Catharsis et dialogue

À travers l'expérience ek-statique du détachement de l'âme du corps – expérience issue des rites dionysiaques – se sédimente, au fil de la tradition orphico-pythagoricienne, une certaine signification de la notion de catharsis, et c'est en fait comme purification morale et intellectuelle seulement possible au niveau du dialogue que la catharsis inaugure, chez Platon, le discours philosophique. Tel est aussi le sens que Platon donne au mot catharsis lorsque, dans le Sophiste (231 b), il fait de la catharsis un élément de l'art de trier, c'est-à-dire une manière de séparer le grain de l'ivraie dans le discours d'autrui, afin de susciter, par la maïeutique, l'émergence de la vérité que chacun porte en soi. Il n'est plus question ici de contemplation esthétique, mais l'activité cathartique du dialogue souligne de la façon exemplaire l'essence de la réflexion philosophique elle-même. Cette catharsis a aussi sa tradition et il n'est peut-être pas inutile de montrer que cette tradition, loin de suivre une carrière simplement parallèle à celle que nous avons étudiée plus haut, la recoupe en bien des points et aide à en saisir la signification.

C'est dans l'œuvre de Freud que cette double tradition interfère avec le maximum de clarté. Tout d'abord, on trouve chez Freud l'idée d'une catharsis d'ordre maïeutique seulement possible à travers le dialogue : ce qui deviendra le traitement analytique s'est d'abord appelé traitement cathartique ; en remettant in statu nascendi le processus psychique originel, « cause » de la névrose, et en le traduisant ensuite verbalement, le malade se trouve du même coup libéré et soulagé. Dans cette forme primitive de la psychanalyse, il s'agit donc – selon les propres termes d'Anna O – de talking cure ou de chimney sweeping ; Breuer parlera de « narration dépuratoire » et Freud de « catharsis » et d'« abréaction ». Freud et Breuer précisent que la réaction du sujet n'a d'effet vraiment cathartique que lorsqu'elle est adéquate, comme c'est le cas de la vengeance ; toutefois, l'être humain trouve dans le langage un équivalent de l'acte, et c'est grâce à cet équivalent que l'affect peut être « abréagi ». Le langage apparaît ici comme le substitut de l'impossible libération émotive directe. Or, lorsque Freud sera entraîné à rechercher le noyau originaire de la névrose, c'est du côté du mythe que sa quête va irrésistiblement le porter, et c'est dans la tragédie grecque qu'il va puiser le paradigme de son élaboration thématique : la destinée d'Œdipe nous émeut « parce qu'elle aurait pu être la nôtre, parce qu'à notre naissance, l'oracle a prononcé contre nous la même malédiction [...]. Comme Œdipe nous vivons inconscients des désirs qui blessent la morale et auxquels la nature nous contraint ». Ainsi s'établit le lien entre catharsis et contemplation esthétique : le spectacle tragique nous émeut parce que le réel de la destinée d'Œdipe livre en filigrane le possible de notre destinée. Le mythe, selon la formule bien connue, constitue le débris déformé des rêveries de l'humanité tout entière. De même, la tragédie renvoie au tragique considéré comme expérience originaire, originale et exemplaire, et c'est ce tragique qu'il importe de déchiffrer en tant qu'il est porteur du sens de la tragédie. C'est à ce point précis que Freud retrouve la problématique aristotélicienne : si les fantasmes ne peuvent que faire éprouver de la honte au rêveur éveillé, d'où vient cependant que nous éprouvions un grand plaisir en assistant au spectacle tragique ? C'est d'abord pour Freud un problème d'ars poetica et il s'en explique dans un article de 1908, « La Création littéraire et le rêve éveillé ». L'artiste est celui qui atténue le caractère égotique du rêve diurne au moyen de changements et de voiles ; il nous séduit ainsi par plaisir purement formel, c'est-à-dire par plaisir esthétique, forme enrobante de la représentation du fantasme. C'est là ce que Freud appelle « prime de séduction » ou « plaisir préliminaire », plaisir d'une étrange espèce fait pour permettre la libération d'une jouissance supérieure : « La véritable jouissance de l'œuvre provient de ce que not [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ART  » est également traité dans :

ART (Aspects esthétiques) - Le beau

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD
  •  • 5 573 mots
  •  • 6 médias

Que ce soit en musique, dans les arts visuels, en littérature, au théâtre, l'art du xxe siècle – celui que nous considérons comme « moderne » – se montra agressif et provocant. Il a fait peu de cas de la beauté, au point que celle-ci devint parfois la marque des productions académiques.Nous constatons, à l'inver […] Lire la suite

ART (Le discours sur l'art) - L'histoire de l'art

  • Écrit par 
  • André CHASTEL
  •  • 4 730 mots

Comme toute histoire, l'histoire de l'art a commencé par la Fable. Dans la plupart des civilisations, un mythe expose l'origine des techniques et des formes traditionnelles : dans le monde grec, le récit de Dédale sert d'introduction à toute l'architecture, celui de Pygmalion aux pouvoirs de la sculpture. À ces fables antiques, on peut rattacher une tendance encore vivace durant tout le Moyen Âge, […] Lire la suite

ART (Le discours sur l'art) - Iconologie

  • Écrit par 
  • Jan BIALOSTOCKI
  •  • 4 344 mots

Du xvie au xixe siècle on entend par iconologie la « science des images » qui donne des règles pour la représentation figurée des idées abstraites et morales. L'œuvre fondamentale qui a introduit ce concept est le livre de Cesare Ripa : Iconologia, […] Lire la suite

ART (Le discours sur l'art) - Sémiologie de l'art

  • Écrit par 
  • Louis MARIN
  •  • 3 561 mots

Une sémiologie de l'art engage son existence et la nature de ses fondements dans sa prétention à la scientificité : dans la mesure où elle est langage de quelque chose (du visible) qui n'est peut-être pas langage, ou, en tout cas, qui l'est autrement ; dans la mesure aussi où elle est langage sur ce qui doit nécessa […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - L'œuvre

  • Écrit par 
  • Thierry DUFRÊNE
  •  • 2 297 mots
  •  • 4 médias

Parler d'œuvre aujourd'hui ne va pas sans difficulté. Certes, les œuvres d'art sont là : le Tadj Mahall, la tour Eiffel, la Vue de Delft par Vermeer, Guernica de Picasso, L'Homme qui marche de Giacometti, incontestables, objectives, plus sûrs témoins du passé que les actions des hommes ou leurs paroles, qui, elles, ont besoin de la mémoir […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - L'anonymat dans l'art

  • Écrit par 
  • Jean-René GABORIT
  •  • 1 099 mots
  •  • 4 médias

Un grand nombre d'œuvres d'art comportent une indication plus ou moins développée, explicite et visible qui permet d'en identifier l'auteur. Cette indication peut prendre la forme d'une signature, d'un monogramme, d'une inscription, parfois d'un cachet, d'une estampille, d'un poinçon ou d'une marque, plus exceptionnellement d'un signe conventionnel ou symboli […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - La signature des œuvres d'art

  • Écrit par 
  • Marie-José MONDZAIN-BAUDINET
  •  • 1 043 mots
  •  • 1 média

Avec le titre et la dédicace, la signature est l'un des « textes » fondamentaux qui encadrent l'œuvre et la présentent au spectateur. Elle ancre l'objet dans l'histoire individuelle aussi bien que collective et, par conséquent, elle est un repère non arbitraire pour la fondation du jugement esthétique. Cependant, la signature occupe une situation singuliè […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - L'attribution

  • Écrit par 
  • Enrico CASTELNUOVO
  •  • 6 556 mots
  •  • 1 média

Rapport toujours variable entre le présent et le passé, l'attribution est l'opération typique de l'historien de l'art, elle traduit ses réactions devant le texte, elle est jugement historique effectif. Réduite à ses termes essentiels, elle consiste dans le fait d'assigner, d'« attribuer » la paternité d'une œuvre anonyme à un artiste déterminé. Ses résultats varient évidemment selon les idées que […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - La reproduction en art

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 2 030 mots
  •  • 4 médias

Tributaire de l'évolution des techniques et des mentalités, la notion de « reproduction », en art, implique une ressemblance entre deux objets, mais elle ne requiert pas leur similitude. Il existe en effet plusieurs sortes de reproductions. Les copies et les répliques de peintures ou les moulages de sculptures diffèrent peu de leurs modèles, tandis que les gravures ou les photographies ne peuvent […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - Le faux en art

  • Écrit par 
  • Germain BAZIN
  •  • 6 714 mots

Le faux est un phénomène propre aux civilisations évoluées. Il est incompatible avec les cultures primitives, où tout acte mensonger, de nature à déchirer le tissu sans couture des relations magiques entre l'homme et le monde, pourrait déchaîner la foudre sur la tribu du coupable. Le faux est lié à la notion de profit ; l'idée de tromper sur la marchandise a dû naître quand les échanges de biens, […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Didier DELEULE, « ART (Aspects esthétiques) - La contemplation esthétique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/art-aspects-esthetiques-la-contemplation-esthetique/