ARRANGEURS DE LA CHANSON FRANÇAISE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Années 1970 : la reconnaissance du métier d’arrangeur par la SACEM

Au début des années 1970, Jean-Claude Petit et d’autres arrangeurs déclenchent une grève liée à la revendication d’un droit d'arrangeur auprès de la SACEM. Jusqu’alors, ces musiciens sont rétribués au cachet et ne perçoivent aucun droit d’auteur pour le travail d'arrangeur réalisé sur leurs enregistrements diffusés en radio ou à la télévision. La SACEM accepte le principe d’obtention d’une partie des droits d'auteur en cas d’accord du compositeur et de l’auteur. La part de l’arrangeur pour une chanson représente alors 1/12 des droits versés par la SACEM au compositeur et à l’auteur. Pour une musique de film, elle est de 2/12, prélevée sur les droits du compositeur.

À cette époque, Charles Aznavour, Julien Clerc, Nino Ferrer, Serge Gainsbourg, Johnny Hallyday, Françoise Hardy et beaucoup d’autres comme Marie Laforêt ou Nicoletta continuent de façonner la variété française. Rejoints notamment par Michel Berger, Alain Chamfort, Bernard Lavilliers, Maxime Le Forestier, Renaud, Alain Souchon, Laurent Voulzy ou encore Daniel Balavoine, ils s’entourent d’arrangeurs talentueux.

Michel Bernholc (1941-2002), musicien très prisé durant ces années, est l’arrangeur de Michel Berger mais aussi de Véronique Sanson pour son premier album Amoureuse en 1972 et sa chanson phare Besoin de personne. Il signe l’année suivante les scores de l’album Message personnel de Françoise Hardy puis ceux des chansons La Déclaration d’amour de France Gall et Quand j'étais chanteur de Michel Delpech. En 1978, on lui doit également les arrangements pour cordes de Starmania, comédie musicale écrite par Michel Berger et Luc Plamondon. À la même époque, l’arrangeur Raymond Donnez (1942-2019) collabore avec Sylvie Vartan (Bye bye Leroy Brown), Hugues Aufray (Hasta Luego), Michel Sardou (J’accuse), Johnny Hallyday et Marie Myriam, pour qui il arrange en 1977 L’Oiseau et l’enfant, qui remporta le grand prix de l’Eurovision pour la France. Sous le pseudonyme de Don Ray, il devient l’un des rois du disco et arrange certains disques de Cerrone.

Né en 1933, le pianiste Jean-Pierre Sabar arrange ou compose avec Serge Gainsbourg la musique de quelques chansons, entre autres La Ballade de Johnny Jane chantée par Jane Birkin en 1976. Par la suite, il travaillera avec Maxime Le Forestier (Né quelque part, Passer ma route, titre dont il compose la musique). Quant au très éclectique Jean-Claude Dequéant (né en 1940), il écrit au cœur des années 1970 des arrangements pour Yves Simon (Au pays des merveilles de Juliet) ou pour Renaud. C’est lui qui compose en 1986 la musique de Libertine, le premier grand succès de Mylène Farmer.

Jean Musy (né en 1947) est très sollicité à partir de 1969, date à laquelle il signe les arrangements de Champs-Élysées de Joe Dassin (sous le pseudonyme de John Musy). Nombre d’interprètes font alors appel à lui dans les années 1970 et 1980 : Il était une fois (J’ai encore rêvé d’elle), Barbara pour l’album Amours incestueuses, Dick Annegarn (Bruxelles), Yves Duteil (Prendre un enfant par la main), Nicolas Peyrac (So Far Away From LA), Serge Reggiani, Nicole Croisille. Grand spécialiste des arrangements pour cordes, il excelle aussi dans les partitions pour piano qu’il interprète souvent lui-même lors des séances d’enregistrement.

Outre ses scores signés pour Jean-Jacques Debout, Johnny Hallyday ou Thierry Le Luron, Pierre Porte (né en 1944) a assuré la direction musicale de shows télévisés de Maritie et Gilbert Carpentier ou de Jacques Martin avant de devenir le compositeur attitré de toutes les musiques des revues du Moulin-Rouge à partir de 1988.

Quant à William Sheller, né en 1946, auteur, compositeur, pianiste, interprète, il est aussi l’arrangeur de ses chansons tout comme Romain Didier, né en 1949, qui a par ailleurs beaucoup œuvré aux côtés du chanteur et auteur Allain Leprest.

Si la majorité des arrangeurs sont pianistes ou claviéristes, certains guitaristes réalisent également de belles carrières dans ce métier tels Raymond Gimenes (né en 1939), Tony Rallo (né en 1941), Slim Pezin (né en 1945), André Georget (né en 1946) – associé à Hugues Aufray ou Alain Bashung –, Claude Samard-Polikar (né en 1948) ou encore Benoît Kaufman (né en 1946) qui [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Médias de l’article

Serge Gainsbourg, Alain Goraguer, Jacques Brel et Michel Legrand

Serge Gainsbourg, Alain Goraguer, Jacques Brel et Michel Legrand
Crédits : Jean-Pierre Leloir/ Gamma-Rapho

photographie

Mireille Mathieu, Paul Mauriat et Charles Aznavour

Mireille Mathieu, Paul Mauriat et Charles Aznavour
Crédits : Claude Delorme/ Universal Music France/ Gamma-Rapho

photographie

Yvan Cassar

Yvan Cassar
Crédits : Bertrand Rindoff Petroff/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : auteur, chroniqueur dans l'émission Étonnez-moi Benoît sur France Musique

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Serge ELHAÏK, « ARRANGEURS DE LA CHANSON FRANÇAISE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/arrangeurs-de-la-chanson-francaise/