ARITHMOMÈTRE DE THOMAS DE COLMAR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Principe et fonctionnement de l'arithmomètre

L’arithmomètre utilise le principe du cylindre cannelé inventé par Gottfried Wilhelm Leibniz en 1672. Chaque cylindre possède sur sa circonférence neuf dents de longueur croissante (pour les chiffres de 1 à 9 ; absence de dent pour le chiffre 0). Lorsque l’opérateur inscrit un nombre à l’aide de curseurs disposés sur la platine inférieure, des pignons vont venir se positionner de manière précise le long des cylindres. À chaque tour de manivelle, ceux-ci se mettent en rotation, et entraînent avec eux les pignons qui sont connectés au totalisateur. Selon la position du curseur, le pignon engrène sur un nombre variable de dents. Si, par exemple, l’opérateur introduit le chiffre 4, le pignon tourne de quatre crans et affiche 4 au résultat. Pour la multiplication, il suffit de tourner autant de fois que nécessaire la manivelle. En effet, sur l’arithmomètre, comme sur la grande majorité des machines à calculer mécaniques, la multiplication s’opère par somme d’additions et la division par somme de soustractions. Si le multiplicateur est à plusieurs chiffres, l’astuce consiste à déplacer d’un cran la platine supérieure du totalisateur, qui est mobile. Les produits partiels sont ainsi intégrés par phases et des compteurs de tours aident à contrôler l’état de l’opération. Un commutateur permet d’inverser le sens de rotation du totalisateur, indispensable pour la soustraction et la division. Les cylindres, eux, tournent toujours dans le même sens, tout comme l’amorce du mécanisme de retenue. La machine est plus simple à fabriquer que celle de Leibniz et, en comparaison, plus simple d’utilisation. Pour la réinitialisation, un astucieux système de crémaillères, logé sous la platine supérieure, replace l’ensemble des cadrans à zéro. La machine est alors prête pour une nouvelle opération.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : assistant qualifié de conservation du patrimoine et des bibliothèques

Classification


Autres références

«  ARITHMOMÈTRE DE THOMAS DE COLMAR  » est également traité dans :

CALCUL ET RATIONALISATION - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pierre MOUNIER-KUHN
  •  • 732 mots

1623 L'astronome allemand Wilhelm Schickard invente une « horloge à calcul ». Mais celle-ci disparaît dans un incendie et Schickard ne poursuit pas ce projet qui n'aura donc aucune influence historique. 1637 René Descartes, dans le Discours de la méthode , définit la méthode rationnelle de résolution des problèmes : diviser chaque difficulté en opérations ou en éléments aussi simples que possibl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calcul-et-rationalisation-reperes-chronologiques/#i_57443

Voir aussi

Pour citer l’article

Valéry MONNIER, « ARITHMOMÈTRE DE THOMAS DE COLMAR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/arithmometre-de-thomas-de-colmar/