ARGUMENTATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Théorie de l'argumentation

L'étude détaillée des arguments nécessite tout un traité. Mentionnons, parmi les plus habituels, les arguments par l'exemple, par analogie, par les conséquences, par le modèle, a pari, a fortiori, e contrario, ainsi que l'argument d'autorité. Les figures de la rhétorique classique, loin de se réduire à de simples ornements, ne sont, bien souvent, que des arguments en raccourci : on ne comprend le rôle des métaphores qu'en les rapprochant des arguments par analogie.

Une argumentation, pour être efficace, doit être organisée. Il ne suffit pas d'aligner les arguments les uns derrière les autres, et cela indéfiniment. Il faut savoir se limiter. Chaque discours aura une ampleur déterminée, variable selon les circonstances. Les arguments seront présentés dans un ordre qui leur donnera le plus d'efficacité, car, au fur et à mesure que le discours se déroule, l'auditoire se transforme sous son influence, et un argument peut être sans effet sur un auditoire qui n'aurait pas subi cette transformation.

On connaît toutes les techniques de conditionnement de l'auditoire, qui utilisent les procédés les plus variés pour influer sur le comportement. Une théorie de l'argumentation qui met l'accent sur l'argumentation rationnelle, visant à convaincre l'auditoire universel, s'attachera surtout à l'examen des techniques du conditionnement par le discours, dont résulteront des conséquences pour l'ordre des arguments et l'ampleur de l'argumentation.

Malgré l'importance de l'argumentation pour la discussion, la délibération et la décision raisonnable, ou du moins éclairée, la théorie de l'argumentation a été, depuis la fin de la Renaissance, de plus en plus négligée, sous l'influence de tendances rationalistes, empiristes et positivistes. Mais, sans une telle théorie, l'élaboration d'une méthodologie des sciences humaines, du droit et de la philosophie se révèle impossible.

Selon une tendance, insp [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : professeur honoraire de l'Université libre de Bruxelles, membre de l'Académie royale de Belgique, membre correspondant de l'Institut de France

Classification

Autres références

«  ARGUMENTATION  » est également traité dans :

RHÉTORIQUE, notion de

  • Écrit par 
  • Alain BRUNN
  •  • 1 669 mots

La rhétorique désigne l'art du rhéteur, de l'orateur grec : en ce sens, elle engage une définition du langage et de ses pouvoirs. Elle est l'art de bien parler, c'est-à-dire d'agir par la parole sur un auditoire, de le convaincre par l'argumentation, mais aussi par l'émotion. Elle est donc en même temps une pratique (l'éloquence) et sa théorie. Elle tend par là à se présenter comme modèle de la r […] Lire la suite

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 834 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La rhétorique »  : […] Très remarquable à cet égard est la Rhétorique d'Aristote, que la tradition n'a pas rangée dans l' Organon , mais qui n'en est pas moins une partie importante de la théorie du logos. À la différence du discours dialectique, qui s'adresse à l'homme en tant seulement qu'il peut répondre à ce qu'on lui dit, c'est-à-dire à l'homme en tant que parlant, le discours rhétorique s'adresse à l'homme total, […] Lire la suite

CONTROVERSE

  • Écrit par 
  • Fernando GIL
  •  • 1 066 mots

À l'opposé de ce qui s'est passé en théologie, où l'on cultivait l'art de la controverse (le cardinal Bellarmin occupa, pour l'enseigner, une chaire à Louvain, puis, à partir de 1576, au Collège romain, et il écrivit un traité des Controverses ), l'existence de controverses a pu apparaître comme une sorte de péché originel et une honte secrète pour la philosophie et pour les sciences. Chez les Gre […] Lire la suite

DESCARTES ET L'ARGUMENTATION PHILOSOPHIQUE (dir. F. Cossutta)

  • Écrit par 
  • Jean LEFRANC
  •  • 1 442 mots

L'œuvre de Descartes, qui fonde le rationalisme des temps modernes, peut-elle résister aux analyses réductrices des sociologues, des linguistes, des théoriciens de l'argumentation ? La philosophie doit-elle se résigner à n'être qu'un phénomène social, un « reflet » selon les marxistes, un « écho » selon les durkheimiens, un effet de langage selon les théoriciens du langage ? De son côté, le philo […] Lire la suite

DIALLÈLE

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 462 mots

Raisonnement erroné qui a été repéré et thématisé par les philosophes grecs, notamment les sceptiques. Diallèle est la transcription de diallèlos , nom grec de ce qu'on appelle aussi « cercle vicieux » ou « inférence réciproque », et qui consiste à définir un terme ou à démontrer une proposition au moyen d'un autre terme ou d'une autre proposition, qui ne peuvent eux-mêmes être définis ou démontré […] Lire la suite

DIALOGUE, notion de

  • Écrit par 
  • Christophe TRIAU
  •  • 1 271 mots

Occasionnel dans les genres narratifs (genres mixtes en ce qu'ils peuvent insérer, en des effets de réel, la transcription de discours de personnages au sein d'un récit), principiel dans le genre dramatique (qui est supposé n'être qu'imitation, le poète ne manifestant pas sa voix propre), le dialogue est par nature principe de contradiction et de conflit ( agôn ) : il est supposé construire, sur l […] Lire la suite

DILEMME

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 180 mots

Originellement, le dilemme désigne un argument à deux prémisses. Sa signification s'est restreinte, chez les rhéteurs hellénistiques du ii e siècle, aux arguments dont les stances du Cid représentent pour nous le meilleur exemple : – Si je tue don Gormas [le père de Chimène], je perds Chimène. – Si je ne tue pas don Gormas [et ainsi me déshonore], je perds Chimène. – Ou bien je tue don Gormas, o […] Lire la suite

DIALECTIQUE, notion de

  • Écrit par 
  • Marie GAUTIER
  •  • 1 605 mots

La dialectique se conçoit, à l'origine, comme art du dialogue, c'est-à-dire comme mise en œuvre d'un dialogue effectif devant aboutir à un accord entre les interlocuteurs. Le but de cette entreprise est de parvenir au vrai, grâce à une mise à l'épreuve des arguments en présence. Comme l'exprime son étymologie grecque, qui associe les notions de discernement et d'échange à travers la discussion, l […] Lire la suite

EXEMPLUM

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BORDIER
  •  • 818 mots

Outre le sens habituel d'« exemple », le mot latin exemplum désigne une ressource de la rhétorique utile à qui veut susciter la persuasion. Aristote rapproche l'exemple, qui repose sur une inférence implicite, (raisonnement inductif) du syllogisme incomplet (déductif) ; après lui, la rhétorique latine (Cicéron, Quintilien, Valère Maxime) distingue le signe (preuve matérielle), l'argument (raisonn […] Lire la suite

HEURISTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHRÉTIEN-GONI
  •  • 8 416 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La technique ou l'art d'inventer »  : […] C'est en se reportant aux sources mêmes de la réflexion méthodologique sur la connaissance que l'on peut discerner l'apparition des premières considérations heuristiques. Le premier grand monument spéculatif sur les conditions de la connaissance que constitue l' Organon aristotélicien ne manque pas de faire une place aux techniques qui permettent de découvrir les choses que l'on ignore. On peut […] Lire la suite

Les derniers événements

8-21 juin 1983 France. Polémiques à propos des fraudes électorales aux élections municipales

l'argumentation du ministre de l'Intérieur, se mobilise contre la fraude électorale et engage une vive polémique avec la gauche. Le P.C.F., principalement visé par les décisions des juridictions administratives et accusé par l'opposition de manipulations électorales dans les municipalités gérées par lui, dénonce le caractère politique de ces jugements […] Lire la suite

Pour citer l’article

Chaïm PERELMAN, « ARGUMENTATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/argumentation/