ARRANGEURS DE LA CHANSON FRANÇAISE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Années 1950 : les arrangeurs des monstres sacrés de la chanson française et l’arrivée du vinyle

À partir du début des années 1950, les 78-tours sont progressivement remplacés par les disques vinyle 45-tours et 33-tours, popularisés auprès du grand public grâce aux progrès des techniques d’enregistrement (magnétophones multipistes, stéréophonie, etc.) et à la diffusion de la musique (juke-box, radio dont celle au transistor, télévision). Ce nouveau support permet l’enregistrement de plusieurs titres sur le même disque, à l’inverse du 78-tours limité à deux. Ces évolutions technologiques coïncident avec les débuts de Charles Aznavour, Gilbert Bécaud, Juliette Gréco, Jacques Brel, Dalida, Léo Ferré, Henri Salvador, Guy Béart, Serge Gainsbourg… ainsi qu’avec l’émergence d’une nouvelle génération d’arrangeurs.

C’est ainsi qu’au début des années 1950 Michel Legrand (1932-2019), multidiplômé du Conservatoire national supérieur de musique de Paris (CNSMP), affirme ses talents d’arrangeur. Il révolutionne l’écriture des arrangements, considérant souvent le chanteur comme un membre à part entière de l’orchestre. Une de ses signatures est l’utilisation fréquente de groupes vocaux pour ses scores. S’il accompagne Jacqueline François (Les Lavandières du Portugal), Maurice Chevalier, Mouloudji (Un jour tu verras), Juliette Gréco, Catherine Sauvage, Zizi Jeanmaire, puis Claude Nougaro au début des années 1960 (Le Cinéma, Les Don Juan), c’est avec ses bandes originales (BO) de comédies musicales ou de films qu’il rayonne à travers le monde : Les Parapluies de Cherbourg (1963), Les Demoiselles de Rochefort (1967), L’Affaire Thomas Crown (1968, avec la chanson Les Moulins de mon cœur), Un été 42 (1971), Yentl (1983). Michel Legrand excelle également dans les domaines du classique et du jazz et, en 1958, les labels Philips et Columbia lui permettent d'enregistrer à New York l’album Legrand Jazz arrangé par ses soins. Il dirige alors, à vingt-six ans seulement, les plus prestigieux jazzmen américains de l’époque (Miles Davis, John Coltrane, Ben Webster ou Bill Evans).

Durant les années 1950, Jo Boyer (1922-2000), trompettiste de talent, témoigne de sa créativité par la modernité de ses scores, pour certains inspirés du jazz. Il est associé à André Claveau (Cerisier rose et pommier blanc), Charles Trenet (La Cité de Carcassonne), Henri Salvador, Jacqueline François ou un peu plus tard Joséphine Baker. En 1967, il rejoindra les États-Unis pour travailler aux côtés de grands noms comme les chefs d’orchestre-arrangeurs Richard Hayman, Percy Faith et Quincy Jones. 

À partir de 1953 et pendant près de quinze ans, Gilbert Bécaud collabore avec le pianiste, chef d’orchestre et arrangeur Raymond Bernard (1920-2005) qui lui écrit les scores de Le Jour où la pluie viendra, Et maintenant, Dimanche à Orly, Nathalie, Je t’attends, et bien d’autres chansons. À partir de 1970, une nouvelle aventure démarrera pour Raymond Bernard qui deviendra, pendant plusieurs décennies, un collaborateur essentiel de Serge Reggiani, écrivant notamment pour lui la musique de la chanson Ma fille. L’accordéoniste Jo Moutet (1926-2002) arrange quant à lui des chansons de Charles Aznavour au début de sa carrière (Sur ma vie, Sa jeunesse). Il sera très souvent l’arrangeur et/ou le compositeur de chansons de Georges Guétary comme Papa aime maman, un succès repris par Tino Rossi et Danielle Darrieux.

Franck Pourcel (1913-2000), violoniste virtuose dans sa jeunesse (il a accompagné notamment Lucienne Boyer avec cet instrument dans les années 1940), devient à partir de 1954 le leader incontesté des albums instrumentaux enregistrés par un grand orchestre à cordes en France et vend des millions de disques dans le monde entier. Pour lui, les cordes sont le « chanteur de l’orchestre ». Dans les années 1950, il signe également de nombreux arrangements, entre autres pour Gloria Lasso (Histoire d’un amour, L’Étranger au paradis). Quant à son collègue et ami Raymond Lefèvre (1929-2008), il écrit dès 1956 des scores pour D [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Médias de l’article

Serge Gainsbourg, Alain Goraguer, Jacques Brel et Michel Legrand

Serge Gainsbourg, Alain Goraguer, Jacques Brel et Michel Legrand
Crédits : Jean-Pierre Leloir/ Gamma-Rapho

photographie

Mireille Mathieu, Paul Mauriat et Charles Aznavour

Mireille Mathieu, Paul Mauriat et Charles Aznavour
Crédits : Claude Delorme/ Universal Music France/ Gamma-Rapho

photographie

Yvan Cassar

Yvan Cassar
Crédits : Bertrand Rindoff Petroff/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : auteur, chroniqueur dans l'émission Étonnez-moi Benoît sur France Musique

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Serge ELHAÏK, « ARRANGEURS DE LA CHANSON FRANÇAISE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/arrangeurs-de-la-chanson-francaise/