ORGANIQUE ARCHITECTURE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Phénomènes adjacents

Divers autres phénomènes viennent s'intégrer aux cinq composantes de l'architecture organique : le « brutalisme » et la poétique « informelle » de Le Corbusier, avec ses dérivés britanniques et japonais ; les réalisations de Hans Scharoun et de ses partisans en Allemagne, revivifiant l'expérience expressionniste dans l'école de Löbau, dans les appartements « Roméo et Juliette » à Stuttgart, dans le théâtre Philharmonique de Berlin ; l'emploi du ciment armé en tenant compte des qualités propres à un matériau coulant, trop souvent contraint à prendre forme dans des caissons prismatiques, et dont l'illustration est offerte par le terminal de la Trans World Airlines à l'aéroport d'Idlewild à New York, dessiné par Eero Saarinen ; les voûtes minces, en coquille, et les matières plastiques qui, en raison des procédés d'impression, répugnent aux formes rectangulaires et cubiques ; les théories scientifiques les plus avancées, qui rétablissent l'indétermination et le hasard comme moments essentiels de la création ; les idéologies préconisant une architecture « sans projet », non plus imposée aux usagers, mais que ces derniers eux-mêmes constitueraient, c'est-à-dire, selon l'heureuse formule de Bernard Rudofsky, « une architecture sans architectes ». Le nivellement et la standardisation de la construction actuelle provoquent toutes sortes de réactions, toutes dirigées contre les effets répressifs du classicisme, quels que soient les habillages pseudo-modernes sous lesquels il se propose ou se camoufle. Certes, le ton messianique, l'individualisme exacerbé, l'esprit pionnier d'un Wright sont, dans une large mesure, dépassés ; mais l'idée d'une forme organique ou innée qui, pour parler comme Coleridge, « dans son développement, se façonne elle-même, du dedans – et la plénitude de ce développement s'identifie avec la perfection de sa forme externe », conquiert des légions d'adeptes. On a pu craindre que l'architecture organique ne fût qu'un instrument de défense pour l'homme du xixe siècle confronté à la machine et au monde industriel ; aujourd'hui, la science et la technique, et les théories anthropologiques, sociologiques et psychologiques s'accordent à indiquer cette voie-là ; plus encore : l'exigence de qualité et de personnalisation devient une force révolutionnaire, qui peut rallier les masses contre l'ordre invivable de l'urbanisme contemporain, contre la destruction écologique qui menace, après la faune et la flore, l'existence même de l'homme.

On voit s'opérer d'étranges combinaisons et de surprenants assemblages : les dernières œuvres de Wright reprennent des motifs explorés par Mendelsohn à ses débuts, dans ses croquis des années 1914-1921. Pareillement, la « géométrie indisciplinée », l'« enroulement continu » et l'« étagement hélicoïdal » de Bloc connaissent un précédent dans les visions de Finsterlin, qui les formule en ces termes : « Je souffrais d'une étrange et inexplicable aversion pour la vie dans des cubes, pour les surfaces planes et les angles droits, pour les caisses à objets domestiques appelés meubles. Dans ma vie éveillée comme dans mes rêves, mon regard supportait mal de poser sur des parois horizontales et verticales, il voulait se sentir caressé par des formes complexes, semblables à celles des cavernes ou aux organes gigantesques surgis dans mes rêves par les formes d'un monde riche, plein de vie, excitant... » Ainsi, les apports les plus divers s'unissent dans la tentative de créer une architecture organique, humaine avant d'être humaniste, et dont la règle pourrait être donnée par cette formule d'Emerson : « La forme, demandez-la aux faits. »

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Erich Mendelsohn, Tour Einstein, Potsdam

Erich Mendelsohn, Tour Einstein, Potsdam
Crédits : Erik Bohr/ AKG

photographie

Walter Gropius et Le Corbusier

Walter Gropius et Le Corbusier
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

École du Bauhaus, Dessau

École du Bauhaus, Dessau
Crédits : Alan John Ainsworth/ Heritage Images/ Getty Images

photographie

Église de Riola di Vergato, Italie

Église de Riola di Vergato, Italie
Crédits : De Agostini/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'architecture, auteur, président du Comité international des critiques d'architecture

Classification

Autres références

«  ORGANIQUE ARCHITECTURE  » est également traité dans :

AALTO ALVAR (1898-1976)

  • Écrit par 
  • Gilles RAGOT
  •  • 2 580 mots
  •  • 2 médias

Le Finlandais Alvar Aalto, comme le Suédois Gunnar Asplund, figure parmi les rares architectes scandinaves qui ont acquis une notoriété internationale avant la Seconde Guerre mondiale. Il est admis, généralement, de classer son œuvre dans la mouvance du style international né dans le courant des années vingt. Mais la critique architecturale se plaît par ailleurs à magnifier en Aalto le talent d'u […] Lire la suite

ARCHITECTURE CONTEMPORAINE - Une architecture plurielle

  • Écrit par 
  • Joseph ABRAM, 
  • Kenneth FRAMPTON, 
  • Jacques SAUTEREAU
  •  • 11 648 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le structuralisme »  : […] L'insistance du mouvement Tendenza sur la valeur critique du bloc urbain et de la rue, en particulier telle que l'expriment les écrits théoriques et les projets de Rossi, de Grassi et des frères Krier, trouve une sorte de parallèle dans l'œuvre et la pensée du mouvement structuraliste hollandais ; il groupe un petit nombre d'architectes autour de la figure charismatique d'Aldo Van Eyck, qui entre […] Lire la suite

ASPLUND ERIK GUNNAR (1885-1940)

  • Écrit par 
  • Christian BONNEFOI
  •  • 646 mots

L'œuvre d'Asplund, dans la première moitié du xx e siècle, est exemplaire d'une architecture qui défend sans préjugés les nouveaux modes de communication propres à la civilisation technologique naissante. Son œuvre s'articule en plusieurs phases : il commence sa carrière dans le style « historique » qui brisait avec le modern style ; après la Première Guerre mondiale, commence une courte période […] Lire la suite

BERLAGE HENDRIK PETRUS (1856-1934)

  • Écrit par 
  • Robert L. DELEVOY
  •  • 726 mots
  •  • 1 média

L'architecture dense, opaque, sentimentale, structurellement ornée du Néerlandais Berlage indique l'une des voies de recherche que l'architecture occidentale expérimente à la charnière de deux siècles pour tenter de répondre aux requêtes de l'évolution sociale, aux appels de la technologie. Berlage fait, en quelque sorte, le pont entre Richardson et Wright, aux États-Unis, et Pompe et Bodson en Be […] Lire la suite

CALATRAVA VALLS SANTIAGO (1951- )

  • Écrit par 
  • François CHASLIN
  •  • 868 mots

Établi à Zurich depuis 1981 et à Paris depuis 1989, l'architecte et ingénieur d'origine espagnole Santiago Calatrava Valls s'est imposé sur la scène architecturale des années 1980 par son approche organique et même zoomorphique des structures constructives. Les siennes sont souvent inspirées par des modèles anatomiques (et particulièrement par les squelettes osseux). Elles se distinguent par une s […] Lire la suite

DALY CÉSAR DENIS (1811-1894)

  • Écrit par 
  • Marc SABOYA
  •  • 1 085 mots

Associé à maintes sociétés savantes, honoré par de nombreux gouvernements et Académies, l'architecte César Daly, promis après sa mort à une gloire éternelle par les historiographes, devait être, en fait, rapidement oublié. Ses nombreux ouvrages, ses centaines d'articles, le rôle qu'il joua dans la fondation des sociétés départementales d'architectes, la théorie de l'architecture novatrice qu'il te […] Lire la suite

EGGERICX JEAN (1884-1963)

  • Écrit par 
  • Robert L. DELEVOY
  •  • 244 mots

La démarche de l'architecte urbaniste belge Jean Eggericx s'inscrit dans la tradition dite organique indiquée par F. L. Wright. Elle est parallèle à celle du Hollandais Michael de Klerk et apparentée à celle d'Antoine Pompe, de Lucien François, de Fernand Bodson, dans la mesure où elle tente d'incorporer le sentiment au matériau, à l'espace, au tracé urbanistique, à la cité. Elle repose, aussi, su […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - L'architecture

  • Écrit par 
  • Claude MASSU
  •  • 12 012 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Frank Lloyd Wright »  : […] La même revendication d'indépendance artistique par rapport à l'Europe sous-tend l'œuvre du plus grand des disciples de Sullivan : Frank Lloyd Wright (1867-1959). Dans ses « maisons de la Prairie » construites entre 1895 et 1910, il cherche à définir un habitat unifamilial. Il entreprend ce qu'il appelle une « destruction de la boîte » avec un jeu de terrasses, de débords des toits qui prolongent […] Lire la suite

NEUTRA RICHARD (1892-1970)

  • Écrit par 
  • Philippe BOUDON
  •  • 1 978 mots

Dans le chapitre « Les sources »  : […] Richard Neutra, qui était né à Vienne, fut très impressionné durant ses études à la Technische Hochschule par l'architecture d'Otto Wagner qui tendait alors à épurer cet art de toute surcharge ornementale et à rechercher la beauté dans les simples proportions. Adolf Loos, l'auteur du fameux article Crime et ornement , eut sur lui une grande influence par la suite et l'engagea sur la voie d'une arc […] Lire la suite

SAARINEN EERO (1910-1961)

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS
  •  • 726 mots
  •  • 1 média

Fils de l'architecte finlandais Eliel Saarinen (1873-1950), Eero Saarinen a influencé l'œuvre de son père et a contribué à faire de son architecture un travail novateur. Cela mérite d'être souligné. Le père (dont la gare centrale d'Helsinki est très proche des bâtiments d'Hoffmann et d'Olbrich) remporte un prix en 1922 pour la Chicago Tribune Tower, ce qui le décide à émigrer avec sa famille aux […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bruno ZEVI, « ORGANIQUE ARCHITECTURE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 avril 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-organique/