ARMÉE ROUGE, U.R.S.S.

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après la révolution d'Octobre, le Conseil des commissaires du peuple adopte un décret concernant l'armée : tout le pouvoir est confié aux soviets et aux comités militaires, le commandement devient éligible et une armée permanente de volontaires est instaurée. Entre le 15 et le 28 janvier 1918 est signé le décret portant création de l'Armée rouge ouvrière et paysanne (R.K.K.A. : Raboče-Krest'janskaja Krasnaja Armija), incorporant les unités déjà existantes de la Garde rouge. Le 21 février, devant la poursuite de l'avance allemande, la patrie socialiste est déclarée en danger ; deux jours plus tard commence l'inscription en masse des volontaires. Le Conseil militaire supérieur de l'Armée rouge est créé le 4 mars. C'est à Trotski, nommé commissaire du peuple à la guerre à la mi-mars 1918, que revient la tâche d'organiser et de structurer la nouvelle armée. En avril, les commissariats militaires locaux sont créés, et un décret rend l'instruction militaire obligatoire ; en mai est institué un état-major panrusse. Le recrutement se tarissant à partir d'avril, un nouveau train de mesures est adopté : on supprime l'égilibilité du commandement, on introduit des « spécialistes », surtout des officiers d'état-major, de l'armée tsariste et, pour les contrôler, on les double de commissaires politiques. Avec le début de la guerre civile, le gouvernement bolchevique se voit confronté à la nécessité d'accélérer la formation de l'armée régulière. En juillet 1918, on décrète la mobilisation générale des hommes de dix-huit à quarante ans. La guerre civile impose la mise en place d'institutions temporaires telles que le Conseil militaire révolutionnaire de la République, un état-major de campagne, qui fusionne en 1921 avec l'état-major panrusse pour former l'état-major de l'Armée rouge ouvrière et paysanne, le Conseil de défense ouvrière et paysanne. Après la guerre civile commence le processus de restructuration parallèlement à la démobilisation qui s'achève en janvier 1924. Trotski est remplacé à la direction du Commissariat aux affaires milit [...]

Trotski et l'Armée rouge

Photographie : Trotski et l'Armée rouge

Photographie

Trotski (1879-1940) en compagnie de soldats de l'Armée rouge, en 1921. 

Crédits : Topical Press Agency/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : sous-directeur d'études à l'École pratique des hautes études

Classification

Autres références

«  ARMÉE ROUGE, U.R.S.S.  » est également traité dans :

ANTONOV-OVSEÏENKO VLADIMIR ALEXANDROVITCH (1884-1938)

  • Écrit par 
  • Claudie WEILL
  •  • 418 mots

Fils d'officier, Antonov-Ovseïenko entre à l'école des cadets de Voroneje. Il quitte l'armée, adhère dès 1901 au mouvement révolutionnaire et se rapproche des mencheviks en 1903. Lors de la révolution de 1905, il est l'un des experts militaires de la social-démocratie russe. Il essaye de soulever deux régiments d'infanterie en Pologne, mais échoue. Il acquiert ainsi une expérience certaine de l'ag […] Lire la suite

ARMÉE BLANCHE

  • Écrit par 
  • Pierre KOVALEWSKY
  •  • 453 mots
  •  • 4 médias

Cette expression désigne ordinairement les diverses formations militaires qui ont combattu le pouvoir bolchevique en Russie de 1918 à 1922. Si leur but premier était le renversement du nouveau régime, certains de leurs chefs continuaient à se référer au pouvoir issu de la révolution de Février, tandis que la majorité d'entre eux aspiraient au retour à l'autocratie. Dès août 1917, un premier regrou […] Lire la suite

BOUDIENNY SEMEN MIKHAÏLOVITCH (1883-1973) maréchal soviétique

  • Écrit par 
  • Georges HAUPT
  •  • 186 mots

Maréchal de l'U.R.S.S., Boudienny est l'un des héros légendaires de la guerre civile. Né dans une famille paysanne, Boudienny participe à la guerre russo-japonaise de 1904 et à celle de 1914 dans un régiment de cavalerie avec le grade d'adjudant. Lors de la révolution de février 1917, il devient membre du soviet de son régiment, puis adhère en 1919 au Parti communiste où il est élu au comité centr […] Lire la suite

CAVALERIE

  • Écrit par 
  • Paul DEVAUTOUR
  •  • 3 638 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La cavalerie au XXe siècle »  : […] Le premier conflit mondial ne donnera pas le coup de grâce à la cavalerie, qui dispose maintenant de mitrailleuses attelées, de batteries à cheval, de chasseurs cyclistes, d'autos-blindées. Les occasions ont toutefois manqué de succès stratégiques spectaculaires, même sur les fronts orientaux, où évoluent de grandes unités montées, russes, allemandes et autrichiennes. Sur le front occidental, la c […] Lire la suite

FROUNZE MIKHAÏL VASSILIEVITCH (1885-1925)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 483 mots

Né au Turkestan d'un père officier de santé, Frounze poursuit ses études à l'Institut polytechnique de Saint-Pétersbourg ; il s'affilie aux cercles révolutionnaires d'étudiants et d'ouvriers, puis adhère au Parti social-démocrate, y adoptant les positions de la tendance bolchevique (1903). Expulsé de Saint-Pétersbourg en 1904 à la suite d'une manifestation, il travaille à Moscou puis à Ivanovo-Voz […] Lire la suite

GRETCHKO ANDREÏ ANTONOVITCH (1903-1976)

  • Écrit par 
  • Bernard FÉRON
  •  • 409 mots

Né dans la région de Rostov-sur-le-Don, Gretchko s'engage dans l'Armée rouge à l'âge de seize ans. Il y reste après la guerre civile. Il entre alors à l'Académie militaire Frounze, dont il est diplômé en 1936, puis à l'Académie de l'état-major. Nommé général au début de la guerre de 1941, il se bat à Kharkov, dans le Caucase et en Ukraine. Il conduit ses troupes jusqu'en Tchécoslovaquie. Après les […] Lire la suite

KONIEV IVAN STEPANOVITCH (1897-1973) maréchal soviétique

  • Écrit par 
  • Claudie WEILL
  •  • 379 mots
  •  • 1 média

Maréchal de l'U.R.S.S., Koniev fut l'un des grands chefs militaires de la Seconde Guerre mondiale. Né près d'Arkhangelsk, où il va travailler, il sert dans l'armée tsariste pendant la Première Guerre mondiale. En 1918, il adhère au Parti communiste et rejoint l'Armée rouge. Pendant la guerre civile, il combat les légions tchécoslovaques en Sibérie et les forces japonaises en Extrême-Orient. En 19 […] Lire la suite

ORDJONIKIDZE GRIGORI KONSTANTINOVITCH (1886-1937)

  • Écrit par 
  • Claudie WEILL
  •  • 284 mots

Né en Géorgie, originaire de la petite noblesse, Grigori Ordjonikidze adhère au P.O.S.D.R. en 1903, et devient d'emblée bolchevik. Il milite surtout à Bakou, où il fait la connaissance de Staline. En octobre-novembre 1910, il participe à la révolution iranienne, part pour Paris, où il fréquente l'école du parti de Longjumeau, animée par Lénine. Lors de la conférence de Prague en 1912, il est élu a […] Lire la suite

REISNER LARISSA MIKHAÏLOVNA (1895-1926)

  • Écrit par 
  • Claudie WEILL
  •  • 277 mots

« Pallas de la révolution », selon Trotski, née dans une famille d'intellectuels, à Lublin, Larissa Reisner passa son enfance en Allemagne et à Paris. Pendant la Première Guerre mondiale, son père publia une revue antimilitariste, Roudine , à laquelle elle collabora étroitement. Les contacts qu'elle établit avec les marins de Cronstadt en 1917 allaient déterminer son activité ultérieure : elle adh […] Lire la suite

ROKOSSOVSKI KONSTANTIN KONSTANTINOVITCH (1896-1968)

  • Écrit par 
  • Charles URJEWICZ
  •  • 804 mots
  •  • 2 médias

Né à Varsovie, Rokossovski est enrôlé en 1914 dans l'armée russe ; il y sert comme sous-officier. Sensible à la propagande bolchevique, il s'engage, en octobre 1917, dans la Garde rouge, puis, en février 1918, dans l'Armée rouge. Ses connaissances théoriques et pratiques lui permettent d'occuper des postes de responsabilité au cours de la guerre civile, en particulier sur le front occidental. Au c […] Lire la suite

Les derniers événements

Kenya – Tanzanie – États-Unis. Attentats anti-américains. 7-24 août 1998

organisation inconnue, l'Armée islamique pour la libération des lieux saints musulmans, revendique les deux attentats. En juin 1996, un attentat similaire avait causé la mort de dix-neuf Américains dans la base militaire américaine de Khobar, près de Dhahran, en Arabie Saoudite. Le 9, l'Armée […] Lire la suite

Russie – Japon. Visite du président Boris Eltsine à Tōkyō. 11-21 octobre 1993

» conclus par l'U.R.S.S., y compris la déclaration commune de 1956 qui engageait Moscou à restituer, après la signature d'un traité de paix, deux des îles japonaises occupées par l'Armée rouge en 1945. Il promet de retirer la plupart des troupes stationnées dans les Kouriles du Sud. Par ailleurs, Boris […] Lire la suite

Lituanie. Retrait des troupes russes. 20-31 août 1993

quittent le territoire lituanien. Le règlement des compensations doit avoir lieu ultérieurement. La Lituanie est le premier des trois pays Baltes à obtenir l'évacuation des troupes de l'ex-Armée rouge. C'est le pays où la population russe est proportionnellement la moins importante – 10 p. 100 des habitants – et la mieux intégrée. […] Lire la suite

Russie. Dissensions entre Boris Eltsine et l'opposition. 2-29 octobre 1992

, le président russe rend publiques les archives concernant le massacre d'officiers polonais par l'Armée rouge à Katyn en 1940, ainsi que celles qui sont relatives à l'affaire du Boeing sud-coréen abattu par la chasse soviétique en 1983. Le 21, le Soviet suprême, dominé par les conservateurs, refuse, à […] Lire la suite

U.R.S.S. Disparition de l'U.R.S.S. et démission de Mikhaïl Gorbatchev après la création de la C.E.I. 3-30 décembre 1991

 ». À l'exception de Pékin, toutes les capitales rendent hommage au premier et dernier président soviétique, tandis qu'à Moscou le drapeau rouge est aussitôt remplacé sur les tours du Kremlin par le drapeau russe tricolore et que Boris Eltsine devient dépositaire du code nucléaire. Le 30, à Minsk […] Lire la suite

Pour citer l’article

Georges HAUPT, « ARMÉE ROUGE, U.R.S.S. », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/armee-rouge-u-r-s-s/