ARMESArmes lourdes

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'artillerie et les projectiles explosifs

Le canon

Le canon atteignit une première maturité dès les débuts du xvie siècle avec la pièce de bronze coulé et l'affût à dispositif de pointage en site, monté sur roues à escuage. Il ne changera pas fondamentalement jusqu'à la seconde moitié du xixe siècle. Dans les faits, les améliorations furent nombreuses ; par exemple l'alésage de l'âme remplaçant la mise en place du noyau de coulée (technique du xviie siècle, encore perfectionnée par Maritz en 1740) ; l'invention du train avant vers 1640 ; l'amélioration du pointage, par vis sous affût en 1757 ; la standardisation des calibres du système Vallière en 1732 ; celle des matériels en 1765 par Gribeauval – matériels qui seront encore utilisés après la Révolution et l'Empire. Mais, encore une fois, fondamentalement le canon de la première moitié du xixe siècle descendait des pièces employées à Marignan.

Toutefois le canon n'est que le moyen de lancement : l'arme de l'artilleur est le projectile. À cet égard, après le boulet de pierre puis celui de fonte, c'est vers 1600 que l'on imagina le projectile explosif (à mèche), sous deux formes : la grenade à main et la bombe de mortier, tirée en trajectoire plongeante, c'est-à-dire parabolique à courte portée. Vers 1640, on imagina de combiner la bombe explosive, de petit calibre, avec le canon : c'était l'obus, relativement peu utilisé pendant longtemps car de mise en œuvre plus difficile que le boulet. Le temps passant, on créa des bouches à feu spéciales pour l'obus ; comme pour le mortier, la chambre avait un calibre plus réduit que l'âme, et le tube était plus court que celui d'un canon : la trajectoire, peu tendue, permettait d'atteindre des réserves abritées des boulets par une colline. Frédéric II fut le premier grand utilisateur de l'obusier.

En 1822, constatant la faible efficacité des boulets pleins de la marine, sur les coques, le Français Paixhans proposa de les remplacer par le tir horizontal d'obus explosifs et prévoyait que cette innovation imposerait de cuirasser les vaisseaux. Il fallut trente ans pour que ces idées passent dans la pratique courante.

Le shrapnel, obus contenant des balles et explosant en cours de trajectoire, date de 1827 ; la difficulté était de régler la mèche pour une durée très précise.

À partir du milieu du siècle, les canons d'acier remplacèrent peu à peu ceux de bronze ; d'abord dans la marine, qui pouvait accepter la masse d'un robuste frettage, puis dans l'artillerie terrestre. Peu après, le projectile sphérique fut remplacé par l'obus cylindro-conique à fusée percutante, tiré à travers un tube rayé, et le chargement se fit par la culasse. Mais le tir restait lent – de l'ordre de 1 coup par minute – en raison du recul qui obligeait à repointer la pièce après chaque coup. La solution au tir rapide fut trouvée dans l'accouplement de la pièce à son affût par l'intermédiaire d'un frein absorbant progressivement ce recul. Le premier et longtemps le seul système donnant entière satisfaction fut celui du 75 mm modèle 97. Naturellement, il ne pouvait être question, pour des cadences dépassant 20 coups par minute, d'employer le système de la « gargousse » de poudre chargée après l'obus : le « coup complet » fut encartouché – douille de laiton semblable à un énorme étui de cartouche – pour calibres allant jusqu'au 105 mm. Depuis peu, et profitant d'une source d'énergie externe, le chargement de l'obus de plus gros calibre – 155 mm – et de sa gargousse rigide (douille) combustible sans résidus a pu être automatisé, faisant passer la cadence de 1,5 ou 2 à 6 coups par minute.

Mortier géant

Photographie : Mortier géant

Le mortier géant Dictateur, utilisé par l'armée nordiste, pendant la guerre de Sécession, en 1865. 

Crédits : David Knox/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

La bombe d'avion

La bombe d'avion a commencé par le jet, à la main, de petits obus munis d'un empennage de fortune. Puis des projectiles spéciaux furent produits, de masse croissante jusqu'à atteindre 10 t en 1939-1945. En l'absence du violent « choc » de départ de l'obus, il est possible de jouer sur la nature des bombes : parois minces et forte charge pour celles à souffle ; plus épaisses, éventuellement préstriées intérieurement, pour celles d'« usage général » et à « fragmentation » ; parois épaisses pour les « perforantes » (de béton armé, ponts blindés de navires, etc.).

Les grenades

Les grenades furent lancées exclusivement à la main pendant des siècles. Le type défensif est très efficace par fragmentation de la paroi de fonte épaisse en multiples éclats ; le type offensif, à paroi mince d'aluminium, a des [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Mortier géant

Mortier géant
Crédits : David Knox/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Première guerre mondiale

Première guerre mondiale
Crédits : Hulton-Deutsch Collection/ Corbis Historical/ Corbis/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : ingénieur à l'École polytechnique, à l'École supérieure de gestion et à l'Institut national des sciences et techniques nucléaires (I.N.S.T.N.), général en deuxième section

Classification

Autres références

«  ARMES  » est également traité dans :

ARMES - Armes anciennes et armures

  • Écrit par 
  • Jacques BOUDET
  •  • 3 489 mots
  •  • 4 médias

Le vocable armes recouvre une très grande variété d'engins, qui n'a cessé de s'accroître, et particulièrement dans les pays ou les époques qui favorisèrent l'intervention des populations civiles dans les combats : lutte contre les féodaux aussi bien en Chine qu'en Suisse, guerre de Cent Ans, etc.On distingue traditionnellement  […] Lire la suite

ARMES - Armes légères

  • Écrit par 
  • François AMBROSI, 
  • Alain BRU
  •  • 11 813 mots
  •  • 6 médias

Étant au service du combattant à pied, les armes légères doivent le gêner le moins possible dans ses évolutions : marche, course, saut, rampé, accès dans les véhicules ; elles répondent donc à des impératifs de poids et d'encombrement très sévères. Les limites les plus couramment admises, dans ce domaine, sont pour les armes d'appoint 1 kg et 30 cm, pour une arme individuelle de base 4 kg et 80 cm […] Lire la suite

AFFÛT

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 402 mots

Terme d'artillerie désignant l'une des deux parties d'un canon, la première étant la bouche à feu qui sert au lancement du projectile, l'affût, lui, permettant la mise en œuvre de la bouche à feu (pointage en hauteur et en direction) et son emploi dans les différentes circonstances de la guerre (mobilité stratégique et tactique). L'affût est d'abord un châssis de bois inerte ( xiv e  s.), puis les […] Lire la suite

AFRIQUE (Histoire) - De l'entrée dans l'histoire à la période contemporaine

  • Écrit par 
  • Hubert DESCHAMPS, 
  • Jean DEVISSE, 
  • Henri MÉDARD
  •  • 9 666 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Un continent remodelé par la conquête coloniale »  : […] L'Afrique contemporaine est diverse. Les logiques locales sont extrêmement variées. Néanmoins, on peut distinguer des tendances lourdes qui, aux xix e et xx e  siècles, se conjuguent sur l'ensemble du continent avec des logiques plus locales, des déclinaisons et des chronologies très variées. Les événements centraux à cette échelle continentale (mais pas nécessairement à une échelle plus fine) s […] Lire la suite

AGRICULTURE - Politiques agricoles et négociations internationales

  • Écrit par 
  • Laurence ROUDART
  •  • 10 543 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les effets des politiques des pays développés sur les pays en développement »  : […] Une question très débattue est de savoir dans quelle mesure les politiques agricoles conduites dans les pays développés ont des effets sur les agricultures et les économies des pays en développement. Avant les réformes entamées dans les années 1990, les politiques agricoles des pays développés étaient globalement dénoncées pour abaisser les prix sur les marchés agricoles internationaux par des pra […] Lire la suite

ARTILLERIE (HISTOIRE DE L')

  • Écrit par 
  • M. SCHMAUTZ
  •  • 6 769 mots
  •  • 6 médias

Le mot « artillerie » apparaît avec Joinville au xiii e  siècle pour désigner l'ensemble des engins de guerre. Il vient sans doute du vieux français artillier (garnir d'engins), par altération du mot art ou, peut-être, plus anciennement encore, du mot atilier , ou atillier , signifiant parer, ornementer. L'arme de l'artillerie est le projectile . En ce domaine, seuls comptent les effets obtenus s […] Lire la suite

APPARITION DE L'ARTILLERIE NÉVROBALISTIQUE

  • Écrit par 
  • Patrice BRET
  •  • 237 mots

Au siège de Motyé (— 397), en Sicile, la guerre devient œuvre technique et non plus seulement affaire de bravoure. Si les Assyriens et les Carthaginois ont déjà conçu des engins de siège (tours mobiles, béliers), les ingénieurs grecs les développent et introduisent l'artillerie à jet mécanique, dite névrobalistique (catapulte, baliste), pour lancer des projectiles (pierres et flèches). Décrite par […] Lire la suite

APPARITION DES ARMES À FEU

  • Écrit par 
  • Patrice BRET
  •  • 287 mots
  •  • 1 média

En Chine, la poudre noire sert à lancer des projectiles à partir de tiges de bambou vers 1200, mais le canon n'est attesté avec certitude qu'en 1313 à Gand. Son emploi se généralise durant les sièges et sur mer pendant la guerre de Cent Ans (1337-1453). De petit calibre et de faible portée, le canon de fer forgé ne peut d'abord rivaliser avec l'artillerie traditionnelle (artillerie à jet mécanique […] Lire la suite

ARMÉE - Typologie historique

  • Écrit par 
  • Paul DEVAUTOUR, 
  • Universalis
  •  • 12 929 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Facteurs économiques et techniques »  : […] On ne saurait séparer les ressources économiques des découvertes techniques, qu'il s'agisse de la domestication et de l'utilisation des animaux, ou du progrès des artisanats et des sciences, appliquées à l'art de la guerre. Le travail du bronze, puis du fer, donne des armes irrésistibles aux premiers utilisateurs. Les bandes doriennes, surgies des montagnes balkaniques, s'emparent de la Thessalie […] Lire la suite

ARMÉE - Pouvoir et société

  • Écrit par 
  • Pierre DABEZIES
  •  • 16 279 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La « civilianisation » de l'armée »  : […] La mutation générale qui s'est produite dans la société depuis les années soixante ne pouvait manquer d'atteindre l'armée, plus encore peut-être qu'aucune autre institution, aussi bien dans son cadre sociologique, si longtemps inchangé, que dans son objet même et dans ses moyens. Révolution technologique, pour commencer, qui intéresse aussi évidemment l'institution militaire dans ses recherches e […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-30 décembre 2021 Ukraine – Russie – États-Unis. Entretiens entre Washington et Moscou sur les tensions à la frontière ukrainienne.

Elle exige que les États qui étaient membres de l’OTAN en 1997 – soit avant son élargissement vers l’est – s’engagent à ne pas déployer d’armes sur d’autres territoires européens ; que l’OTAN n’intègre ni l’Ukraine ni la Géorgie, et qu’elle ne se livre à aucune activité militaire en Ukraine, ainsi qu’en Europe orientale, en Asie centrale et dans le Caucase du Sud. […] Lire la suite

11-29 mars 2020 Irak. Nouvelle attaque d'une base de la coalition internationale.

Une attaque similaire contre une base militaire de Kirkouk, en décembre 2019, qui avait tué un Américain, avait entraîné de lourdes représailles, aboutissant à l’assassinat par les États-Unis du général iranien Ghassem Soleimani à Bagdad, en janvier. Le 13, les États-Unis ripostent en bombardant cinq dépôts d’armes de la milice pro-iranienne des brigades du Hezbollah qu’ils accusent d’être l’auteur des tirs de roquettes. […] Lire la suite

9-16 avril 2015 Ukraine – Russie. Poursuite des affrontements et des tensions entre Kiev et Moscou.

Le 13, à Berlin, les ministres des Affaires étrangères des quatre États signataires des accords conclus à Minsk en février expriment leur « vive inquiétude » devant la recrudescence des violations du cessez-le-feu, l’inachèvement du retrait des armes lourdes et l’absence de discussions sur les dossiers politiques. Des combats sporadiques se poursuivent notamment autour du port de Marioupol, sur la mer Noire, qui est convoité par les séparatistes. […] Lire la suite

5-25 février 2015 Ukraine. Conclusion des accords de Minsk.

Très semblable au précédent accord de Minsk, le texte prévoit un cessez-le-feu qui doit entrer en vigueur le 15, le retrait des armes lourdes de part et d'autre de la ligne de démarcation, l'échange des prisonniers ainsi qu'une amnistie pour les combattants, la reprise du versement du salaire des fonctionnaires et des pensions de retraite dans les régions séparatistes, des élections locales dans le Donbass, l'adoption d'une réforme constitutionnelle prévoyant une décentralisation, et l'attribution aux autorités ukrainiennes du contrôle de la frontière. […] Lire la suite

7-21 janvier 2015 France. Attentats terroristes à Paris

Le 7, deux hommes armés pénètrent dans les locaux parisiens de l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo où ils tuent onze personnes avec des fusils d'assaut: les dessinateurs de presse Charb – directeur de la publication –, Cabu, Wolinski, Tignous et Honoré, le journaliste Bernard Maris, la psychanalyste et chroniqueuse Elsa Cayat, le correcteur Mustapha Ourrad, l'ancien directeur de cabinet du maire de Clermont-Ferrand Michel Renaud, invité de la rédaction, le policier chargé de la protection de Charb Franck Brinsolaro et l'agent d'entretien Frédéric Boisseau. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain BRU, « ARMES - Armes lourdes », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/armes-armes-lourdes/