ARMESArmes légères

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Histoire des armes à feu portatives

Elles apparurent au xive siècle, peu après la bombarde. Le bâton à feu, ou canon à main, est un tube de fer prolongé par une tige ou monté sur un fût pour son maintien. Il lance de courtes flèches fixées sur un « sabot », puis des balles. La mise à feu se fait en approchant du « bassinet », contenant de la poudre fine (pulvérin), une braise, puis une mèche lente imprégnée de salpêtre. L'inflammation se communique à la « chambre » par la « lumière », percée à travers la paroi du canon. Bien qu'inférieure, à ses débuts, la nouvelle arme élimine vite l'arbalète – mais non l'arc – pour une simple question de coût : avec son accessoire (treuil, « cranequin ») de mise sous tension, la puissante arbalète de l'époque revenait de vingt à trente fois plus cher.

Arme à feu du début du XVe siècle

Photographie : Arme à feu du début du XVe siècle

Photographie

Enluminure représentant un artilleur mettant à feu un canon léger à main. Konrad Kyester, Bellifortis, Atelier de Venceslas, Prague, 1405. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

De l'arquebuse au fusil à tir rapide

Se perfectionnant, le bâton à feu devint l'arquebuse (Hackenbüchse), dont le fût s'améliora en crosse ; les modèles puissants reçoivent un croc qui, fiché dans le rempart, absorbe le recul. Mais, surtout, au lieu d'être appliquée à la main, la mèche est tenue par une tige pivotante, le serpentin, qui l'appuie exactement sur le bassinet : toute l'attention peut être consacrée à la visée. Puis ce serpentin est poussé par un ressort libéré en pressant une détente. L'ensemble mécanique est une « platine ». Certaines armées l'emploieront jusqu'à la fin du xviie siècle, malgré ses inconvénients ; notamment la mèche qui se consume et doit être fréquemment avancée dans la pince du serpentin.

Vers 1525, la platine à rouet est inventée en Allemagne : la détente libère une molette (entraînée par ressort spiral) sur laquelle un chien applique une pyrite de fer, projetant des étincelles sur le pulvérin, qui a été d'abord démasqué, à la pression sur la détente, par écartement d'un « couvre-bassinet », dont le rôle est d'empêcher la chute de ce pulvérin quand l'arme est inclinée, de le protéger du vent et – dans une certaine mesure – de la pluie. La nouvelle platine est coûteuse, fragile, mais permet de réaliser une « mini-arquebuse » pouvant être tirée d'une seu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 18 pages

Médias de l’article

Arme à feu du début du XVe siècle

Arme à feu du début du XVe siècle
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Arme individuelle : évolution

Arme individuelle : évolution
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Cartouche 7,62 x 51

Cartouche 7,62 x 51
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Munitions à tir tendu

Munitions à tir tendu
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : ingénieur en chef de l'armement
  • : ingénieur à l'École polytechnique, à l'École supérieure de gestion et à l'Institut national des sciences et techniques nucléaires (I.N.S.T.N.), général en deuxième section

Classification

Autres références

«  ARMES  » est également traité dans :

ARMES - Armes anciennes et armures

  • Écrit par 
  • Jacques BOUDET
  •  • 3 487 mots
  •  • 4 médias

Le vocable armes recouvre une très grande variété d'engins, qui n'a cessé de s'accroître, et particulièrement dans les pays ou les époques qui favorisèrent l'intervention des populations civiles dans les combats : lutte contre les féodaux aussi bien en Chine qu'en Suisse, guerre de Cent Ans, etc.On distingue traditionnellement  […] Lire la suite

ARMES - Armes lourdes

  • Écrit par 
  • Alain BRU
  •  • 3 926 mots
  •  • 2 médias

Les équipements et matériels militaires lourds se présentent sous divers aspects, que les experts classifient par fonctions. C'est ainsi que l'on parle des fonctions de mobilité, de protection, de liaisons-transmissions, de détection, de soutien et, enfin, de la fonction d'agression, plus spécifiquement « guerrière ». Le terme ne fait pas nécessairement appel à une idée d'attaq […] Lire la suite

AFFÛT

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 402 mots

Terme d'artillerie désignant l'une des deux parties d'un canon, la première étant la bouche à feu qui sert au lancement du projectile, l'affût, lui, permettant la mise en œuvre de la bouche à feu (pointage en hauteur et en direction) et son emploi dans les différentes circonstances de la guerre (mobilité stratégique et tactique). L'affût est d'abord un châssis de bois inerte ( xiv e  s.), puis les […] Lire la suite

AFRIQUE (Histoire) - De l'entrée dans l'histoire à la période contemporaine

  • Écrit par 
  • Hubert DESCHAMPS, 
  • Jean DEVISSE, 
  • Henri MÉDARD
  •  • 9 664 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Un continent remodelé par la conquête coloniale »  : […] L'Afrique contemporaine est diverse. Les logiques locales sont extrêmement variées. Néanmoins, on peut distinguer des tendances lourdes qui, aux xix e et xx e  siècles, se conjuguent sur l'ensemble du continent avec des logiques plus locales, des déclinaisons et des chronologies très variées. Les événements centraux à cette échelle continentale (mais pas nécessairement à une échelle plus fine) s […] Lire la suite

AGRICULTURE - Politiques agricoles et négociations internationales

  • Écrit par 
  • Laurence ROUDART
  •  • 10 540 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les effets des politiques des pays développés sur les pays en développement »  : […] Une question très débattue est de savoir dans quelle mesure les politiques agricoles conduites dans les pays développés ont des effets sur les agricultures et les économies des pays en développement. Avant les réformes entamées dans les années 1990, les politiques agricoles des pays développés étaient globalement dénoncées pour abaisser les prix sur les marchés agricoles internationaux par des pra […] Lire la suite

ARTILLERIE (HISTOIRE DE L')

  • Écrit par 
  • M. SCHMAUTZ
  •  • 6 767 mots
  •  • 6 médias

Le mot « artillerie » apparaît avec Joinville au xiii e  siècle pour désigner l'ensemble des engins de guerre. Il vient sans doute du vieux français artillier (garnir d'engins), par altération du mot art ou, peut-être, plus anciennement encore, du mot atilier , ou atillier , signifiant parer, ornementer. L'arme de l'artillerie est le projectile . En ce domaine, seuls comptent les effets obtenus s […] Lire la suite

APPARITION DE L'ARTILLERIE NÉVROBALISTIQUE

  • Écrit par 
  • Patrice BRET
  •  • 237 mots

Au siège de Motyé (— 397), en Sicile, la guerre devient œuvre technique et non plus seulement affaire de bravoure. Si les Assyriens et les Carthaginois ont déjà conçu des engins de siège (tours mobiles, béliers), les ingénieurs grecs les développent et introduisent l'artillerie à jet mécanique, dite névrobalistique (catapulte, baliste), pour lancer des projectiles (pierres et flèches). Décrite par […] Lire la suite

APPARITION DES ARMES À FEU

  • Écrit par 
  • Patrice BRET
  •  • 286 mots
  •  • 1 média

En Chine, la poudre noire sert à lancer des projectiles à partir de tiges de bambou vers 1200, mais le canon n'est attesté avec certitude qu'en 1313 à Gand. Son emploi se généralise durant les sièges et sur mer pendant la guerre de Cent Ans (1337-1453). De petit calibre et de faible portée, le canon de fer forgé ne peut d'abord rivaliser avec l'artillerie traditionnelle (artillerie à jet mécanique […] Lire la suite

ARMÉE - Typologie historique

  • Écrit par 
  • Paul DEVAUTOUR, 
  • Universalis
  •  • 12 920 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Facteurs économiques et techniques »  : […] On ne saurait séparer les ressources économiques des découvertes techniques, qu'il s'agisse de la domestication et de l'utilisation des animaux, ou du progrès des artisanats et des sciences, appliquées à l'art de la guerre. Le travail du bronze, puis du fer, donne des armes irrésistibles aux premiers utilisateurs. Les bandes doriennes, surgies des montagnes balkaniques, s'emparent de la Thessalie […] Lire la suite

ARMÉE - Pouvoir et société

  • Écrit par 
  • Pierre DABEZIES
  •  • 16 276 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La « civilianisation » de l'armée »  : […] La mutation générale qui s'est produite dans la société depuis les années soixante ne pouvait manquer d'atteindre l'armée, plus encore peut-être qu'aucune autre institution, aussi bien dans son cadre sociologique, si longtemps inchangé, que dans son objet même et dans ses moyens. Révolution technologique, pour commencer, qui intéresse aussi évidemment l'institution militaire dans ses recherches e […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Libye. Nouvelle escalade des opérations militaires occidentales. 1er-30 juin 2011

-Senoussi, beau-frère du Guide et chef des renseignements militaires. Le 29, la France reconnaît avoir parachuté des armes légères et des munitions aux rebelles, au cours du mois, en dépit de l'embargo imposé à la Libye en février par le Conseil de sécurité des Nations unies. Paris affirme avoir agi […] Lire la suite

Israël – Liban. Évacuation de Beyrouth-Ouest par les Palestiniens. 1er août - 1er septembre 1982

de la Force arabe de dissuasion (F.A.D.) et 2 630 soldats palestiniens de l'armée de libération de la Palestine (A.L.P.) relevant du commandement syrien. Les premiers, qui ne sont autorités à emporter que leurs armes légères, sont reçus par plusieurs pays arabes : l'Algérie, l'Égypte, l'Irak, la Jordanie […] Lire la suite

Pour citer l’article

François AMBROSI, Alain BRU, « ARMES - Armes légères », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/armes-armes-legeres/