ART (Aspects culturels)Le marché de l'art

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le marché de l'art ancien

Le marché de l'art ancien est celui de la rareté et du jugement de l'histoire. Chaque œuvre est singulière et irremplaçable : elle est bien, dans l'hypothèse idéale, le produit unique du travail indivis d'un créateur unique. L'offre potentielle est fixée et la raréfaction croissante. La rareté artistique comporte, évidemment, ses degrés d'excellence. Sur la hiérarchie de qualité des œuvres du passé (au moins à l'intérieur d'un style artistique donné), le consensus des spécialistes n'est pas irréalisable. Certes, les jugements prononcés par les historiens de l'art ne sont pas exempts de relativisme : ils sont tributaires de l'état de la science historique, comme de la vision que chaque époque a du passé. Il n'empêche qu'à un moment donné, du fait qu'ils se réfèrent aux mêmes critères de classement et qu'ils utilisent les mêmes catégories de jugement, les spécialistes – historiens de l'art et conservateurs de musée – ne sont pas incapables de s'entendre, sinon sur les résultats, du moins sur les critères d'un classement normatif des œuvres.

Au niveau le plus élevé du marché de l'art classé, le commerce est entre les mains de quelques négociants de rang international et des responsables des grandes ventes aux enchères. Les prix atteints ne rendent accessibles les chefs-d'œuvres des grands maîtres qu'à une minorité d'acheteurs internationaux dotés d'un fort pouvoir d'achat (le nombre des achats effectués par des particuliers ayant tendance à diminuer tandis qu'augmentent les achats des collectivités publiques, des musées ou des fondations). Qu'il s'agisse ou non d'une vente aux enchères, le vendeur d'un tableau est le vendeur unique d'un tableau unique. Au sens étymologique du terme, le vendeur est « monopoleur » et le prix de l'œuvre d'art est le résultat de la concurrence qui s'instaure entre un nombre limité d'acheteurs. Dans le marché de la peinture ancienne, où dominent les éléments monopolistiques, on atteint, dans le cas idéal – typique de la limitation absolue de l'offre –, des sortes de sommets économiques. La rareté du chef-d'œuvre unique du génie unique est la rareté la plus rare, et la plus chère, parmi les raretés socialement désignées comme artistiques. Elle est aussi la plus résistante aux aléas de la conjoncture. La notion de valeur refuge l'emporte, dans le marché de l'art ancien, sur celle de valeur spéculative – même si la tenue des prix, dans les zones marginales, n'est pas indépendante de la révision périodique de la hiérarchie des valeurs artistiques et des caprices du goût.

La révision systématique du patrimoine artistique est poursuivie conjointement par les savants (historiens de l'art et conservateurs de musée), les amateurs et les marchands – involontaire collaboration entre la recherche érudite, l'amour de l'art et le commerce. Parmi les grandes opérations en cours, une des plus marquantes concerne le xixe siècle. Entre les deux guerres et jusque dans les années cinquante, l'usage s'était progressivement instauré de ne retenir de l'histoire de l'art du xixe siècle que les grandes révolutions esthétiques et les génies indépendants. Après la Seconde Guerre mondiale, un autre xixe siècle pictural a été redécouvert : le procès en réhabilitation des peintres de Barbizon et de Jean-François Millet est d'ores et déjà gagné et celui du paysage du xixe siècle en bonne voie de l'être. Certes, le retour des oubliés provoque un effet de mode et les réhabilitations vont rarement sans équivoque. Mais, si l'on prospecte à rebours de mode les zones marginales de l'art ancien, les découvertes et les délectations peuvent être moins coûteuses que celles offertes par les gloires de l'art moderne – de Cézanne à Nicolas de Staël.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

The Big Family no1, Zhang Xiaogang

The Big Family no1, Zhang Xiaogang
Crédits : Daniel Berehulak/ Getty Images News/ AFP

photographie

Canyon de M. Mayer à la Foire internationale d'art de Bâle, 2007

Canyon de M. Mayer à la Foire internationale d'art de Bâle, 2007
Crédits : Fabrice Coffrini/ AFP

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : directrice de recherche émérite au CNRS
  • : professeur de sociologie de l'art à l'université de Marne-la-Vallée, ancien élève de l'École normale supérieure de Cachan et de l'Institut d'études politiques de Paris, professeur agrégé de sciences sociales, membre de l'Institut universitaire de France

Classification

Autres références

«  ART  » est également traité dans :

ART (Aspects esthétiques) - Le beau

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD
  •  • 5 573 mots
  •  • 6 médias

Que ce soit en musique, dans les arts visuels, en littérature, au théâtre, l'art du xxe siècle – celui que nous considérons comme « moderne » – se montra agressif et provocant. Il a fait peu de cas de la beauté, au point que celle-ci devint parfois la marque des productions académiques.Nous constatons, à l'inver […] Lire la suite

ART (Aspects esthétiques) - La contemplation esthétique

  • Écrit par 
  • Didier DELEULE
  •  • 3 639 mots

La fortune philosophique de la notion de catharsis est liée essentiellement à une phrase de la Poétique d'Aristote : « La tragédie est l'imitation d'une action de caractère élevé et complète, d'une certaine étendue, dans un langage relevé d'assaisonnements d'une espèce particulière suivant les diverses parties, imitat […] Lire la suite

ART (Le discours sur l'art) - L'histoire de l'art

  • Écrit par 
  • André CHASTEL
  •  • 4 730 mots

Comme toute histoire, l'histoire de l'art a commencé par la Fable. Dans la plupart des civilisations, un mythe expose l'origine des techniques et des formes traditionnelles : dans le monde grec, le récit de Dédale sert d'introduction à toute l'architecture, celui de Pygmalion aux pouvoirs de la sculpture. À ces fables antiques, on peut rattacher une tendance encore vivace durant tout le Moyen Âge, […] Lire la suite

ART (Le discours sur l'art) - Iconologie

  • Écrit par 
  • Jan BIALOSTOCKI
  •  • 4 344 mots

Du xvie au xixe siècle on entend par iconologie la « science des images » qui donne des règles pour la représentation figurée des idées abstraites et morales. L'œuvre fondamentale qui a introduit ce concept est le livre de Cesare Ripa : Iconologia, […] Lire la suite

ART (Le discours sur l'art) - Sémiologie de l'art

  • Écrit par 
  • Louis MARIN
  •  • 3 561 mots

Une sémiologie de l'art engage son existence et la nature de ses fondements dans sa prétention à la scientificité : dans la mesure où elle est langage de quelque chose (du visible) qui n'est peut-être pas langage, ou, en tout cas, qui l'est autrement ; dans la mesure aussi où elle est langage sur ce qui doit nécessa […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - L'œuvre

  • Écrit par 
  • Thierry DUFRÊNE
  •  • 2 297 mots
  •  • 4 médias

Parler d'œuvre aujourd'hui ne va pas sans difficulté. Certes, les œuvres d'art sont là : le Tadj Mahall, la tour Eiffel, la Vue de Delft par Vermeer, Guernica de Picasso, L'Homme qui marche de Giacometti, incontestables, objectives, plus sûrs témoins du passé que les actions des hommes ou leurs paroles, qui, elles, ont besoin de la mémoir […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - L'anonymat dans l'art

  • Écrit par 
  • Jean-René GABORIT
  •  • 1 099 mots
  •  • 4 médias

Un grand nombre d'œuvres d'art comportent une indication plus ou moins développée, explicite et visible qui permet d'en identifier l'auteur. Cette indication peut prendre la forme d'une signature, d'un monogramme, d'une inscription, parfois d'un cachet, d'une estampille, d'un poinçon ou d'une marque, plus exceptionnellement d'un signe conventionnel ou symboli […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - La signature des œuvres d'art

  • Écrit par 
  • Marie-José MONDZAIN-BAUDINET
  •  • 1 043 mots
  •  • 1 média

Avec le titre et la dédicace, la signature est l'un des « textes » fondamentaux qui encadrent l'œuvre et la présentent au spectateur. Elle ancre l'objet dans l'histoire individuelle aussi bien que collective et, par conséquent, elle est un repère non arbitraire pour la fondation du jugement esthétique. Cependant, la signature occupe une situation singuliè […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - L'attribution

  • Écrit par 
  • Enrico CASTELNUOVO
  •  • 6 556 mots
  •  • 1 média

Rapport toujours variable entre le présent et le passé, l'attribution est l'opération typique de l'historien de l'art, elle traduit ses réactions devant le texte, elle est jugement historique effectif. Réduite à ses termes essentiels, elle consiste dans le fait d'assigner, d'« attribuer » la paternité d'une œuvre anonyme à un artiste déterminé. Ses résultats varient évidemment selon les idées que […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - La reproduction en art

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 2 030 mots
  •  • 4 médias

Tributaire de l'évolution des techniques et des mentalités, la notion de « reproduction », en art, implique une ressemblance entre deux objets, mais elle ne requiert pas leur similitude. Il existe en effet plusieurs sortes de reproductions. Les copies et les répliques de peintures ou les moulages de sculptures diffèrent peu de leurs modèles, tandis que les gravures ou les photographies ne peuvent […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - Le faux en art

  • Écrit par 
  • Germain BAZIN
  •  • 6 714 mots

Le faux est un phénomène propre aux civilisations évoluées. Il est incompatible avec les cultures primitives, où tout acte mensonger, de nature à déchirer le tissu sans couture des relations magiques entre l'homme et le monde, pourrait déchaîner la foudre sur la tribu du coupable. Le faux est lié à la notion de profit ; l'idée de tromper sur la marchandise a dû naître quand les échanges de biens, […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Raymonde MOULIN, Alain QUEMIN, « ART (Aspects culturels) - Le marché de l'art », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/art-aspects-culturels-le-marche-de-l-art/